AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2824609168
Éditeur : City Editions (01/02/2017)

Note moyenne : 4.15/5 (sur 30 notes)
Résumé :
Sam, huit ans, tombe du haut d'une grange et meurt le crâne fracassé. Pour sa mère Colette, impossible de croire à un accident. Elle soupçonne François, son mari, un homme violent et secret, de ne pas être étranger au drame. Dix ans auparavant, Colette, enceinte d'un autre homme, a été contrainte de l'épouser. Dès lors, son mari a imposé la terreur et la tyrannie au sein de leur foyer.Bravant la violence de cet homme, Colette s'engage dans une dangereuse quête de vé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
26 juin 2017
Quoi de pire pour une mère que la perte d'un enfant ? Je crois que la réponse est simple : rien, surtout si ce dernier est est mort dans des circonstances qui paraissent invraisemblables pour la mère en question. C'est ce qui arrive à notre jeune protagoniste, Colette. Sam son petit garçon de huit ans à a été retrouvé mort suite à une chute de deux étages de la grange, endroit où elle savait qu'il ne serait probablement jamais allé tout seul. Cependant, c'est pourtant bel et bien la version sue François, son mari, lui a rapportée. Ajoutons néanmoins une précision : bien qu'il soit son mari, Colette n'a jamais aimé ce dernier. de caractère violent et parfois incontrôlable, surtout avec un passé dont elle ignore tout, on pourrait même dire qu'elle l'exècre. Pourquoi l'avoir épousé ? Tout simplement parce que son amour de toujours, Guy, lui, venait de passer de vie à trépas et qu'elle se retrouvait dans une situation embarrassante à une époque où il n'était encore pas bien vu de l'être. Avec un père violent et avec des mains un peu trop baladeuses, Colette a d'bord cru que ce serait la situation la plus adaptée à son cas. Combien de fois s'est-elle mordue les doigts par la suite d'avoir accepté de prendre ce parfait étranger comme époux...Il avait dit venir d'Auxerre mais là s'arrêtait son soi-disant passé et les habitants de ce petit village du Morvan n'ont pas cherché beaucoup plus loin, enfin, du moins, pas tous...Colette, soupçonnant que la mort de son enfant n'est pas due à un accident a tout de suite porté ses accusations sur François et c'est avec son amie Madeleine, qu'elle va tenter de percer le mystère.
Cependant, en s'engageant dans cette voie, elle qui a promis sur la tombe de son fils, de découvrir la vérité à tout prix et de le venger, était loin de s'imaginer tout ce qu'elle allait découvrir...
Une histoire prenante, extrêmement bien écrite mais avec des passages un peu trop durs à mon goût et au cours desquels j'ai dû m'efforcer de ne pas trop laisser vaguer mon imagination, ce qui est redoutable lorsqu'une auteure comme Stéphanie Exbrayat écrit avec tant de détails et de non-dits, ce qui, au contraire, a tendance à emmener le lecteur à lire entre les lignes...Pour conclure, je dirais qu'avec ce premier roman, l'auteure signe un ouvrage surprenant et est bien loin d'avoir fini de faire parler d'elle ! A découvrir mais attention, âmes sensibles s'abstenir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
motspourmots
05 février 2017
Ce premier roman nous emmène dans les années 60 dans un petit village du Morvan encore marqué par les cicatrices de la seconde guerre mondiale. Colette vient d'enterrer son fils de huit ans, Sam, après une chute mortelle du haut de la grange. Dévastée par le chagrin, elle l'est aussi par la culpabilité d'avoir laissé Sam seul avec François, son mari, l'homme qu'elle a épousé 9 ans auparavant alors qu'elle était déjà enceinte. Que s'est-il passé ? François, parfois violent est-il responsable ? A t-il compris que Sam n'était pas son fils ?
Malgré sa peur, aidée de son amie Madeleine, Colette décide de faire toute la lumière sur les circonstances de l'accident, sans se douter qu'elle va remuer pas mal de secrets enfouis dans le village.
Si l'on suit avec intérêt l'enquête de Colette grâce à une intrigue menée comme un thriller, c'est le contexte qui emporte le morceau. Notamment ce personnage de femme entièrement dépendante de son mari, comme c'était encore le cas à l'époque où les femmes n'avaient aucun droit ni de travailler, ni de disposer de leur argent au cas où leur mari les autorise à travailler, ni de décider quoi que ce soit. Une époque où leur sort se scellait en une poignée de mains entre deux hommes, le père et le futur mari. Une contrainte encore multipliée par l'environnement, ces villages où tout se sait, où tout le monde s'observe...
Ce roman est donc également le récit d'une renaissance et d'une émancipation, à travers le portrait d'une jeune femme attachante, abonnée aux drames mais bien décidée à prendre sa vie en mains.
L'écriture fluide et la narration tout en crescendo contribuent à une lecture plaisante, un brin addictive et très rapide. Pas mal pour un premier roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Autantenemportentleslivres
16 mars 2017
Mon avis:
J'ai repéré ce roman par hasard en navigant sur le site des Editions Terra Nova. Cette jolie couverture enfantine suggérant un drame terrible m'a tout de suite intrigué, et le résumé si tragique m'a convaincu qu'il avait tout pour me plaire. Merci donc à la maison d'édition et plus particulièrement à Sebastien pour l'envoi de ce titre.
Personne n'a oublié est le premier roman de Stéphanie Exbrayat, que je vais d'ailleurs suivre de près car je n'ai tout simplement pas pu le lâcher. Les mots qu'elle utilise pour parler de la détresse de Colette qui vient de perdre Sam, son fils unique de huit ans, sont magnifiques, empreints de réalisme et m'ont beaucoup ému. Dès les premières pages on assiste impuissant à la douleur de cette jeune maman qui non seulement doit vivre avec le terrible drame qui la touche, mais qui en plus doit supporter quotidiennement François, un mari méprisant et violent, qui ne lui donne aucun droit, comme malheureusement tel était souvent le cas pour les femmes en 1963. La perte d'un enfant est sans doute ce qu'il y a de pire pour une mère, et cette souffrance est d'autant plus grande quand la culpabilité vous ronge.
"Avant, j'étais douée pour embrasser les beautés de ce monde, pour apprécier tous les détails infimes qui rendent la vie belle. J'étais douée pour le bonheur. Mais ma petite voix s'est tue. Elle avait résister à la mort de ma mère, puis à celle de Guy, mais Sam... C'est trop insupportable. Je me sens comme dans une boîte. Une boîte avec un couvercle bien fermé. Une geôle oú je ne sais plus distinguer la terre du ciel . Sam est mort et l'azur s'est vidé. Les oiseaux ne chantent plus. Les fleurs n'ont plus d'odeur. Plus rien n'a de goût. La beauté de ce monde est sorti de mon champ de vision. Je suis dans un caisson étanche. Je n'entends plus. Je ne vois plus rien. Tout à disparu. Sam a tout emporté avec lui. Ma bonne étoile n'a pas su me protéger du pire, mais elle me maintient survivante malgré le pire. Elle me porte sur un chemin tourmenté qu'il me faut continuer de parcourir. Quand j'ai eu envie de mourir après le décès de Guy, le docteur Verdier m'a fait comprendre qu'il y avait toujours une raison de rester en vie. Aujourd'hui je dois trouver laquelle. "
Car si Colette éprouve des remords à ne pas avoir emmené Sam avec elle ce jour-là, elle culpabilise encore plus d'avoir laissé Sam avec François. Bien vite au fil des pages le doute se met en place dans l'esprit de Colette, mais aussi dans celui du lecteur, car ce dernier a un comportement assez inhabituel. Pourtant François n'est pas la seule personne que l'on soupçonne, car dans le petit village où vit Colette, tout le monde semble méfiant à l'égard de son prochain, les conséquences sans doute des deux guerres dont vient d'être victime le pays, et chacun semble avoir quelque chose à cacher. Ce doute perpétuel est très bien amené et très bien dosé je trouve de la part de l'auteure. J'ai soupçonné beaucoup de monde sans finalement réussir à détenir la clé du mystère autour de la disparition de Sam, d'ailleurs la fin selon moi est impossible à deviner.
C'est un petit garçon auquel on s'attache beaucoup même si on ne le voit qu'à travers les souvenirs de Colette. N'ayant reçu finalement que l'amour de sa mère on se rend compte qu'ils étaient tous les deux très liés, que c'était un enfant très réservé, calme et la plupart du temps obéissant, ce qui rend l'histoire encore plus tragique et ce drame incompréhensible. Je me suis facilement prise dans l'enquête qu'elle mène en secret avec sa meilleure amie et voisine Madeleine, déterminée comme elle à trouver le coupable de la mort de Sam. L'impuissance de Colette à découvrir la vérité est assez frustrante, et sa soumission envers son mari peut parfois agacer, mais la détermination dont elle fait preuve alors que chaque jours qui passent semblent insurmontables est incroyable. La force que cette femme puise constamment en elle alors que la vie jusque là ne lui a pas fait de cadeaux m'a énormément touché.

