AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Laetitia Devaux (Traducteur)
ISBN : 2743611200
Éditeur : Payot et Rivages (01/05/2003)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 45 notes)
Résumé :
Depuis qu'ils se sont rencontrés en prison, Serge et Coleman se sont associés pour le meilleur et pour le crime. Le tandem devient trio avec la sculpturale Sharon dont les lèvres boudeuses « font avoir des accidents de voiture aux hommes ». Ces hommes, la demoiselle les séduit pour leur assurance vie, et il faut reconnaître qu'elle les assassine toujours de façon originale. N'importe où, cette bande de psychopathes hallucines serait abattue sur-le-champ. Sauf en Flo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Foxfire
  13 août 2015
J'avais découvert les personnages frappadingues de Tim Dorsey dans "Triggerfish twist" qui n'était d'ailleurs pas leur première rencontre (je ne fais rien comme tout le monde et de toute façon, les romans peuvent être lus indépendamment). Lorsqu'un auteur a créé un personnage récurrent réussi, c'est un plaisir de renouer avec cet univers désormais familier.
En effet, avec "Florida roadkill", j'étais en terrain connu ; une Floride ensoleillée peuplée de cinglés et d'escrocs qui se rencontrent et se confrontent dans une intrigue à tiroirs.
J'ai trouvé le récit finalement moins abouti que "Triggerfish twist", la mécanique pas aussi savamment orchestrée et une histoire avec moins d'enjeux narratifs. Mais qu'importe ! Chez Dorsey, le plaisir est ailleurs. L'intrigue est d'avantage un prétexte pour enchaîner les séquences les plus dingues à un rythme trépidant. Ceci, servi avec un humour mordant et une imagination débordante. L'auteur sait imaginer des situations loufoques, véritables morceaux de bravoure, qui font de chacun de ses romans un délice. Certains passages sont tout simplement irrésistibles de drôlerie et marquent durablement l'esprit. Je pense notamment à la séquence absurde et hallucinante du rassemblement de sosies d'Hemingway.
Dans l'univers décalé de Dorsey, les psychopathes sont plutôt sympathiques et rigolos tandis que les notables en apparence bien sous tous rapports (assureurs, agents immobilier...) sont des monstres d'inhumanité qui ruinent les vies de pauvres quidams. Heureusement, Serge, le psychopathe cultivé, hyperactif et siphonné, est là pour rétablir la justice karmique.
Quel bonheur de retrouver Serge ! Réussir à rendre attachant un tel personnage, tordu, parfois cruel, est la marque d'un grand talent. Et quand je dis attachant, je suis en dessous de la réalité. Serge est irrésistible. Il a beau, tout au long du roman, voler, tuer, torturer, on le suivrait volontiers pour une de ces petites virées historico-culturelles alcoolisées dont il a le secret.
Les autres personnages sont tous très réussis également, qu'ils soient attachants, pathétiques, odieux ou un peu tout ça à la fois pour certains.
J'ai refermé "Florida roadkill" avec la certitude que je n'en avais pas fini avec Dorsey et en me disant que je n'étais pas prête de me lasser des aventures de Serge dans cette Floride aux allures de repère d'aliénés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Bernacho
  19 juillet 2016
Florida Roadkill est un guide touristique pittoresque d'une partie de la Floride. Curiosités, histoire, anecdotes, attractions, on apprend tout sur les lieux visités. le guide est intelligemment mis en scène sous forme de « road movie », ce qui en atténue l'aridité et nous emmène de Tampa à l'archipel des Dry Tortugas en passant par les Keys.
L'auteur a du réunir une documentation impressionnante sur les régions traversées. Une bonne partie des références culturelles indigènes me sont restées incompréhensibles, mais ont aidé à entretenir une ambiance exotique qui a grandement participé à mon plaisir de lecture.
La multiplicité des personnages, ceux qui se croisent sur la route, et ceux que l'on rencontre en chemin permet de varier les points de vue. Les rencontres, parfois préparées très en amont, sont toujours extrêmement instructives. La construction du guide est en fait très astucieuse, mais sans noyer le lecteur dans une prétention savante. Je regrette néanmoins l'absence d'un index des lieux visités.
L'absence d'image et de photographies est compensée par les nombreux portraits hauts-en-couleur. J'ai cru comprendre que le personnage de Serge Storms était fictif, mais je pense qu'il a du être inspiré par un guide touristique réel, qui a sans doute préféré garder l'anonymat pour préserver sa vie privée, tant sa connaissance des lieux et sa culture sont admirables. Les détails annexes sur sa vie, comme le fait qu'il devienne un tueur psychopathe inventif à tendances justicières dès qu'il « oublie » de prendre ses médicaments, n'ont pu être inventés, pas plus que les deux junkies improbables qui l'accompagnent, et cela plaide pour l'authenticité du personnage.
La qualité du guide se voit dans le fait que son auteur ne tente pas d'enjoliver ce qu'il décrit. Il ne voile pas le caractère profondément haïssable de nombre de ses personnages. Heureusement, ces personnages semblent tous subir des sorts tant cruels que jouissifs, ce qui confère à ce livre un caractère moral qui permettra d'en partager la lecture sans crainte avec toute la famille.
C'est un guide très complet, qui condense absolument tout ce qu'il faut savoir en seulement 360 pages, mais sa densité est compensée par un rythme rapide et enjoué qui en rend la lecture très attrayante pour peu que l'on ne se laisse pas trop aller à rêvasser en pensant à la Floride.
J'envisage d'ores et déjà d'acquérir d' autres guides du même auteur pour parfaire ma connaissance de cette région du monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          97
Blacksad
  18 juillet 2012
Florida Roadkill est une immense suite de coïncidences, où des personnages n'ayant absolument rien pour se plaire se rencontrent pour notre plus grand plaisir.
Serge et Coleman, respectivement psychopathe surdoué et décérébré, Sharon, canon de beauté mortel (au sens propre du terme), Johnny Vegas, éternel puceau, la Teigne, Mou-de-l'Asperge et la Chlingue, trois bikers bedonnants, Max Minimum, vendeurs véreux de préfabriqués pour personnes âgées, Charles Saffron, PDG d'une compagnie d'assurance liée à un cartel de drogue minable, etc.
C'était sans compter la rencontre entre George Veale III et nos deux criminels, à cause de laquelle tout s'est enclenché...
Tim Dorsey nous peint ici un univers complètement déjanté, avec des scènes à mourir de rire. Pas de quartier, tout le monde en prend pour son grade, et surtout les plus détestables. Une heureuse surprise qui m'enjoint à continuer la série écrite par Dorsey.
Commenter  J’apprécie          150
encoredunoir
  26 juin 2013
Le lecteur assidu de Tim Dorsey ne peut que se poser la question : mais tous ces endroits dingues où nous entraîne Serge A. Storms sont-ils réels ? Si oui, à quoi ressemble-t-ils vraiment ? le lecteur assidu et voyageur se demandera aussi où ils se trouvent vraiment. Car Dorsey, on le comprend, ne donne pas toujours l'adresse exacte. Résultat, et je parle en connaissance de cause, il peut arriver que l'on se retrouve en Floride et que l'on loupe la sortie pour le No Name Pub faute d'indications suffisantes. Une mésaventure d'autant plus affligeante lorsque l'on s'aperçoit qu'en plus, on a décidé de passer à Key West une semaine après le concours de sosies d'Hemingway.
Bref, vous pouvez maintenant mettre une photo sur ces lieux ou, mieux les retrouver plus aisément sur place, grâce au guide photo édité par Tim Dorsey lui-même et illustré par ses propres clichés. Une façon de comprendre qu'il y a beaucoup de Serge dans son créateur – à tel point que l'on en vient en se demander, en voyant la photo qui se trouve au dos de l'ouvrage (au Jai Alai de Miami, en 1964, un enfant tenant une chistera est entouré de deux adultes, sans doute le père et le grand-père, le plus jeune en tenu de pelotari) si Serge n'existe pas vraiment.
Un voyage agréable, en noir et blanc et en couleurs sur les lieux des forfaits de Serge, de Cape Canaveral au Sloppy Joe de Key West en passant par le fameux wagon d'Henry Flagler de Stingray Shuffle, ou du Flora-Bama lounge d'Hammerhead Ranch Motel à l'hôtel Deauville de Cadillac Beach. Bref, un livre que Serge ne renierai pas. Pour les fans.
Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
encoredunoir
  24 mars 2012
Sean Breen et David Klein voulaient seulement assister aux World Series de baseball à Miami et profiter du voyage pour visiter les Keys.
Johnny Vegas voulait seulement perdre sa virginité.
La Chlingue, la Teigne et Mou-de-l'Asperge, trois bikers bedonnants, venaient de se faire virer des Chevaliers de la Malédiction Éternelle, Chapitre du Soleil, le gang le plus minable de l'État et voulaient seulement retrouver leur statut de terreurs.
Max Minimum voulait seulement continuer à vendre des mobil-homes de mauvaise qualité à des retraités pour les avoir définitivement à sa botte et les délester de leurs maigres économies.
Susan Tchoupitoulas voulait seulement faire régner l'ordre à Key West.
Dar-Dar voulait seulement que Satan vienne régner sur terre.
George Veale voulait seulement continuer à se saouler comme bon lui semblait lors des soirées organisées dans son quartier et à exercer sereinement son métier d'orthodontiste. Avec ses dix doigts encore accrochés à ses mains, de préférence.
C'était sans compter sur l'arrivée de Serge A. Storms, psychopathe, « obsessionnel-compulsif, maniaco-dépressif, rétenteur anal, paranoïaque et schizophrène », amoureux de la Floride, détestant prendre ses médicaments et courant après 5 millions de dollars. Accompagné par Colema, junkie débile, et de Sharon, vamp capable de tuer un homme grâce à un 501 Levis, Serge va semer la panique et les cadavres sur sa route et changer la destiné de tous ces personnages et de bien d'autres encore.
Mené à un rythme infernal et à l'humour féroce, qui semble partir dans tous les sens au gré de l'imagination débridée de son auteur, Florida Roadkill est pourtant un roman très construit avec un mécanisme implacable. La multitude de scènes et de personnages qui se croisent ou se heurtent, pour peu que le lecteur accepte de se laisser porter, amènent à un dénouement explosif et délirant.
Un livre parfait pour les vacances. Lire Florida Roadkill, c'est l'assurance de se détendre en voyant les pires crétins, ceux que l'on ne supporte plus (agents immobiliers véreux, journalistes « populaires » populistes, assureurs-escrocs odieux…) en prendre sévèrement – et parfois définitivement – pour leur grade. Ça fait du bien.

Lien : http://encoredunoir.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
SiabelleSiabelle   22 février 2017
Ellrod leva les yeux en direction de la pompe 4 et du monument roulant érigé aux crétins du monde entier. Right Place, Wrong Time passait sur la sono du magasin, et le morceau en était là : ''C'est reparti pour un tour''.
- Tu me rends ma monnaie, espèce de connard de...
Et il le prononça. Le mot. Il reste en suspens entre eux, flottant au-dessus de la caisse enregistreuse comme un cumulo-nimbus électrisé.
Le type prit tout à coup conscience de ce qu'il venait de dire. Et se rappela quelque chose. Il avait utilisé ce terme un jour pour critiquer le type qui avait mal garé sa voiture sur le parking d'un Wendy's. Le minus d'un mètre vingt lui était tombé dessus comme un diable de Tasmanie. Lui-même s'en était tiré avec des côtes contusionnées, une mâchoire immobilisée par des broches et huit feux de brouillard en moins sur son camion.
Il fus pris de panique Il bondit en arrière et pointa un cran d'arrêt sur Ellrod.
- Bouge pas, putain ! Tu sais très bien qu'entre vous, vous vous appelez tout le mteps comme ça ! Alors m'emmerde pas avec ses histoires d'esclavages à la con !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
BernachoBernacho   18 juillet 2016
La salle était encore plus bondée que d'habitude à cette heure, surtout pour un jour de semaine. La clientèle avait quelque-chose de bizarre : elle était exclusivement composée d'hommes âgés et ventripotents, barbus, avec des cheveux blancs ou gris. Visages roses et rebondis, certains tannés par le soleil, d'autres parsemés de nombreux capillaires sous la peau. Ils portaient presque tous un pull à coll roulé blanc.
- Je crois qu'ils se prennent tous pour Hemingway, déclara Sean.
Depuis le début des années soixante, ressembler à Hemingway était devenu une véritable petite industrie à Key West. A tel point que lorsque le festival annuel consacré à l'écrivain fut subitement annulé, une crise de confiance se déclencha parmi le nombre croissant de sosies qui passaient leurs vacances sur l'île, voire qui s'y étaient établis de manière permanente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
SiabelleSiabelle   20 février 2017
''Le soleil ne se lèvera, ni ne se couchera, sans que je le remarque et l'en remercie.''
Winslow Homer

Prologue
La Floride a fière allure, même en pleine décrépitude.
De Loggerhead Key à Amelia Island jusqu'au Flora-Bama Lounge, la Terre des fleurs capture ses habitants dans la séduisante lumière de ses feux.
Commenter  J’apprécie          150
LapkastLapkast   13 mars 2014
Coleman :
_ J'ai une blague à vous raconter. Un mâle fourmi grimpe sur une éléphante au Miami Zoo et se met à la baiser... (Agrippé au volant, Serge usait de toute sa volonté pour s'empêcher d'attraper une arme.) Mais l'éléphante, évidemment, ne s'en rend pas compte parce qu'une fourmi, c'est tout petit. Une noix de coco tombe d'un arbre sur la tête de l'éléphante, qui crie : « Aïe ! » Alors la fourmi lui lance : « Prends-toi ça, salope ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
BernachoBernacho   18 juillet 2016
- Regarde autour de toi, reprit Sean. Il y a plein de gens qui n'ont pas l'air bien. Ce type, par exemple. (Il désigna la Honda qui roulait à leur niveau) Il a une tête à faire peur. On n'a pas la moindre idée de ce qu'il fabrique.
- T'es dur.
Toutes les dix secondes, le type de la Honda jetait un bout de béton sur le bas-côté. Chaque morceau contenait les restes d'un cadavre broyé.
- Je veux dire, tu t'es déjà demandé combien d'assassins inconnus empruntent cette route et franchissent ce point précis chaque jour ?
La réponse était soixante-treize. Le temps que dura leur conversation, ils passèrent devant sept tombes creusées dans les bois qui bordaient l'Interstate. Dont deux seulement seraient découvertes au cours de leur vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          37
Videos de Tim Dorsey (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tim Dorsey
Tim Dorsey Talks "The Riptide Ultra-Glide" at the Alabama Booksmith
autres livres classés : florideVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1484 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..