AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070377176
224 pages
Éditeur : Gallimard (21/03/1986)
3.99/5   85 notes
Résumé :
Grégoire Quatresous va rencontrer pour la première fois le destin en 1943. Avec son ami Baboulot, il a tenté d'oublier pour quelques heures l'horreur de l'Occupation.

Mais une patrouille allemande le prend en chasse, et il n'échappe à l'arrestation qu'en se réfugiant chez les trappistes. Il y restera vingt-six ans, jusqu'au jour où, allant voter Pompidou, il rencontre pour la seconde fois le destin qui a les appas d'une belle marinière, Muscade.
>Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
berni_29
  07 mai 2021
Le braconnier de Dieu, c'est l'histoire de Grégoire Quatresous, dit « Vingt Centimes ». Jeune homme épris de coquineries, cherchant avec son ami Toussaint Baboulot à oublier de temps en temps les affres de l'Occupation dans les bras d'une femme généreuse dont le mari est prisonnier, c'est un soir de 1943 en revenant de chez la mère Françoise que son destin va prendre une tournure inouïe. Pour échapper à une patrouille allemande qui traque les deux compères, il ne doit la vie sauve qu'en trouvant refuge auprès de moines Trappistes. C'est comme cela qu'il va devenir Frère Grégoire à l'abbaye Notre-Dame de Sept-Fons.
Vingt-six années consacrées à la dévotion et à la communauté de ses frères moines... Et puis un dimanche de juin...
« Ce fut en allant voter Pompidou que Frère Grégoire rencontra le péché. » C'est d'ailleurs ainsi que commence ce récit savoureux de René Fallet. Tout est annoncé dans cet incipit jouissif à souhait...
Ce dimanche matin-là, le chemin de Frère Grégoire va rencontrer celui de Muscade, belle et voluptueuse marinière dont la péniche est amarrée sur la berge du canal du Nivernais. Non, je vous assure qu'il n'y a pas de contrepèterie dans cette phrase...
C'est un dimanche matin de juin qui sent l'odeur enivrante des pistils, l'école buissonnière et le pastis...
Muscade, c'est la jolie fleur rouge d'une bouche, c'est un pépin qui se glisse dans le fruit défendu, quelque chose de trouble et de féminin. C'est un rire gorgé d'impudeur et de jaja, c'est le bleu du ciel qui se retourne, c'est la java dans tous ses états...
Quand le vin de messe est tiré, il faut le boire !
Frère Grégoire ne s'en remet pas, certaines mauvaises langues diront que, s'en retournant à l'abbaye après cela, au bureau de vote, se saisissant d'un seul bulletin, il aurait même voté communiste...
Je vais vous faire une confession : ce court roman m'a fait un bien fou. C'est une ode à l'incivilité, à la chopine et à l'amour. Chaque page se boit comme un verre de Saint-Pourçain.
C'est l'aventure au bord du zinc, c'est le soleil dans les verres, c'est la joie au balcon à gorges déployées...
C'est follement drôle et c'est fin en même temps, jamais vulgaire, fin de poésie... Poésie champêtre, rurale, poésie de la fraternité et de l'amour...
Chaque phrase se boit comme du petit lait. « C'est le petit Jésus en culotte de flanelle ! »
Drôle, léger oui... Mais ne vous y trompez pas, derrière l'allure d'une farce paillarde et anticléricale, derrière la langue truculente de René Fallet, se cache aussi une fable inspirée qui fait l'éloge de la liberté et de la joie de vivre.
Apôtre de l'esprit libre, René Fallet nous invite, en fustigeant la religion, à revisiter la notion du péché et à nous éprendre de la vie telle qu'elle vient, avec ses gourmandises et ses chemins de traverses...
Et Dieu dans tout ça ?
Dieu ? Il s'en sort plutôt bien merci pour lui, dépoussiéré, réhabilité, remis au coeur de la vie...
Le braconnier de Dieu, c'est un orgasme bucolique, oenologique, fraternel, littéraire...
Le miracle de ce petit livre sans prétention est que chaque page est un éveil des sens.
Un roman à déguster sans modération...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5714
babycomeback44
  13 février 2014
Je dois avouer que, à la vue de la couverture, j'ai longtemps hésité à entamer ce livre.
Mais je le regrette aujourd'hui. J'y j'avais su, je l'aurais ouvert beaucoup plus tôt.
Un petit livre sans prétention.
Et cela fait du bien.
Drôle. Léger.
et surtout, sous ses airs de ne pas y toucher, c'est une sacré leçon qui est distillée dans ces pages : critiques de la religion et de la notion de péché, grande liberté de pensée, pouvoir de la foi qui déplace des montagnes... Un bon générateur de réflexion!
Premier livre lu de René Fallet, et surement pas le dernier.
Commenter  J’apprécie          244
BillDOE
  25 janvier 2017
Véritable orgasme littéraire, le roman de René Fallet est une perle tant par la cocasserie des situations que par les expressions employées par les différents protagonistes. Les personnages sont hauts en couleur et ne manque pas de relief. Il n'y a pas une page où l'on s'ennuie même si l'on ne sait pas où l'auteur cherche à nous conduire, les voies du Seigneur ne sont-elles pas impénétrables ? C'est une très belle étude de la France beaujolpif et champêtre. A savourer sans aucune modération.
Commenter  J’apprécie          151
lecassin
  13 novembre 2011
C'est le grand retour de la veine cocasse (celle du Beaujolais) de René Fallet avec ce "Braconnier de Dieu".
Le précédent, "Au beau rivage" avait entamé le retour après les deux plus sombres "Charleston" et "Comment fais-tu l'amour, Cerise ?", issus de la veine du Whisky.
Jamais la prose de Fallet n'a été aussi truculente. Et comme toujours, cette fantaisie truffée de gags follement drôles fait une large part à la poésie.
Annonciateur de"La soupe aux choux", à lire absolument...
Commenter  J’apprécie          81
Pachy
  25 novembre 2013
René Fallet était l'ami de personnes hautes en couleurs comme : Jean Carmet, Jacques Villeret, Pascal Jardin, Georges Brassens qui connaissaient plus le sang de la vigne que l'adresse des sources thermales.
Dans ce roman, du vin, on en consomme plus que la moyenne ; du Saint-Pourçain puisque l'histoire se passe dans l'allier. le personnage central est Frère Grégoire pendant vingt-six années, devenant Grégoire Quatresous, surnommé Vingt centimes, ami de Toussaint.
Dès l'instant où le trio Grégoire, Toussaint et le Saint-Pourçain va se reformer, on va tomber dans un vaudeville des plus loufoques et des plus alcoolisés.
A noter que ce Braconnier de Dieu a été écrit avant le Beaujolais nouveau est arrivé et aussi et surtout avant La soupe aux choux. Il est en quelque sorte un galop d'essai. Deux cent onze pages sont suffisantes
Une lecture pour un moment de détente où l'on baigne dans un univers vrai : vie rurale bourbonnaise au dialecte rural à l'accent que l'on qualifierait aujourd'hui de langage de plouc et des expressions qui font hurler de rire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          32

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
babycomeback44babycomeback44   10 février 2014
à mon avis, le dieu de tes parents, c'est le dieu tout puissant, celui qu'on a inventé pour foutre la trouille aux gens, une espèce d'adjudant du ciel, une sorte de flic qui ne veut pas qu'on fasse l'amour avec plaisir, et qui flanque du remords même dans le pinard. mon dieu à moi, à toi aussi, c'est un brave type qui a créée le monde mais qui a été dépassé par les évènements. un dieu sans défense, et qui peut plus rien contre la guerre, la maladie, la mort et les méchants. c'est pour ça qu'il faut l'aimer, parce qu'il est bien malheureux, le pauvre vieux. ça le fait pas rire, va, de voir toute cette misère et de rien pouvoir faire pour y soulager.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
SpilettSpilett   11 septembre 2017
— (...) Je peux pas comprendre (...) que le Dieu des bêtes à bon Dieu, ça soit le même que celui de mes parents quand ils vont à la cathédrale. Celui-là, il est pas marrant, il sent le renfermé, il est triste, il est tout noir.
Commenter  J’apprécie          210
berni_29berni_29   01 mai 2021
Ce fut en allant voter Pompidou que Frère Grégoire rencontra le péché.
Paradoxe des paradoxes, le suffrage universel chassa le saint homme du royaume des élus, l'immola sur les autels de la démocratie.
Commenter  J’apprécie          170
armand7000armand7000   08 mai 2021
La jeune femme tempêta:

- Quel con, non mais quel con ! Il a suivi des cours à Polytechnique pour être si con, c'est pas possible que ça soye de naissance !

Elle minauda pour tempérer l'effroi grandissant de frère Grégoire :

- C'est pas de vous que je cause, mon père, c'est de mon mari.
Commenter  J’apprécie          50
berni_29berni_29   02 mai 2021
Une croix d'or brillait entre les seins de Muscade, et le soleil tapant sur cet ornement diaboliquement pectoral aveuglait de reflets les yeux exorbités du moine sur le gril. La croix du Golgotha... Celle des Apôtres... Celle des Martyrs...
- Qu'est-ce que vous regardez, mon père, pouffa le Belzébuth en bikini, mes doudounes ?
Commenter  J’apprécie          42

Videos de René Fallet (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de René Fallet
22 janvier 1977 René Fallet, dans son bureau parle du chat en général et présente son chat Siamois, Bonnot. Pour lui il y a quelque chose de féminin chez le chat. Photographies de Georges Brassens.Photographie de chat.
autres livres classés : humourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

René Fallet

Dans "La Soupe aux choux", qui est la Denrée?

Une jeune femme
Le percepteur
Le Premier Ministre
Un extraterrestre

10 questions
37 lecteurs ont répondu
Thème : René FalletCréer un quiz sur ce livre