AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Anne-Claire Jouvray (Illustrateur)
EAN : 9782940334179
78 pages
Éditeur : Paquet (12/09/2003)
4.09/5   65 notes
Résumé :
Armé de sa trompette “Little Rice Duck” s’est taillé une belle réputation dans le Westwood. Écumant les bars… Ambiances enfumées, Tequila Sunrise, Jazz… et transpirations… Une seule ombre au tableau, c’était Betty… Un putain de caractère trempé dans du champagne à plus de 50$ la bouteille !!! Autant dire que “Litlle Rice” préfèrerait qu’elle reste au frais… la bouteille aussi !
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
4,09

sur 65 notes
5
10 avis
4
6 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

marina53
  22 mars 2015
Little Rice Duck, un petit canard, est trompettiste dans un groupe de jazz. Alors qu'il joue le soir dans un cabaret, son amie Betty, est là, à le regarder et l'écouter. Mais, elle se lasse bien vite des sempiternelles mélodies et se laisse aller à quelques coupes de champagne. Un soir, elle se fait aborder par James Patton, un riche chat noir arrogant, sûr de lui et de ses charmes auxquels la jeune femme succombe. Ainsi, ils s'en vont tous les deux... Une fois la soirée terminée, Little Rice est tout étonné de voir que sa chère Betty n'est plus là et d'autant plus surpris d'entendre par Harry, le barman, qu'elle a filé. Après plusieurs verres, il rentre, titubant avec son ami John...
Au petit matin, un mal de tête lancinant et une gueule de bois l'empêchent de se lever... Qu'importe maintenant, il a décidé de tout arrêter, la trompette, les bars et les concerts puisque Betty l'a quitté...
Betty Blues, une poule que ce cher canard Little Rice Duck a dans la peau... Comment vivre sans elle maintenant qu'elle est partie sans donner de nouvelles? Une seule solution: s'en aller et quitter le monde du cabaret. Mais, il ne lui sera pas facile d'oublier sa chère et tendre Betty et encore moins ne plus souffler dans une trompette. Heureusement que de belles rencontres viendront pimenter son escapade. Dans ce road-movie animalier, l'on suit ce cher canard dans son périple à la recherche d'autres petits bonheurs tout simples. Renaud Dillies nous émeut une fois encore avec cet album empreint de poésie et de mélancolie. Avec cette romance aux résonances musicales, l'on se laisse aller au fil des notes, tout doucement. Toutes ces petites bêtes sont terriblement attachantes et l'auteur n'a pas son pareil pour les rendre plus que jamais touchantes. Son trait hachuré désormais reconnaissable est des plus charmants et les couleurs désuètes apportent du relief à ce scénario original.
Quelques notes de musique et Betty Blues...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          434
Crossroads
  05 juillet 2015
Renaud Dillies possède la particularité de vous serrer le coeur par le truchement de récits a priori anodins.
Abelard en était un exemple criant.
Betty Blues le confirme merveilleusement.
L'histoire est d'une banalité confondante.
Un couple qui s'aime.
Des apparences laissant présumer que les deux y trouvent leur compte. Mais les apparences, hein...
Puis vient le temps de la séparation brutale, du ressentiment et de la peine profonde.
Little Rice Duck, trompettiste de talent à la recherche de la note parfaite, et Betty, sa douce moitié à la recherche de l'accord parfait, sont de ceux-là.
Leurs chemins vont se séparer, les plongeant dans un abîme de souffrance inimaginable.
Ambiance, ambiance, pour ce petit bijou faisant la part belle aux caveaux enfumés d'où s'échappent quelques notes de blues annonciatrices d'une mélancolie poisseuse et enracinée.
La force de Dillies, parvenir à nous faire oublier l'animalité de ses personnages pour ne focaliser que sur l'histoire d'une crédibilité étourdissante.
Les personnages sont tristement truculents, leur histoire bouleversifiante.
Betty Blues, aucune fausse note à déplorer....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          293
Bookycooky
  24 mars 2015
"Little Rice Duck" est trompettiste et joue au Tequila Sunrise...du jazz...jusqu'au soir où,Mr.Patton,un gros chat noir,chat d'affaires,trés riche,lui ravit sa fiancée accostée au bar du club,juste avec une caisse de champagne...
Magnifique,les dessins,les couleurs,le scénario,les personnages,tous des animaux("les gentils",des oiseaux;"les méchants",des mammifères),la finesse des détails,ça m'a vraiment beaucoup émue.
Un grand merci à Marina qui m'a fait découvrir cet album et Renaud Dillies,,j'ai hàte de lire ses autres albums.
Commenter  J’apprécie          222
trust_me
  09 mars 2012
Rice le canard est un trompettiste de talent qui écume chaque soir les bars du Westwood. Fou de jazz, il est aussi fou amoureux de sa petite amie, la jolie Betty. Alors le jour où cette dernière le quitte pour un gros chat roi de la finance, Rice noie son bourdon dans l'alcool, jette sa trompette du haut d'un pont et décide de prendre le premier train. Atterrissant dans une scierie où il rencontre un hibou terroriste qui lui redonne foi en la musique, Rice pense s'être remis sur les rails. Betty quant à elle, comprendra trop tard que l'argent ne fait pas le bonheur...
Huit ans avant l'excellent Abélard, Renaud Dilliès imaginait déjà une histoire mettant en scène un canard. Les points communs entre les deux oeuvres existent. le canard et son chapeau, bien sûr, mais aussi, la cruauté de certains fieffés salopards, la fin, tragique, qui attend les deux personnages principaux, ainsi que la rencontre d'un ami qui représente un véritable soutien dans les moments les plus difficiles. Mais à mon avis les différences sont plus marquées. D'abord, Rice n'a pas la naïveté d'Abélard. Ce n'est pas un perdreau de l'année ! Ensuite, et c'est là le plus important à mes yeux, Betty Blues est une vraie histoire d'amour, contrairement à Abélard qui tient davantage du récit d'initiation. Une histoire d'amour qui, comme une évidence, va mal finir. La place tenue par Betty est d'ailleurs très importante. Son personnage de papillon de nuit attirée par les lumières de l'argent et les vapeurs de champagne se révèle touchant et très humain.
Niveau dessin, le trait de Dilliès est ici plus tortueux, peut-être un peu moins abouti, ce qui n'est pas pour me déplaire. L'utilisation systématique du gaufrier de six cases par planches est ultra répétitive et souligne quelques faiblesses en terme de découpage et de mise en scène mais cela ne nuit aucunement à la lisibilité. Un mot sur les couleurs d'Anne-Claire Jouvray, souvent en clair-obscur, qui collent parfaitement à l'ambiance mélancolique qui traverse l'album.
Un roman graphique tout en finesse sur un sujet qui, si il n'a rien d'original et se décline depuis la nuit des temps, garde ici un charme et une petite musique inimitables. Une incontestable réussite !

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Erik_
  29 mars 2021
J'ai littéralement adoré cette belle histoire d'amour à travers le coeur d'un tout petit canard si attachant qui en pince pour la belle Betty Blues. C'est très jazzy comme ambiance. Normal puisque Little Rice Duck est un canard trompettiste de renom qui donne toute sa musique dans des clubs enfumés.
Le seul regret que j'aurais concerne la fin de l'histoire qui n'est pas à mon goût. Je me dis que cela ne peut pas se terminer comme cela. C'est trop touchant ! J'espère qu'un jour, il y aura une suite. Bien sûr, il y a comme quelque chose d'irréparable et on ne peut revenir en arrière.
Cet auteur m'avait déjà charmé une première fois avec une autre aventure animalière à savoir Sumato. Il semble aller plus loin ici. On retrouve néanmoins toujours les mêmes thèmes: l'amour impossible, la lutte contre le capitalisme sauvage et le règne de l'argent-roi …
Il est dommage que le découpage s'articule sur 6 cases identiques de planches en planches. Un peu plus d'audace dans la disposition des cases aurait apporté quelque chose de plus à cette bd. Graphiquement, cela semble irréprochable surtout au niveau de la colorisation.
Reste que le scénario paraît un peu mince. L'essentiel est ailleurs: on est porté tout simplement par la déprime du héros. C'est une bd totalement atypique qui semble s'affranchir des codes habituels. Cela fait du bien de lire quelque chose d'originale et de si touchant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
miladomilado   28 mai 2014
- ... la musique du film " la Strada ! " ... c'est bien cet air que vous jouiez, non ?!
- Euh ! Oui, effectivement ...
- Rice jouait souvent ce morceau pour me faire plaisir ! ...
- ... c'est pas l'histoire d'un type qui, pour gagner sa vie, brise des chaînes... Un truc comme ça ? ...
- Nous avons adoré ce film, Rice et moi...
- C'est pourtant une vieille toile en noir et blanc ! ...
- Oui, mais il y a dedans les couleurs d'un Chagall ! ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
marina53marina53   22 mars 2015
On peut mentir aux autres.. mais pas à soi-même ! Essayez de fuir la réalité et, parfois, elle vous revient en pleine figure !
Commenter  J’apprécie          310
tamara29tamara29   14 juillet 2016
Des tas de sentiments se bousculaient dans ma tête… J’avais le bec pâteux d’une matinée au goût amer… Inlassablement des images de Betty refaisaient surface… Il fallait que je les chasse…
En vain…
Commenter  J’apprécie          110
alouettalouett   18 février 2012
Je m’étais dit que, peut-être, je descendrais au terminus… Histoire de mettre de la distance entre Betty et moi… Vous pouvez appeler ça prendre la fuite… Moi, je dirais plutôt essayer de trouver de l’espoir dans l’insupportable
Commenter  J’apprécie          30
Mademoiselle_MMademoiselle_M   09 mai 2013
Je m’étais dit que, peut-être, je descendrais au terminus… Histoire de mettre de la distance entre Betty et moi… Vous pouvez appeler ça : « Prendre la fuite… » Moi je dirais plutôt : « Essayer de trouver de l’espoir dans l’insupportable…
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Renaud Dillies (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Renaud Dillies
L'illustratrice Annie Goetzinger s'est vue consacrer de belles expositions en Région Centre; elle est ici interviewée lors du Festival Bulleberry de Bourges par Grif'Graphe et fait l'objet d'une grande Exposition au Festival BD Boum de Blois 2015 ; Dans ce document Vidéo sur cette grande graphiste, qui fait le lien entre la BD et le dessin de mode, est évoqué son album "La reine Fantôme" créé avec Rodolphe ; Elle y annonce aussi son travail -qui s'avèrera magistral- sur "Dior" . Dans ce document on trouvera également des Extraits de sa conférence à la médiathèque de Bourges, animée par Fabrice Raquil. Ce document vidéo réalisé en travaux de Week-end par des étudiants de l'Afpa Audio-visuel avec les moyens de Prospective Images et le concours de BulleBerry a été tourné par Zynep Solma et Fabien Grare ; il a été monté ultérieurement par Patrick Dillies. Cette vidéo de 16 mn est également diffusé par Mag-Centre -Orléans - en hommage à Annie Goetzinger, à l'occasion de la Belle Exposition que BD Boum lui consacre sur Blois. Annie Goetzinger : "Silhouettes", une vidéo à découvrir donc !
+ Lire la suite
autres livres classés : jazzVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
739 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre

.. ..