AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290307122
Éditeur : J'ai Lu (05/07/2000)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 206 notes)
Résumé :
" - Tu vois à quoi ça ressemble un entonnoir ? " il a demandé.
Comme je ne répondais pas, il en a dessiné un dans les airs. - Quand tu auras mon âge, tu seras arrivé dans le petit bout, il a enchaîné. Tu verras qu'il ne te reste plus beaucoup de possibilités.

" Depuis la mort de Betty, l'écrivain a le coeur malade. C'est l'infarctus et l'appel aux petites pilules. Malgré tout, sa ligne de vie s'accroche au fil de l'écriture.

Le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
marion_b
  22 août 2013
Plus de 20 ans que Maudit manège trône dans ma bibliothèque et c'est avec un immense plaisir que je redécouvre le Djan de mon adolescence.
Ce type vous décrit comme personne ses impressions, ses sensations. Il vous transporte dans son univers, celui du ressenti, celui des images qui percutent votre conscient et s'immiscent dans votre inconscient.
C'est un peu dingue mais l'effet est toujours là,après tant d'années. En refermant son bouquin j'aurai voulu pouvoir m'asseoir dans un petit coin tranquille à l'ombre de sa cervelle et prolonger à travers le prisme de ses yeux cette vision particulièrement belle, mélancolique et exacerbé du monde.
Commenter  J’apprécie          340
tolbiac
  06 mars 2013
Peut-être le meilleur de Djian. une écriture au marteau piqueur. C'est puissant comme la vie, doux comme les sentiments. J'histoire? Faut jamais en parler, faut ouvrir le livre est s'immerger. Se laisser aller. La prose de djian de cette époque là fera le reste. Pour moi il sa première époque jusqu'à échine puis l'époque Gallimard, où l'écrivain recherche le mot juste, jusqu'à parfois perdre ce qui faisait sa force. Sa maladresse, son approximation, sa recherche exposé sous nos yeux... Maudit Manège peut-être pris comme la suite de 37,2 le matin..
Commenter  J’apprécie          70
qccg3330
  20 avril 2013
La suite de 37,2 mais tellement bien écrit. A l'époque ce fut un choc. Même maintenant il reste très agréable à lire.
Commenter  J’apprécie          30
Elisa0094
  17 février 2018
déçue, on s'ennuie , le livre est en longueur , on ne comprend pas où veut nous mener l'auteur...
Commenter  J’apprécie          10
david-dupere
  10 novembre 2010
Une suite un peu longue mais à lire de 37,2 .
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
art-bsurdeart-bsurde   19 décembre 2013
Il me semblait que j'allais traîner cette malédiction toute ma vie. Le monde était infiniment cruel avec moi et les malheureux dans mon genre. Le société ne vous jugeait qu'en fonction de votre capacité à décrocher un boulot et à vous y accrocher comme un chien enragé. Faute de quoi vous n'étiez qu'un pâle crétin, un pauvre dégénéré, une sorte de fou. Mais quelle plus grande folie pouvait-on imaginer que de passer sa vie derrière un bureau? Quel plus grand mensonge pouvait-on se faire à soi même que de bâtir son existence sur du vide, uniquement parce qu'une majorité de connards vous y contraignait. Alors quelle la seule chose vers laquelle doit tendre un individu normal, c'est la liberté, pas la prison à vie, et les neuf dixièmes des boulots aujourd'hui sont pires que des cachots humides, puant la pisse et la désolation. La vie n'était pas si effrayante que ça pour qu'on veuille s'enfermer à double tour. [...] Assurément, le pauvre malheureux ne connaissait pas toute la richesse de ma vie, pas plus que l'incroyable difficulté qu'il y a justement à NE RIEN FAIRE, ce qui est évidemment une attitude qui engage et investit l'individu tout entier. [...] Enfin quoiqu'il en soit, je n'avais jamais envisagé pouvoir consacrer trente ou quarante ans de ma vie à un boulot sans âme, sans intérêt, pour ne pas dire mortellement chiant, uniquement pour avoir le droit de prétendre je suis ceci ou je suis cela, voici la maison que j'habite, voici ma voiture, voici l'adresse de ma banque, voilà ma femme, voilà mon patron, voila la place que j'occupe dans cette vie. J'aimerais ajouter voici mon revolver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
mandarine43mandarine43   30 juillet 2011
[ Incipit ]

Un soir, environ cinq ans après la mort de Betty, j'ai bien cru que ma dernière heure venait d'arriver. Et Dieu sait que je m'attendais pas du tout à ça.

Je me trouvais dans la cuisine avec Henri et j'épluchais tranquillement quelques trucs en lui prêtant une oreille distraite. La supériorité de la poésie sur le reste, ça faisait deux cents fois qu'il me la démontrait. Le plus terrible, c'est qu'il avait raison, mais j'avais toujours refusé de l'admettre. Je pouvais écrire des romans et des paquets de nouvelles, mais j'étais incapable d'aligner un seul poème valable, c'était un terrain que je sentais pas très bien. J'éprouvais une admiration sans bornes pour ces types qui trouvaient le moyen de vous descendre en quelques phrases, qui vous coupaient la respiration, l'ennui c'est qu'ils étaient tous à moitié cinglés. Une des questions que je me posais était de savoir si la poésie rendait fou ou si c'était l'inverse qui se produisait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ZinaidaZinaida   20 septembre 2013
J'ai allumé la télé pour continuer à me nettoyer le cerveau et par miracle, on est tombé sur une séquence de pub, c'était pratiquement le bonheur total, toute la connerie humaine rassemblée dans un dé à coudre, il y avait rien de plus reposant, rien de plus rassurant que de pouvoir vérifier qu'il y a toujours plus con que soi. Je les haïssais cordialement tous ces gars là et je n'avais pas envie d'y réfléchir, c'était physique, ces choses là ne se discutaient pas. Je les haïssais mais j'étais bien content qu'ils soient là, ils donnaient une bonne idée du monde dans lequel on vivait. S'envoyer une page de pub, c'était perdre tout espoir et s'enfoncer dans la contemplation du vide. Il nous faut bien ça de temps en temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ZinaidaZinaida   20 septembre 2013
-Oh, merci mille fois, jeune homme, a-t-elle gazouillé.
Bien évidemment tout était relatif. J'avais toutes mes dents et je portais un Lewis, mais le poids du temps m'était tout de même tombé dessus. Je commençais à perdre mon souffle, je pouvais annoncer la pluie grâce à un rhumatisme dans le genou, mes yeux se fatiguaient plus vite en lisant, deux taches de rousseur étaient apparues sur mes mains. Je récupérais plus lentement, je voulais qu'on me foute la paix, je traversais plus souvent dans les clous, certains matins j'avais les yeux pochés, je ne me levais pas d'un bond, je pensais à ma vie, on entendait un craquement dans mon épaule quand je faisais un moulinet avec mon bras, je supportais de plus en plus mal le bruit. J'avais pratiquement perdu tout espoir, mon dégoût du monde l'emportait sur mon amour du monde, parfois je restais la journée entière sans prononcer un seul mot, ma mémoire ne remontait plus très loin dans mon enfance, et je m'amusais d'un rien, j'avais déjà jeté un oeil sur la profonde, la délirante, l'effroyable solitude qui vous étreignait lorsque vous alliez au fond des choses, les types qui parlaient trop me faisaient chier. Ca n'avait l'air de rien, mais c'était ce genre de détails qui vous mettaient dans la peau d'un type de quarante ans [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
marion_bmarion_b   23 août 2013
Si Betty avait été un torrent de montagne, Marlène était une rivière coulant dans les sous bois. Éclairs rugissants d'un côté, miroitements silencieux de l'autre.
Quand j'aurai soixante ans, il me faudra un fleuve majestueux, une fille de trois kilomètres de large roulant tranquillement des flots mordorés.Je suis un type qui descend le long d'une berge, à ce qu'on dirait.
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Philippe Djian (53) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Djian
26.04.18 - INTEGRALE - S. Tesson, P. Djian, É. Faye, N. Van Moerkerkenland et C. Gras.
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philippe Djian - méli-mélo de titres

Avant d'attaquer ses titres, on commence par son année de naissance.

1939
1949
1959
1969

12 questions
74 lecteurs ont répondu
Thème : Philippe DjianCréer un quiz sur ce livre