AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

René de Ceccatty (Traducteur)
EAN : 9782020569170
208 pages
Éditeur : Seuil (15/01/2003)
3.12/5   13 notes
Résumé :
Un jeune homme fait une enquête sur un intellectuel qui est mort il y a une quinzaine d'années et qui a la particularité de n'avoir rien publié de son vivant. Cette figure de l'intégrité, de l'exigence littéraire, est un personnage qui a existé : Robert Balzen, dont les écrits retrouvés ont paru à titre posthume. Mais il s'agit d'un prétexte car du véritable Robert Balzen peu de chose sera dit, bien que le narrateur interroge minutieusement toutes les personnes qui ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Baldrico
  11 juin 2020
Étrange petit roman, qui me laisse perplexe.
Je ne déteste pas que les auteurs soient allusifs, ni que le roman soit symbolique, comme dit la 4e de couverture.
Mais ici j'ai dû passer à côté de la signification du symbole et je n'ai goûté que très partiellement cette narration décousue.
Reprenons.
Le fil conducteur apparent est le suivant: pourquoi Roberto Bazlen n'a-t-il pas écrit? Ou plutôt pourquoi n'a-t-il pas écrit pour publier? ou pourquoi n'a-t-il pas publié ce qu'il a écrit? Roberto Bazlen est un critique et éditeur disparu en 1965 à l'âge de 63 ans.
Pour répondre à la question le narrateur se rend à Trieste, ville natale de Bazlen, aujourd'hui italienne mais presque autant balkanique et autrichienne. (Oups, j'espère ne pas me faire trucider par les italianophiles!)
Il y rencontre un homme et deux femmes très âgées qui évoquent par bribes leurs rapport avec le critique. Ces rencontres ne sont pas sans charme et la découverte progressive du personnage n'est pas inintéressante. Surtout qu'elle s'accompagne de l'évocation d'un certain milieu littéraire italien (Giotti, Montale et Svevo notamment).
Finalement, le narrateur est renvoyé à la personne qui l'a le mieux connu et habite près de Londres, à côté du Parc de Wimbledon.
Si les entretiens sont délicats et entretiennent ce qu'il faut de mystère, je n'ai pas vu l'intérêt de la description d'un navire de guerre ou du plan de vol de l'avion qui l'amène en Angleterre. Même le rôle du stade de tennis de Wimbledon est resté mystérieux pour moi.
Je reste donc sur une impression mitigée d'une lecture dispensable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
MarianneL
  26 avril 2013
Enrique Vila-Matas donne dans "Bartleby et compagnie" un aperçu de la vie de Roberto (Bobi) Bazlen et du roman de Daniele del Giudice, "Le stade de Wimbledon", publié en 1983, dans lequel le narrateur tente, en revenant sur ses traces, de comprendre pourquoi le triestin Bazlen (1902-1965), homme érudit et vénéré dans le monde de l'édition italienne, n'écrivit jamais rien.
« Bobi Bazlen était un juif de Trieste, Il avait lu tous les livres en toutes les langues et, en dépit (ou peut-être justement à cause) d'une très haute exigence littéraire, préféra intervenir directement dans la vie des personnes plutôt que d'écrire. le fait qu'il n'ait pas produit d'oeuvre fait partie intégrante de son oeuvre. Un cas étonnant que celui de Bazlen, sorte de soleil noir de la crise de l'Occident ; on dirait de son existence même qu'elle est l'aboutissement vrai de la littérature, de l'absence d'oeuvre, de la mort de l'auteur : de l'écrivain sans livres aux livres sans écrivain. » (Enrique Vila-Matas, Bartleby et compagnie)
Le narrateur rencontre tous ceux qui ont côtoyé Roberto Bazlen ; il reste lui-même très silencieux au cours des entretiens, hésitant à se prononcer, dans l'attente insatisfaite d'une révélation sur la cause de ce renoncement à l'écriture. A travers les rues, les places et dans les autobus de Trieste, c'est le livre d'une recherche indécise, d'un temps dilaté, suspendu, un récit plein de blancs et de points de suspension, aussi imparfait que la mémoire, qui envoûte par ses silences et sa lenteur.
« La densité de l'endroit ne m'est d'aucun secours, bien au contraire. Au fond, j'aurai bientôt ma dernière chance et il faudrait que je trouve quelque chose qui m'amène d'un seul coup à la raison pour laquelle il n'a pas écrit ; mais je n'ai que des idées confuses et le sentiment d'être éloigné de cette question, comme d'un sommet d'acuité, de rigueur ou d'ironie par compensation, ou d'angoisse paralysante, ou je ne sais pas quoi encore. »
Le stade de Wimbledon, un livre sur l'impossibilité d'écrire, contient en lui-même son propre paradoxe, la négation de l'impossibilité. Alors que les événements de notre quotidien suscitent souvent l'envie du renoncement à ce monde, « le stade de Wimbledon » fait naître (ou renaître) la possibilité d'un regard nouveau en littérature, et l'envie de flâner sur les traces des écrivains dans les rues de Trieste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Davjo
  17 décembre 2012
Je retrouve ce qui m'avait fasciné à ma première lecture: le roman est court, mais d'une densité incroyable, avec ce narrateur qui erre dans Trieste à la recherche des traces d'un homme qui n'a rien écrit...Il étire le temps, au rythme d'une attention au réel, aux pensées qui l'assaillent, d'un appartement à un autre, d'un indice au suivant. Oui, ce livre est court, mais il réclame un temps de lecture supérieur à sa forme. Si vous aimez les livres méditatifs, où il ne se passe rien d'autre que des petites aventures de hasard, alors lisez-le.
Lien : http://killing-ego.blogspot...
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Alice_Alice_   02 juin 2018
Au lieu de m'écrouler sur mon lit, comme je le voudrais, je fais tous les préparatifs de la nuit. C'est une discipline que l'on apprend avec les femmes : même si elles sont très fatiguées, elles se démaquillent, s'apprêtent, prennent un verre d'eau, choisissent un livre. Ensuite, dans le lit, parfois, elles parlent une fois la lumière éteinte et il est difficile de dormir.
Commenter  J’apprécie          80
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   23 juillet 2018
- Toutes nos tentatives pour conserver un équilibre sans appui ont pour limites la maladie ou le foyer (p. 151)
Commenter  J’apprécie          70
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   21 juillet 2018
Je souris sans répondre. Je pense à "crainte" ou à "décevoir", mots si décomposables en dizaines d'autres trajectoires, disparates comme les lignes d'une fission nucléaire. (p. 165)
Commenter  J’apprécie          20
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   21 juillet 2018
Les soins dont on entoure les voitures et la qualité des tissus des vêtements que portent les vieux sont-ils des formes équivalentes d'une même conservation ? (p. 41)
Commenter  J’apprécie          10
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   21 juillet 2018
Il regarde le ciel, il dit :
- Trieste est comme Nice, le vent en plus. (p. 56)
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Daniele Del Giudice (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Daniele Del Giudice
Le Stade de Wimbledon, film français réalisé par Matthieu Amalric, sorti en 2002. Il s'agit d'une adaptation du roman éponyme de Daniele Del Giudice publié en 1981.
autres livres classés : littérature italienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
636 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre