AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070140688
48 pages
Éditeur : Gallimard (26/04/2013)

Note moyenne : 4.28/5 (sur 20 notes)
Résumé :
'Je décidai d'écrire un poème si beau qu'il l'obligerait à revenir vers moi.'
Lydie Dattas.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
berni_29
  08 mars 2020
Connaissez-vous Lydie Dattas ? Elle est poétesse, bénie des fées qui se sont penchées sur son berceau pour lui offrir l'art de la grâce et de la rébellion. Elle vécut durant vingt-cinq ans avec Alexandre Bouglione, dompteur de fauves, issu d'une grande dynastie gitane et appartenant à la famille du cirque.
C'est à cette occasion que le couple accueille un jour dans l'immeuble familial le poète Jean Genet.
À la suite d'une dispute avec le poète, voulant se réconcilier avec celui-ci, Lydie Dattas écrit La Nuit spirituelle. C'est donc le texte d'une recherche de réconciliation, mais dans cette dispute Lydie Sattas fut aussi meurtrie en tant que femme ; aussi ce texte pose aussi la question d'une malédiction spirituelle féminine et plaide l'égalité de l'esprit créateur des deux sexes.
C'est ce texte dont je veux vous parler.
C'est un poème sur vingt-deux pages.
C'est un texte écrit comme on jette un gant après un outrage.
Il prend sa source dans la région de l'âme, un endroit intime que nous possédons et qui nous échappe aussi. Lydie Dattas nous rappelle que les tréfonds de l'âme sont parfois des lieux douloureux et obscurs. La lumière parfois y accède, c'est à la fois un mystère et un miracle.
C'est un lieu désertique, façonné d'errance et de malédiction.
L'auteure parle de l'humiliation d'être une femme, elle convoque pour cela sa chair et son âme. Les mots de cette femme sont un besoin de reconnaissance immense.
Alors nous nous plongeons dedans pour y puiser l'or et la nuit.
Ici, en quelques mots ramassés comme dans un mouchoir, il est question d'intelligence, de beauté, de bonté aussi et de misère. La lumière vient nous éclairer sur les pas et les phrases de ce texte magnifique.
C'est un chant, un cri, une consolation, la face maudite de la beauté, mais aussi l'envers qui capte la lumière de celui qui reviendra peut-être.
La lumière de l'une est faite de la nuit de l'autre.
C'est la lumière d'une femme qui exprime le besoin de liberté et la splendeur du monde, le besoin d'amitié forcément aussi.
Chaque phrase devient alors une vibration, comme celle d'un violoncelle...
C'est l'histoire d'une nuit qui retient l'aube pour écrire ce texte, qui s'incline devant la beauté, qui a mal et déchirant l'âme, s'en échappe pour exprimer une joie à venir.
Ce sont des mots qui touchent, ces mots m'ont ému.
Jean Genet les prit comme une gifle, demanda pardon, je les emporte en moi comme des fragments à la fois douloureux et éblouissants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          409
Myriam3
  25 juillet 2016
"Je ne veux plus la voir, elle me contredit tout le temps. D'ailleurs Lydie est une femme et je déteste les femmes" aurait dit Jean Genet suite à l'une de leurs rencontres. "Cette parole qui me rejetait dans la nuit de mon sexe me désespéra".
Pour récupérer l'amitié de Genet, sans doute pour lui en mettre plein la vue aussi et se venger, Lydie Dattas écrit ce recueil de poèmes.
Parce que femme, toute pensée, toute beauté, plonge dans les ténèbres. La nuit recouvre tout éblouissement lorsqu'il vient de la femme, l'âme boit l'ombre, la nuit féconde l'esprit, tout est destiné à mourir, à s'enfoncer dans la noirceur, la beauté lumineuse, incandescente, n'est pas pour la femme.
En descendant ainsi, d'un poème au suivant, de plus en plus loin de la lumière, Lydie Dattas, paradoxalement, exalte la spiritualité de la femme et se moque de Genet, qui, suite à la lecture de ce recueil, reste pantois et se repent.
L'écriture est belle, profonde, harmonieuse, mais je l'ai trouvée malgré tout très répétitive d'un poème à l'autre, et l'intention n'est pas d'une évidence absolue. Quant à Genet, il démontre bien qu'on peut être sensible et misogyne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Gribouille_idf
  07 novembre 2015
Lydie Dattas a rencontré Jean genet. Dans ce livre, elle répond poétiquement à ce moment de rejet. Mais, cette réponse est aussi un appel à la reconnaissance littéraire ou peut-être à la reconnaissance féminine, ou indissociablement les deux.
C'est mon premier livre de Lydie Dattas, et je comprends que Ernest Junger, Jean Grosjean et Jean Genet lui-même aient rendu un hommage épistolaire à cette auteure. Quelques pages de ce petit livre et votre vie est repeuplée. Comme l'écrit Jean Genet : « On est giflé par la distance que vous prenez avec le lecteur. Votre parole est comme projetée par un rayon qui viendrait de très loin, et puis la langue est magnifique. Vous êtes une grande grammairienne. »
Commenter  J’apprécie          50
capscail
  15 janvier 2016
Un texte qui fait chaud et froid comme une gorgée d'alcool fort. Puissant et envoutant.
En tant qu'illustratrice on m'a souvent dit, ou reproché un travail sombre, chose que j'accepte, que je reconnais et que j'assume. Cependant il me manquait souvent les mots pour l'expliquer.
Lydie Dattas les a trouvés.
Commenter  J’apprécie          30
Julonne
  04 octobre 2020
De la langue de Lydie Dattas naît la plus pure et la plus incisive Beauté. Recueil écrit pour conjurer la malédiction féminine que Genet lui avait si insensiblement jetée à la figure (« D'ailleurs Lydie est une femme et je déteste les femmes »), elle plonge dans la nuit la plus profonde pour, « en lui donnant raison », lui donner « tort ». S'enfonçant dans l'intimité d'une âme à jamais bannie de la lumière et de l'art, Lydie Dattas inscrit le nom des femmes dans la poésie. Car sous sa plume, la nuit brille.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
nadejdanadejda   21 juin 2013
A mademoiselle Lydie Dattas
Pardonnez-moi de vous dire cela aussi brutalement, mais ce que vous avez fait est très, très beau. C'est à la fois désespéré et au-delà du désespoir. On est giflé par la distance que vous prenez avec le lecteur. Votre parole est comme projetée par un rayon qui viendrait de très loin, et puis la langue est magnifique. Vous êtes une grande grammairienne. Moi aussi, quand j'écrivais, il fallait que chaque phrase transmette sa vibration à la suivante. C'était un problème plus qu'esthétique. Un problème métaphysique. Un problème tellement grave, tellement important pour moi. Je ne comprends pas comment vous avez pu faire des phrases si riches. C'est comme ce que j'aime le mieux, Baudelaire, Nerval.
J'ai pris une gifle
Jean Genet
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
AmorinaAmorina   05 février 2015
J'écris d'un lieu désertique où la pensée n'a jamais soufflé, où elle ne soufflera jamais : faite pour la Nuit, je ne découvrirai aucune étoile, aucun monde inconnu, je ne conquerrai aucun sommet, ne créerai aucun langage, car tout ce qui m'appartient est mort, et mon royaume, désert comme le plaisir n'est que néant...
Commenter  J’apprécie          90
AmorinaAmorina   04 février 2015
Si la nuit est pour vous ce temps de trêve et d'inconscience qui va du crépuscule du soir au crépuscule de l'aube, et si elle cesse pour vous avec le jour, elle est ma conscience même et n'a pour moi pas de fin...
Commenter  J’apprécie          130
AmorinaAmorina   05 février 2015
Tout ce qui dans vos chants console ici consternera, tout ce qui illumine assombrira. Comme la lune en passant devant le soleil l'obscurcit, ma pensée en passant devant la vôtre l'éclipsera, mon âme portera sur la vôtre une ombre dont elle ne guérira pas et que le temps lui-même ne pourra effacer.
Commenter  J’apprécie          80
capscailcapscail   15 janvier 2016
"N'ayant pas droit à la lumière je me noircirai davantage, je détournerai sur moi les ténèbres, afin, mon âme ayant bu toute l'ombre, que la beauté en soit lavée (...). Je m'efforcerai de rendre cette malédiction si profonde et si sombre qu'elle en soit belle (...) je l'utiliserai pour faire briller les ténèbres (...) Ne pouvant être au cœur de la beauté, je serai la Nuit."
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Lydie Dattas (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lydie Dattas
Pour son émission de lectures intitulée “Ça peut pas faire de mal” et diffusée tous les samedis sur France Inter, Guillaume Gallienne nous livrait des passages de l'ouvrage que la poétesse Lydie Dattas consacra à Jean Genet dont elle fut proche : “La Chaste vie de Jean Genet.” Diffusion sur France Inter le samedi 6 décembre 2014. « Jean Genet naquit le 19 décembre 1910 à l'Hôpital Tarnier de l'Assistance Publique dans le 6e arrondissement de Paris. Ce jour-là il neigeait. La méchanceté des hommes semblait résorbée par une épaisse couche de beauté.» Ainsi commence l’existence tumultueuse de celui qui allait devenir le mauvais garçon de la littérature française : l’écrivain Jean Genet. Sa vie nous est racontée avec tendresse par une amie de l'écrivain, qui l'accompagna dans les dernières années de son existence : la poéstesse Lydie Dattas. Dans ce Paris des années 1980, elle vit avec son mari, Alexandre Bouglione-Romanès, et rencontre par hasard Jean Genet, qui s'installe un temps chez eux. Comme Jean-Paul Sartre à une autre époque, Lydie Dattas reconnaît en Genet un "saint", un enfant blessé, qui cache sous le travestissement de l'écriture son besoin d'amour mystique. Ce soir, parcourons quelques-unes des pages émouvantes de cette biographie amoureuse, à l'écriture dense et lyrique, et découvrons quelle fut "La Chaste vie de Jean Genet"...
Extrait de l'édition Gallimard, publiée en 2006.
Avec les voix de Lydie Dattas, Jean Genet, Jeanne Moreau (Archives Ina)
Programmation musicale :
ICEBIRD : « In exile »
SOUAD MASSI : « Matebkiche »
Source : France Inter
+ Lire la suite
autres livres classés : Péché originelVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
874 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre