AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782355841101
560 pages
Sonatine (15/03/2012)
  Existe en édition audio
3.73/5   596 notes
Résumé :
Frank Parish, inspecteur au NYPD, a des difficultés relationnelles. Avec sa femme, avec sa fille, avec sa hiérarchie. C'est un homme perdu, qui n'a jamais vraiment résolu ses problèmes avec son père, mort assassiné en 1992 après avoir été une figure légendaire des Anges de New York, ces flics d'élite qui, dans les années quatre-vingt, ont nettoyé Manhattan de la pègre et des gangs. Alors qu'il vient de perdre son partenaire et qu'il est l'objet d'une enquête des aff... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (104) Voir plus Ajouter une critique
3,73

sur 596 notes

Crossroads
  11 avril 2014
- Et pour Monsieur ce sera ?
- Un Ellory bien serré, merci...
- Plat du jour : Seul le Silence, qu'est-ce qu'on dit à madame la chance ?
- On lui dit déjà goûté...
- Hum, peut-être qu'un labyrinthique Les Anonymes aiderait à faire passer la pilule...
- M'étonnerait, m'en suis déjà gavé...
- Re-hum, à client délicat, plat exceptionnel. le chef vient d'ajouter à sa carte Les Anges...
- Nooooooon ! Nabilla ne passera pas par moi !
- ...de New York ?
- Ouuuuuuui !Toutes mes confuses, il m'est venu d'un coup d'un seul des images de grosses lèvres décérébrées.
A emporter pour une personne finalement. En vous remerciant....
Un Ellory qui ne tape pas dans le festin de roi ce coup-ci mais qui rassasie quand même quelques temps. C'est vous qui voyez...
Frank Parrish est un flic tenace mais ingérable. Aussi, lorsque sa direction lui intime l'ordre de consulter un psy tout en lâchant une affaire de meurtre adolescent qui pourrait bien s'avérer être la signature caractéristique d'un tueur en série, il obtempère à reculons pour le premier tout en persistant à enquêter au risque de se faire lourder sans préavis.
Ceux qui connaissent Ellory connaissent son mode opératoire. L'auteur ne fait jamais dans la démonstration facile et outrancière. Non, sa marque de fabrique, des ressorts psychologiques qu'il développe tout au long du roman, faisant ainsi la joie des petits et des grands. Les Anges de New York n'échappe pas à la règle. Là où le bât blesse, ces sont ces poncifs récurrents accolés au boulot d'inspecteur du NouilleOrquePeaulisseDappartement.
Parrish est divorcé, quelle surprise.
Parrish entretient donc des rapports délicats avec sa progéniture qu'il couve plus que de raison, tu m'étonnes.
Puis bien sûr, l'incontournable sans lequel un flic ne serait pas un flic digne de ce nom, Parrish biberonne comme un Ruskov ! Pour faire preuve d'originalité, il aurait pu, à ses heures perdues, enquiller les puzzles de 10000 pièces les yeux bandés les mains dans le dos, se prendre pour la réincarnation survoltée d'un Claude François ricain, pratiquer sous le manteau le lancer de nains sur terrain miné...Non , Parrish picole, le lecteur blasé fait contre mauvaise fortune bon coeur, c'est ainsi...
Autre déception notoire, cet épisode de règlement de compte post-mortem prometteur avec son paternel, alors figure emblématique de la maison poulaga. Une histoire dans l'histoire qui promettait pour finalement se retrouver réglée en deux-trois consultations bien senties. Chapeau bas à la psy, dommage pour le lecteur...
Pour finir, Ellory fait ici preuve de facilité, tant dans l'évolution narrative que dans le twist final. Les preuves s'accumulent un peu trop aisément, la déduction pure est ici placée sous l'éteignoir. le récit déroule sans véritablement surprendre. le chemin apparaît tristement balisé...dixit le petit poucet...
Bref, si l'on excepte ces "quelques" mesquins bémols, Ellory et son écriture maîtrisée suffisent à faire passer un agréable moment à tous ceux n'étant pas à la recherche du thriller incontournable. Il faut dire que dans la catégorie, le bonhomme avait déjà donné...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5914
Roggy
  28 décembre 2018
Franck Parish est un policier brillant, mais ingérable, alcoolique, obstiné, cynique, amer, il a un coeur de pierre mais il a un coeur tout de même. Et c'est ce coeur qui le pousse à continuer à examiner les recoins les plus sombres de l'âme humaine pour en extraire toute la noirceur.
Une fois de plus il se retrouve englué dans une véritable plongée dans le morbide, le noir absolu, une descente dans l'abîme de l'humanité. Il va chercher à exorciser tous les fantômes qui rôdent autour de lui, toutes les victimes qu'il n'a pas pu sauver.
R. J. Ellory, comme de coutume irrigue en profondeur la narration d'interrogations d'ordre moral et éthique. le nouveau maître du polar anglo-saxon nous gratifie en bonus d'un peu de l'histoire de la mafia new-yorkaise dans les années quatre-vingts et de la corruption de la police ; construisant un polar prenant qui mêle avec brio deux époques et deux enquêtes dans un astucieux jeu de miroirs.
Même si on retrouve dans ce récit un certain nombre de ficelles propres au polar, ce qui impressionne c'est la manière dont Ellory s'empare de ses personnages pour nous immerger dans leur psyché.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          600
Ptitgateau
  16 mai 2019
Les meurtres multiples et l'enquête qui s'ensuit ? Non pas un prétexte mais sans aucun doute une enquête type, une démonstration des habitudes, qualités et travers de Franck Parish personnage très intéressant à analyser, l'auteur saura nous en convaincre.
On assiste d'abord à une scène de meurtre/suicide que notre inspecteur ne peut empêcher, malgré sa bonne volonté, puis l'on comprend qu'il s'entretient régulièrement avec une psychologue, non par choix, mais en raison d'un bug quelque part dans sa vie professionnelle, c'est bien difficile d'être flic après Papa, tué dans l'exercice de ses fonction, auréolé, véritable légende qui, appartenant aux « anges de New York », légendaire regroupement de policiers intrépides qui luttèrent contre le crime organisé. La vie sentimentale de Franck n'est pas plus reluisante, divorcé, continuant à voir ses enfants et entretenant une relation plutôt conflictuelle avec sa fille, voyant rarement son fils, sans ami, un cas bien intéressant à étudier. Franck Parish, l'insoumis, prêt à employer des méthodes contre l'avis de ses supérieurs, et contre lui-même pour mener à bien son investigation.
Voici donc tout l'intérêt de ce roman : itinéraire d'un personnage, évolution notable en cours de roman, deuil d'une jeunesse pas toute rose, solitude, entêtement, acceptation de certains faits.
Les meurtres ? Rien d'extraordinaire pour un lecteur de thrillers : meurtres multiples, recherche d'un hypothétique serial killer, horreur de crimes sanglants, torture, investigation, le train-train de l'inspecteur Lambda, sauf que comme dans tout bon policier, on s'apercevra qu'il n'est pas si Lambda que ça et se montre bien intuitif et téméraire.
J'ai moins apprécié ce roman de RJ Ellory, préférant largement vendetta. Toutefois j'apprécie beaucoup sa plume et sa façon de raconter en plaçant au coeur de l'histoire d'une organisation, dans ce récit, la corruption de la police et la toute-puissance de la mafia, un personnage témoin comme il le fait dans Vendetta.
Lien : https://1001ptitgateau.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          540
sandrine57
  24 août 2021
Être flic à New York quand on est le fils d'une légende de la police est un lourd héritage que Frank Parish porte dans la douleur. Il a raté son mariage, entretient des rapports conflictuels avec ses enfants et n'est qu'à un pas du renvoi tant ses excès, son alcoolisme et son refus de l'autorité l'ont conduit au bord du gouffre. Pourtant, Frank est un bon flic, pugnace, obstiné, jusqu'au-boutiste et doté d'un flair infaillible. Depuis la mort de son coéquipier, on lui a retiré son permis de conduire et une partie de son salaire et on l'oblige à suivre une thérapie. Mais cela ne l'empêche pas de s'investir à fond dans sa dernière enquête : le meurtre par strangulation d'une adolescente de seize ans.
Rien d'exceptionnel dans ce polar de R.J. Ellory qui aligne les stéréotypes du genre :
- Un flic borderline, désabusé, alcoolique, qui cumule les problèmes (avec sa hiérarchie, ses enfants, son ex-femme) et entretient une liaison avec une prostituée
- Une chasse au tueur en série…
Rien d'exceptionnel non plus dans le style (linéaire) ni dans la construction (alternance entre l'enquête et les séances du flic chez la psychologue de la police), ni dans l'intrigue (les dites séances se passent étonnamment bien et le policier se livre avec facilité sur des évènements qu'il avait tus depuis presque vingt ans, l'enquête est lente mais les indices abondent)
Et pourtant, ça marche ! Ellory connait la recette et on se laisse prendre à son jeu. Il nous emmène dans les bas-fonds de New York, nous entraîne dans le monde des snuff-movies, de la drogue, des ados à la dérive, de la déchéance humaine et dresse un portrait peu flatteur de la corruption au sein de la police new yorkaise. On finit par s'attacher à ce flic parfois exaspérant et on se laisse porter ses maladresses, ses blessures intimes et son besoin féroce de rendre justice aux victimes.
Un polar à l'ancienne qui se lit bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          442
Titania
  26 avril 2016
Voyage à New York dans les pas d'un auteur britannique qui connaît comme le fond de sa poche, les dépôts d'ordure, les squats miteux, et les ruelles glauques de la grosse pomme, le circuit noir en somme, et Ellory nous en fait faire un petit bout dans chacun de ses romans, du moins ceux que j'ai lus.
Dès les premières pages, on patauge dans des litres d'hémoglobine avec Franck Parrish, inspecteur à la criminelle, couvert de vomi, avec une gueule de bois carabinée qui n'arrive pas à sauver de la mort un couple de toxicomanes embarqué dans une dérive suicidaire.
On comprend vite que le récit va nous emmener assez loin dans l'horreur, mais cette savante préparation dramatique patine dans une tonne de clichés . C'est peut-être un peu trop que Franck Parrish soit irlandais, fils d'un flic pourri, ivre mort quasiment tous les jours, très perturbé, divorcé, en conflit avec sa hiérarchie et sa famille, loup solitaire en psychothérapie obligatoire, avec une petite amie prostituée...on a déjà vu ça quelque part, le personnage qui porte sur ses épaules toute la misère du monde et un ego surdimensionné de mec convaincu qu'il a forcément raison contre tous, une espèce de génie méconnu, qui envoie paître tout le monde dans des termes peu académiques et qui méprise les règlements.
Bref je ne retrouvais pas dans ce personnage ce qui m'avait plu dans " Seul le silence" et " les Assassins". Mais je n'ai pas voulu m'arrêter aux apparences, allons donc plus loin !
Deux époques se percutent dans le récit, le passé à travers Franck Parrish, et l'histoire de son père, c'est l'histoire de la corruption de la police dans une ville aux mains de la mafia qui revient dans la psychothérapie, car il faut bien " tuer le père" pour avancer. On se rappelle que New York n'a pas toujours été une destination de rêve et que le Bronx, c'était finalement partout avec la complicité d'une police corrompue qui arrêtait le menu fretin, mais laissait les parrains de la mafia faire la loi...
Le présent c'est l'enquête minutieuse, avec un équipier rigoureux sur les traces d'un tueur en série qui s'en prend à des adolescentes de milieux défavorisés au profit de l'industrie du porno. On assiste alors à une métamorphose de Franck, rusé renard avec les petits délinquants pour leur soutirer des infos, infiniment respectueux des victimes et de leurs proches, terrifiant de duplicité lors des interrogatoires, mais prêt à se libérer des carcans règlementaires pour mettre le coupable en prison. Un policier de génie qui ne joue pas trop collectif, dans un homme fracassé .
On se laisse embarquer dans cette enquête, contaminé par l'obsession de savoir, il sait ménager la tension cet auteur, en entrelaçant des récits, qui détournent digressent en distillant le doute, en prise directe avec le cerveau de Franck.
Je ne vous en dis pas plus.....prêts pour le circuit noir ? c'est plein de clichés peut-être, mais c'est une bonne enquête pas décevante construite avec beaucoup de précision, dont l'issue vous surprendra sans aucun doute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300


critiques presse (5)
LesEchos   23 juillet 2012
R. J. Ellory n'a pas peur des grosses ficelles pour tricoter un thriller implacable et son héros est l'archétype de l'inspecteur paumé, solitaire, en empathie avec les victimes.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Telerama   20 juin 2012
Il faut compter […] avec l'effet de réel saisissant, né d'une extrême précision dans la reconstitution des décors, des faits, des atmosphères. Compter avec la pénétration psychologique impressionnante dont fait preuve, cette fois encore, le romancier britannique.
Lire la critique sur le site : Telerama
Lexpress   05 juin 2012
Thriller et roman psychologique, Les Anges de New York est aussi une plongée dans l'histoire d'un pays et de ses légendes échafaudées par des politiques.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LaLibreBelgique   24 avril 2012
Voix singulière dans le roman noir, car à la périphérie de son noyau dur, Ellory pourrait être un tout grand s’il prenait le temps (ou si on le lui donnait) de resserrer un peu sa trame et son écriture.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Lexpress   27 mars 2012
Son dernier roman, Les anges de New York, finissent d'achever un auteur sans doute surestimé.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (69) Voir plus Ajouter une citation
gruzgruz   31 décembre 2012
Alors asseyez-vous, Franck... dites-moi ce qui s'est passé ce matin.
- Vous pouvez lire mon rapport.
- Je veux l'entendre avec vos mots à vous.
- C'est moi qui ai écrit le rapport. Ce sont mes mots.
- Vous comprenez ce que je veux dire, Franck. Je veux l'entendre de votre bouche.
- Il a tranché la gorge de sa petite amie. Il s'est tranché la gorge. Il y avait tellement de sang que ça glissait comme un toboggan dans un putain de parc d'attractions. Ça vous va ?
p. 20
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
RoggyRoggy   31 décembre 2018
Les ombres ne sont que des ombres, songe-t-il. Elles ne peuvent pas nous faire de mal tant qu’on ne les prend pas pour autre chose. Mais quand on commence à le faire… eh bien, on finit par leur donner des dents des griffes, et alors elles finissent par nous avoir…
Commenter  J’apprécie          190
CrossroadsCrossroads   07 avril 2014
- Ne me prenez pas pour une conne, inspecteur (...) Ne venez pas me pisser dessus en me disant qu'il pleut, OK ?
Commenter  J’apprécie          350
caro64caro64   20 avril 2012
Rebecca était différente. Rebecca étai la seule qui comptait vraiment. Et pas seulement parce qu’elle lui rappelait Caitlin. Ce n’était pas qu’elle était orpheline ou qu’elle avait un abruti de camé en guise de frère. Ni que ses amis à Saint-François d’Assise la considérait comme une fille drôle, gentille, jolie. C’était autre chose. Un rappel que si personne ne faisait attention à vous, si personne ne gardait en œil sur vous, alors le monde et toutes ses merveilles vous dévoreraient en un clin d’œil.
Vous étiez là, puis soudain vous étiez parti.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LounimaLounima   17 juillet 2014
"- Vous voulez savoir ce qu'on nous a appris à l'école de police ?
- Oui.
- Que parfois il ne faut pas se fier aux apparences. Et que parfois les choses sont exactement ce qu'elles paraissent.
- Ce qui signifie ?
- Eh bien, c'est très simple. J'ai l'air d'un loser agressif, déglingué, alcoolique, avec une vingtaine d'années au compteur... et vous pouvez ajouter à ce mélange explosif mon dangereux manque d'estime de soi et mon goût pour les femmes faciles et le whiskey hors de prix, et vous vous retrouverez avec quelqu'un à qui vous ne voulez pas vous frotter. Et comme j'ai dit, même si ce n'est qu'une apparence, je crois que vous allez découvrir que c'est exactement qui je suis." (Le Livre de poche - p.26)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de R. J. Ellory (72) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de R. J. Ellory
Seul le silence de R.J. Ellory, Fabrice Colin aux éditions Phileas https://www.lagriffenoire.com/1096665-bd-seul-le-silence.html • Seul le silence de R. J. Ellory aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/15087-poche-seul-le-silence.html • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #conseillecture #editionsphileas
+ Lire la suite
autres livres classés : new yorkVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2368 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre