AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Mette Ivers (Illustrateur)Bruno Pilorget (Illustrateur)
EAN : 9782070513499
154 pages
Éditeur : Gallimard Jeunesse (26/05/1997)

Note moyenne : 3.49/5 (sur 80 notes)
Résumé :
Bulle est un coquillage rare des mers du Sud. Elle n'a d'autres soucis que de faire bon ménage avec son locataire, un mollusque paresseux. Mais elle rêve de voyager. Un beau jour, bulle se retrouve sur un vaisseau pirate!
Pour son plus grand plaisir, elle devient alors l'objet de toutes les convoitises, passant des mains du capitaine à celles d'un matelot. Puis elle est vendue à un marchand, avant de rencontrer Marie-Fraise, Anicet-la-Violette, et enfin Petit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
deidamie
  04 avril 2019
« Bonjour les Babélionautes ! Aujourd'hui, je vais vous parler d'un livre qui semble tombé en désuétude, Bulle ou la voix de l'océan, de René Fallet.
Or donc Bulle est un coquillage… un peu comme un bulot, mais nettement plus grand, plus coloré et plus beau. Son mollusque l'ennuie. Un jour, il meurt et, grâce à un pirate, Bulle quitte l'océan. Elle va rencontrer différents humains et essuyer bien des déconvenues avant d'apprendre ce qu'est la réelle amitié.
Quelle adorable histoire ! Et très drôle ! J'aime beaucoup le personnage de la mer, joyeuse, tendre et cruelle. Et l'écriture, simple pour les enfants, ne l'est pas tant que ça : l'auteur sème de la poésie à tout va et joue sur les doubles sens. Un plaisir pour les enfants, un jeu pour les adultes. C'est un conte tout à fait ravissant. J'ai retrouvé l'innocence de mon enfance.
-Oui, alors, attends, non. Je le dis pour les adultes qui nous lisent : ce conte n'est pas si innocent que ça. D'ailleurs, quel conte l'est ?
-Meuh n'importe quoi. Les contes ne sont jamais que de mignonnes histoires pour amuser nos enfants, des récits pleins de pureté et de candeur.
-Rhôôôh, cette mauvaise foi. Comme si ton passage préféré dans Blanche-Neige n'était pas la punition de la marâtre. Bref, les contes sont des récits qui mettent en scène plein de représentations plus ou moins sexuelles, et Bulle n'échappe pas à la règle.
-Bulle ?! Mais pas du tout ! Pur, je te dis ! Des anges, des sirènes, une jeune fille, de l'amour…
-Et des combats, des meurtres... sans compter que Bulle est une femme. le narrateur en parle comme d'une femme. Plusieurs fois dans le roman, il se passe des trucs un peu bizarres. Quand elle est mise en vente, les gens lui « caressent les flancs ». Je suis désolée si ton enfance se barre, mais ce conte n'est pas du tout innocent.
-Naaan, maaaais si tu interprètes tout, aussi !
-J'interprète pas ! C'est le texte, j'y peux rien ! Prends-t'en à René Fallet si ça te plaît pas !
-Mais ça me plaît, figure-toi ! J'adore cette histoire et j'adore ce texte ! Des décennies plus tard, je le trouve même encore mieux parce que j'en profite davantage !!!
-Ben alors pourquoi tu t'énerves ?!!
-Tiens, oui, pourquoi ? Hum-hum. Pardon. Donc je continue : Bulle… est un récit d'initiation à l'amour. C'est là le fil rouge de cette histoire, et il est intéressant de remarquer qu'elle ne le trouve pas du premier coup, elle doit tâtonner, se tromper avant de rencontrer la bonne personne et connaître le bonheur.
-Le perso de Samuel me met mal à l'aise, quand même…
-Pourquoi ? Un méchant très méchant, et puis voilà !
-Chais pas. Je le sens pas. Mais comme je ne suis pas certaine du tout du bien-fondé de mes impressions, je ne vais pas dire pourquoi. Juste je me sens pas super à l'aise.
-Bon, il n'en reste pas moins une belle histoire, racontée avec une prose fine et spirituelle !
-Et qui fait pleurer aussi.
-Oui. Et qui fait pleurer aussi. Je l'avais lu enfant, j'ai pris plaisir à retrouver certaines tournures qui m'avaient marquée et qui ont conservé tout leur effet.
-J'ajoute que je ne regrette pas de l'avoir relu adulte. Je n'aurais jamais vu les différents niveaux de texte sinon. Bulle ou la voix de l'océan ressemble à une histoire toute simple et facile à lire en apparence. Seulement en apparence : la mer elle-même vous prévient que la narration ne va pas être « trop simple ». En réalité, ce roman contient une mine de réflexions, à la fois tendres et misanthropes, sur les relations humaines. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          295
TeaSpoon
  28 mars 2012
J'ai découvert ce petit bijou de la littérature jeunesse en classe de sixième. C'était un livre imposé ( et en plus j'étais en pleine découverte de Harry Potter), alors je rechignais un peu... Mais dès les premières pages j'ai été complétement absorbée par l'histoire. Pour au final tout dévorer en une nuit. Par la suite, je ne compte même plus le nombre de fois que je l'ai relu (entre deux ou trois chapitres d'Harry Potter)
Aujourd'hui encore, j'en garde un excellent souvenir. Je me souviens avec exactitude certaines scènes pourtant anodines, mais qui m'ont marqué "visuellement". C'est une petite histoire vraiment très poétique, très attachante, qui (je pense) peut encore être relue une fois adulte.
Je suis encore jeune et je n'ai pas d'enfant mais... J'espère que mes futurs neveux/nièces aimeront autant que moi cette jolie histoire d'un coquillage qui rêve de voyager.
Commenter  J’apprécie          230
lecassin
  25 novembre 2011
Bulle, le coquillage, est vraiment la voix de l'océan. Quand René Fallet se frotte à l'écriture pour enfants, point n'est besoin de forcer son talent : le récit est très poétique, et tellement marin.
Bulle recherche l'humanité ? Il découvre que les hommes ne sont pas toujours à la hauteur de ses espérances. Heureusement il va croiser le chemin de Petit-Pierre... Un autre amoureux de la mer.
"Bulle ou la voix de l'océan" ? Une friandise ! A consommer sans modération, même par les adultes.
Commenter  J’apprécie          110
calypso
  23 avril 2017
Bulle ou la voix de l'océan est un roman sur lequel je ne savais strictement rien et je ne regrette pas une seule seconde ma lecture ! Au départ, la narratrice de ce roman est la mer. La mer salée, la mer bleue, la mer Rouge ou la mer Noire. La mer bavarde, la mer qui parle, qui parle, la mer qui connaît tant d'histoires qu'elle n'est plus capable d'en raconter une seule ! C'est donc Bulle, le personnage éponyme, qui va entreprendre le récit de sa propre histoire. Bulle est un coquillage de l'Océan Indien habitée par un mollusque surnommé Gluc. Un jour, la vie de Bulle bascule : au fond de l'océan, elle fait la connaissance d'un marin et, grâce à lui, parvient à quitter le quartier de la lune où elle vit depuis toujours. Sur terre, elle passe de main en main et apprend à connaître l'espèce humaine. Elle est heureuse, parfois, et déçue, souvent. Bulle fait l'expérience de l'amitié à sens unique, elle qui séduit les hommes par les douces mélodies qu'elle produit. Elle connaîtra pourtant, au terme de nombreuses péripéties, l'amitié sincère. René Fallet a écrit un roman fantastique, agréable à lire et touchant, un roman qui n'a pas pris une ride et dans lequel humour et poésie se rencontrent à chaque page.

Lien : http://aperto.libro.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
kikou114
  28 octobre 2011
J'ai lu ce livre, quand j'étais collégienne... En 1985... J'en garde un très beau souvenir que l'histoire de ce petit coquillage qui passe de main en main. Très poétique.
J'ai gardé ce livre, et je suis ravie que ma fille de 11 ans l'ai lu dernièrement. Elle l'a également apprécié.
A faire lire à tout les enfants.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
Malahide75Malahide75   24 mai 2013
Je suis la mer ! Je bats les rochers. Je m'amuse à jongler avec les bateaux. Je suis la mer, qui recouvre les trois quarts du globe, qui dit mieux ? Les vagues de dix-hui mètres de haut, c'est moi, la mer ! Je casse tout, je fracasse tout !
Je sais aussi caresser, être calme et limpide, remarquez. Je suis même capable de jolis sentiments. Bulle, tenez, je l'aimais beaucoup. Parfois mes vagues l'écoutaient au passage. Bulle faisait "Bip, bip !" comme vous le savez, j'ouvrais bien grandes mes oreilles de mer et moi, la mer, j'aimais entendre Bulle me dire et me redire la profonde chanson de la mer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lisetrainepotlisetrainepot   15 janvier 2013
On rêve !
Et l'antisémitisme qui affleure de ce petit bijou ça n'a effleuré personne ?
Je ne fabule pas. Relisez-le en vous mettant à la place de n’importe quel enfant de samuel, vous savez ? celui qui est décrit dans le livre avec un calot noir, un nez crochu et qui meure d’avarice en avalant ses pièces d’or, celui qui a derrière lui des millions de samuels partis en cendres au nom de la belle utopie nazie. Je vous assure que ça tue un peu la poésie ambiante du bouquin.
Mais que ce passe- t'il côté sensibilité à l’autre dans ce beau pays de France ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
Malahide75Malahide75   24 mai 2013
Bulle, soufflait le garçon, tu ne peux pas me parler. mais moi, si tu veux, je te parlerai. Je te parlerai d'amitié. Je t'apprendrai l'amitié. Tous les hommes courent après l'amitié par égoïsme, pour être moins seuls. Si je dois t'aimer, Bulle, ce sera pour ton bonheur à toi. si je te sais heureuse, et je le saurai à tes couleurs, je serai heureux. Je lis sur les lèvres des hommes mais les tiennes ne bougent pas. Garde tes chansons, Bulle, je te dirai les miennes. Je m'appelle Pierre. Les grandes personnes m'appellent Petit-Pierre, mais je sais qu'au moins jamais tu ne deviendras une grande personne.
Et Bulle s'endormit entre le chien et Petit-Pierre.
Elle était arrivée au bout du chemin.
Elle avait fini par trouver ce fameux corail de la terre, et ce corail si rouge était celui du cœur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
deidamiedeidamie   04 avril 2019
J'emporte les châteaux, j'emporte les autos. Je suis ainsi, moi. On me doit le respect. Je suis la mer.
Commenter  J’apprécie          160
CarosandCarosand   23 juillet 2018
Il avait nom, notre quartier, le quartier de Lune, car la lueur de la lune pénétrait jusqu'à nous. Nous étions pourtant à cent mètres de la surface, mais l'eau était si claire, si pure et si bleue que la lune aimait s'y baigner...
Commenter  J’apprécie          60

Videos de René Fallet (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de René Fallet
22 janvier 1977 René Fallet, dans son bureau parle du chat en général et présente son chat Siamois, Bonnot. Pour lui il y a quelque chose de féminin chez le chat. Photographies de Georges Brassens.Photographie de chat.
autres livres classés : CoquillagesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

René Fallet

Dans "La Soupe aux choux", qui est la Denrée?

Une jeune femme
Le percepteur
Le Premier Ministre
Un extraterrestre

10 questions
33 lecteurs ont répondu
Thème : René FalletCréer un quiz sur ce livre