AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782075165624
Gallimard Jeunesse (02/06/2022)
4.34/5   534 notes
Résumé :
Ces liens qui nous unissent.

Ils sont cinq. Titouan reste cloîtré dans sa chambre, Alix ne pense qu'au théâtre, Luce est inconsolable depuis la mort de son mari, Gabrielle est incapable de s'engager de peur de perdre sa liberté tandis qu' Armand se consacre exclusivement à sa fille. Cinq personnages en quête de sens dont les destins s'entrelacent.
Critiques, Analyses et Avis (214) Voir plus Ajouter une critique
4,34

sur 534 notes

marina53
  14 avril 2022
Depuis quelques jours, Titouan ne sort plus de sa chambre, passant le plus clair de son temps à jouer en ligne avec Lix et à construire ses maquettes de Lego. Il n'a pas voulu accompagner ses parents et ses frère et soeur partis en vacances. Et bien que la rentrée soit le lendemain et quoiqu'en dise son père, il n'ira pas au lycée. Sa décision est prise. Ses parents vont s'inquiéter dès lors que le jeune garçon fait une crise et tombe dans les pommes lorsque son père l'emmène de force devant les grilles du lycée...
Lix ou Alix dans la vie réelle est passionnée de théâtre. Elle veut d'ailleurs passer des concours en fin d'année afin d'intégrer une école à Paris. Une manière de couper les ponts avec son père, Armand, trop protecteur et omniprésent dans sa vie...
Armand, professeur de musique a, lui, deux passions dans la vie : sa fille, qu'il a élevée seul, et la musique. Laissant sa vie sentimentale de côté depuis de nombreuses années, il peut néanmoins compter sur l'amitié très profonde qui le lie à Gabrielle, la prof de théâtre de sa fille. Mais celle-ci tient trop à sa liberté pour s'engager...
Depuis que Luce a perdu son mari, Lucien, elle a perdu le goût de la vie. Plus rien ne lui importe. Elle songe même à le rejoindre. Un jour, elle retrouve par hasard un téléphone portable chez elle. Un numéro mémorisé, celui de Lucien. Elle lui envoie alors un message, dans l'espoir insensé que de là où il est, il le recevra. Mais le numéro, maintenant réattribué, est celui de Titouan...
Titouan, Alix, Armand, Gabrielle et Luce... Cinq personnages liés d'une manière ou d'une autre même si certains ne le savent pas. Pour ce roman, Manon Fargetton s'est inspirée de la théorie des six degrés de séparation de l'écrivain hongrois Frigyes Karinthy selon laquelle « chacun d'entre nous peut être connecté à n'importe qui en six étapes, de personne à personne ». Pour ce faire, l'auteure prend le temps de les présenter. Chacun avec ses soucis, ses états d'âme, ses rêves, ses espoirs, ses désillusions, ses chagrins, ses fêlures, ses combats... Des portraits fouillés, dépeints avec finesse et une profonde tendresse. Puis, au fur et à mesure, par un étonnant hasard, leurs destins vont s'entremêler. Tout sonne juste dans ce roman, aussi bien ces personnages terriblement touchants, la mise en scène telle une pièce de théâtre (avec lever de rideau, 4 actes, des entractes pendant lesquels un narrateur inconnu prend la parole, les scènes de Gabrielle, professeur de théâtre, décrites en tant que telles), la plume délicate et harmonieuse, les thèmes abordés (amour, relations parents/enfants, solitude, phobie scolaire, dépression, bipolarité, solidarité...).
Un roman choral poétique, porteur d'espoir et émouvant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          720
Rogues
  20 septembre 2021
Bonjour ! J'espère que le week-end a été bon pour vous !
On entame la semaine avec une critique, et avec une lecture on ne peut plus agréable ! Pour faire cours, ce livre fait partie de mes coups de coeur de l'année ! ^^
L'histoire est fondée sur un principe comme quoi chaque humain est relié à n'importe quel autre, par seulement 6 liaisons maximum. Ici, nous partons donc avec 5 personnages (tous aussi adorables et différents les uns que les autres, par leurs âges, centres d'intérêt,...) qui n'ont seulement qu'une seule liaison en commun.
Tout d'abord, parlons un peu des personnages justement. On se reconnaît dans chacun d'eux, c'est juste incroyable ! Ils sont tous très attachants, et on ne veut jamais que l'histoire se termine, c'est addictif !!
J'avais l'impression quelquefois d'être moi-même un personnage du livre, tellement je ressentais leurs émotions !! J'apprécie particulièrement le fait que l'auteur aie choisi un format d'écriture différent pour Gabrielle (en pièce de théâtre), ça montre à quel point elle vit pour le théâtre !
Je voudrais aussi mentionner Breizh Bob, un personnage secondaire, pas si secondaire que ça finalement, j'aime beaucoup son côté mystérieux et sympathique, c'est un très bon personnage !
Ensuite, Manon Fargetton écrit avec une fluidité effrayante, certains passages du textes sont extrêmement parlants, et super bien explicites. Elle débat sur des sujets compliqués avec des mots choisis avec soin, ce qui fait énormément réfléchir ! de plus, les changements de narrateur sont très bien faits car l'histoire est constituée de la vie de chacun d'eux (on ne perd donc pas le fil de l'histoire), c'est presque magique car on n'est pas perturbé par ça, contrairement à d'autres romans. Leurs histoires n'en font qu'une seule, finalement.
On a ensuite d'excellents messages sur le fait de ne pas se sentir bien dans sa peau, ne pas se sentir libre de ses faits et gestes, et dépendant des autres. On a aussi pleins d'autres thèmes mais moins présents dans l'histoire, qui sont tout aussi intéressants. L'auteur n'a rien choisi au hasard, et ils ont tous un lien explicite. Cela rend le livre encore mieux, et ça fait beaucoup réfléchir.
Pour finir, je parlerais bien de la fin, sans dévoiler d'informations contraignantes. J'en suis légèrement déçu, mais elle me convient, et je suis heureux que le roman se termine comme ça. J'ai malheureusement du faire une pause de 2 voire 3 semaines dans ma lecture à cause de mon travail, et du temps qui m'est compté quelquefois... donc je n'ai pas pu profité pleinement de l'histoire. Malgré ça, j'ai vraiment beaucoup apprécié cette lecture, qui fait désormais partie de mes meilleures lectures de l'année. Je vous conseille bien évidemment d'aller le dévorer, vous ne le regretterez sûrement pas :D
Bonne semaine et 192 critiques ! o/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          424
Lucilou
  26 octobre 2021
"A quoi rêvent les étoiles" ne faisaient pas vraiment partie de mes priorités littéraires, ce roman ayant l'air un peu trop "gentil" pour me plaire… Moi, c'est "Tout ce que dit Manon est vrai" que je voulais lire.
Et puis, aussi vrai que le hasard - ou bien est-ce les étoiles?- nous bouscule parfois, il travaille aussi à notre culture livresque en nous faisant tomber sur des romans qu'on ne pensait pas lire.
Ainsi, alors que j'arpentais le chapiteau de la Fête du Livre organisée par ma ville, je n'ai pu accéder à l'auteur pour lequel j'étais venue -trop de monde- et je me suis retrouvée tout près du stand de la librairie qui avait invitée Manon Fargetton. Quitte à être là… J'ai donc jetée un oeil aux livres exposés, tendant l'oreille aux propos tenus par l'auteur à une jeune lectrice qui m'apprennent que dans "A quoi rêvent les étoiles" le théâtre prend beaucoup de place, qu'elle y a mis beaucoup d'elle et de ses années de régisseuse lumière. Voilà qui me parle! J'aime le théâtre, et les romans qui en parlent également. Surtout quand la scène appartient à des adolescents qui y grandissent et y puisent des forces. Que voulez-vous, on ne se refait pas et le choc ressenti à la lecture de "3000 façons de dire je t'aime" n'est pas si loin. Je choisis mon exemplaire, le paye et la libraire le tend à Manon Fargetton qui m'offre alors la plus jolie dédicace qui soit, à coups de feutre turquoise, d'étoiles dorées, d'un avion vintage et de constellation. Mieux encore, j'ai l'occasion d'échanger avec elle, généreusement, simplement. Manon Fargetton est incroyablement vivante, chaleureuse et son regard pétille d'intelligence. Comment ne pas avoir envie, après ça, de se plonger dans sa bibliographie?
Dès le matin suivant, je me suis plongée dans la constellation relayée par "A quoi rêvent les étoiles".
Ils sont cinq, comme les doigts de la main, comme les Mousquetaires version Albert et tromblon à spaghettis.
Luce a perdu son mari et avec lui, toute envie de vivre. Pourtant, avant, elle était une véritable aventurière, une voltigeuse, une femme de tête dans un monde d'hommes. Elle n'avait peur de rien, sauf peut-être de le perdre lui.
Titouan refuse de quitter sa chambre. C'est comme ça. Il ne veut plus du monde, à moins que ce dernier ne lui fasse peur. Depuis, il passe son temps à jouer en ligne ou à bâtir une jungle de lego, colorée et étrangement poétique, qui colonise sa chambre d'adolescent meurtri.
Alix ne rêve que de théâtre. Il n'y a que sur les planches qu'elle sent bien, chez elle. Jouer, jouer. Jouer et quitter Saint-Malo.
Armand a oublié ses rêves et la puissance de sa musique pour se consacrer à sa fille, omettant au passage de reconstruire son coeur brisé. Il ne se rend pas compte de ce que son amour a d'étouffant.
Gabrielle a souffert elle aussi et depuis, elle refuse de vivre vraiment, se consacrant corps et âme à son travail, quitte à en souffrir.
Ces personnages n'auraient pas dû se croiser, enfin pas tous, et pourtant, un mystérieux message va contribuer à tous les réunir, le temps pour eux de grandir, de renouer avec leurs vieux rêves et de combler des solitudes, d'autant plus douloureuses qu'elle s'épanouissent au milieux des autres.
On ne va pas se mentir, "A quoi rêvent les étoiles" n'est pas follement original ni audacieux. Il est même parfois cousu de fils blancs; traînées de poussière d'étoiles mâtinée de voie lactée.
Il est un peu trop doux, trop suave et lorgne du côté des romans "feel-good", option adolescence.
En d'autres termes, il n'aurait pas dû fonctionner sur moi qui n'aime rien tant que les histoires âpres, passionnées voire douloureuses. Et pourtant, ce roman bleu et or m'a infiniment touchée. Je l'ai trouvé beau, d'une beauté un peu fragile et pleine de grâce.
Il faut dire qu'au delà de son style, de ce qu'il défend, "A quoi rêvent les étoiles" est plein de petites choses qui me touchent particulièrement, de quoi mettre mon objectivité critique à mal...
Il y a la peinture de cette relation entre un père et sa fille, si pleine d'amour malgré les remous et les orages. Moi, les histoires qui mettent en scène des pères et leurs filles, je n'y résiste jamais bien longtemps, peut-être parce que le mien me manque si fort depuis si longtemps...
Il y a les avions. Mon papa aussi était pilote à ses heures perdues.
Il y a le théâtre, "La Cerisaie".
Il y a les rêves, ceux de l'enfance et les autres.
Il y a Titouan.
Et il y a les crêpes, et les crêpes, c'est la vie.
Alors peut-être bien que "A quoi rêvent les étoiles" est un peu facile, un peu gentillet et que sa langue -si ce n'est le découpage en acte- est un peu plate... Mais il m'a fait du bien. L'effet d'une boisson bien chaude après le froid, l'effet d'une brioche à la cannelle après une journée noire, d'un bain chaud après la pluie.
Peut-être bien aussi que ma critique est complètement dénuée d'objectivité et d'esprit critique, qu'elle s'appuie sur mon ressenti plutôt que sur ma réflexion... mais franchement, je m'en fiche.
Elle est si jolie cette histoire.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251
Chroniqueuse
  24 février 2021
La biographie de Manon Fargetton se relate ainsi: c'est une jeune femme passionnée de littérature depuis son enfance. Son parcours commence par l'écriture d'un roman à 18 ans , il se poursuit jusqu'à ce jour avec une palette de livres à son actif . C'est une auteure qui s'émerveille de toujours écrire des histoires qui se diffèrent.
Elle signe “A quoi rêvent les étoiles “ dans la collection roman ado chez Gallimard jeunesse en septembre 2020 .
Avec une couverture aussi rayonnante illustrée par Djohr auquel j'adresse mes félicitations , on ne peut que s'attarder sur ce livre . Il m'a plu de le découvrir notamment pour son synopsis .
Derrière “A quoi rêvent les étoiles “ se trouve cinq personnages aux noms de Titouan , Luce , Armand , Alix et Gabrielle . Ils ont chacun des interrogations existentielles à nous partager à travers leurs existences. Ce livre se compare à une scène de théâtre et nous invite à assister en V actes avec un entracte à chaque volet au déroulement d'une histoire magique écrite par Manon Fargetton .
Tout commence par un lever de rideau qui annonce des rencontres entre les personnages qui vont se connecter par le fruit d'un hasard ou quotidiennement . Ils vont se découvrir une nouvelle attache l'un envers l'autre . Une connexion magique va illuminer leur existence . Une promesse vers un avenir meilleur .
Titouan est un jeune adolescent passionné de jeux vidéo. Son quotidien consister à jouer sur internet avec Lix. Un chat en ligne rend leur séance très complice, ils ne se connaissent que virtuellement usant uniquement de leurs voix. Ainsi se déroule les journées de Titouan, une existence bien monotone pour un garçon aussi jeune . C'est un choix de vie qu'il s'est imposé , sans demander l'avis de personne.
Du jour au lendemain, il a décidé de ne plus retourner au lycée au grand damne de ses parents. Titouan pense que son confort se trouve dans sa chambre , et non au lycée . Il ne se soucie guère de ses études , ne recherche aucune vie sociale . C'est un garçon qui vit dans sa bulle avec pour compagnie de temps en temps sa petite soeur qu'il adore .
Le hasard en a décidé autrement et va mettre sur sa route une inconnue. Un message d'amour clignote sur son portable . Qui est-ce? Allez il joue le jeu… Sa curiosité va le mener à une enquête judicieuse pour savoir qui est cette inconnue qui se prétend Luce et lance un appel à Lucien .

Luce vit seule dans son monde depuis le décès de son mari il y a quelques années . Son existence se partage entre des souvenirs délicieux et une réalité bien morose. C'est une vieille femme qui ne se soucie presque plus de sa personne. La mémoire de son défunt compagnon résonne toujours dans son esprit . Elle poursuit sa vie en retrait , totalement décalé du monde qui l'entoure . le temps s'est arrêté depuis la perte de son bien-aimé. Sortir de la maison pour une promenade ou faire les courses sont devenu un calvaire pour cette femme.
De son temps, elle était douée dans l'aviation, une professionnelle. Une époque lointaine où la vie était douce et joyeuse . Actuellement, son portable lui tient compagnie mais elle ne mesure pas bien les fonctionnalités. Sa maladresse va la mener à Titouan . Serait-ce un signe pour cette femme en pleine détresse?

Armand est un homme qui élève sa fille avec beaucoup d'amour . Depuis le départ soudain de sa femme, il devient son seul tuteur et tient à son bien-être au point d'oublier qu'elle est devenue une jeune fille.
C'est un père qui ne vit que pour sa fille oubliant ses propres besoins . Il aime son travail , fréquente une jolie femme mais sans plus . Son attache se tourne plutôt vers Gabrielle , une amie . Une certaine ambivalence existe dans cette relation qui se veut amicale . Elle impose le doute dès le départ.
Tout bascule entre ce père protecteur et sa fille suite à un malencontreux incident. Elle prend la fuite chez sa prétendue mère le temps de voyager à Paris après son diplôme .

Alix est une jeune lycéenne qui se prépare à l'approche du Bac. Sa passion ardente pour le théâtre fusionne dans ses pensées. Elle souhaite devenir comédienne. A son grand désespoir , son père Armand est toujours dans ses baskets , cela commence à devenir étouffant à la longue . Une bonne partie de jeux en compagnie de Titouan lui fait oublier son agacement . C'est amusant aussi de lui faire croire qu'il joue avec un garçon . Il semblerait que son avenir sera prometteur pour jouer la comédie tant il n'y voit que du feu.
La souffrance d'Alix est grande par la présence quasi-inexistante de sa mère . Celle-ci cache sûrement un lourd secret . Ces retrouvailles suite à sa fugue vont-elles les rapprocher ?

Gabrielle est professeur de théâtre . Elle s'octroie à transmettre à ses élèves des séances harmonieuses suivant pourtant des règles très strictes. Aucun retard ou dérangement n'est accepté. Elle est le mentor d'Alix qui l'adule littéralement depuis son enfance.
Derrière son air abrupt se cache peut-être un passé amer voir douleureux . Il se déclare dans ses brusques évasions face à un éventuel engagement ou un geste tendre.

Ainsi , Manon Fargetton décrit ces personnages . Ils sont émouvants chacun à sa manière , refoulant clairement leurs émotions . Ils se connaissent sans le savoir . Des amitiés vont prendre naissance , des amours aussi . de lourds secrets vont se briser violemment ou en douce
Manon Fargetton nous pousse vers des réflexions profondes , intimes durant cette lecture par son écriture est fine et douce . L'image de chaque personnage s'implante dans notre esprit nous questionnant sur les besoins de chacun. Une connexion intense et intime s'installe entre le personnage et le lecteur .Ce livre magistral sème un ressenti puissant dans le coeur . A découvrir si vous cherchez un roman qui fait du bien.
Lien : http://chroniqueuse6.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Analire
  14 octobre 2020
Manon Fargetton est une auteure que j'avais eu le plaisir de découvrir à travers son roman Dix jours avant la fin du monde, une dystopie dynamique et rythmée, lue il y a quelques années maintenant, mais encore présente dans mon esprit.
Aujourd'hui, elle revient avec une nouvelle histoire totalement différente du roman cité précédemment : À quoi rêvent les étoiles, un récit touchant, empli d'émotions, qui apporte de nombreux questionnements sur des sujets variés : le deuil, la solitude, les relations parents-enfants, les sentiments amoureux… Plusieurs histoires s'entremêlent en une seule : nous suivons Luce, une vieille veuve qui vit recluse chez elle et ne trouve plus goût à la vie. Décidée à en finir, elle va écrire un dernier sms au numéro de téléphone qui appartenait à son mari… aujourd'hui réattribué à Titouan, un jeune homme mal dans sa peau, qui refuse de sortir de sa chambre pour affronter le monde extérieur. Sa seule échappatoire : ses jeux vidéos et son amitié virtuelle avec Lix. Lix, c'est une jeune fille passionnée de théâtre, mais étouffée par les attentions trop nombreuses que lui porte son père. Ce dernier est également attristé par la situation tendue qui s'est créée entre Lix et lui et cherche à tout prix à en comprendre les raisons et à réparer les choses.
J'ai beaucoup aimé l'imbrication presque logique de cette histoire. Nous suivons individuellement chacun des personnages, qui forment finalement une chaîne humaine, puisque leurs histoires font échos les unes aux autres ou du moins rejoignent l'histoire des autres personnages. L'incipit sur la théorie des six degrés de séparation est d'ailleurs choisie avec justesse pour présenter ce récit : selon le hongrois Frigyes Karinthy, toute personne dans le monde peut être reliée à n'importe qui, à travers une chaîne de relations individuelles comprenant seulement six maillons… une théorie plus que jamais d'actualité avec l'essor des technologies digitales, que met joliment en image Manon Fargetton à travers la métaphore des étoiles, qui, jointes l'une à l'autre, forment des constellations. Pour en revenir au roman, l'auteure souhaitait mettre en avant l'importance des liens humains, du contact et de l'interaction, qui ont des impacts évidents dans la vie de chacun.
J'ai beaucoup aimé les personnages, que j'ai trouvé fouillés, travaillés, affinés avec soin. C'est d'ailleurs pour cela qu'on se sent si proche d'eux et qu'ils arrivent à nous toucher autant. J'ai particulièrement apprécié le personnage de Luce, vieille dame isolée suite à la mort de son mari, qui m'a émue à de nombreuses reprises. Sa correspondance avec Titouan est touchante : ce jeune garçon, qui refuse de sortir sa chambre, va aider l'ancienne pilote d'avions à renouer avec son passé, à l'accepter pour finalement voler de ses propres ailes.
Chaque personnage est différent, tant par leur caractère, leur âge, leur manière d'aborder la vie avec une vision totalement opposée. le seul lien qui les unie : leur profonde solitude, qui se caractérise par un sentiment de mal-être intérieur qui les coupe peu à peu du monde. C'est d'une écriture pleine d'espoir et d'optimisme que Manon Fargetton aborde cette thématique douloureuse, qui touche bien plus de monde qu'il n'y paraît.
Un récit poétique, intime et plein d'espoir, qui nous fait prendre conscience de l'importance des liens qui nous unissent aux autres. Une histoire pleine d'émotions, qui m'a émue.
Lien : https://analire.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180


critiques presse (2)
LeSoir   14 mai 2021
Avec « A quoi rêvent les étoiles », l’autrice française Manon Fargetton tisse un roman bouleversant sur le pouvoir réparateur du lien à l’autre.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Ricochet   26 février 2021
L’autrice est comme toujours subtile, creusant toutefois profondément le sillon du mal-être, souvent inavoué. Et puis il y a cette ronde qui se met en branle, activée par la technologie certes, mais entretenue par l’humain. Evidemment, les coïncidences finissent par devenir invraisemblables, mais l’histoire est si belle… Un roman-porcelaine.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (109) Voir plus Ajouter une citation
TaprofdelettresTaprofdelettres   27 novembre 2022
Il y a des matins qu'on pensait banals et où rien ne se déroule comme prévu. Demandez à tous ceux qui ont vécu un drame. Leur histoire commencera souvent par « C'était un jour comme les autres ».
Jusqu'à ce que ça ne le soit plus.
Jusqu'à ce que tout bascule.
Commenter  J’apprécie          60
TaprofdelettresTaprofdelettres   27 novembre 2022
Je suis à côté de ma vie et j'essaie de rentrer dedans. Je suis épuisée de porter des masques mais je ne sais pas exister autrement. Je suis ce que je vais devenir. Je suis loin d'avoir compris qui je suis et j'espère que je ne le saurai jamais tout à fait. Je suis ce qu'on imagine de moi. Je suis tellement plus.
Commenter  J’apprécie          10
letilleulletilleul   10 octobre 2020
Le monde est petit.
Tout petit.
Il y a presque un siècle, un écrivain hongrois a imaginé dans l’une de ses nouvelles qu’une personne sur la planète peut être reliée à n’importe quelle autre par une chaîne de six relations individuelles. La « théorie des six degrés de séparation », il a appelé ça. Imaginez un instant, imaginez-vous, en train de tenir la main d’un proche ou même d’une vague connaissance qui elle-même tient la main d’un de ses amis que vous n’avez jamais croisé, et ainsi de suite jusqu’à former une chaîne de six personnes. On pourrait relier l’humanité entière, comme ça, à partir de vous. Quels que soient la famille ou le pays dans lesquels on est né, quel que soit le métier que l’on exerce, quels que soient nos rêves, nos peurs, nos fantasmes, que l’on passe notre vie sans bouger de notre village natal ou que l’on parcoure le monde, chacun d’entre nous peut être connecté à n’importe qui en six petites étapes, de personne à personne.
Alors bien sûr, cet écrivain hongrois – Frigyes Karinthy, si vous voulez tout savoir – n’avait pas les moyens techniques de prouver sa jolie théorie en 1929. Et puis je ne suis pas sûr que ça l’intéressait. C’était un poète, comme moi, et les poètes préfèrent souvent le labyrinthe mouvant des rêveries à l’exactitude des données.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
marina53marina53   17 avril 2022
Accroche-toi à tes rêves et fonce. Ne lâche pas. Remonte mille fois la montagne s'il le faut, puisque tu es si sûre que c'est de l'autre côté que tu dois aller. Peut-être que ce sera de l'autre de l'autre côté, derrière la montagne qui se trouve derrière la montagne. Qu'importe. Ne lâche pas, c'est là-bas que poussent tes rêves, sur le fil de l'horizon. Tu as peur ? Alors crie, hurle, chante à tue-tête. Va chercher cette gorgée d'air qui te manque. Ce feu qui te dévore, qui court dans tes veines, tu le sens ? Cette énergie qui couve en toi, cette impatience dans chacun de tes gestes ? Bien sûr que tu le sens. Accepte ce feu. Fais-en ton moteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
marina53marina53   14 avril 2022
Qu'est-ce que c'est, être adulte ? Ne plus avoir besoin des autres ? Ne plus avoir besoin de la validation des autres ? Partir de là où on a grandi ? Voter, conduire, faire sa propre lessive ? Une date sur le calendrier, un anniversaire, juste un jour de plus et hop, le grand saut ? Un peu tout ça, ou rien de tout ça peut-être. Être adulte, Alix ne sait pas ce que c'est. Et elle a souvent l'impression que les adultes eux-mêmes l'ignorent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230

Videos de Manon Fargetton (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Manon Fargetton
L'émission complète : https://www.web-tv-culture.com/emission/manon-fargetton-tout-ce-que-dit-manon-est-vrai-52991.html
Son premier livre, « Aussi libre qu'un rêve » sort en 2006. Dès lors, Manon Fargetton se fait un nom en librairie, tant pour la littérature jeunesse que pour les jeunes adultes avec des romans fantasy. Elle revendique d'ailleurs ce goût pour le conte et l'imaginaire, elle qui appartient à la génération Harry Potter.
Au fil de ses publications, elle a conquis un public fidèle qui se reconnait dans son univers littéraire. « L'héritage des rois passeurs » ou la trilogie fantastique « June » lui ont permis d'être primée à plusieurs reprises.
Elle s'inspire aussi de thème d'actualité qui touchent le public ado notamment dans les romans « Quand vient la vague » ou « En plein vol ».
Mais Manon Fargetton n'aime pas qu'on la glisse dans une case et quand on lui parle de public jeune adulte, elle rétorque qu'elle a aussi un lectorat plus adulte.
Et elle a raison, à quoi bon vouloir créer des barrières.
Faire voler les codes, laisser libre cours à la parole, c'est aussi le thème du nouveau livre de cette jeune autrice dont le nouveau titre « Tout ce que dit Manon est vrai » intègre la rentrée littéraire 2021 pour les éditions Héloïse d'Ormesson. Et là, il s'agit bel et bien d'un roman destiné à un public adulte.
La protagoniste s'appelle Manon et évolue dans le monde du livre. On l'aura compris, Manon Fargetton s'inspire d'un épisode de sa vie pour raconter cette histoire qui résonne avec tant d'autres révélations de ces derniers mois.
Dans le roman, la jeune Manon a 16 ans, elle rêve de publier sa première bande dessinée et croise le chemin de Gérald. Il a 40 ans de plus qu'elle. Une attirance nait entre ces deux êtres, au-delà de toutes les convenances. Dès lors, à travers le regard d'une douzaine de personnes, l'histoire nous apparait sous divers angles.
Manon sortira d'elle indemne de cette emprise qui ne dit pas son nom ? Son attirance pour cet homme qui pourrait être son père ne vient-il pas d'un fait enfoui les souvenirs d'enfance.
A travers une écriture très contemporaine alternant dialogues, récit, comptes-rendus d'enquête, transcriptions de mails, Manon Fargetton écrit un roman d'une grande véracité. Une histoire qui fait froid dans le dos et interpelle sur l'importance de l'écoute et de l'attention portées aux adolescents.
« Tout ce que dit Manon » de Manon Fargetton est publié aux éditions Héloïse d'Ormesson.
+ Lire la suite
autres livres classés : phobie socialeVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus





Quiz Voir plus

A quoi rêvent les étoiles

Combien de frère(s) et sœur(s) a Titouan ?

2 frères et 3 sœurs
1 frère et 1 soeur
3 frères et 2 soeurs
1 frère et 2 soeurs

8 questions
24 lecteurs ont répondu
Thème : À quoi rêvent les étoiles de Manon FargettonCréer un quiz sur ce livre