AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2844853773
Éditeur : Allia (10/02/2011)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Un nombre impressionnant de soldats français, dont énormément de réservistes, sont faits prisonniers par l'armée allemande lors de l'été 40. Alors qu'il est lui-même fait prisonnier à Ledringhem, près de Dunkerque, César Fauxbras se met à consigner tous les propos de ses compagnons de fortune. La prison se fait lieu de libération de la parole, jusqu'alors bâillonnée par le "devoir" de réserve et la peur des représailles. Les opinions sondées sont celles d'hommes hab... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
steka
  25 octobre 2015
Œuvre surprenante que celle de César Fauxbras (1899-1968), étonnant porte-parole de ceux qui n'ont pas la parole sur la période entre la première guerre mondiale et la fin de la seconde dans La belle France. Parole qui ne pouvait qu'être refoulée et étouffée par ceux qui prétendent en détenir le monopole. Parole du désenchantement et du retrait social de toute une population de sans-grades qui se sentant à juste titre, abandonnée, trahie et méprisée en tire les conséquences et va désormais refuser sa participation et son engagement à cette société qui veut l'ignorer.
Pas de chance car c'est eux qui faisaient les guerres jusqu'ici, en première ligne, et remplissaient les charniers en servant de chair à canon. Fini désormais : l'immobilisme et l'inertie seront leur crédo.
La débâcle de 1940 en fut certainement l'expression la plus visible.
Une visibilité soigneusement occultée et enfouie dans les décombres de l'histoire officielle puisque beaucoup trop dérangeante par ce qu'elle révèle de ses mensonges et de ses falsifications. L'écho contemporain en est pourtant extraordinairement sonore et si le langage s'est quelque peu transformé, la souffrance d'aujourd'hui est presque exactement la même que celle d'alors et l'on ne voit aucune raison pour que les conséquences ne soient pas d'un genre tout aussi désastreux.
Déjà dans son livre « Viande à brûler », Fauxbras décrivait sans fioritures l’humiliation et la misère des chômeurs et des salariés des années 30, la trivialité du quotidien confronté aux « méandres d'une administration absurde et inhumaine » et à la surdité persistante de la soi-disant représentation politique jusqu’à la glaçante déception du « Front Populaire ».
La modernité du bonhomme à travers l’ânonnement de l’époque présente, qui dissimulée derrière le clinquant aliénant de sa technologie reproduit quasiment les mêmes erreurs, est sidérante. Démontrant que derrière les flons-flons progressistes, presque rien n’a changé dans les faits sociaux et que le monde reste entièrement à refaire.
On rajoutera qu'en prime, le récit de Fauxbras est souvent d'une irrésistible drôlerie; ce qui est fort de café, vu le contexte. Pour mourir moins cons et en vous marrant, lisez Fauxbras !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
stekasteka   13 octobre 2015
-Comment nous étions prêts le 10 mai (1940)? Voyez ma compagnie, chargée avec quelques autres de défendre le Secteur Fortifié des Flandres. Le Secteur devait exister, on a vite fait de tracer un secteur sur la carte, mais pour les fortifications, mystère ! (...)
A midi, le capitaine arrivait, signait les paperasses et disparaissait. Le samedi, tout le monde, sauf deux types, partait en permission de 48 heures. On attendait qu'Adolf demande humblement pardon. (...) Comment Hitler serait-il venu embêter les gens dans le Secteur Fortifié des Flandres ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
stekasteka   20 octobre 2015
- Sauf ces coups de pied au cul, ça n'aura pas été trop pénible. Et considérons qu'à présent, la guerre est finie pour nous, tandis qu'ils ont encore une bonne chance d'y laisser leur peau, ceux qui nous ont botté les fesses !...
Commenter  J’apprécie          30
stekasteka   27 octobre 2015
A quelque chose malheur est bon. En même temps que la Corse, nous perdrons Tino Rossi.
Commenter  J’apprécie          53
stekasteka   12 octobre 2015
Où qu'ils vont le mettre, ce coup-ci, le troufion inconnu ? A Perpignan ?
Commenter  J’apprécie          50
autres livres classés : surditéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15072 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre