AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 237258068X
Éditeur : Taurnada Éditions (13/02/2020)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Mac Murphy est un soldat d'élite. Mac Murphy est fort. Mac Murphy est dur. Mac Murphy est fou. Mac Murphy trimbale dans sa tête une épouvantable machine à brouillard qui engloutit ses souvenirs, sa raison et l'essentiel de son âme, morceau après morceau.
Quand les habitants de Grosvenore-Mine, ce village perdu dans les profondeurs de l'Australie, se hasardent à enlever la fille de Mac Murphy, ils ne savent pas à quel point c'est une mauvaise idée.
Une ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
le_Bison
  12 février 2020
Bienvenue à Grosvenore-Mine, ses joies, ses pochetrons et ses kidnappeurs d'enfants. Voilà la pancarte que j'aurais dû lire avant d'entrer dans ce bled aux confins du bush australien. Mon Nissan 4x4 chargé de poussière, la traversée du désert, une cassette à bande magnétique de Nick Cave dans l'autoradio crachote ses sombres mélopées. La poussière se soulève de l'asphalte brûlant, ma gorge brûlée par l'incandescence du soleil, une allumette craque et mon corps s'enflamme aussitôt, combustion spontanée d'une vie dans le brouillard.
Mc Murphy est donc en ballade en terre australe. Il crapahute le bush avec sa fille Louise. Une soif, une envie de burger, stop au prochain bouge où les gueules cassées semblent fricoter avec la consanguinité. La poussière jusque dans les yeux et les pans de la chemise ouverte, la sueur ocre, le temps de s'asperger quelques brins d'eau dans les toilettes derrière le « dinner ». A son retour, plus de Louise, évaporée comme ce brouillard tenace qui enveloppe par intermittence mon esprit. Et une chose est sûre que les habitants de ce bled vont apprendre à propos de Mc Murphy : on ne s'en prend pas à la famille d'un vétéran du Viêt-Nam impunément. Ça va saigner, dommages collatéraux inévitables, il va y avoir des morts dans cette histoire.
J'ai soif. J'ai envie de revoir Vol au-dessus d'un nid de coucou. Enlevez-moi cette camisole blanche. Détachez-moi. Libérez, délivrez. Ma fille. Je divague. Brouillard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          434
manU17
  10 février 2020
Accompagné de sa fille Louise, Mac Murphy s'arrête dans un bouge paumé au coeur du bush australien. La chaleur est suffocante, une pause désaltérante est la bienvenue. Mais les habitants de Grosvenore-Mine ne semblent pas particulièrement réputés pour leur sens de l'hospitalité. Au point qu'après une prise de contact pour le moins tendue, la fille de Mc Murphy disparaît.
Dès lors, l'ex soldat d'élite n'aura plus qu'une obsession : retrouver sa fille. Une détermination à en perdre la raison…

Tito Desforges nous trimballe presque contre notre gré dans les méandres de la psyché de son héros. Saurons-nous discerner la part de réalité, de faux semblant, de délire et de folie ? Rien n'est moins sûr !
Son écriture aussi immersive que perturbante nous embrouille souvent, nous perd parfois mais nous accroche pourtant. de lecteurs passifs, il fait de nous des victimes consentantes mais perturbés à l'idée de finalement perdre pied.
Une lecture éprouvante, une plongée au coeur de la folie, une immersion en apnée dans La Machine à brouillard

Lien : https://bouquins-de-poches-e..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Root
  17 février 2020
Mac Murphy est le genre d'homme à qui on ne cherche pas de poux. Traversant le bush avec sa fille, Louise, il ne craint rien. du moins, c'est ce qu'il croyait… Car il n'a pas été très inspiré de faire une halte à Grosvenore-Mine – un bled avec un nom si peu engageant, je prends sur moi et je continue de crever de soif. Aussi avenants que l'appellation de leur bourg chante à l'oreille, les clients du bouge qu'il choisit jettent un regard de travers à l'étranger, sans trop s'en soucier. Et ça, ça déplaît un peu à Mac Murphy. Allons bon, il s'est arrêté pour se désaltérer, pas pour un brin de causette. le gros problème, c'est qu'en sortant des toilettes, la petite Louise a disparu. Ils ne se sont vraiment pas attaqués à la bonne personne…
La construction de ce roman est intéressante et entraînante, le récit de Mac Murphy étant entrecoupé de rapports médicaux et d'« entretiens » entre le héros et les docteurs Zimmer et Jovic. Pourquoi des médecins ? Choc post-traumatique ? N'oublions pas que notre bonhomme a fait le Vietnam, et dans sa tête, parfois… la machine à brouillard se met en marche. Rapidement, rêves et cauchemars le disputent à la réalité, et entre les deux, la frontière est mince… Vous en savez assez, en dire plus serait trop en dire. le personnage de Mac Murphy, abouti, a les épaules assez larges pour porter toute cette histoire, et ne peut laisser indifférent – j'adore les types un peu borderline qui sortent vite de leurs gonds, j'ai été gâtée – et la syntaxe sporadiquement décousue dont l'a affublé l'auteur sert l'ambiance oppressante qui règne jusqu'aux dernières pages. Un seul regret, pour ma part : avoir compris trop tôt. Mais Tito Desforges a d'excellentes références, et confronte à merveille son lecteur à des émotions brutes. Il faut une certaine audace pour écrire un roman comme celui-ci en France. Une bonne démonstration de la folie humaine, ou quand la psyché n'en fait qu'à sa tête…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
chantal13
  09 février 2020
Je remercie Joël ainsi que les éditions Taurnada et l'auteur Tito Desforges.
Je vous met les petits plus :
Il y a beaucoup d'humour malgré le thème de l'histoire, c'est une bouffée d'air frais.
Les dates pour s'y retrouver dans l'histoire.
Les échanges entre le médecins et le patient.
Les comptes rendu du patient, enregistrement filmé par le Dr Jovic qui est l'assistant du Dr Zimmer.
Le petit moins :
Parfois certaines descriptions sont un peu longues à mon goût.
Dès le départ nous savons à quoi nous attendre. Une discussion entre le Dr Zimmer et le patient Nicolas Forman mais qui veux se faire appeler Randall (Randy) Mac Murphy, nous comprendrons pourquoi plus tard. Il participe à un projet "Memory Lane", un chemin mémoire dans le but de faire revenir les souvenirs enfouis dans un centre dont le nom est confidentiel.
Nicolas Forman est un homme avec un regard vivace ou vide. Son visage et son torse sont marqués de multiples cicatrices dû à son ancien métier de soldat. Il a participé à 16 ans à la guerre du Vietnam, il fût le seul survivant de son bataillon.
Il doit consigner sur un carnet les souvenirs des évènements qui ont lieu à Grosvenore qui l'ont conduit à être enfermer et accuser de meurtre ou du moins c'est plutôt un bain de sang.
Lors des entretiens, il est attacher aux poignets et aux jambes pour plus de sécurité dans une cellule capitonné.
"C'est effarant à quel point cet homme peut passer d'un état de fureur et de confusion extrême à une attitude presque normal"
La machine à brouillard est le nom donné pour sa maladie mentale (dégénérescence mentale, sénilité précoce). Il a des TOC (Troubles Obsessionnelles Compulsif), il répète plusieurs fois des mots, ce qui peut rebuter la lecture au début.
A travers le récit de Nicolas, nous revivons avec lui les évènements et à comprendre comment il en ai arriver à être enfermer mais on ne sais plus ou est le rêve et la réalité.
"La folie est un abîme et qui y plonge n'en voit jamais le fond"
Il souffre de confusion, psychose hallucinatoire (il peut voir, sentir, toucher des choses qui n'existent pas, une distorsion mental) suite à un évènement familiale qui l'a touché et il est dans le déni volontairement mais si parfois, il a des moments de lucidité.
Donc pour finir, je dirais que comme pour pas changer, j'ai rien vu venir même si vers la fin j'ai eu quelques doutes.
Jusqu'où la perte peut nous mener vers la folie ?? Et si rester dans le déni permanent pouvais aider à atténué la douleur, pourquoi pas ?
Lisez cette histoire et faites vous votre propre idée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Sabine57
  10 février 2020

Attention, en lisant ce livre vous entrez dans son subconscient et ça peut être dangereux, il y a un de ces bordel dans sa tête.
On peut suivre chapitre par chapitre son récit qu'il doit raconter au docteur Zimmer, car il est isolé et très dangereux. Il a commis l'irréparable.
Sa fille Louise s'est faite kidnappé alors qu'ils déjeunaient dans un endroit assez glauque, il a suffi de deux secondes d'inattention et plus de Louise.
Mais qui est donc ce Mac Murphy?
Alors une petite pensée pour tous ces ploucs qui habitaient à Grosvenore-Mine, un lieu paumé au fin fond de L'Australie car Mac Murphy va vraiment être très en colère, ça va chier !!!!
Il est grand, il est fort et il n'hésite pas à tout dézinguer sans la moindre empathie.
Il tue à sa manière très particulière, sans pitié, sans remords avec passion même, je dirais. L'armée a fait de lui une machine dommage que cette machine déconne un max.
Parfois il se répète et raconte des histoires un peu différentes mais c'est normal, il a le cerveau un peu grillé, en lisant ce thriller vous saurez pourquoi.
Ce gros brouillard qui remplit sa tête, le pauvre homme est rempli de haine et de colère, il veut juste qu'on lui retrouve sa fille Louise.
Je peux dire que j'ai beaucoup aimé ce roman où il y a beaucoup d'action, des scènes hyper violentes et sanglantes comme j'aime. Mais aussi on est comme possédé par la folie de ce personnage qui a un gros souci. On peut dire que c'est classé dans la série des romans psychiatriques quand on découvre la vérité.
Je remercie les éditions Taurnada pour cette découverte, un roman assez trash , avec une dose de quelque chose que j'aime, la différence.
J'ai été vraiment épatée par la fin, je m'attendais pas du tout à cette conclusion.
Un grand bravo à l'auteur pour son premier roman et son imagination incroyable.

Lien : https://sabineremy.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
collectifpolarcollectifpolar   17 février 2020
C’est à ce moment-là que j’entendis, à l’extérieur, un rire que j’aurais reconnu entre mille, celui de Louise. Une voix masculine que j’identifiai comme étant celle du rouquin dit quelque chose que je ne compris pas. Louise éclata de nouveau de rire.
Je sentis la machine à brouillard redémarrer. J’eus l’impression de l’entendre, une brève toux électrique, comme un raclement de gorge, puis un ronronnement régulier, faible mais audible, qui rappelait le ronflement d’une roue de vélo quand on l’a posé à l’envers et qu’on actionne la pédale à la main.Je pus quasiment voir le nuage de brume s’avancer vers moi, dans mon cerveau, alors que je m’étais immobilisé, penché sur la porcelaine, les deux mains écartées, dans la position d’un spectateur qui s’apprête à applaudir, tandis que me parvenait de très loin le bruit du ruissellement de l’eau par le robinet ouvert à fond.
Le brouillard pulsé par la machine qui déferlait sur moi, lente houle, vague inexorable, vapeur animée d’une vie propre et déterminée à m’engloutir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolarcollectifpolar   17 février 2020
Je jaillis des toilettes plutôt que je n’en sortis, achevant de revêtir ma chemise, négligeant de la boutonner.
Ma dernière vision claire fut celle de la rue principale, déserte et figée sous le soleil au zénith dont la lumière rebondissait en éclats douloureux sur la vitrine du supermarché et les pare-brise des quelques véhicules garés.
« Louise ? »
Le brouillard me happa alors que j’arrachai presque la porte-moustiquaire et me jetai, poitrail en avant, sur les volets d’entrée du simili saloon.
La puanteur graisseuse de l’intérieur m’emplit les narines, achevant d’étouffer mes pensées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
collectifpolarcollectifpolar   17 février 2020
À un petit mile vers l’ouest, au sommet d’une modeste butte, le chevalement entouré de cabanes de chantiers de la petite mine de cuivre dont l’exploitation avait un jour justifié l’édification de « Null’part-ville », pardon, Grosvenore-Mine. Et qui, à en juger par l’aspect tordu de la ferraille, ne datait pas d’hier. Deux ou trois décennies plus tôt, à vue de nez.
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolarcollectifpolar   17 février 2020
Docteur Zimmers :
Monsieur Forman…
Le patient :
Mac Murphy. Mon nom est Mac Murphy. Merde ! combien de fois…
Docteur (conciliant) :
Si vous voulez. Notre projet a été baptisé « Memory Lane », Chemin-Mémoire. L’antipsychotique que nous comptons expérimenter avec votre aide, si vous y consentez, s’appelle le Mélarkaprotozolam…
Patient :
Ils ont de ces noms !
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolarcollectifpolar   17 février 2020
Après ma bataille ridicule contre les termitières, j’étais couvert de sable rouge. J’avais l’air d’un golem de sang, d’un enfant qui s’est roulé par terre (un gamin de près de deux mètres de haut et un de large aux épaules, c’est-à-dire), d’un cadavre mahousse enterré dans le bush et tout juste sorti de sa tombe.
L’air d’un barjo, en un mot.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Tito Desforges (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tito Desforges
« La Machine à brouillard », la bande-annonce. Un thriller de Tito Desforges.
Mac Murphy est un soldat d'élite. Mac Murphy est fort. Mac Murphy est dur. Mac Murphy est fou. Mac Murphy trimbale dans sa tête une épouvantable machine à brouillard qui engloutit ses souvenirs, sa raison et l'essentiel de son âme, morceau après morceau. Quand les habitants de Grosvenore-Mine, ce village perdu dans les profondeurs de l'Australie, se hasardent à enlever la fille de Mac Murphy, ils ne savent pas à quel point c'est une mauvaise idée. Une époustouflante plongée dans l'amour d'un père pour sa fille et dans les tréfonds de la démence d'un homme. Inlâchable. Attention : cauchemar.
Roman disponible le 13 février 2020 (papier & numérique).
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1797 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..