AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782302019812
56 pages
Soleil (16/05/2012)
3.78/5   25 notes
Résumé :
Londres, 1888. L'été touchait à sa fin, et les premières feuilles recouvraient déjà le sol d'un tapis ocre.

Peu à peu. je voyais à ma porte le changement de ce siècle à venir, animé par un appétit vorace et cruel. n'attendant que le moment propice pour nous engloutir.

Mais jamais je n'aurais imaginé que cette nouvelle ère eût un jour enfanté un homme à son image, capable des pires atrocités...

Je dois me hâter maintena... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,78

sur 25 notes
5
5 avis
4
4 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

lyoko
  19 juin 2015
Un des plus grand tueur en série de tous les temps est sans doute Jack L'éventreur.....
Jean-Charles Poupard nous plonge dans le quartier de Whitechapel à la toute fin du XIX ème siècle. Un Londres noir et sale mais qui met bien en avant les sévices que ce tueur renommé a pu exercé sur les prostituées de l'époque. Je ne vais pas épiloguer sur Jack l'éventreur : tout le monde le connais. Enfin presque, puisque encore de nos jours personne ne sait réellement qui c'est. Mais le scénariste de cette BD a pris un parti pris qui m'a bluffée.
Pour les graphismes, ils sont assez noirs, et collent bien à l'époque.. Je suis sous le charme de cette BD qui , je pense , me réserve d'autres surprise puisque son titre est : les liens du sang 1/2.
Commenter  J’apprécie          270
belette2911
  16 juillet 2012
Cette critique, je vais la découper en plusieurs morceaux... C'est plus simple.
Bon, tout le monde connaît l'histoire de Jack l'Éventreur...
Je veux bien entendu parler des grandes lignes. Pas besoin de savoir me préciser si les intestins de Catherine Eddowes avaient été posés sur l'épaule gauche ou droite... ou si l'ablation du rein concernait celui de gauche ou de droite (posé sur épaule droite, ablation rein gauche, pour votre culture générale et pour pouvoir le ressortir lors d'un dîner de famille).
Pour ceux qui ont besoin que je leur rafraichissent les souvenirs, je vous dirai que en 1888, les bas quartiers de Whitechapel, à Londres, sont en proie à un tueur en série qui tue et mutile de manière atroce ses victimes, toutes des prostituées.
La police ne trouve pas de piste mais est très intriguée par le mode opératoire du tueur ; bien qu'on ait affaire à de véritables boucheries, tout est fait de manière très méticuleuse, comme si le tueur avait de très bonnes connaissances chirurgicales, comme s'il était médecin...
A notre tueur qui éventre et éparpille, on lui ampute, heu, pardon, on lui impute cinq victimes et on en suppute quatre autres, mais sans que les faits soient avérés.
J'entends déjà certains soupirs ou des commentaires grinçants puisque cette histoire de Jack l'éventreur, on l'a déjà vue, entendue, lue, mainte et mainte fois.
Que dire de plus si ce n'est que l'on ne saura jamais son identité réelle ?
Que pouvaient bien faire ces deux auteurs de plus que les autres, ou de différent, sur ce sujet ?
Tranchons dans le vif et mettons les choses à nu : Debois et Poupard tirent superbement bien leur couteau... heu, leur épingle du jeu !
Pour une prise de contact, ils dévoilent leurs charmes tout en nous cachant encore les trésors de leur caverne d'Ali Baba. Dévoiler, appâter, intriguer, mais pas tout montrer.
L'effeuillage se fait en douceur, nous met l'eau à la bouche, mais ils en gardent sous le coude pour le tome 2.
En ce qui concernent leurs atours, je dois vous avouer que les dessins sont d'une grande beauté, très réalistes.
Les pages de l'album jouant la danse des sept voiles avec des fonds blancs et de temps en temps, avec une alternance de fonds de pages noires. Magnifique !
Quant aux décors, ils sont d'époque et parfaitement maîtrisés. Nous sommes dans le Londres de 1888, avec sa misère et ses cheminées qui crachent de la fumée noire. La misère suinte du quartier de Whitechapel.
Je précise aussi que l'intrigue repose sur un contexte politique et social difficile. Non, ça ne rigole pas dans le quartier et on réprime les révoltes à l'aide de bains de sang. Les auteurs ont potassé leur Histoire et nous la servent dans ce banquet. Un délice, sauf pour les délégués syndicaux qui risquent d'en avaler leur drapeau de travers.
Très loin des adaptations fantastiques que j'ai déjà pu voir ou lire, le scénario se rapproche nettement plus de la réalité historique et donc privilégie l'enquête de l'inspecteur Abberline et sa vie personnelle.
Pour ceux et celles qui ont vu le film "From Hell" avec Johnny Deep, vous trouverez des ressemblances entre le personnage de la bédé et celui du film. Ils sont tourmentés au-delà du possible.
Ici, Abberline est en quelque sorte un frein à sa propre enquête : c'est un personnage très compliqué dont le passé très trouble ne quitte pas... Il a un côté obscur vraiment très obscur. Cela le rend plus humain.
Les auteurs nous proposent donc une autre "version" des meurtres de 188, tout en restant assez proche de celle qui est la plus couramment admise. Ils ont ajouté un élément qui ne fut pas pour me déplaire.
De toute façon, tout est possible... Hormis les absents de cette époque.
Que ce soit au niveau des dessins, des décors, du scénario, du suspense, des personnages, les auteurs nous régalent.
Vivement le second et dernier tome !
Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          193
MissSherlock
  06 avril 2018
En voilà une bonne surprise ! Cette BD des éditions Soleil sur Jack L'Éventreur ne me disait pas grand-chose car avec cette maison d'édition c'est soit génial soit nullissime et, en plus, je me demandais quelle théorie farfelue on allait encore nous pondre sur Jack.
En réalité, l'hypothèse de François Debois reprend la plus répandue (mais pas la plus maligne) en y saupoudrant de nouveaux ingrédients. Et ce sont ces nouveaux ingrédients qui donnent toute sa saveur au récit. C'est brillant !
D'autant plus que l'auteur abat ses cartes petits à petits, fait durer le suspense mais sans en faire des tonnes pour, au final, laisser le lecteur comblé et bien décidé à se jeter sur le tome 2 !
Jean-Charles Poupard et Guillaume Lopez, respectivement dessinateur et coloriste, ont fait un travail remarquable sur le graphisme. Les dessins et les tons collent parfaitement à l'histoire. Ils sont magnifiques de noirceur et de saleté.
J'espère que le second tome est du même acabit...
Commenter  J’apprécie          235
gyselinck_dominique
  08 juillet 2020
Londres 1888
Il ne fait pas bon d'arpenter les rues de Whitechapel une fois la nuit tombée de ces jours... surtout si vous êtes une fille de "petite vertue".
Les corps de ces prostituées sont en effet retrouvés à intervalles régulières depuis un mois, certains corps étant minutieusement mutilés, découpés et les organes extraits et disposés en bon ordre auprès de ce qui reste du corps.
Ce "boucher" est un professionnel, ça ne fait aucun doute, c'est Jack l'éventreur !!!!
Pour l'inspecteur Abberline, les indices sont rares et la pression du Commissaire Warren est sans équivoque, le coupable doit être arrêté et pendu avant Noël et on est le 30 septembre.
Comme si cela ne suffisait pas, un "comité de vigilance" issue de la rue, des quartiers de Whitechapel, conduite par Lusk se fait fort de venger leurs amies, leurs soeurs massacrées et promet de le faire avant la police ou Scotland Yard.
Impensable, inenvisageable selon Warren !!
Mais un suspect a été reconnu sur les lieux des derniers crimes, Leather Apron, ou John Pizer de son vrai nom.
L'inspecteur Abberline arrivera-t'il à l'arrêter avant que Lusk et sa bande ne l'exécute sans autre forme de procès ?...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
gloubik
  11 juin 2019
Déposée dans ma boite aux lettres hier après midi par le facteur, j'ai bien failli ne pas la lire. Pourquoi ? Parce qu'après un rapide coup d'oeil j'avais conclu qu'elle ne me plairait pas. Et pourtant ! La couverture est réussie, les graphismes et les couleurs vont très bien au thème. Mais voilà, deux cascades dignes de films d'action américains et une petite erreur chronologique concernant le pont de la Tour de Londres ont su calmer mon enthousiasme. En effet ce pont, dont le chantier a débuté le 21 juin 1886 pour être inauguré huit ans plus tard, le 20 juin 1894. Il est donc surprenant de le voir dans un tel état d'avancement (on peut lire, dans La Science Illustrée N°242 du 16 juillet 1892 : « le « Tower Bridge » est un nouveau pont que les londoniens pourront parcourir bientôt pour franchir la Tamise »).
Ma moitié l'a lue, chroniquée puis m'a dit : « Tiens ! ranges la avec tes autres BD ». Hors de question de ranger dans mes BD un volume que je n'ai pas lu ni l'intention de lire. J'ai donc entrepris la lecture de ce premier volet de Jack l'éventreur. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir en fait une BD que j'apprécie et c'est avec un brin d'impatience que j'attends la suite.
L'histoire de l'éventreur est revue d'une façon très originale et plausible. Les personnages sont bien campés. le graphisme agréable et les couleurs adaptées à la noirceur du thème. Je ne peux donc que vous encourager à la lire.
Lien : http://livres.gloubik.info/s..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (2)
BDGest   29 mai 2012
L’immersion dans l’aventure et la fluidité de lecture sont facilitées par une partition graphique et des couleurs justes et plaisantes. L’ambiance de ce Londres sale, sombre et poisseux est joliment restituée.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   23 avril 2012
Si les dialogues sont incisifs et fleuris, le dessin de Poupard, inattendu dans ce registre, est remarquable.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
belette2911belette2911   06 juillet 2012
La seule chose que je savais, c'était que contrairement aux monstres, Whitechapel n'avait pas d'espace défini, pas de centre, pas de sortie.

Le quartier était un labyrinthe... il avait désormais son minotaure...
Commenter  J’apprécie          140
KhatKhat   20 septembre 2013
Whitechapel n'a pas attendu cet " éventreur" pour cumuler cent attaques à mains armées et près de deux cents assassinats par an... J'ai affronté des fauves en Afrique, Abberline, ils respectent plus la vie que les crève misères du West End ! Jack est l'un d'entre eux, n'en doutez pas.
Commenter  J’apprécie          60
belette2911belette2911   06 juillet 2012
Pour la troisième fois en un mois, le sang se répandait sur les pavés et dans les esprits... nul ne pouvait comprendre l'horreur d'une telle barbarie...mais chacun se demandait quand la bête allait étancher sa soif.
Commenter  J’apprécie          40
SalynaSalyna   18 août 2013
Comme tous les gauchistes et les anarchistes, Monsieur Lusk rêve de décrédibiliser mon action à la tête de la police, et de venger les bloody sunday.
Commenter  J’apprécie          30
KhatKhat   20 septembre 2013
Tap... Tap... Tap... Je sens les battements de mon coeur. Le froid fait son ouvrage. La mort est proche.
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
Videos de François Debois (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Debois
En complément de la lecture de l'outil 70, François Debois, coauteur de la boîte à outils du Chef de projet (3e édition), détaille l'équilibre à avoir entre temps dédié à la divergence et temps voué à la convergence, grâce à la règle « un tiers/un tiers/un tiers » : reformulation du défi/divergence (production d'idées)/convergence (solution).
--- Je découvre le livre : http://www.dunod.com/ean/9782100819676
*********************************
Retrouvez-nous sur : --- https://www.dunod.com --- Facebook : https://www.facebook.com/editionsdunod/ --- Twitter : https://twitter.com/DUNOD --- LinkedIn : https://fr.linkedin.com/company/dunod --- Instagram : https://www.instagram.com/dunod_editeur/ https://www.instagram.com/bienetredunod/
+ Lire la suite
autres livres classés : jack l' éventreurVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2332 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre