AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 207021981X
Éditeur : Gallimard (07/10/1964)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
L'auteur s'est proposé d'utiliser une méthode moderne pour comprendre Corneille, sans négliger l'approche historique. Une lecture systématique lui permet de dégager les thèmes centraux, de suivre leur articulation et leur développement. Alors surgit et se précise, de pièce en pièce, une silhouette méconnue : le héros cornélien. Loin d'être cet exemple éclatant du triomphe humain, cet exercice souverain de la volonté que nous présente la critique traditionnelle, le d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
5Arabella
  14 août 2017
Paru en 1963, toujours disponible, qui plus est en format poche, cité dans les bibliographies des oeuvres concernant Corneille, on aboutit un jour ou l'autre à ce livre lorsqu'on s'intéresse à cet auteur.
Serge Doubrovsky aime visiblement beaucoup le dramaturge du XVIIe siècle et semble avoir passé beaucoup de temps dans la compagnie de ses oeuvres, y compris les moins prisées actuellement. Il remet en cause un certain nombre (presque toutes) d'approches qui en ont été faites précédemment, et pense que la critique progresse et avance, dépasse les travaux antérieurs. Il récuse une approche qui s'intéresse de trop près au contexte historique et à la vie de l'auteur, car c'est l'oeuvre qu'il s'agit d'analyser, et pour cela la connaître en entier est indispensable, c'est dans la progression, l'évolution, dans la logique interne, que le sens se révèle.
Je suis très sensible à l'idée de reprendre tout Corneille, à partir de la première pièce, et d'essayer de comprendre ce qui se construit à partir de là. Car pour les avoir relu récemment, je leur trouve un grand intérêt. L'idée assez répandue selon lequel le seul « vrai » Corneille serait celui des quelques pièces canoniques du milieu de carrière, avant il ferait ses gammes, et après c'est la décadence, me semble absurde. Corneille est juste quelqu'un qui a toute sa vie essayé des choses, réfléchit à ce que devrait être une pièce de théâtre, et ne s'est pas contenté d'appliquer la même recettes, même s'il y a une cohérence et une logique dans sa démarche qui donnent une unité à l'oeuvre, même si elle est moins facile à saisir que pour d'autres auteurs. C'est pour moi un des grands mérites du livre de Serge Doubrovsky que de défendre ce point de vue.
Après, on peut être plus réservé sur les outils qu'il utilise : la notion existentialiste de liberté et la dialectique du Maître et de l'Esclave inspiré de Hegel. Même si ces notions apportent quelques idées intéressantes, elles ne peuvent êtres les seules clés, et d'autres lectures sont possibles. Cette multiplicité des lectures que permet une grande oeuvre est d'ailleurs une idée sur laquelle insiste Doubrovsky lui-même. On peut aussi s'interroger sur « l'oubli » d'un certain nombre de pièces, qui collent sans doute moins bien dans son schéma d'analyse, Médée, sa première tragédie, et les pièces à machines, par exemple.
Mais Doubrovsky pointe la notion de l'Histoire chez Corneille de manière assez intéressante, les vicissitudes et finalement l'impuissance du héros cornélien tel qu'elle semble se dégager pour Doubrovsky de l'ensemble de l'oeuvre, mettent en évidence l'impuissance de l'aristocratie au XVIIe siècle et annonce sa fin. Mais au-delà, elles pointent d'autres impuissances et d'autres fins, d'autres groupes sociaux, dans un aspect universel et intemporel.
Pas toujours simple à lire, sans doute ayant un peu vieilli, et quelque peu systématique dans ses partis pris, c'est toutefois une lecture stimulante pour ceux qui s'intéressent à Corneille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          86
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
5Arabella5Arabella   26 juillet 2017
On parle avec raison d'une oeuvre "toujours vivante" : seul, en effet, l'ouvrage médiocre reste enfermé en son moment historique et culturel. "Sur le Racine mort, le Campistron pullule", s'écriait Victor Hugo. C'est en vérité, l'inverse ; sur le Campistron mort, Racine, littéralement pullule ; il se reproduit avec chaque époque. Son oeuvre ne peut plus changer, mais elle se transforme ; elle ne peut plus progresser, mais elle peut s'enrichir ; elle ne saurait être modifiée, mais, dans son rapport à des nouveaux esprits, dans son contact avec une nouvelle histoire, elle peut être renouvelée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
5Arabella5Arabella   26 juillet 2017
L'analyse cornélienne est ici d'une sûreté, d'une finesse, d'une cruauté que Marivaux n'a jamais surpassées. Ces comédies, longtemps laissées au rebut, sont d'une richesse et d'une rigueur étonnantes. Rarement la dialectique de la liberté a été explorée avec autant de pénétration et de minutie.
Commenter  J’apprécie          50
Video de Serge Doubrovsky (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serge Doubrovsky
Un homme de passage de Serge Doubrovsky Marque Page 16-02-2011
autres livres classés : 17ème siècleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Couples célèbres de la litterature

Julien Sorel

Louise de Renal
Maguerite Gautier
Ariane
Camille
Celimene

10 questions
470 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , théâtreCréer un quiz sur ce livre