AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Pierre Rioux (Préfacier, etc.)
ISBN : 2258037808
Éditeur : Les Presses De La Cite (10/09/1993)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Il y a l'Alsace au levant, " avec ses longues lignes d'arbres et ses petits villages ", puis la Lorraine au couchant, avec ses étangs, il y a les paysages de l'entre-deux qui donnent aux vies humbles des personnages de cette comédie humaine l'âpreté des vaux assombris et la clarté des ruisseaux à truites.

Il y a l'Histoire avec un grand H, celle qui broie et qui progresse, que ces livres pétrissent à pleins bras, aux heures les plus chaudes de la Rév... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
FontenellaFontenella   14 janvier 2018
Et la nuit approchait… Le grand champ de bataille derrière nous, se vidait ! À la fin, la grande plaine où nous avions campé la veille était déserte, et, là-bas, la vieille garde restait seule en travers de la route, l’arme au bras : tout était parti, à droite contre les Prussiens, à gauche contre les Anglais ! Nous nous regardions dans l’épouvante.

(tiré de "Waterloo")
Commenter  J’apprécie          60
FontenellaFontenella   14 janvier 2018
« Nous étions entourés partout : Les Anglais nous repoussaient dans le vallon, et dans le vallon Blücher arrivait. Nos généraux, nos officiers, l’Empereur lui-même n’avaient plus d’autres ressources que de se mettre dans un carré ; et l’on dit que nous autres, pauvres malheureux nous avions la terreur panique ! Quelle injustice ! »

(tiré de "Waterloo")
Commenter  J’apprécie          60
SZRAMOWOSZRAMOWO   10 mai 2017
Nous rêvions en écoutant les moindres bruits, lorsqu’enfin le rappel se mit à battre. Alors M. Goulden me regarda gravement, et nous nous levâmes. Il prit le sac et me le boucla sur les épaules en silence.
– Joseph, me dit-il, va voir le commandant de l’arsenal, à Metz, mais ne compte sur rien. Le danger est tellement grave, que la France a besoin de tous ses enfants pour la défendre. Et cette fois il ne s’agit plus de prendre le bien des autres, mais de sauver notre propre pays. Souviens-toi que c’est toi-même, ta femme, tout ce que tu possèdes de plus cher au monde, qui se trouve en jeu. Je voudrais avoir vingt ans de moins pour t’accompagner et te montrer l’exemple.
Nous descendîmes ensuite sans faire de bruit ; nous nous embrassâmes et je gagnai la caserne, Zébédé lui-même me conduisit à la chambrée, où je mis mon uniforme. Tout ce qui me revient encore, après tant d’années c’est que le père de Zébédé, qui se trouvait là, fit un paquet de mes habits, en disant qu’il irait chez nous après notre départ ; et qu’ensuite le bataillon défila par la ruelle de Lanche, sous la porte de France.
Quelques enfants nous suivaient. Les soldats du corps de garde, à l’avancée, portèrent les armes. Nous étions en route pour Waterloo.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Erckmann-Chatrian (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Erckmann-Chatrian
ERCKMANN CHATRIAN – La Lunette de Hans Schnaps
autres livres classés : comédieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Vous avez dit Erckmann ? Non, Chatrian !

Bonjour, moi c'est Emile

Erckmann
Chatrian

12 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : Erckmann-ChatrianCréer un quiz sur ce livre