AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Alfred Gerardin (Traducteur)
EAN : 9782377354313
648 pages
Éditeur : Archipoche (12/03/2020)
  Existe en édition audio
3.85/5   1658 notes
Résumé :
Dans un orphelinat de l'Angleterre victorienne, Oliver Twist survit au milieu de ses compagnons d'infortune. Mal nourri, exploité, il est placé dans une entreprise de pompes funèbres où, là encore, il ne connaît que privations et mauvais traitements. Oliver endure tout, jusqu'au jour où une provocation de trop le pousse à s'enfuir vers Londres.
Epuisé, affamé, il est recueilli par une bande de jeunes voleurs qui travaillent pour le vieux Fagin. Entre Dodger, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (163) Voir plus Ajouter une critique
3,85

sur 1658 notes

isajulia
  22 avril 2013
Le style de Dickens est inimitable, lui seul a le don de dépeindre des situations graves avec force et justesse.
Oliver Twist, c'est l'histoire d'un enfant qui se retrouve orphelin dès sa naissance, sa mère étant morte en couches. Placé, il échoue chez un croque-mort qui lui inflige privations et mauvais traitements. Suite à une altercation avec un apprenti du fabriquant de cercueils, le petit Oliver s'enfuit à Londres en espérant vivre une nouvelle vie. Une fois de plus, la destin lui jouera un mauvais tour en mettant sur sa route une bande de voleurs, dirigée par Fagin, un vieux juif qui lui fait accomplir des petits larcins. Arrêté pour un vol qu'il n'a pas commis, un gentilhomme, Mr Brownlow, prends Oliver sous son aile, mais la bande à Fagin qui ne compte pas en rester là, retrouve le petit et l'obligent à participer à un cambriolage qui tourne mal. Blessé, Oliver est récupéré par la famille Maylie qui v'a s'occuper de lui jusqu'à ce qu'il puisse retourner avec Mr Brownlow et enfin connaître la vérité concernant ses origines et sa famille...
Ce roman est tout simplement époustouflant, il décrit avec précision la situation des enfants orphelins dans l'Angleterre Victorienne du XIXème siècle. Il met en avant les différences entre les classes sociales et l'injustice qui en découle. Poignant de vérité, à mes yeux Oliver Twist est une très grande oeuvre qui prend aux tripes. A lire et à relire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1266
qmike549
  15 décembre 2020
Charles Dickens profite de ce roman pour passer un message fort : La montée du Capitalisme – Les nantis victoriens pensaient que la société fonctionnerait mieux si les individus veillaient à leurs propres intérêts.
(A ce propos : rien n'a changé aujourd'hui avec la mentalité des Lobbyistes.. !).
« Oliver Twist » est sans aucun doute l'un des personnages les plus connus, celui qui revient sans cesse dans nos mémoires, lorsque l'on évoque le nom du célèbre écrivain anglais de l'ère victorienne : Charles Dickens.
« Oliver Twist » est la naissance d'un petit enfant au triste avenir, dans une maison ou plutôt une « workhouse »
En Grande-Bretagne, «Workhouse» est maison de travail, une institution locale où les personnes incapables de subvenir à leurs besoins financiers se voyaient proposer un logement et un emploi. .
Nombreux étaient employés à des tâches telles que casser des pierres, broyer des os pour produire de l'engrais, ou ramasser de l'étoupe à l'aide d'un gros clou métallique appelé "pique"....Le bagne...!
Dès les premières pages de ce roman, Charles Dickens satire les organisations caritatives dirigées par l'église et le gouvernement à l'époque de Dickens.
Le système décrit par Dickens a été mis en place par la loi sur les pauvres de 1834, qui stipulait que les pauvres ne pouvaient recevoir une aide du gouvernement que s'ils s'installaient dans des centres de travail du gouvernement. (Comment dit-on aujourd'hui : du donnant donnant !)
Nous avons tous compris que le but des bien-pensants de l'époque était de décourager les pauvres de réclamer assistance, de l'aide….
« Oliver Twist » est un enfant placé dans une ferme pour enfants dirigée d'une main de fer par une détestable bonne femme avare, la dénommée Mme Mann.
« Oliver Twist » est M. Bumble un bedeau cruel et égoïste.
Un fonctionnaire paroissial mineur qui supervise le foyer paroissial et l'orphelinat de Mudfog, une ville de campagne située à plus de 75 miles de Londres.
« Oliver Twist » est M.Sowerberry entrepreneur de pompes funèbres et fabricant de cercueils.Il possède, exploite une petite boutique de produits sombres dans une petite ville située à environ 75 miles de Londres.
« Oliver Twist » Noah Claypole un personnage maigre taillé comme une aiguille, apprenti dans la boutique de M. Sowerberry.
« Oliver Twist » est l'opposition Ville et Campagne.
Toutes les privations brimades subies par notre pauvre Olivier Twist se produisent en ville à Londres. Lorsque les Maylies emmènent Oliver à la campagne, il découvre une "nouvelle existence, notre nouvelle espérance….
« Oliver Twist » est également symboles :
a) – Charles Dickens n'a pas donné au hasard, le nom de Twist pour cet enfant : ce nom rappelle les revirements de fortune pour le pauvre Oliver….
b) – Charles Dickens n'a pas non plus donné le nom de Rose Maylie par hasard : Rose un nom de fleur – Rose symbole de la beauté, de la jeunesse, de passion, de l'amour
c) – Idem pour le nom de Sowerberry - Berry en anglais est une baie au goût amer qui fait grimacer, la lecture des phrases concernant ce personnage nous laisse un goût désagréable dans la bouche.
d) - La rencontre de Brownlow et Rose sur le London Bridge : Un pont symbole d'union : ouvrage joignant une rive à une autre….Dans la religion, le pont avec symbole de lieu de passage des âmes… !
Charles Dickens profite de ce roman pour alerter sur les conditions des pauvres, sur la malnutrition des enfants à l'époque victorienne.
Charles Dickens s'inquiète également sur le travail des enfants de moins de dix ans affectés aux travaux pénibles comme les métiers de mineurs ou encore de ramoneurs. Ceux qui connaissent l'extrait des ramoneurs dans le film animé de 1964 « Mary Poppins » connaissent les conditions des enfants des années 1837….en Angleterre.
Ne pas oublier que le Parlement anglais de l'époque a encouragé le travail, l'exploitation des enfants y compris les petites filles, une main d'oeuvre bon marché. Un enfant soumis n'est pas un travailleur révolté… !
Enfin, à travers ce roman, Charles Dickens dénonce l'insécurité, la criminalité des grandes villes et notamment à Londres au XIXe siècle.
J'encourage tous nos adolescents à lire les ouvrages de Charles Dickens.
La lecture de récits du passé permet de faire des rapprochements avec notre présent.. !


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          831
Eve-Yeshe
  16 mai 2015
Oliver nait dans un hospice où sa mère vient d'accoucher de façon dramatique et y laisse la vie comme c'était fréquent à l'époque. Il nait de père inconnu et personne ne connaît de détail même insignifiant sur lui, car sa mère a été découverte dans la rue, sans alliance ni papiers.
Monsieur Bumble, le bedeau de l'église qui dirige cet hospice lui donne un nom. Il y a beaucoup d'orphelins à cette époque et il leur attribue un nom en suivant l'ordre alphabétique ; pour lui, il en est à la lettre T et ce sera Twist.
Il réside dans cet hospice jusqu'à l'âge de neuf ans. Il y est maltraité, mal nourri et considéré comme un esclave. Un jour, les enfants ont tellement faim, qu'ils tirent au sort le nom de celui qui va aller demander « un peu plus de gruau » ce qui lui vaut l'enfermement.
Le jour de ses neuf ans, la date limite au-delà de laquelle la loi ne permet plus de le garder à l'hospice, le bedeau le place chez un ramoneur : il est de petite taille, maigre à cause de la malnutrition, il pourra donc facilement entrer dans les conduits.
La maltraitance continue, hélas et un jour il s'échappe et part pour Londres à pieds.
Ce que j'en pense :

Oliver Twist m'a plu autant que la première fois. Dickens décrit de belle façon la vie des orphelins à cette époque Victorienne. Les accouchements se font dans des conditions sordides, les mères mourant souvent en couches, (fièvre puerpérale très fréquente à l'époque, Semmelweis ne mettra en évidence l'importance de l'hygiène à partir de 1847).
De plus, Oliver naît de père inconnu, et on connait la façon dont les femmes adultères étaient considérées : des femmes de rien, des putes… donc pas de raison de les ménager. Il tombe ainsi sous la loi dite « Loi sur les pauvres » (Poor Law) qui leur donne droit à une ration alimentaire minimale.
Pendant leurs neuf premières années, les enfants travaillent dans un atelier attenant à l'hospice où ils fabriquent de la filasse.
L'auteur décrit très bien ces « fermes à bébés » qui maltraitaient les enfants, avec des châtiments corporels, une alimentation insuffisante. Puis l'exploitation chez les employeurs, lorsque les neuf ans sont révolus. Là aussi, tout est prétexte à recevoir des coups, car ces enfants orphelins éveillent peu la compassion quelque soit le milieu où ils vivent.
La souffrance, l'injustice entraînent un cercle vicieux avec, les fugues, la délinquance, car les adultes savent très bien exploiter les enfants pour leur apprendre à voler les passants dans la rue. Cela nous permet de rencontrer des personnages hauts en couleurs, bandits notoires et malfaisants tels, Fagin qui lui apprend les techniques de vol, Bill Sikes,
Dickens nous décrit un enfant, qui a des valeurs morales après tout ce qu'il a traversé depuis sa naissance, et qui aurait pu ou dû le mener tout droit dans la délinquance. Il ne voit que le bon côté des gens, il ne sent pas quand on le manipule. Est-ce de la naïveté ?
Certains personnages sont attachants, tel Mr Brownlow, Mrs Bedwin, ou Nancy du côté des malfrats, d'autres répugnants de méchanceté, de pouvoir : Sikes, Monks… le bien ou le mal en somme.
Comme dans d'autres romans de l'époque, le héros est souvent pur, et comme Cendrillon, l'histoire va-t-elle se terminer en conte de fées ? On ne peut s'empêcher de penser à Cosette…
On a donc une belle description des bas-fonds, de la société qui est cruelle avec les enfants, des pouvoirs et des méfaits des institutions de l'époque : l'église, l'administration. On peut aussi voir au-delà de notre héros, une étude de l'enfance, de l'adolescence, montrant que ces enfants n'ont aucuns droits, qu'ils sont obligés de travailler très jeunes, et peuvent basculer dans la délinquance, que la maltraitance est quotidienne. Bref, un tableau détaillé de l'injustice sociale que l'auteur dénoncera toujours.
Selon Dickens, l'enfant est innocent par nature, et c'est la société qui va le façonner et déterminer son évolution future. Certes, on est obligé de constater que pour lui, il n'y a que deux possibilités, le bien ou le mal, mais il ne faut pas oublier l'empreinte de l'église, toute puissante à l'époque.
Lors de la première lecture, c'était ce côté-là qui m'avait plu : une belle histoire qui se termine avec une morale. Cette fois-ci, j'ai plus été touchée par les conditions de vie, la violence de la société à l'égard des plus démunis physiquement et mentalement et hélas, les choses ne se sont guère améliorées.
Un roman bien écrit et qui fait du bien. Des personnages bien décrits, qui bien sûr datent un peu mais qui nous touchent. Et je retiens la petite musique gaie, légère qu'on entend en arrière plan, comme une petite note d'optimisme, d'espoir, l'humour de l'auteur n'est jamais bien loin et il ne sombre pas dans le pathos.
Note : 8/10
lu dans le cadre Challenge XIXe siècle
Lien : http://eveyeshe.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          793
Gwen21
  10 janvier 2017
Il me semble que plus je lis Dickens et plus je l'apprécie.
Avec son célèbre "Oliver Twist", cet auteur emblématique de la littérature classique anglaise a réussi le double prodige de m'intéresser à une histoire que je connaissais déjà, et de me faire rire à la lecture d'un drame aussi noir que les bas-fonds de Londres.
Plus encore qu'avec "De grandes espérances" qui souffre de vraies longueurs, et qu'avec "Le magasin d'antiquités" qui pèche par un accès de mièvrerie - et bien que j'aie apprécié ces deux romans -, avec "Oliver Twist" on touche à une telle misère, la narration atteint une telle gravité, qu'on se sent envahi par un respect infini, et pour le thème traité, et pour son auteur.
Orphelin confié dès sa naissance à un dépôt de mendicité de la banlieue londonienne, le jeune Oliver possède une nature qui le préserve des vices et des défauts malgré des conditions de vie plus que spartiates. Chétif et obligeant, Oliver est condamné au rôle de la proie jusqu'au jour où la Providence décide qu'il est grand temps de placer sur son chemin quelques protecteurs aimants et charitables. Longtemps la marionnette d'une bande de brigands vicieux et violents, cible de surcroît d'un demi-frère haineux décidé à le faire disparaître de la surface de la terre, le jeune garçon échappe finalement aux dangers mortels qui le menacent grâce à la chance et à ses amis.
Au-delà du parcours initiatique d'Oliver, Dickens souhaite donner en spectacle un Londres des misérables - Hugo fera de même trente ans plus tard avec Paris. Avec une acuité du détail proprement étonnante pour l'époque, avec parfois même une mise à nue crue de la violence meurtrière et de l'indécence qui animent les crapules dont il a fait ses personnages, Dickens nous emmène très loin du confort de notre fauteuil de lecteur.
Bien sûr, on peut reprocher aux romans de Dickens un certain manichéisme - et "Oliver Twist" n'y échappe pas - mais au-delà de ce petit travers si fréquent en littérature on perçoit un intérêt véritable pour la nature humaine dans ce qu'elle offre de meilleur et de pire. Et puis le verbe est haut, le style est superbe, unique en son genre, reconnaissable entre mille, tout comme cet humour et ce goût pour la moquerie qui font sourire et rire même au coeur des pages les plus sombres.

Challenge PAVES 2016 - 2017
Challenge MULTI-DÉFIS 2016 - 2017
Challenge XIXème siècle 2017
Challenge BBC
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          654
Crazynath
  15 juillet 2021
Entre Dickens et moi, il y a du passif…et du lourd…
Adolescente, véritable livrophage, je me jetais sur tous les livres qui étaient à la portée de mes petites mains avides de lecture… Je m'étais donc lancée dans la lecture de « Des grandes espérances », et j'avoue que je n'étais pas vraiment sortie enthousiasmée par cette lecture, au contraire…
Ce qui fait que l'on peut vraiment dire que sans le challenge BBC de Gwen, pas du tout sure que je me serais lancée dans une nouvelle lecture d'une oeuvre de cet auteur…Cela faisait plus d'un an que je repoussais le moment où j'allais me plonger dans les aventures de Oliver Twist..
Et cette fois, malgré mes appréhensions dont je n'avais pas vraiment réussi à me débarrasser, je peux vraiment affirmer que la magie a fonctionné… Oui, je ressors enchantée de cette lecture et je réalise encore plus pleinement que lire les classiques à un âge un peu trop tendre ( en tout cas en ce qui me concerne ), ne permet pas toujours d'apprécier à leur juste valeur certaines oeuvres et certains auteurs…
Je ne raconterai ni n'analyserai cette histoire, car certains babelionautes l'ont déjà fort bien fait, mais je rajouterai ceci : cette histoire, je l'ai lue aussi vite que mon emploi du temps le permettait, car il faut dire que je suis vraiment tombée sous le charme de l'intrigue et des aventures du jeune Oliver…
En conclusion, oserais-je le dire ? , je suis ravie de savoir qu'il me reste encore plusieurs livres de cet auteur à découvrir, et principalement dans le cadre du challenge BBC…

Challenge BBC
Challenge Pavés 2021
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          640

Citations et extraits (217) Voir plus Ajouter une citation
CrazynathCrazynath   24 juillet 2021
Il n'était pas difficile au pauvre enfant de verser des larmes ; la faim et les coups fraîchement reçus sont très utiles quand on a besoin de pleurer ; et Oliver se mit à pleurer de la manière la plus naturelle.
Commenter  J’apprécie          60
OlivierMaldentOlivierMaldent   24 juillet 2021
It was market-morning. The ground was covered nearly ankle-deep with filth and mire; and a thick steam perpetually rising from the reeking bodies of the cattle, and mingling with the fog, which seemed to rest upon the chimney-tops, hung heavily above. All the pens in the centre of the large area, and as many temporary ones as could be crowded into the vacant space, were filled with sheep; and, tied up to posts by the gutter side, were long lines of beasts and oxen three or four deep. Countrymen, butchers, drovers, hawkers, boys, thieves, idlers, and vagabonds of every low grade, were mingled together in a dense mass: the whistling of drovers, the barking of dogs, the bellowing and plunging of beasts, the bleating of sheep, and grunting and squeaking of pigs; the cries of hawkers, the shouts, oaths, and quarrelling on all sides, the ringing of bells and roar of voices that issued from every public-house; the crowding, pushing, driving, beating, whooping, and yelling; the hideous and discordant din that resounded from every corner of the market; and the unwashed, unshaven, squalid, and dirty figures constantly running to and fro, and bursting in and out of the throng, rendered it a stunning and bewildering scene which quite confounded the senses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
CrazynathCrazynath   24 juillet 2021
le crime est comme la mort ; il n'est pas seulement le partage de la vieillesse et de la décrépitude ; la jeunesse et la beauté sont trop souvent les victimes qu'il choisit de préférence.
Commenter  J’apprécie          20
OlivierMaldentOlivierMaldent   24 juillet 2021
'Stop thief! Stop thief!' There is a magic in the sound. The tradesman leaves his counter, and the carman his waggon; the butcher throws down his tray, the baker his basket, the milkman his pail, the errand-boy his parcels, the schoolboy his marbles, the paviour his pick-axe, the child his battledore: away they run, pell-mell, helter-skelter, slap-dash, tearing, yelling, and screaming, knocking down the passengers as they turn the corners, rousing up the dogs, and astonishing the fowls; and streets, squares, and courts re-echo with the sound.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
CrazynathCrazynath   24 juillet 2021
Qu'ont à faire les pauvres d'une âme et d'un esprit ? C'est bien assez pour nous d'entretenir la vie dans leur corps. Si vous n'aviez donné que du gruau à ce garçon, jamais pareille chose ne fut advenue.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Charles Dickens (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charles Dickens
Bande annonce du film The Mystery of Edwin Drood (BBC 2012), adaptation du roman de Charles Dickens
autres livres classés : classiqueVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Oliver Twist

Que signifie le Nom d'Oliver : Twist ?

Le danseur
Le fluet
Le tordu
L'Orphelin

20 questions
420 lecteurs ont répondu
Thème : Oliver Twist de Charles DickensCréer un quiz sur ce livre