AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253086274
Éditeur : Le Livre de Poche (04/01/2017)

Note moyenne : 4.01/5 (sur 118 notes)
Résumé :
Vincent Galtier est vétérinaire dans une petite ville de Bourgogne. Depuis la mort accidentelle de son fils, son couple est à la dérive et il passe d’une maîtresse à une autre, sans autre satisfaction que celle de la chair.

Un soir qu’il vient de quitter le lit de sa dernière conquête, alors qu’il traverse une forêt isolée, une voiture occupée par d’étranges silhouettes tente de le tuer en le faisant sortir de la route. Quelques instants plus tard, c’... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (59) Voir plus Ajouter une critique
SMadJ
  10 mars 2016
"Le Loup Peint » - Jacques Saussey - La chronique qui hurle à la lune !
Jacques, oh Jacques ! Mais dans quel état tu me mets ? On n'a pas idée de créer une beauté aussi vénéneuse et de la lâcher entre les mains de ses lecteurs fragiles. Oui Jacques, c'est fragile un lecteur. Ça a un petit coeur et il n'en faudrait pas beaucoup pour le faire imploser.
Car frère Jacques, tu extirpes et révèles au monde entier le loup qui est en nous, le loup peint. Qui s'exprimera chez le lecteur de la même manière qu'il s'exprime dans ton casting masculin. Et hop, à chaque apparition de Sophie ta mante religieuse, le loup de Tex Avery surgit de nos entrailles et remplace nos façades respectables. Et alors à nous les yeux exorbités et la mâchoire pendante sur la table oubliant toute idée de retenue et hululant à la lune à chaque exhibition de la femme fatale. C'est toi qui es fatal Jacques…
Et ça commence dès la superbe couverture dont la louve aux lèvres peintes te promet mille supplices… du coup, j'ai failli oublier de vous parler du reste du livre, le roman ne se résumant pas à Sophie. "C'est trop dommage", pleureront des cohortes d'hommes au coeur brisé...
Bon revenons-en à nos moutons, ou plutôt à nos loups et déclarons que ce bouquin est piégé et recouvert d'une glue dont on ne se décolle pas les mains. En les arrachant, on risque de garder des morceaux de papier plein les doigts. Ça sent le bon page-turner ! Et effectivement l'intrigue est tendue et haletante, l'auteur connaît son métier.
Jacques nous construit une intrigue touffue, mélangeant les dangers comme on mélange les couleurs d'une gouache, pour donner plus d'épaisseur au trait de son pinceau, ajouter du pigment et créer une oeuvre multi-dimensionnelle qui à couper le souffle.
De plus, l'auteur nous fait perdre pied avec ses phrases de velours et ses mots de soie. Vous l'avez compris, l'écriture est belle, habile, lyrique.
Une des grandes forces de ce livre, ce sont indubitablement ses personnages. Ils sont à triple épaisseur et l'auteur les pèle comme une orange pour nous en faire découvrir une nouvelle couche au fur et à mesure qu'ils se dévoilent dans le livre. Impressionnant. D'ailleurs, on ne peut pas parler de personnage principal tant l'auteur change de point de vue de chapitre en chapitre. Terriblement excitant et cela offre une richesse et une perspective rarement vues dans le thriller. Un véritable jeu de piste pour savoir qui mène la danse ici.
D'ailleurs, vous ai-je parlé de Sophie, la Némésis de tout le casting masculin, la fossoyeuse du mâle dominant… ?
Une fois en main, ce livre sera donc dévoré à grandes dents. Bouchée après bouchée. Dommage que la tentation de céder à quelques facilités scénaristiques ne fasse redescendre la tension d'un cran mais ça ne pollue en rien le moment. Jacques Saussey est pétri de talent et rassasie notre vorace faim de loup !
Ahwouuuuuhhh !!! (si, si, c'est bien le cri du loup...)

Lien : http://cestcontagieux.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          313
gruz
  18 janvier 2016
Jacques Saussey est un vrai conteur populaire. Il le prouve une fois de plus tout au long de ce roman à la couverture aguicheuse (mais bien en relation avec l'intrigue).
Sous ce titre intrigant, le loup peint, il y développe un récit divertissant qui propose son lot de surprises. Dès le départ, l'histoire tient en haleine, dans la veine de ses précédents thrillers, avec comme caractéristique de nous embringuer au travers de plusieurs pistes. Et puis, un roman qui se déroule dans le milieu vétérinaire et avec une femme dangereuse, c'est plutôt original.
Autant le dire de suite, ce qui a été un avantage pour certains lecteurs, a été un point faible me concernant. Sans entrer dans un détail qui ne ferait que déflorer les intrigues entremêlées, je dois dire que la partie en lien direct avec le titre n'aura pas rassasié ma soif de curiosité. Un sujet qui est en fait à peine effleuré, alors que le potentiel était immense. Un goût d'inachevé qui n'aura heureusement pas complètement gâché mon plaisir de lecture.
Car du plaisir, il y en a, oh oui. Pour les protagonistes, au sens propre comme au figuré, vu qu'ils semblent tous avoir le centre de la pensée placé en dessous de la ceinture (c'est ludique, sexuellement explicite, mais assez caricatural). Pour le lecteur également, à travers cette histoire assez étonnante voire parfois étrange.
L'écriture de Saussey est à la fois fluide et alerte, sans fioritures mais pleine de bons mots. C'est d'ailleurs lors des passages où l'auteur se lâche que j'ai pris le plus de plaisir. A l'image de la seconde partie qui met en avant une équipe de bras cassés de la police, et qui est l'occasion pour lui de s'amuser lors de dialogues franchement savoureux. Auteurs, lâchez vous plus souvent, on en redemande !
Si l'intrigue m'a semblé toussoter quelquefois et n'a pas répondu à mes aspirations, les inspirations de Jacques Saussey à coups d'expirations langagières me resteront en mémoire.
Je répète ce que je disais en introduction, l'auteur est un vrai conteur populaire. Ne cherchez aucun sous-entendu dans mes propos, pour moi c'est une vraie qualité qui présage encore de chouettes moments à venir.
Lien : https://gruznamur.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
stokely
  04 février 2017
Première lecture de Jacques Saussey pour moi, j'ai lu de bons avis sur cet auteur et l'ai rencontré à plusieurs reprises sur des salons de livres.
J'ai aimé ce récit mené tambour battant en effet dès le début nous suivons Vincent un jeune vétérinaire, celui-ci va voir sa vie basculer en rentrant de chez Marion sa maitresse un soir. Il va se faire pourchasser par d'autres personnes à bord d'une autre voiture. Vincent parviendra a en réchapper de justesse et à rentrer chez lui mais la encore tout ne se passe pas comme prévu.
Dès le début cela commence très fort mais ceci n'est qu'une petite partie de tout ce qui se passe dans ce livre, une intrigue complexe avec des personnages plus ou moins névrosés.
Cela me donne envie de lire d'autres livres de l'auteur.
J'ai aimé aussi les clins d'oeils à ses amis écrivains en effet certains noms de sont pas inconnus.
Commenter  J’apprécie          250
Loley
  06 janvier 2016
Oh my god comment vous parler d'une lecture pareille, comment retranscrire tout ce que j'ai ressenti à travers cette bombe.
Vous êtes en train de vous dire cette nana aime tout ce qu'elle lit et bien pas du tout, je sélectionne juste autant que possible.
Quand on a compris ce qui nous fait vibrer il suffit de s'y jeter dessus, c'est pourquoi je ne me fais pas prier et justement ayant tout lu et tout aimé de Jacques Saussey j'en redemande dès que possible.
Je pense que ça fait de moi une inconditionnelle et "Le Loup peint" n'a pas fait exception je l'ai dévoré sans sommation.
Ah il est important de vous préciser qu'il s'agit d'un oneshot, les personnages récurrents de la série habituelle ne sont pas présents dans cette dernière publication.
On les aime mais ça change et ça permet de mieux les retrouver plus tard.
Vincent est vétérinaire, son épouse sait qu'il la trompe, leur couple est mort en même que leur fils lors d'un accident de la route.
Je suis rentrée rapidement dans leur vie brisée, leur douleur...
Une nuit il reprend la route après une partie de jambes en l'air avec sa maîtresse, il va croiser une voiture avec des gens armés et va le regretter amèrement.
Quand un des tueurs repart dans sa voiture avec son portable branché à l'intérieur, sa carte grise où figure son adresse, on sent que ça va finir très mal... Un homme prit au piège et accusé du pire...
La tension ressentie pourrait bien se couper au couteau tant elle est épaisse et vous faire cauchemarder, si si c'est fait pour moi et ce dans les 50 premières pages alors imaginez la suite.
Ces scènes d'action sont purement folles, on pourrait les croire tirées d'un film, d'ailleurs en parlant de film si ça pouvait donner des idées ce serait top.
On peut dire que le Loup peint est terrifiant à certains moments, surtout quand le terrorisme vient se greffer dessus.
L'auteur souffle le chaud et le froid sur son thriller, les milieux bourgeois et les quartiers défavorisés comme l'immersion dans une cité avec son parlé "racaille".
Sans oublier une petite touche d'humour bien placée.
J'ai fait une rencontre surprenante, il s'agit du commandant Paul Colize, d'habitude je ne le croise pas dans des pages mais je lis ses livres.
Les noms de rues et avenues sont du même acabit, un joli clin d'oeil ou hommage c'est selon.
D'ailleurs la fine équipe de flics est du genre hors norme, limite cocasse parfois.
Il fait chaud dans ce roman, séduction, sensualité et sexe réchauffent l'atmosphère mais il s'y joint le calcul, la ruse et une vraie chasse quand sa proie est tellement faible qu'il faut en passer par là parce que c'est facile.
Je parle de vous messieurs hum...
Le lecteur ressent cette force qu'un être mauvais utilise pour tuer à dessein, on peut presque rentrer dans la tête du tueur c'est parfaitement réalisé.
Je ne serais sûrement pas la seule à me torturer les neurones sur le titre, est-ce un tableau ou encore un loup?
L'explication tombe comme une leçon instructive et appréciable, de celles qu'on apprend à l'école et dont on se souvient longtemps.
J'ai adoré m'asseoir à ma place et écouter le maître, par contre je ne gâcherais pas votre plaisir et ne vous dévoilerais rien, il vous suffit de faire comme moi, venez vous asseoir...
Mon année livresque commence sur les chapeaux de roue, je persiste et j'insiste Jacques Saussey est un excellent auteur, terriblement bon dans le domaine du noir, il fait partie de mes auteurs préférés.
A chaque roman publié j'ai la forte impression que le niveau monte encore d'un cran et je me dis qu'il va être difficile de faire mieux pour le suivant et pourtant cela semble être un exercice devenu facile car le challenge est remporté haut la main.
Et si ça s'appelait le talent tout simplement...

