AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782207135624
416 pages
Éditeur : Denoël (06/04/2017)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 142 notes)
Résumé :
Saint-Malo, hiver 2014. Du haut des remparts, sorti de prison, Erwan Kardec contemple la mer en savourant sa liberté. Il y a trente ans, il a tué sa femme à mains nues, devant leur fille, Hanah. Jamais il n’aurait été démasqué si la fillette n’avait eu le courage de le dénoncer. Malade, nourri d’une profonde haine, il n’aura de cesse de la retrouver avant de mourir.
À New York, au même moment, Hanah, qui a appris la libération de l’assassin de sa mère, est ha... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (75) Voir plus Ajouter une critique
nameless
  25 mars 2019
En choisissant comme point de départ un fait d'hiver authentique, le naufrage du Hilda en baie de Saint-Malo le 17 novembre 1905, Sonja Delzongle dévoile une nouvelle facette de son imagination illimitée et de son talent protéiforme et réalise un roman riche en rebondissements et personnages, qui ferre le lecteur dès les premières pages pour ne plus le lâcher.

Après 25 ans de prison, libéré pour raison médicale, Erwan Kardec revient à Saint-Malo dans la maison où il a tué et enterré sa femme. Il a un but à atteindre avant de mourir, se venger de sa fille Hanah avec un seul N, qui, encore enfant, l'a dénoncé et provoqué son arrestation et sa condamnation. Il lui suffit de la retrouver pour la tuer. Hanah a changé de nom, est devenue profileuse et vit à Brooklyn avec Bismarck, son chat. Lorsque des incidents se produisent, appels anonymes ou panne d'ascenseur, Hanah croit comprendre que son père est à ses trousses.

Il ne s'agit là que d'un aspect du roman car l'auteure enchevêtre plusieurs histoires, plusieurs époques. L'intrigue se déroule de part et d'autre du même océan, à New-York et à Saint-Malo. Tous les personnages, flics malouins en activité ou à la retraite, bonnes soeurs, gardien de phare breton ou d'immeuble new-yorkais, médecin légiste, sont intéressants et utiles dans la construction de l'intrigue, apportent leur part d'ombre ou de lumière.

J'ai beaucoup apprécié cette lecture qui mélange habilement secrets de famille, profilage, naufrage, meurtres, chasse au trésor à un rythme effréné, mais j'ai encore plus aimé tout ce qui transpire de la personnalité et des convictions de Sonja Delzongle dans son roman. Ses personnages sont humains, fragiles, touchants, souvent aux prises avec les préjugés de leurs familles, de leurs collègues, de la société. Récidive est un excellent thriller qui contient, comme un supplément d'âme, un beau plaidoyer pour la tolérance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          700
Ziliz
  09 juillet 2018
Saint-Malo, cité corsaire & festivalière.
Ville à moult facettes.
Ses remparts, ses rues intra-muros avec crêperies, boutiques & marinières en vitrine, ses touristes en ciré jaune, le tombeau de Chateaubriand sur l'îlot du Grand Bé, ses plages, ses sables mouvants meurtriers...
Et son Erwan Kardec, un colosse qui a tué froidement sa femme devant leur fille, et qui vient d'être libéré de prison après une peine (allégée) de vingt-cinq ans.
Sans remords ni regrets, ce dur à cuire a un objectif : retrouver sa fille - la célèbre profileuse Hanah Baxter - qui l'a dénoncé, et la zigouiller.
En attendant, pour passer le temps, Kardec satisfait quelques petites manies. Oh, rien de luxueux. Ça demande juste un couteau et un peu de force, comme pour manger des huîtres de Cancale ou d'ailleurs...
Polar bien dense, riche en rebondissements, aux ingrédients classiques.
Le canot est trop chargé pour moi : des crimes immondes aux lendemains en odorama, une vraie-fausse piste, un peu de piraterie, du manichéisme à gogo...
Si l'intrigue est lourde, les personnages m'ont paru en revanche trop légers ou mal esquissés. Même ceux censés être du côté des gentils n'éveillent pas la sympathie - flic malouin mollasson et profileuse aux aventures abracadabrantes assez nunuche pour se jeter dans la gueule du loup sans filet.
En toile de fond : des Bretons aux idées courtes et l'ambiance granitique de St Malo, ville aussi charmante qu'oppressante...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          411
Crossroads
  20 août 2018
La vengeance est un plat qui se mange froid.
Bueno appétito !
Hanah Baxter est profileuse exilée aux Staytes.
A l'origine de l'arrestation de son daron d'amour alors qu'elle n'était qu'une toute jeune gamine, ce dernier a pris, cher.
Vingt-cinq piges en cabane, largement de quoi fomenter une vilaine surprise à sa fille répudiée, une fois libéré.
Sonnez fifrelins, résonnez binious accoustiques, papounet est de retour !
Je découvre Sonja Delzongle et son personnage emblématique, gros panard de lecture.
Les tourments familiaux sont un formidable terreau thrilleristique.
Quoi de plus palpitant que l'affrontement d'un père avec sa progéniture.
Le paternel, vil salopiot totalement amoral, est au bout du rouleau, seulement tenu par une haine vivace.
Hannah sort d'une affaire épuisante et pourrait fastochement viser le titre de paranoïa de l'année.
Yvan, qui a succédé à son père à la tête de la brigade de recherche de St Malo, n'est pas en reste niveau conflit familial avec son créateur.

Un style enlevé et riche en rebondissements divers et variés font de ce thriller incisif un accélérateur de temps à même de reléguer celui de m'sieur d'Estaing Gigi aux oubliettes de l'histoire.
J'ai adoré déambuler dans les petites ruelles pavées - de mauvaises intentions ♫tin daaaam♪ musique qui fait peeeeeur - Malouines où il ne fait pas bon être une jeune femme esseulée.
Le Mal rôde, affamé, dénué de toute charité chrétienne, prêt à fondre sauvagement sur une proie préalablement élue, à 80 km/h max sur double voie sans séparateur central, énième limitation de vitesse oblige, sans visée aucune de rentabilité, dixit pipeau Doudou himself, gage d'une crédibilité sans faille maintes fois affichée :-).
Roman à tiroirs s'il en est, Récidive se veut tout sauf linéaire.
Spéciale coup de galurin au final brillamment échafaudé qui achève de me convaincre du retour imminent vers un auteur que je sais déjà pleinement me correspondre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          372
Crazynath
  05 février 2020
Récidive est le premier livre de Sonja Delzongle que je lis. Je l'avais acheté depuis un moment, car je voulais découvrir l'oeuvre de cette auteure , surtout au vu des critiques plus que positives que j'avais lu sur Babelio.
J'avoue que j'ai commencé à dévorer ce livre, me plongeant tout de suite dans le récit à cent à l'heure…Cependant, au fur et à mesure de mes lectures, mon intérêt pour cette histoire s'est essoufflé, genre un peu soufflé qui dégringole…
Certaines situations me paraissaient invraisemblables et les coïncidences un peu trop grosses dans certaines situations. Je reconnais qu'une fois que je m'attache à des détails que je sais pas crédibles, j'ai de la peine à les oublier et cela plombe très souvent ma lecture. Cela a été une fois de plus le cas dans la lecture de Récidive
Je n'ai jamais trouvé Hanah attachante, malgré toutes ses qualités, je ne sais pas trop pourquoi…En même temps, il n'y a aucun personnage pour lequel j'ai vraiment éprouvé de l'empathie, ce qui est vraiment rare pour moi…
Des personnages un peu trop manichéens aussi, au point d'ailleurs que tous les rebondissements ne m'ont pas surprise du tout…A un point d'ailleurs où je n'en revenais pas moi-même d'avoir pratiquement tout deviné assez rapidement…
Certaines scènes ont été un peu trop gores à mon gout... Pour moi, cela n'apporte rien à l'histoire, mais bon, je suis peut-être devenue trop sensible dans ce domaine…
En conclusion, je dirais que même si le talent de l'auteure est incontestable, je n'ai pas plus accroché que cela…Je pense que mon niveau d'exigence de lectrice est en train d'évoluer car je réalise que j'aime de plus en plus les polars avec des enquêtes bien ficelées et les romans noirs et que je délaisse de plus en plus souvent le genre thriller qui me convient de moins en moins…

Challenge Mauvais Genres 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Tostaky61
  09 mai 2017
Une fois n'est pas coutume,  c'est par le dernier roman, tout récemment sorti, que j'ai fait la connaissance de l'écriture de Sonja Delzongle et de son héroïne, la profileuse, Hannah Baxter.
N'en déplaise aux lecteurs tatillons, ceux qui pensent qu'il vaut mieux decouvrir un auteur avec son premier opus, parce que c'est là que tout commence. Je suis têtu et je lis dans l'ordre qui me plaît...non mais !!!
Et, la dernière page tournée,  je me dis que finalement, j'ai eu bien raison. Parce que Récidive nous apprend, justement,  comment tout à débuter ....
1905, un bateau coule.....
Près de 110 ans plus tard, libéré après 25 ans de prison, Erwan Kardec, veut se venger. Une vengeance particulière puisque sa cible n'est autre que sa propre fille Hannah.
Pour la retrouver, Kardec met en place un plan diabolique et sème la mort. Hannah, qui a tout compris, sait que la confrontation est inévitable mais ne se doute pas du choc des révélations qui l'attendent.
Cette lecture me laisse un sentiment étrange,  comme un plat qu'on déguste mais dans lequel on a l'impression qu'il manque un ingrédient,  juste une petite pincée de...... je ne sais quoi qui en relèverait le goût...je me demande si je ne deviendrai pas un peu difficile.... mon palais de lecteur est de plus en plus exigeant.....
Surtout que, mon constat final c'est que Sonja Delzongle sait ménager le suspense,  elle sait brouiller les pistes, elle maîtrise parfaitement son sujet et le lecteur est happé dès les premières pages.
Que demander de plus à un (e) auteur de thriller.
je sais ce que je vais faire. Je  vais plonger dans mon immense PAL et, dès que possible, m'attaquer à un autre roman de cette auteure...



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          291

Citations et extraits (60) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   07 juillet 2018
Ça et là, des gens lisaient, comme elle, assis sur une veste ou une couverture, rêvassaient au soleil, prenaient des postures de yoga, rebondissaient sur de mini-trampolines ou bien mitraillaient des selfies sous toutes les coutures. Comme elle détestait cette mise en scène grotesque de soi-même postée sur les réseaux sociaux... Il fallait à tout prix que le monde entier fût le témoin d'un bonheur apprêté, de ces sourires béats ou grimaçants dans l'instantanéité, de ces langues impudiques qui semblaient lécher l'écran telles des limaces, dans une obscénité répétitive et figée... Même les politiques se prêtaient à ce triste jeu.
(p. 232)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
ZilizZiliz   03 juillet 2018
Sous sa main nerveuse, dans l'un des tiroirs fermés à clef, se trouve une photo qu'il regarde au cours de ses rares moments de solitude ou d'inactivité, et où il puise les forces qui, parfois, lui manquent pour s'impliquer dans ce métier [capitaine de gendarmerie]. La photo d'un homme. [Il] ne peut pas la laisser en évidence sur son bureau, comme d'autres le font avec celle de leur copine, leur femme ou leurs enfants. Personne ne comprendrait. Surtout pas ses gars, surtout pas ici. Quant à son père... sans doute le renierait-il jusqu'à la fin de ses jours.
(p. 120-121)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
ZilizZiliz   05 juillet 2018
Son entourage proche connaissait le racisme et la xénophobie du capitaine Maurice, dans une ville [Saint-Malo] où, dans les années cinquante, croiser une personne de couleur était aussi peu probable que se trouver nez à nez avec un Esquimau dans le désert de Gobi. Plus tard, quand la vague d'immigration arriva jusqu'en Bretagne, Léon Maurice vit rouge et sa participation à une ratonnade alors qu'il était jeune gendarme ne faisait pratiquement aucun doute. Tout ce qui était trop différent lui était intolérable.
(p. 238-239)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
namelessnameless   24 mars 2019
Parfois, la vie parvient prématurément à son terme et s'arrête. Faut-il se résigner pour autant, lorsque la situation est incertaine ? Lorsque l'on ne sait pas encore tout à fait de quel côté elle va basculer...
p. 256
Commenter  J’apprécie          240
ZilizZiliz   04 juillet 2018
- Tu te rappelles ?
- Oui, je m'inquiétais pour mon frère. Quoi d'anormal ?
- Tu sais bien que dans 70% des cas, celui qui signale une disparition en est à l'origine.
- Peut-être, mais dans les 30 qui restent, non.
- Je reconnais qu'a priori tu peux tout aussi bien être dans les 30 que dans les 70, dit Maurice.
- Je te suis bien obligé, grince Kardec. C'est juste pour ça que tu es venu jusqu'ici ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

Videos de Sonja Delzongle (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sonja Delzongle
Sonja Delzongle vous présente son ouvrage "L'homme de la plaine du Nord" aux éditions Denoël.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2420088/sonja-delzongle-l-homme-de-la-plaine-du-nord
Note de musique : YouTube Audio Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Hanah Baxter, à la Proust N°2

Si elle était un instrument d'investigation ?

Une loupe
Un smartphone
Un carnet moleskine
Un pendule
Une pipe
Des jumelles longue portée
Des bottes Sorel Caribou
Un burberry froissé

10 questions
17 lecteurs ont répondu
Thème : Sonja DelzongleCréer un quiz sur ce livre

.. ..