AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2211201962
Éditeur : L'Ecole des loisirs (25/05/2010)

Note moyenne : 4.41/5 (sur 261 notes)
Résumé :
Comme Les Trois Mousquetaires étaient quatre, les Quatre Sœurs Verdelaine sont cinq.
Il y a les plus jeunes, celles qui, chacune, donnent son titre à une partie de ce livre : Enid, 9 ans, se dévoue à la protection des pensionnaires du grand sycomore du jardin, Blitz l'écureuil et Swift la chauve-souris, et dialogue à l'occasion avec son ami Gnome de la Chasse d'eau. Hortense, 11 ans, passe le plus clair de son temps à lire, à tenir son journal et à se demande... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (46) Voir plus Ajouter une critique
claireo
  28 avril 2017
Ce roman regroupe les quatre tomes parus précédemment à l'école des loisirs. La couverture est très belle, et on retrouve avec plaisir Enid, Hortense, Bettina et Geneviève, ainsi que Charlie, leur soeur aînée qui s'occupe d'elles. Une sympathique histoire d'adolescentes, avec leur lots d'aventure, d'histoire d'amour et de mystère.
Commenter  J’apprécie          341
Perry
  23 mars 2012
En premier lieu (et comme souvent), j'ai flashé sur la couverture de ce livre. Les couleurs, la symétrie, la maison ancienne…Ensuite c'est le titre qui m'a parlé : Quatre soeurs. Une histoire de famille, spécialement de soeurs, ça m'intéresse. M'entendant moi-même très bien avec mes frères et soeurs, je trouvais cela amusant de mettre en scène la vie, le quotidien de ces cinq soeurs (oui, en réalité elles sont bien cinq et non pas quatre).
Ce roman est découpé en quatre parties, une pour chacune des plus jeunes soeurs : Enid, Hortense, Bettina et Geneviève. La plus âgée, Charlie, s'occupe de tout dans la maison, veille sur les autres, elle n'a donc pas de partie à elle, même si elle reste un personnage capital dans le livre. le fait de voir l'évolution de ces jeunes filles sans leurs parents, décédés dans un accident de voiture depuis peu, du point de vue de quatre soeurs différentes est très intéressant. En effet, on aborde les choses d'une autre façon à chaque fois, en fonction de l'âge et du caractère de chacune des soeurs Verdelaine. le livre commence avec la plus jeune, Enid, 9 ans, pour qui on s'attache très rapidement. J'ai aimé suivre ses aventures de petite fille qui deviennent de vraies expédition et ses discussions avec le Gnome de la Chasse d'Eau. S'ensuivent ensuite toutes sortes d'histoires d'amour, d'amitié, mais aussi des galères, des chagrins, de la poisse, des visites, des incertitudes et beaucoup d'humour.

L'auteur fait preuve d'originalité dans son écriture qui rend la vie des soeurs Verdelaine très réaliste, comme si elles habitaient tout près, dans leur maison de la Vill'Hervé, au bord de la falaise. Les jeux de mots, les expressions enfantines donnent une certaine légèreté, une insouciance au roman qui part pourtant d'une situation tragique : la mort des parents.

J'ai beaucoup ri, je me suis retrouvée un peu dans chacune des soeurs Verdelaine, j'ai aimé les suivre dans leur chemin, les voir grandir et changer. On est complètement intégré dans l'univers des soeurs, on connait leurs habitudes, leurs « codes » (‘Branle baaaaaaaas' lorsque la Tante Lucrèce, leur tutrice légale, débarque) on assiste à leurs engueulades, on compatit pendant les pannes de chaudière…bref, on embarque dans leur monde et il y a ce petit pincement au coeur lorsque l'on referme le livre.

La dernière partie, l'Eté, axée sur Geneviève est peut-être celle que j'ai le moins aimé parce que ça s'éloignait un peu de ce à quoi l'auteur nous avait habitué. En effet durant les vacances, les soeurs sont séparées (certaines sont à Paris chez les cousins, d'autres sont à la campagne avec des amies…) et je n'ai pas retrouvé la petite routine de la Vill'Hervé qui m'a tant charmée.
Je n'ai, à part cela, rien à reprocher à ce roman, très facile et agréable à lire et qui peut plaire à un large public. Un très bon moment plein de malice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Thyuig
  11 janvier 2014
Quatre soeurs, non, cinq soeurs, quatre tomes, quatre saisons. Malika Ferdjoukh livre avec ces quatre romans une somme plutôt égale sur la vie de famille "sans les parents". le parti-pris est intéressant avec un postulat finalement assez fréquent en littérature jeunesse : l'orphelinisme comme piège à enfant. En effet, comment savoir où situer la barrière légale sans le garde-fou parental ? Ferdjoukh s'amuse avec cette notion mais va très vite la brouiller en faisant intervenir stratégiquement l'image spectrale des parents lors de situations particulières.
Du coup, c'est un peu facile, tous ces enfants livrés à eux-mêmes mais qui ne font réellement jamais trop de bêtises, protégés par leurs bons fantômes. Il faudra à Ferdjoukh l'addition de personnages secondaires -les cousins, les copines, les petits-copains- pour que le danger guette enfin la Vil'André.
C'était là seulement la partie ouvertement critique du livre, motivée par un quatrième roman, Geneviève, pas vraiment au niveau des trois précédents et qui pioche dans la facilité en rendant chaque situation abracadabrante. Sans vouloir en dire trop, une chute d'échelle, une chute d'immeuble, une prison, un enfant qui parle aux animaux...., tout ceci éloigne sensiblement de la gentille cacophonie realistico-fantastique des premiers tomes.
Alors pourquoi c'est si bien, quand même ?
D'abord parce que Ferdjoukh se régale avec ces cinq nanas dont les caractères de base ont été soigneusement pensé pour en faire des archétypes faciles à manipuler. Il y a Enid, la petite soeur. Ca suffit à la définir, elle est la plus petite dans tout et la candeur va donc accompagner chacun de ses choix. Hortense l'intello, mais aussi l'ultra-sensible. Elle est celle qui va faire le plus progresser le groupe par ses rencontres, ses émotions et son intelligence. Betina, la gentille adolescente idiote. L'archétype le plus hilarant dans les deux premiers livres; Elle est méchante, vacharde, terriblement humaine. Ferdjoukh se servira magnifiquement de ce caractère faussement désinvolte en stigmatisant parfaitement l'adolescence "méchante" chez les filles. Geneviève est la bonne âme, dévouée, parfaite en tout : belle sans le savoir, attentive sans y attacher d'importance, finalement, Ferdjoukh ne l'utilisera pas si bien que ça dans le quatrième tome où elle l'égarera du droit chemin un peu facilement.
Enfin Charlie, l'aînée, magnifique personnage qui doute, d'abord parce qu'elle sacrifie sa jeunesse à ses soeurs, ensuite parce qu'il faut faire bouffer tout ce monde, et enfin parce que l'amour commande parfois les choses les plus imbéciles et les moins évidentes. Il y a un peu confusion avec Geneviève dans le dernier tome si bien que le rapport des deux aînées se brouille à charger deux personnages des mêmes problématiques.
Alors, pourquoi c'est si bien ?
La langue, belle, précise, vive, qui rythme et qui chante superbement ces petites histoires. Ferdjoukh prend un soin malin à refermer chaque porte qu'elle ouvre et fait ainsi de ses récits des modèles de cohérence narrative. le vocabulaire est riche, les évocations belles et sensibles, nul besoin d'aller chercher midi à quatorze heures, les phrases courtes font mouches et les dialogues sont justes.
En bref, trois tomes parfaits et un quatrième qui déraille, qui n'est plus tout à fait dans le ton, qui méritait autre chose, d'autres personnages et de laisser ces cinq soeurs en dehors de cette fantasmagorie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Rebus
  27 novembre 2016
Cinq soeurs unies, vivant ensemble après la mort de leurs parents : Charlie l'aînée, 23 ans, qui porte la maisonnée à bout de bras, Geneviève, 15 ans, pragmatique, Bettina, 13 ans, l'Ado avec un grand A, Hortense, 12 ans, amoureuse des livres, et Enid, 9 ans, fantasque et rêveuse.
Cinq soeurs, toutes différentes
Les quatre tomes des aventures des soeurs Verdelaine sont réunis dans cette jolie intégrale, au rythme des saisons, au rythme de leur vie à la Vil'Hervé.
La vie de cinq nanas à des âges différents, avec leurs incertitudes, leurs préoccupations et aspirations. Des rencontres, des amours,des rêves,de l'émotion aussi.
Malika Ferdjoukh a une plume vive et légère. C'est drôle, c'est réaliste, surtout fantaisiste et poétique. On s'attache avec plaisir à ces soeurs et à leur monde. J'ai passé un très joli moment de lecture.
Commenter  J’apprécie          193
AlicePumpkin
  13 mars 2016
Ce que j'ai tout de suite apprécié, c'est l'ambiance. L'histoire se passe en grande partie dans une grande maison au bord de la mer. La maison est immense, un peu vieillotte et pleine de petits recoins. Elle est malmenée par les vents et grince. J'avais l'impression de retrouver une vieille amie, une maison que j'avais déjà connue, où j'aurais pu séjourner lors de vacances, bref un endroit connu. C'était donc facile pour moi d'imaginer l'intérieur, l'extérieur, les escaliers, les chambres, tout ! Plus je lisais, plus j'avais l'impression d'être une petite créature qui assistait à toutes les histoires des filles Verdelaine. Je m'y suis sentie bien, et c'est tellement génial de se sentir comme chez soi lorsque l'on lit un livre ! Les décors, les paysages sont si familiers que c'est un délice de lire ces romans.
Le point fort, fort plus que fort de ce roman ce sont bien sûr les personnages hauts en couleurs que nous dépeint Malika Ferdjoukh. Il y a d'abord Enid, intrépide toute petite soeur de neuf ans. Elle parle au gnome de la chasse-d'eau, s'imagine avec un peu moins de soeurs, discute avec un écureuil et une chauve-souris. C'est un personnage si attachant ! La petite soeur fantasque, qui fait sourire à chaque fois qu'elle parle. L'image qu'en a fait Cati Baur est parfaite ! Avec ses petites bottes et son ciré jaune. Vous l'aurez compris, je suis fan d'Enid, c'est sans doute mon personnage préféré !
Ensuite il y a Hortense, timide, mignonne, qui ne fait que lire et écoute beaucoup les autres, mais parle peu. Hortense je la vois très douce, calme à l'extérieur mais bouillonne à l'intérieur. Comme remède elle va trouver le théâtre et une amie voisine. Ce personnage est véritablement touchant, avec son envie de liberté mais sa timidité qui la bloque. Elle se cache souvent, écrit dans son journal, c'est le genre de personne que j'imagine très bien, avec qui plus jeune j'aurais eu envie de devenir amie (aujourd'hui aussi d'ailleurs).
Puis vient Bettina, la pimbêche de service. Elle est si agaçante ! Mais l'envie de lui foutre des claques passe bien vite quand on comprend qu'en fait Bettina, même si elle est superficielle, manque cruellement de confiance en elle. Elle cherche à se démarquer de ses amies en étant le plus méchante, la plus dure avec les gens qu'elle ne connait pas. Elle s'attache d'abord à ce que vont penser les autres. C'est une ado de 13 ans qui a du mal à véritablement savoir ce qu'elle veut par rapport au regard d'autrui ou même de ses amies. Mais elle va finira pas grandir, elle va devenir quelqu'un de bien et découvrir qui ce qui est important pour elle, c'est ça qui est chouette avec Bettina, elle est chiante mais on finit par l'apprécier comme une soeur, et c'est ça qui fait qu'elle est super chouette !
La petite grande soeur c'est Geneviève. C'est un peu la maman de la famille. Jeune fille de 15 ans, elle gère les plus jeunes, aide la plus grande et tente de faire tourner la maison comme elle peut. Mais elle cache un petit secret (un peu cool d'ailleurs), et cherche tant bien que mal à devenir femme. Elle va découvrir l'amour, se découvrir elle même et se rend compte qu'elle vaut beaucoup plus qu'elle ne le pense. Geneviève elle décide de prouver qu'elle est prête pour tout. C'est une battante, un pilier. C'est l'un des meilleurs personnages pour moi. En lisant les trois premiers tomes on ne soupçonne pas ce que peut nous réserver Geneviève.
Et puis, en dernier il y a Charlie. Qui, a 23 ans, doit s'occuper de la maison, de nourrir tout ce petit monde et de gagner un peu d'argent. C'est le chef de famille, la fondation de la maison, c'est elle qui porte tout et qui en plus doit aider tout le monde à grandir. Elle est tout simplement géniale. Mais elle voudrait aussi vivre sa vie, connaître le grand amour, alors même si il y a Basile, qu'elle aime, elle se demande s'il n'y a pas mieux ailleurs. Charlie c'est l'image de la jeune femme, de celle qui doit tout gérer. Je l'aime beaucoup, elle fait de son mieux pour aider tout le monde. Elle a aussi un sacré caractère et ça la rend franchement attachante.
« Quatre soeurs » c'est plusieurs romans, chacun plutôt centré sur l'une des soeurs, sauf Charlie. Chaque roman à sa propre ambiance, sa propre saison. Ce sont des romans qui vont sourire, pleurer, qui nous font vivre des émotions comme jamais. Ajoutez à ça une écriture fantasque et imagée comme celle de Malika Ferdjoukh et vous aurez le tout. Je suis vraiment attachée à cette série, quand je la lis je me sens comme à la maison. Je m'imprègne de toutes ces ambiances et j'arrive à tout imaginer, à m'identifier à chaque personnage. Je ne saurais pas comment vous le dire mais LISEZ LE ! Si vous aimer les histoires de soeurs, les paysages venteux, les vies un peu malmenées et les caractères bien trempés alors vous serez comblez !
Lien : https://pumpkinbean.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Les critiques presse (3)
Ricochet   08 mars 2017
Il y a du rire et des larmes, de l'amour et de l'amitié, de la mélancolie mais jamais de regrets ni de haine.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Chro   24 avril 2014
On sent néanmoins que la dessinatrice peut encore progresser, à condition qu’elle ne cède pas à la facilité de l’ébauche systématique. Mais c’est toujours un bonheur d’assister à la naissance d’un auteur et on ne peut que se réjouir de cette affirmation qui promet de riches heures de lecture à celles et ceux qui ont gardé leur âme d’adolescent(e).
Lire la critique sur le site : Chro
Lexpress   09 juillet 2013
Après la célèbre série des Quatre Soeurs par Malika Ferdjoukh, voici la suite de leurs aventures sous forme de roman graphique. Un régal pour les préados.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations & extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
OliphantOliphant   08 avril 2013
Cette nuit-là fut une nuit de pleine lune.
Bettina alla boire un verre d’eau dans la salle de bains. Au retour, sa pantoufle heurta le bahut. Cela fit un faible poung qui ne réveilla personne. Sauf Désirée.
Désirée dormait mal depuis qu’une brise mer avait secoué deux, trois fois le volet. Elle se leva et sortit sur le palier, laissant Enid endormie dans la chambre. Elle se rendit à pas de loup chez Geneviève, avec l’idée que le lit clos aux épaisses parois l’abriterait des bruits de volet. Elle grimpa les trois marches qui menaient au lit, se glissa sous le drap à côté de Geneviève qui ouvrit un œil, et se rendormit en la prenant pour Enid.
Enid, dans sa chambre, s’éveilla une heure plus tard avec la fringante envie de faire pipi. Elle aperçut de lit de Désirée. Vide. Elle était seule. Même Ingrid et Roberto lui faisaient faux bond. Revenant des toilettes, elle entra dans la chambre de Charlie. Elle roula sous la couette, somnolente, avant de remarquer que là aussi, elle serait seule. Charlie n’était pas dans son lit. Mais Enid avait trop, bien trop sommeil pour se relever et chercher encore de la compagnie. Elle s’endormit.
A côté, éveillé par un rude coup de talon de Désirée qui rêvait de pédalo, Geneviève s’adossa à ses oreillers. Elle distingua le pyjama jaune de Désirée, se demanda comment elle avait pu atterrir là, puis elle se dit que, puisque Désirée se trouvait là, son lit était vacant et elle pouvait donc aller y dormir. Geneviève se leva et se rendit dans la chambre d’Enid. Où il n’y avait personne, dans aucun lit. Geneviève se coucha dans le premier, celui d’Enid. Et dormit.
Hortense, qui avait vu passer l’ombre de Geneviève par l’entrebâillement de sa porte, se leva pour lui faire la causette. Hortense était sensible aux pleines lunes. Mais quand elle fut dans le couloir, Geneviève avait disparu. Hortense alla ouvrir le lit clos. Elle n’y trouva que Désirée qui ronflait en faisant du pédalo. Elle ressortit, vit la chambre d’Enid ouverte et Geneviève dans le lit d’Enid. Hortense se coucha dans l’autre lit, celui de Désirée ; il était vraiment trop petit ; elle alla se réfugier chez Charlie. Mais la chambre était désormais occupée par Enid.
Hortense décida de regagner ses pénates. Surprise. Harry, entre-temps, s’était levé et y avait trouvé de quoi dormir. Il ronflait comme un bienheureux.
Hortense erra deux minutes dans le couloir et… tomba sur Bettina qui avait encore soif, et qui, charitablement, l’invita à partager sa chambre.
Au matin, presque tout le monde se réveilla dans une chambre qui n’était pas la sienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Pays_des_contesPays_des_contes   05 juillet 2012
- Est-ce que je peux dire encore un truc ? réclama Enid. La deuxième chose que je préfère, c’est quand je dis que je m’appelle Julia.
Charlie parut scandalisée.
- Tu as honte de ton prénom ? celui que ta mère et ton père t’ont choisi pour la vie ?
- La vie, c’est long.
- Vous savez bien que c’est le hasard s’ils m’ont appelé Enid.
C’était vrai. Dans la chambre de la clinique où Mme Verdelaine exhibait fièrement son nourrisson anonyme, M. Verdelaine énumérait le dix millième prénom du Dico des Prénoms. Aucun ne leur plaisait. Lucie Verdelaine avait alors formulé une espèce de vœu :
- Le premier prénom de fille qui sera prononcé dans cette chambre sera celui de ce bébé sans nom.
Il s’écoula quelques heures et quelques visites durant lesquelles Lucie et Fred épièrent phrases et paroles. Elle avait eu quelques sueurs froides lorsqu’on lui apporta le dernier best-seller de Myrtille trouvé. Mais le prénom ne fut pas prononcé.
Arriva le moment où Charlie, qui passait voir sa mère en sortant du lycée, alluma la télé à la seconde où un homme braillait sur l’écran : « j’en parlerai à Enid, ma femme. » Il s’agissait d’un film avec Jerry Lewis et Dean Martin. Lucie avait regardé Fred. Et vice-versa. En chœur ils avaient lancé :
- Charlie, voici ta sœur Enid !
Charlie n’avait pas été étonnée outre-mesure. Elle-même devait son prénom à l’héroïne de L’ombre d’un doute. La boucle se bouclait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
JumaxJumax   09 juillet 2014
- Est-ce qu'elle écoute autre chose que des chanteurs au nom à coucher sous la lune ?
- Si ça la met de meilleure humeur pour faire des chèque...
- Humperdinck.
- Hein ?
- Le nom du crooner. Englebert Humperdinck.
- Un nom pareil ça peut servir de bigoudis.
- Ou de cordes à nœuds.
Elles rugirent.
- Tu peux répéter ? C'est quoi ce nom à coucher dans le métro ?
- Englebert Humperdinck.
- A tes souhaits.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Sophie_BazarSophie_Bazar   16 juillet 2010
Geneviève cessa de tapoter et sourit. Elle détailla en silence le visage de sa sœur aînée et se sentit emplie de tendresse et d'admiration. Elle pensa tu as lâché Basile pour un Tancrède dont tu savais que tu ne le suivrais pas. Huit jours de passion que pas de passion du tout. Un centimètre de bonheur, de délices déraisonnables qu'un hectare de quiétude et de modération. Quelle audace. Ma grande. Tout ça pour une baraque en ruines et quatre frangines qui ne valent pas un pet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
JumaxJumax   08 juillet 2014
Parfois Enid aurait préféré avoir un peu moins de sœurs.
- Deux m'auraient suffi, confia-t-elle a Gulliver [...]
- Si tu n'avais que deux sœurs, tu choisirais qui ?[...]
- J'en sais rien j'ai pas dit que je choisirais.
- Quatre moins deux égale deux. Si deux suffisent celles qui restent sont à mettre à la poubelle.[...] Il faudrait pouvoir faire un roulement, conclu-t-il. Un jour l'une, un jour l'autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Videos de Malika Ferdjoukh (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Malika Ferdjoukh
Vidéo de Malika Ferdjoukh
autres livres classés : familleVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Quatre sœurs"

Comment s'appelle l’aînée des sœurs Verdelaine ?

Geneviève
Charlie
Marie
Aude

11 questions
30 lecteurs ont répondu
Thème : Quatre Soeurs, tome 1 : Enid de Malika FerdjoukhCréer un quiz sur ce livre
. .