Lien : http://leshootdeloley.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Lilou08
  06 février 2016
Recevoir un livre dans ma boite aux lettres grâce à Babélio et ses masses critiques est toujours pour moi un grand plaisir… le bonheur peut être enfantin, mais réel de vivre Noël avant l'heure… alors avant de débuter cette critique je remercie vivement Babélio et les éditions du Toucan pour cet envoi du livre « le loup peint » de Jacques Saussey.
C'est le 1er livre de cet auteur que je lis… je ne connaissais pas, mais j'avais repéré il y a peu la critique élogieuse sur ce livre d'un autre auteur de polar que j'aime beaucoup et qui n'hésite pas à faire de la pub à ses collègues écrivains, ce que j'apprécie vivement chez lui outre son écriture et son extrême gentillesse. Jean-Michel Lecoq pour ne pas le nommer !
Donc quand j'ai vu dans la liste de Babélio « le loup peint » je n'ai pas hésité une seconde, et j'ai eu la chance de le recevoir et ainsi de le découvrir.
Disons-le tout net, un bon thriller. Tous les ingrédients sont réunis… suspens du début à la fin, intrigue bien menée, plusieurs histoires qui s'entrecoupent et se rejoignent, des personnages hauts en couleurs et tout cela se passe dans l'Yonne à Auxerre, ville que je connais bien pour y avoir vécu quelques années. Bref tout pour me plaire.
Je n'ai pas spécialement envie de rentrer dans le détail de l'histoire, vous en savez suffisamment avec le résumé éditeur, en parler dévoile toujours un peu trop… Personnellement j'aime avoir la surprise de l'intrigue quand je lis un thriller. Sachez juste que ce pauvre Vincent Galtier est pris dans un engrenage diabolique, sanglant…. Et personne ne veut écouter la vérité, sa vérité… au premier chef, la police ! qui n'est pas à son avantage dans ce polar, je l'avoue… l'honneur de la police est un peu rattrapé en fin d'intrigue, mais à peine…
Tour à tour les personnages nous parlent, même les animaux (j'ai beaucoup aimé être dans la tête du chat, d'une renarde et surtout de Joey !). J'ai aimé aussi l'hommage rendu par l'auteur à certains auteurs et dessinateur (Cabu… grand merci) via les noms de rues fictives d'Auxerre.
Quand je finis un livre, j'aime lire les remerciements de l'auteur… c'est une habitude, cela me permet souvent de « sentir » l'humain derrière l'auteur. Et j'ai aimé ce que j'ai « senti » en lisant ceux de Jacques Saussey. Il y remercie les lecteurs, les libraires et les blogueurs qui partagent leurs avis de lecture et lui offrent soutien et promo. C'est bien la première fois que je lis cela…. Soyez en remercié sincèrement monsieur Saussey.
Que dire d'autre ? je vous souhaite vivement de découvrir ce thriller qui vaut le détour et offre un bon moment de lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Lilou08Lilou08   03 février 2016
– Bon, tu accouches, oui ? Pourquoi tu penses qu’il est innocent ?
Benoît Martin, le simplet de la brigade, mit alors un sucre dans son café et commença à le touiller en rassemblant son courage à deux mains.
– À cause de son chat.
Milan crut avoir mal entendu.
– Son chat ?
Martin hocha la tête.
– Ouais. Il est venu se frotter contre lui, l’autre soir, juste avant qu’on l’embarque.
Richard Milan prit une profonde respiration. De l’air. Il lui fallait de l’air avant que…
– Une femme seule… un chat seul… je te parie ce que tu veux que le matou dormait avec sa maîtresse, cette nuit-là.
L’air resta bloqué dans les poumons de Richard Milan. Il posa des yeux incrédules sur Martin qui plissait les paupières en buvant une gorgée du café brûlant tout en soufflant sur sa tasse.
– Alors… pfuuuu… s’il avait été là quand le vétérinaire a découpé sa femme en morceaux, s’il avait assisté aux coups, au massacre… pfuuuu… tu crois vraiment qu’il serait ensuite allé se frotter contre ses jambes ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ange77ange77   24 juin 2016
Il s’arrêta à l’angle de l’avenue du maréchal Norek. À sa droite, après un petit immeuble bourgeois de quatre étages, le boulevard Chattam s’enfonçait dans un quartier de maisons cossues en direction opposée à l’hôpital. De l’autre côté du carrefour, l’avenue Minier, plus étroite, offrait une densité d’habitations et de commerces plus propice aux interrogatoires de porte à porte.
Commenter  J’apprécie          144
Lilou08Lilou08   03 février 2016
Parfois, il arrivait à l’homme de sentir fort. Mais là, il y avait une nuance que Léo ne connaissait pas. Une nuance qui le fit reculer malgré lui lorsque les pas silencieux s’avancèrent jusqu’au bas de l’escalier.
L’Inconnu resta longtemps immobile. Léo s’incrusta peu à peu dans l’ombre du mur, sous le guéridon d’angle du couloir de l’étage.
Puis il entendit la première marche grincer. Il se recroquevilla sous le guéridon jusqu’à sentir la plinthe lui entrer dans la chair. Le frottement des semelles, qui montaient lentement sur le parquet en essayant de faire le moins de bruit possible, devint vite intolérable.
Les jambes apparurent dans son champ de vision. Il reconnut alors l’odeur de la terre sur le pantalon de l’inconnu. Mais ce n’était pas de la terre du jardin. Non. Plutôt celle de la forêt.
Et puis il y avait aussi celle du sang.
Les pieds se posèrent sur le palier. L’odeur de la créature était de plus en plus forte, mélange de l’acidité piquante de son urine et du parfum douceâtre et écœurant de la mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lilou08Lilou08   03 février 2016
Soudain, il se figea dans l’ombre. Là, à quelques pas de lui, une silhouette obscure se faufilait dans le noir plus dense qu’elle. L’odeur était forte. Désagréable. Mais moins que ce qu’il avait dû manger depuis qu’il avait quitté les tétines de sa mère.
Joey jaugea la taille de la créature, essayant de voir si elle était dangereuse. Ses petites pattes, beaucoup moins longues que les siennes, ne l’inquiétaient pas. Mais il avait appris à se méfier des dents des autres animaux. Depuis que ses frères et sœurs étaient morts, les jeux avaient disparu. Lorsqu’il croisait une autre mâchoire sur son chemin, c’était à celui qui la refermerait le premier sur le cou de l’autre.
Et à ce jeu-là, il n’avait jamais perdu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
BoulibooksBoulibooks   06 février 2017
Richard haussa un sourcil circonspect. Entendre Martin dire "merdier", c'était un peu comme si la comtesse de Ségur se mettait soudain à taguer "mort aux vaches" sur les murs de la mairie du XVIe arrondissement de Paris.
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Jacques Saussey (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Saussey
la nouvelle enquête menée par Lisa et Daniel Magne signée Jacques Saussey
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Colère noire" de Jacques Saussey.

Quel est le prénom du nom de Heslin qui aide Magne dans son enquête ?

Lise
Lisa
Lisy

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Colère noire de Jacques SausseyCréer un quiz sur ce livre
. .