L'ambiance de ce livre vous l'aurez compris est sombre, pesante, et pourtant c'est l'espoir qui en ressort finalement. L'espoir pour Colette de faire éclater la vérité pour que son fils repose en paix, l'espoir de se libérer de cette vie étouffante, de laisser tous les secrets qui entourent son passé derrière elle, et l'espoir surtout de réapprendre à vivre sans ce fils qui était toute sa vie.
Pour conclure:
Un roman émouvant sur la détresse et le difficile combat d'une mère décidée à faire toute la lumière sur la mort subite et inexpliquée de son enfant. Passionnant du début à la fin. Une auteure à découvrir!
Ma note: 18/20.
Lien : http://autantenemportelesliv..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Yaguelle
18 août 2017
Mon avis,
En lisant la quatrième de couverture, mon encéphale n'a pu résister au désir de découvrir ce premier roman de Stéphanie Exbrayat. Oui en effet, "Personne n'a Oublié" est le premier opus de cette auteure qui, entre nous, m'a stupéfiée par son talent.
Je vous plante le décor;
Sam, 8 ans, meurt dans des circonstances plus que douteuses...
Colette, mère de Sam et épouse de François, ne croit pas aux conclusions du décès de son fils " Mort accidentelle ". Elle va lutter pour découvrir les véritables circonstances sur la mort de Sam quitte à mettre sa propre vie en danger.
François, époux de Colette. Homme violent au passé trouble. Suspecter par Colette d'avoir tué Sam.
Les années d'après guerre, 50/60.
Les collabos et leurs conséquences.
La soumission et l'émancipation des femmes.
Un village rural " le Morvan " aux idées et aux mentalités bien arrêtées et enracinées.
Synopsie
Dans le petit village du Morvan, les idées reçues et les mentalités ont la vie dure....
Colette, mère attentionnée et femme soumise, vit avec son fils Sam et son époux François.
François, qu'elle a épousé par obligation. Étant enceinte d'un autre homme, elle devait absolument trouver un mari qui ne poserait pas trop de questions sur la rapidité d'un mariage.
François, très discret et secret, vit dans une ferme en dehors du bourg.
Quand celui-ci décide d'acheter cette ferme et de s'y installer, les habitants le cataloguent "d'étranger" et les conversations à son sujet sont plus que désagréables et méprisantes.
Le quotidien de Colette est pénible et éprouvant. Son mari est brutal et violent sans compter les injures et le mépris qu'il éprouve envers Sam qu'elle protège telle une tigresse.
Malgré cette protection, Sam est retrouvé mort dans la grange familiale.
À cet instant, la vie de Colette va prendre un tournant à 180 degrés.
Ses seules pensées et obsessions seront de chercher à comprendre "le pourquoi du comment".
En effet, cette mort n'a rien d'une "mort accidentelle"
Qui en voulait à Sam?
Où était François à ce moment-là?
Sam avait l'interdiction formelle d'aller dans cette grange, qui ou quoi l'y a amené?
L'a-t-on poussé et pour quelles raisons?
Autant de questions auxquelles Colette va devoir, par ses propres moyens, y trouver des réponses.
Le passé à ses secrets et les déterrer feront resurgir des heures sombres d'une guerre que beaucoup voudraient oublier, quitte à sacrifier des vies pour que ses secrets restent enfouis à tout jamais.
Les tonalités du texte, les personnages et le style.
Voilà un roman comme je les aime, le psychologique joue parfaitement son rôle sombre de manipulateur sublimissime.
Les personnages de Colette et François sont parfaitement structurés et vos ressentis envers eux vous apportent l'empathie et la haine qui leur sont attribuées subtilement. L'atmosphère du dramatique engendrée par la mort de cet enfant est bilieuse et cabalistique à souhait.
L'auteure nous offre un récit poignant et bouleversant tant par sa profondeur que par sa capacité à vous projeter dans les moindres pensées de cette femme qui vous ébranle.
En ce temps où les femmes n'étaient qu'assujetties à leur époux, Stéphanie Exbrayat vous propulse dans un passé ou leur vie se cantonnait aux tâches ménagères, à l'éducation des enfants, à la bonne tenue de la maison et aux désirs de leur mari.
Le droit d'avoir un compte en banque ou d'être tout simplement émancipée n'était que pur fantasme.
Le langage stylistique de l'auteure est audacieux et perceptible.
Les expressions, le patois, le style et la phraséologie de l'époque sont authentiques et atypiques sans jamais être redondants.
La fluidité du texte est lisse. L'intrigue se dévoile telle une partition, vos émotions et vos ressentis sont à leurs paroxysmes. Vous écoutez, vous chuchotez et vous frissonnez avec Sam et Colette.
Sa peur, ses angoisses et sa douleur s'imprègnent en vous par un tragique et un suspense savamment exploités . La dureté des faits rend ce thriller addictif.
La narration est redoutablement efficace.
La rythmique des chapitres monte crescendo, les scènes s'enchaînent et la genèse se propage, tel un raz-de-marée, emportant tout sur son passage.
J'ai adhéré à cette nouvelle plume de par un réalisme et un pragmatisme qui m'ont conquise de la première page jusqu'au mot Fin.
Bref, un thriller psychologique d'une efficacité redoutable. Une écriture distinguée et délicate. Une auteure qui m'a séduite et j'espère lire son deuxième opus très bientôt.
Lien : https://leschroniquesdeyague..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
delphlabibliovore
09 mars 2017

Suite au décès de son fils, Sam, âgé de 8 ans, Colette ne vit plus, sombre dans la dépression. Ce jour-là, lors de l'accident, cette mère n'était pas à ses côtés, seul François, son mari bourru et parfois violent était présent.
Que s'est-il réellement passé? Quelle est la nature exacte de la mort?
Colette ne peut pas effacer les souvenirs de son fils d'un seul coup; elle a du mal à tourner la page. Ainsi cette mère a décidé de mener l'enquête et de savoir si François n'est pas dans cette affaire...
" Colette et son fils avaient toujours vécu dans un climat asphyxiant, empoisonnés par la présence de François. Il s'emmurait continuellement dans un silence agressif. "
L'auteure, Stéphanie Exbrayat signe ici un premier roman à la fois captivant et bouleversant. L'action se passe à la fin des années 50 dans le village de Morvan.
Au fil des pages, le lecteur va suivre principalement Colette; sa souffrance sera mise en avant à cause de la perte de son fils. C'est un véritable drame assez trouble puisque la mort de cet enfant est suspecte et une véritable quête de vérité.

" Je suis dans un caisson étanche. Je n'entends plus. Je ne vois plus rien. Tout a disparu. Sam a tout emporté avec lui. Ma bonne étoile n' a pas su me protéger du pire, mais elle se maintient survivante malgré le pire. "
Des doutes subsistent à travers les chapitres si bien qu'on se demande ce qu'il va arriver.
" Personne n'a oublié" est un véritable page turner. Stéphanie Exbrayat possède une élégance et un style remarquable qui rend son écriture agréable.

C'est un roman que j'ai dévoré et qui a des allures d'un thriller. le suspense et quelques rebondissements vont ainsi capter le lecteur jusqu'au dénouement final.
L'auteure écrit avec beaucoup de réalisme et d'intensité; elle met également l'accent sur le problème de l'émancipation de la femme début des années 60.
" Personne n'a oublié" est au final un roman addictif, facile à lire et touchant.
J'ai vraiment eu beaucoup d'empathie pour Colette si courageuse et dévouée.
Pour un premier écrit, c'est plutôt réussi et j'ai hâte de savoir ce que l'auteure va nous proposer prochainement comme roman.

Lien : http://delphlabibliovore.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations & extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
cicou45cicou4525 juin 2017
"La culpabilité, Colette, c'est un mal pernicieux qui peut tous nous ronger de l'intérieur, aussi sûrement qu'une maladie. Toi seule peut la combattre. Tu as mis une barrière entre toi et le bonheur, ou du moins, la possibilité d'y accéder. Toi seule peut lever cette barrière."
Commenter  J’apprécie          200
cicou45cicou4523 juin 2017
"Parce que c'est ça le vrai courage, Colette, faire son propre choix quand on te dit qu'il n'y a pas de choix à faire. Et s'il le faut, dire non. Refuser d'accepter ce que tu dois accepter."
Commenter  J’apprécie          210
cicou45cicou4526 juin 2017
"J'ai été très étonnée des descriptions qu'on faisait de lui à droite et à gauche. Je me souvenais d'un garçon grand et souriant alors que tout le monde s'accordait à dire qu'il était taciturne, affreux et même terrifiant...
_Hélas, les aléas de la vie font qu'il est parfois facile de perdre son sourire..."
Commenter  J’apprécie          120
cicou45cicou4524 juin 2017
"La naïveté du docteur lui donne envie de le serrer dans ses bras. Elle est admirative de sa capacité à embellir les tréfonds de l'âme humaine."
Commenter  J’apprécie          100
cicou45cicou4525 juin 2017
"Toi, tu avais besoin de savoir exactement ce qu'il s'était passé. Peut-être que la mère de Guy, elle, n'en a pas besoin. Nous avons tous des façons différentes d'affronter le décès d'un proche."
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : violence domestiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1153 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .