AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782848652184
150 pages
Sarbacane (28/02/2008)
3.95/5   49 notes
Résumé :
Mississippi, 1935. Edward Ray Cochran a tout largué, femme enceinte, maison et boulot. Il part sur les routes, guitare à la main, pour réaliser son rêve : vivre de sa passion et devenir musicien. En chemin, il rencontre Robert Johnson, la légende du Blues, qui l’aidera à devenir “Meteor Slim”. Pour réussir, pas de secret : “La route est longue, mais ’y faut tenir, c’est tout”. “Frangines” d’un soir, bagarres de bar, whiskey au goulot, cabarets crasseux et producteur... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique

La vie d'un bluesman dans les années 30, Meteor Slim, de son vrai nom Edward Ray Cochran, décide un jour de tout plaquer pour se consacrer à la musique, envie de gloire, de vie libre, de soirées arrosées, de femmes, mais le chemin sera dur. Il va rencontrer le fameux Robert Johnson, qui deviendra son mentor, et un peu ange gardien. Meteor Slim est souvent dans l'excès, sans filtres, explosif. C'est l'univers des quartiers noirs et pauvres de l'Amérique des années 30, dur et violent. Avec Meteor Slim, on découvre la soif de création, l'univers du blues est superbement raconté, la musique comme seul moyen de s'exprimer, de vivre, c'est les punks de l'époque, no future, toujours dans l'excès, refusant la vie “ordinaire”.

Le graphisme en noir et blanc est dans le ton, sec et agressif, brut, au coups de pinceaux presque sec, le pinceau semble avoir perdu des poils, aussi délabré que les personnages. Les espaces sont mornes et durs, comme la chaleur dans les champs de cotons où ses congénères se crèvent au travail, et il y les quartiers sales avec des maisons branlantes en bois, et le monde de la musique de l'époque, les cabarets à l'ambiance chaude et électrique, et les producteurs tout puissants.

On est totalement immergé dans cette ambiance, les musiciens réels côtoient les personnages fictifs, Robert Johnson, Johnny Shines, tout cela semble très réel.

C'est le blues des années 30, on y est, les coups de pinceaux résonnent comme des accords de guitare, secs et justes, c'est du blues en bande dessinée… et Meteor Slim est devenu si réel…

Commenter  J’apprécie          200

Edward Ray Cochran, dit Météor Slim, est parti sur les routes à la rencontre de son destin. Il a tout lâché, femme et enfant, pour suivre la voie de la musique et rêve de devenir un célèbre bluesman. Sur son chemin, il croisera à plusieurs reprises le grand Robert Johnson qui n'hésitera pas à lui donner quelques coups de pouce. Mais la route vers le succès et la reconnaissance est longue et même parfois impossible entre vie dans les rues et concerts dans des bars miteux.

Duchazeau qui m'avait déjà ébloui par son album Les vaincus (avant blog) sur la fin de l'empire inca réitère ici avec ce superbe Méteor slim qui se présente dans un format carré un peu atypique.

Nous sommes en Amérique dans les années 20-30. le blues est une forme populaire qui prend son essor dans la société noire et se développe dans les bars et cabarets. Nous y suivrons Météor depuis son départ jusqu'à sa mort. Son quotidien se fait dans l'errance, au gré des rencontres et des petits boulots.

Personnage imaginaire, Météor Slim a pourtant tout du bluesman légendaire : galères de la route, difficultés à se faire embaucher dans les bars, à se faire connaître, ivresse notoire, frime et envie d'épater les filles pour les mettre dans son lit, rencontres magiques avec Robert Johnson qui l'invite à l'enregistrement d'un disque, avec une autre célébrité avec qui il improvise un boeuf, etc... On le suit à l'enregistrement de son premier disque, à la découverte de son propre disque vinyl, à ses fantasmes de grandeur dans une chambre d'hotel pourrie, à sa chute aussi.

Bref, c'est l'histoire d'un homme qui vit pour le blues et ne peut vivre sans la musique.

L'auteur intercale de nombreuses références dans son récit : chansons de Robert Johnson et autres bluesman, décès de ce dernier, mentions de Charley Patton, Son House, Big Bill Bronzy, etc... Cela donne un album très réaliste qui, par les détails et l'ambiance d'époque, font revivre l'âme du blues.

Au niveau du dessin, Duchazeau reprend ici le même genre de travail graphique que sur Les vaincus : du noir et blanc absolument magnifique qui magnifie l'univers du blues noir. L'ombre et la lumière sont beaucoup utilisés, les personnages parfois simplement esquissés pourtant il en ressort une grande force. Il y a quelques pleines pages formidables.

Vous l'aurez compris, j'ai adoré cet album ! Lu en écoutant un album de Robert Johnson, je me suis totalement immergée dans cet univers passionnant !

Le rêve de Météor Slim est donc une formidable plongée dans le monde du blues, dans une époque où tout était encore possible à travers la musique, où les rêves cristallisent tous les espoirs au risque de les voir se briser. Je le conseille plus que chaudement aux amateurs de blues et aux autres !


Lien : http://legrenierdechoco.over..
Commenter  J’apprécie          30

Notons d'abord qu'il n'est pas nécessaire de connaître quoi que ce soit au blues avant d'entamer cette lecture. Evidemment si, comme moi, vous avez trouvé le remplacement du Blues Corner près de la Grand Place de Bruxelles par un bar à pitta affligeant, cela peut aider. Lire ce one-shot avec quelques notes de blues en fond musical peut également favoriser l'immersion. Vous pouvez pour cela attendre la publication prévue au mois d'octobre de l'édition collector de cet album qui sera accompagnée d'un disque vinyle. Personnellement j'ai opté pour un fond de Screaming J. Hawkins : exquis !

Après « Les cinq conteurs de Bagdad » et « Dieu qui pue Dieu qui pète » avec Fabien Vehlmann, « La nuit de l'Inca », « Gilgamesh » et un premier album en solo avec « Les vaincus », Frantz Duchazeau livre ce petit chef-d'oeuvre chez Sarbacane. Même si le bluesman Robert Johnson, l'icône blues de cette époque, apparaît dans ce récit, c'est le destin d'un ‘nobody' du genre que l'auteur invite ici à suivre. L'histoire d'un petit black qui largue sa femme, son gosse, mais surtout un boulot de merde, pour réaliser son rêve et exercer son art : le blues !

Guitare à la main, celui qui deviendra le modeste Meteor Slim arpente les routes poussiéreuses des States. Un voyage qui propulse le lecteur dans l'essence même du blues : endroits enfumés, cabarets crasseux, whisky au goulot, femmes d'un soir, arnaques d'arrière-salles et bagarres de saloon. le tout bercé d'une voie roque qui fait écho aux conditions de vie des blacks du Mississipi en 1935. de la musique qui vient des tripes et qui transpire le mauvais whisky et le vécu !

Si sur le fond, cet album n'emballera pas tout le monde, sur la forme il fera l'unanimité. Un format atypique regroupant près de 160 pages dans un livre de toute beauté. le trait de Frantz Duchazeau est époustouflant, les décors renversants, les expressions des protagonistes remplies d'émotion et l'ambiance … ah l'ambiance … ensorcelante. Des planches qui chantent le blues, un peu comme ces cartes de voeux qui émettent de la musique quand on les ouvre : un air de musique que l'auteur a composé rien que pour vous ! Merveilleux !

A écouter au plus vite !


Lien : https://brusselsboy.wordpres..
Commenter  J’apprécie          10

Cet album dicte la mémoire d'une époque, d'une musique... Se rattache à des personnages réels ou fictifs devant des situations historiques et universelles... Fait remonter un passé qui nous questionne de façon renversante. le dessin n'est que beauté sombre, pleine de puissance et de révélations. Une oeuvre grave aux vertus toniques sans morale réductrice. L'auteur s'attache à un destin rongé par les excès et la discrimination, sans artifice. La mélancolie est immédiate, le blues aussi remarquablement illustré. Frantz Duchazeau résume la vie d'un homme plombée dès le départ. Il saisit cette vérité avec modestie et authenticité.

Commenter  J’apprécie          30

J'ai apprécié cette BD où se mêlent imaginaire et histoire vraie, et qui nous mène en 1935 dans le Mississipi sur des airs de blues... Beau format, mise en page fameuse, à lire en musique !

Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation

- … Et Robert ( Johnson ) ? Il faisait comment ici ? Il se prenait des chaussures dans la gueule ?

- Non, lui, il était charismatique. Et par dessus tout, il s'en foutait, c'est l'public qui devait le conquérir. Robert n'était pas quelqu'un comme tout le monde... Quand il jouait avec son slide, il pouvait hypnotiser une salle entière.

Commenter  J’apprécie          210

(Robert Johnson)

- Moi j' m' en fous d' tout ça, j' enregistre, j'enregistre pas, c'est pareil, la musique c'est sur le moment, demain je jouerai les morceaux autrement...

Commenter  J’apprécie          170

- Tes trucs d'intimité avec une chanson, ça me parle, en fait. Quand je chante avec intensité, y'a toujours une frangine qui me tombe dans les bras...

- Ah tu vois... c'est pas un hasard... c'est le cap à franchir...

Regarde, Jefferson. Chaque fois qu'il sortait sa guitare, il devenait le roi. Personne ne lui arrivait à la cheville. On regardait et on restait cloué.

Commenter  J’apprécie          60

… Les gens, en voulant te faire des compliments, ils te plombent en moins d'deux.

Commenter  J’apprécie          110

If I send

For my baby and she don't comme,

If I send for my ba-by man, and she don't come,

All the doc-tors in hot springs sure can't help - her - none,

Shoot my pis-til, gon-na shoot - my gat-ling gun, gonna shoot - my

Commenter  J’apprécie          30

Videos de Frantz Duchazeau (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frantz Duchazeau
Du 20 juin au 31 juillet 2018, la Galerie Gallimard célèbre aussi "40 ans de roman en bande dessinée" et présente une exposition d'originaux des plus grands récits et artistes qui font la fierté de notre catalogue. ? bit.ly/40ansRomanBD
Nous aurons l'honneur de vous présenter une sélection d'?uvres de Zeina Abirached et Mathias Enard, Baru, Enki Bilal, Max Cabanes, Catel BD et Bocquet José-Louis, Jean-Christophe Chauzy, Didier Comès, Nicolas de Crecy et Sylvain Chomet, Ludovic Debeurme, Frantz Duchazeau, Jacques Ferrandez, Vittorio Giardino, André Juillard, Jacques de Loustal et Philippe Paringaux, Lorenzo Mattotti, M?bius, José Muñoz & Carlos Sampayo, Anthony Pastor, Vincent Perriot, Hugo Pratt, Jean-marc Rochette et Jacques Lob, Grzegorz Rosi?ski et Jean van Hamme, Christian Rossi et Géraldine Bindi, David Sala, Francois Schuiten et Benoit Peeters, Jacques TARDI et Jean Claude Forest, Bastien Vives.
+ Lire la suite
autres livres classés : bluesVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus





Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
945 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre