AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782072750618
96 pages
Éditeur : Gallimard (16/11/2017)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Qu’une adolescente paraisse et tous les regards des hommes sont sur elle.
Mais elle est étrange et ses yeux couleur cassis couvent des pensées qui la délivrent de toute coquetterie.
Vivant sa beauté comme une expérience intérieure, sa quête obstinée de poésie l’éloigne du destin des filles de son âge. Chaque initiation se change en révélation métaphysique.
Peu à peu émerge en elle une vision révolutionnaire de la femme dont le présent texte e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
oiseaulire
  14 février 2018
J'avais lu en 2013 le recueil "la nuit spirituelle" de Lydie Dattas, né d'une crise amicale : son ami Jean Genet, l'avait un jour, au cours d'une dispute, disqualifiée en tant que femme : les femmes vivent dans la nuit spirituelle et ne peuvent pas créer.
Cet incident l'avait jetée, elle qui se définissait essentiellement comme poétesse, dans un chagrin et un désarroi profonds. De sa détresse était né un beau texte sur la nuit spirituelle des femmes, inaptes par nature à la création et à la spiritualité.
Bien sûr elle ne souscrit pas à ce rôle de vase consacré à recevoir la liqueur séminale ou à celui de muse emprisonnée dans une chair interchangeable que seul l'artiste, le vrai, l'homme, pourrait sculpter à sa guise. On devine que Lydie Dattas lutte et se débat contre cette assignation à n'être que pâte à modeler, laquelle n’est formulée ni pour le bien de son sexe, ni pour celui de la poésie. Le chemin reste encore presque entièrement à défricher : sur la voie qui mène à l'orée de la nuit intérieure, le danger d'anéantissement guette à chaque pas. La poétesse doit inventer et explorer l'être-femme en poésie.
Dans ce nouveau recueil sorti en 2017 et intitulé "Carnet d'une allumeuse" Lydie Dattas traite du regard masculin concupiscent jeté par l'homme sur la femme-poète, regard qui assassine la poésie en elle et la réduit à n'être que chair prosaïque ; regard disqualifiant l'altérité et rejettant le compagnonnage en poésie.
Qu'on ne s'y trompe pas, Lydie Dattas est capable d'aimer, elle qui fut durant vingt années la compagne du poète Alexandre Romanès et sut développer son art auprès de lui. Mais elle entend défendre la légitimité de sa voix sans cesse menacée : car la poésie ne doit jamais être limitée dans son expression, prostituée, ou servir d'autres fins qu'elle-même. C'est la réduire qu'en faire un enjeu de pouvoir.
Ce livre ouvre ainsi un horizon nouveau à la création en y imposant l'autre voix humaine, la grande oubliée : témoin absent qui s'est signalé en creux au cours des siècles, ou en de fantomatiques apparitions ; marques flagrantes de l'incomplétude du premier sexe qui n'a pu à lui seul représenter que sa propre moitié de ciel. Le continent féminin recèle encore des terres non explorées. Quelques grandes et exceptionnelles défricheuses y ont déjà abordé : Sapho, Marguerite de Navarre, Emily Dickinson, Sylvia Plath, Valérie Solanas, Alejandra Pizarnik... Sans elles, et leurs descendantes, la poésie resterait un cri retenu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          44
BillDOE
  18 novembre 2017
La beauté des mots, le plaisir de les lire...
Commenter  J’apprécie          172
nonorella
  05 mars 2018
Titre provocateur qui m'a attirer l'oeil puis finalement l'adopter définitivement.
C'est un livre très court, moins de 100 pages, mais pourtant il est long à lire. La prose utilisé est dense et presque chaque phrase peut être une citation.
C'est un format poche plus abordable que les grands formats avec des prix parfois un peu trop élevé (on t'aime Gallimard). J'étais étonnée car je n'ai pas l'habitude de voir des Gallimard de cette taille, sauf pour les petits carnets qu'ils font. Mais là c'est bel et bien un livre que nous avons.
Plus qu'une histoire, c'est plusieurs petits textes en prose qui sont plus ou moins par ordre chronologique. de 13 à 17 ans environ. Beaucoup se situent vers 15 ans.
On ne sait pas vraiment ce qui se passe. Il n'y aura pas de début ou de fin, pas de fil conducteur. Ce seront surtout ses pensées et son amour des livres, sa révélation.
Ses pensées de femme dans la vie et ses débuts. Les premiers regards des hommes sur elle et les premiers conflits avec les femmes.
Les hommes ne feront que la désirer tandis que les femmes et elle ne s'entendront pas ou peu. Elles lui enseignent son « rôle » tout en la rejetant.
Ce livre rend accessible les défis qu'une jeune femme rencontre au début de la puberté, ce que son corps signifie pour elle et pour les autres sans que pour autant elle est son mot à dire.
Je trouve que c'est un pari réussi. En effet, on est vraiment pris dans le texte comme dans un roman et ce même si c'est parfois difficile de suivre entre les métaphores.
Elle a une certaine rage au fond d'elle qui l'a fait vibrer. Elle veut plus que les autres femmes et plus que ce que les hommes lui proposent. Elle veut vivre pour elle et selon elle.
Lien : https://lesrecitsdhecate.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (40) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   28 novembre 2017
L’abîme des femmes exige une vision neuve. Le trait infinitésimant leurs yeux cherchait son exégète : je me crus désignée pour ce haussement d’âme.
Est-ce elle-même qu’une fille admire dans la glace, ou bien la foudre qui traça son visage ? Ni les filles du Tonnerre montant sur le bûcher de la conscience, ni les poétesses russes faisant de leur cœur une cache d’armes n’avaient éclairé leur mystère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   28 novembre 2017
Mon drame n’est pas celui des femmes : c’est celui des penseurs, des voyants, des poètes. Ce sont leurs visions qui m’assaillent, leur foudre qui me tue. Le « je-ne-sais-quoi qui n’a plus de nom dans aucune langue » n’effleure pas les femmes, puisqu’il n’est que les hommes pour questionner la mort.
Penser pour une femme, quelle folie ! Cela commence par un accroc dans le velours noir de la nuit, par quoi entre l’eau sale des idées, ruinant le velours rose du cœur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
BillDOEBillDOE   18 novembre 2017
Le délice de se trouver jolie, si aucune charité n'y entre, n'est qu'un crime imbécile. Les filles sont la vitrine du monde. Que se passerait-il si elles décidaient de la faire voler en éclat pour exister, enfin ?
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaouirkhettaoui   28 novembre 2017
Je pense pour épargner aux filles l’erreur tragique de penser. Je ne prône pas leur ignorance mais leur connaissance de la nuit.
La première Ève est poétique et masculine. Elle porte en elle, farouche, l’évocation d’un absolu.
Telle la renarde apprivoisée, la fille savante perd son instinct. Hier, ses yeux surnaturellement clos voyaient le cœur des enfants plein du sang jaune des marguerites ! Aujourd’hui, jetant sur le firmament son profond châle noir hanté de roses pourpres, elle obscurcit les étoiles !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BillDOEBillDOE   18 novembre 2017
Les filles sont des poèmes lus par des imbéciles.
Commenter  J’apprécie          170

Videos de Lydie Dattas (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lydie Dattas
Pour son émission de lectures intitulée “Ça peut pas faire de mal” et diffusée tous les samedis sur France Inter, Guillaume Gallienne nous livrait des passages de l'ouvrage que la poétesse Lydie Dattas consacra à Jean Genet dont elle fut proche : “La Chaste vie de Jean Genet.” Diffusion sur France Inter le samedi 6 décembre 2014. « Jean Genet naquit le 19 décembre 1910 à l'Hôpital Tarnier de l'Assistance Publique dans le 6e arrondissement de Paris. Ce jour-là il neigeait. La méchanceté des hommes semblait résorbée par une épaisse couche de beauté.» Ainsi commence l’existence tumultueuse de celui qui allait devenir le mauvais garçon de la littérature française : l’écrivain Jean Genet. Sa vie nous est racontée avec tendresse par une amie de l'écrivain, qui l'accompagna dans les dernières années de son existence : la poéstesse Lydie Dattas. Dans ce Paris des années 1980, elle vit avec son mari, Alexandre Bouglione-Romanès, et rencontre par hasard Jean Genet, qui s'installe un temps chez eux. Comme Jean-Paul Sartre à une autre époque, Lydie Dattas reconnaît en Genet un "saint", un enfant blessé, qui cache sous le travestissement de l'écriture son besoin d'amour mystique. Ce soir, parcourons quelques-unes des pages émouvantes de cette biographie amoureuse, à l'écriture dense et lyrique, et découvrons quelle fut "La Chaste vie de Jean Genet"...
Extrait de l'édition Gallimard, publiée en 2006.
Avec les voix de Lydie Dattas, Jean Genet, Jeanne Moreau (Archives Ina)
Programmation musicale :
ICEBIRD : « In exile »
SOUAD MASSI : « Matebkiche »
Source : France Inter
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
871 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre