AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782372580687
224 pages
Éditeur : Taurnada Éditions (13/02/2020)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 58 notes)
Résumé :
Mac Murphy est un soldat d'élite. Mac Murphy est fort. Mac Murphy est dur. Mac Murphy est fou. Mac Murphy trimbale dans sa tête une épouvantable machine à brouillard qui engloutit ses souvenirs, sa raison et l'essentiel de son âme, morceau après morceau.
Quand les habitants de Grosvenore-Mine, ce village perdu dans les profondeurs de l'Australie, se hasardent à enlever la fille de Mac Murphy, ils ne savent pas à quel point c'est une mauvaise idée.
Une ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (52) Voir plus Ajouter une critique
Cannetille
  02 mars 2020
Après une longue carrière de soldat d'élite, McMurphy a été écarté de l'armée australienne pour des troubles de mémoire qui lui font dire qu'il a une machine à brouillard dans la tête. Au cours d'un road-trip dans le désert australien en compagnie de sa fille de treize ans, l'adolescente disparaît à leur arrivée dans la petite ville de Grosvenore-Mine. Lancé sur ses traces, le père retrouve ses réflexes de commando et n'hésite pas à se transformer en redoutable tueur. Mais où est donc passée la jeune fille ?

La folie accueille d'emblée le lecteur, puisque le récit est structuré sous la forme de rapports psychiatriques, relatant l'expérience destinée à faire raconter les événements de Grosvenore-Mine par cet homme considéré extrêmement violent et dangereux. L'esprit brouillé du patient permet néanmoins de découvrir peu à peu son histoire pour le moins mouvementée, dans un langage parfois confus et perturbé, mais qui a gardé la force percutante d'un homme d'action rompu aux pires épreuves.

L'on se retrouve ainsi très vite plongé dans un thriller captivant et rythmé, dont on finit par deviner la direction, sans toutefois appréhender l'issue. L'intrigue se tisse autour du traumatisme, capable de faire perdre la raison aux plus aguerris des hommes, mais pas forcément par là où on aurait pu s'y attendre le plus : à chacun son talon d'Achille.

Nous livrant tout autant l'observation clinique que le ressenti intime de la démence, Tito Desforges nous fait toucher du doigt l'atrocité du désespoir le plus noir, celui qui vous fait basculer dans la déraison, occasion ici d'un récit musclé faisant largement référence à Vol au-dessus d'un nid de coucou. L'impression dominante est celle d'une extrême violence, moteur d'une narration délibérément tournée vers l'action : les sentiments n'y interviennent que par surprise, de façon d'autant plus dévastatrice qu'ils avaient été mis sous cloche.

Au bémol près d'une violence parfois très présente qui ravira les amateurs de héros « ramboiesques » aussi tendres que coriaces, ce page-turner, très facile et agréable à lire, est mené tambour battant avec la plus grande efficacité. Il réussit à vous attacher à son principal protagoniste : une machine à tuer au paradoxal coeur de père.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          760
le_Bison
  12 février 2020
Bienvenue à Grosvenore-Mine, ses joies, ses pochetrons et ses kidnappeurs d'enfants. Voilà la pancarte que j'aurais dû lire avant d'entrer dans ce bled aux confins du bush australien. Mon Nissan 4x4 chargé de poussière, la traversée du désert, une cassette à bande magnétique de Nick Cave dans l'autoradio crachote ses sombres mélopées. La poussière se soulève de l'asphalte brûlant, ma gorge brûlée par l'incandescence du soleil, une allumette craque et mon corps s'enflamme aussitôt, combustion spontanée d'une vie dans le brouillard.
Mc Murphy est donc en ballade en terre australe. Il crapahute le bush avec sa fille Louise. Une soif, une envie de burger, stop au prochain bouge où les gueules cassées semblent fricoter avec la consanguinité. La poussière jusque dans les yeux et les pans de la chemise ouverte, la sueur ocre, le temps de s'asperger quelques brins d'eau dans les toilettes derrière le « dinner ». A son retour, plus de Louise, évaporée comme ce brouillard tenace qui enveloppe par intermittence mon esprit. Et une chose est sûre que les habitants de ce bled vont apprendre à propos de Mc Murphy : on ne s'en prend pas à la famille d'un vétéran du Viêt-Nam impunément. Ça va saigner, dommages collatéraux inévitables, il va y avoir des morts dans cette histoire.
J'ai soif. J'ai envie de revoir Vol au-dessus d'un nid de coucou. Enlevez-moi cette camisole blanche. Détachez-moi. Libérez, délivrez. Ma fille. Je divague. Brouillard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          444
musemania
  12 mai 2020
Cette fois-ci, ma lecture m'emmène dans un village perdu au fin fond de l'Australie à la rencontre de Mac Murphy et de sa fille. Mais en même temps, dans un hôpital secret des forces armées. Deux lieux pour au final, une même histoire remplie de suspens.
Nous disposons d'un journal de bord médical dans lequel Mac Murphy, soldat délite, revient sur les événements qui se sont passés à Grosvenore-Mine alors qu'il y effectuait un arrêt, en compagnie de sa fille. Au fil des pages, il nous narre son histoire.
Les mots d'ordre de ce livre pourraient être : ne vous fiez à personne! Les faux-semblants et la folie sont les enjeux essentiels du récit. Cela se lit assez rapidement et j'ai aimé cette quête de la vérité, savoir quel était le vrai du faux. le paradoxe entre cet ancien soldat d'élite et l'amour profond du père est finement disséqué.
Ce qui m'a empêché d'avoir un coup de coeur serait le style d'écriture, parfois difficile à suivre et assez brut. Bien entendu, ce n'est que mon humble avis personnel. le héros principal étant atteint de troubles psychiques, il était normal que sa façon de s'exprimer soit assez déstabilisante. Mais ce thriller rythmé a très bien rempli son job en m'ayant fait passé un très bon moment.
Un tout grand merci aux éditions Taurnada pour leur confiance.
Lien : https://www.musemaniasbooks...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
manU17
  10 février 2020
Accompagné de sa fille Louise, Mac Murphy s'arrête dans un bouge paumé au coeur du bush australien. La chaleur est suffocante, une pause désaltérante est la bienvenue. Mais les habitants de Grosvenore-Mine ne semblent pas particulièrement réputés pour leur sens de l'hospitalité. Au point qu'après une prise de contact pour le moins tendue, la fille de Mc Murphy disparaît.
Dès lors, l'ex soldat d'élite n'aura plus qu'une obsession : retrouver sa fille. Une détermination à en perdre la raison…

Tito Desforges nous trimballe presque contre notre gré dans les méandres de la psyché de son héros. Saurons-nous discerner la part de réalité, de faux semblant, de délire et de folie ? Rien n'est moins sûr !
Son écriture aussi immersive que perturbante nous embrouille souvent, nous perd parfois mais nous accroche pourtant. de lecteurs passifs, il fait de nous des victimes consentantes mais perturbés à l'idée de finalement perdre pied.
Une lecture éprouvante, une plongée au coeur de la folie, une immersion en apnée dans La Machine à brouillard

Lien : https://bouquins-de-poches-e..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
LabiblideVal
  22 février 2020
Waoh ! Quel récit ! A lire d'une traite !
Tito Desforges nous entraîne dans les méandres de l'esprit quelque peu perturbé de Mac Murphy, ancien soldat, un dur de chez dur, revenu traumatisé du Vietnam. Il est persuadé d'avoir une « machine à brouillard » dans sa tête… A l'aide d'un traitement, des médecins militaires vont essayer de l'aider, de trouver le moyen de mettre un terme au brouillard qui lui embrume l'esprit et qui a emporté une bonne partie de ses souvenirs. Les scientifiques vont lui demander de passer par l'écrit, et à l'aide d'une médication, lui intimer de transcrire par écrit des bribes de souvenirs :
« Seigneur, que c'est bon d'écrire.
J'aime ça. Vraiment.Ou bien c'est le produit, là, le métamachin. »
Pourquoi ce traitement ? Parce que Mac Murphy clame que sa fille a disparu dans le village australien de Grosvenor-Mine. Il est même persuadé que les habitants, tous ligués entre eux, l'ont volontairement enlevée. Que s'est-il réellement passé ?
L'intrigue avance à coups de comptes-rendus médicaux dans lesquels notre soldat perd souvent l'usage de la conjugaison, utilise des expressions qui m'ont fait bien rire et sème le trouble dans l'esprit du lecteur ! J'ai adoré le passage dans lequel un Aborigène intervient ; quelle loufoquerie !
C'est au final un très bon moment de lecture : le récit est récit captivant et original pour un thriller. Les références à un certain film célèbre s'accentuent jusqu'à l'explication du dénouement final ; que personnellement, je n'ai pas vu venir.
Bref, les éditions Taurnada, ont encore réussi à atteindre leur objectif avec moi : me captiver avec leur tourbillon de mots !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
manU17manU17   29 janvier 2020
« La machine à brouillard ».

C’est le nom que j’ai trouvé pour évoquer ma maladie devant Louise. Une expression qui la fait sourire. Un peu. Pas beaucoup. Mais sourire quand même.

Sourire de son sourire de Louise, avec ses quenottes blanches comme un éventail de précieuses nacres.

La fait sourire de son sourire avec la fossette qui se creuse alors au coin gauche de ses lèvres, héritage de… de…

Sa mère.

Pourquoi diable n’arrivé-je jamais à me souvenir du nom de sa mère ?

De son sourire de Louise, mon enfant, mon joyau, avec les trois cent mille soleils qu’il fait danser au fond de ses yeux noirs.

« La machine à brouillard »…

Un plus joli nom, en tout cas, que « dégénérescence mentale », ou « sénilité précoce », ou bien « Alzheimer », ou n’importe quelle autre appellation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
le_Bisonle_Bison   10 février 2020
A mon deuxième réveil, il faisait jour, mais j’étais dans le brouillard.
Le vrai, je veux dire.
Pas celui dans ma tête, un vrai brouillard de belle et authentique vapeur d’eau qui enveloppait les vitres du Nissan de sa grisaille ouatée.
Ça arrive, dans le bush.
Un déluge s’abat au milieu de la nuit. La roche, qui n’est jamais très loin sous le sable, empêche l’écoulement de l’eau. Le matin, un quart d’heure après s’être levé, le soleil commence à souffler sur cette partie du monde son haleine de dragon furax. Le sol imbibé de flotte se met à fumer et bientôt on n’y voit plus à un mètre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
le_Bisonle_Bison   07 février 2020
La chaleur de fournaise du dehors me cogna le crâne, masse d'acier brûlant. L'air vomissait du feu. Le ras du sol vibrait comme un gaz combustible. L'asphalte de Main Street paraissait une rivière de lave noire, piégée, effarée, sous un ciel de colère en métal blanc.
Personne.
Commenter  J’apprécie          150
le_Bisonle_Bison   12 février 2020
Et puis ça n’eut plus d’importance parce que j’étais dans un noir aussi profond que silencieux, un abîme compact comme la mort au fond duquel ne survivait plus aucune pensée ni aucune sensation.
Commenter  J’apprécie          160
collectifpolarcollectifpolar   17 février 2020
C’est à ce moment-là que j’entendis, à l’extérieur, un rire que j’aurais reconnu entre mille, celui de Louise. Une voix masculine que j’identifiai comme étant celle du rouquin dit quelque chose que je ne compris pas. Louise éclata de nouveau de rire.
Je sentis la machine à brouillard redémarrer. J’eus l’impression de l’entendre, une brève toux électrique, comme un raclement de gorge, puis un ronronnement régulier, faible mais audible, qui rappelait le ronflement d’une roue de vélo quand on l’a posé à l’envers et qu’on actionne la pédale à la main.Je pus quasiment voir le nuage de brume s’avancer vers moi, dans mon cerveau, alors que je m’étais immobilisé, penché sur la porcelaine, les deux mains écartées, dans la position d’un spectateur qui s’apprête à applaudir, tandis que me parvenait de très loin le bruit du ruissellement de l’eau par le robinet ouvert à fond.
Le brouillard pulsé par la machine qui déferlait sur moi, lente houle, vague inexorable, vapeur animée d’une vie propre et déterminée à m’engloutir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Video de Tito Desforges (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tito Desforges
« La Machine à brouillard », la bande-annonce. Un thriller de Tito Desforges.
Mac Murphy est un soldat d'élite. Mac Murphy est fort. Mac Murphy est dur. Mac Murphy est fou. Mac Murphy trimbale dans sa tête une épouvantable machine à brouillard qui engloutit ses souvenirs, sa raison et l'essentiel de son âme, morceau après morceau. Quand les habitants de Grosvenore-Mine, ce village perdu dans les profondeurs de l'Australie, se hasardent à enlever la fille de Mac Murphy, ils ne savent pas à quel point c'est une mauvaise idée. Une époustouflante plongée dans l'amour d'un père pour sa fille et dans les tréfonds de la démence d'un homme. Inlâchable. Attention : cauchemar.
Roman disponible le 13 février 2020 (papier & numérique).
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2051 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..