AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2848657715
Éditeur : Sarbacane (01/04/2015)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 43 notes)
Résumé :
De nos jours, un homme blanc, jeune journaliste, questionne un vieux musicien noir. En fait il s’intéresse assez peu au blues : il voudrait savoir quels ont été – 60 ans plus tôt – les liens du musicien (alors âgé de treize ans), avec Emmett Till. Et le bluesman, non sans émotion, accepte de parler, et de remonter le temps…
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Under_The_Moon
  27 octobre 2015
Un journaliste blanc va à la rencontre d'un bluesman, un noir. Mais pas n'importe quel musicien noir, cet homme a connu Emmett Till et était avec lui quelques heures avant sa mort. Il a aussi assisté, impuissant, à la folie meurtrière et sadique de Bryant et Milam les deux responsables du meurtre de ce jeune garçon de 14 ans car il aurait soit-disant dragué la femme du premier.
L'histoire de cette bande dessinée n'est pas l'histoire d'Emmett Till. Elle est le point de départ de la discussion et l'auteur se garde bien de donner des réponses toutes faites et bien tranchées. Les flash back entre passé et présent mettent bien en valeur la frustration de la communauté noire condamnée à ne pas savoir ce qui s'est réellement passé - bien que le meurtre ait été avoué par les 2 accusés dans un magazine. Et surtout, on comprend le sentiment d'injustice de cette communauté qui, de part sa couleur de peau est condamnée à être lésée, à ne pas faire de vague. On connaît Emmett Till grâce à la couverture médiatique qui a été faite en 1955 et grâce à la chanson de Bob Dylan. Mais en réalité : combien d'Emmett Till y-a-t-il eu dans ce sud ségrégationniste ? Combien de gamins tabassés à mort et pas retrouvés ou alors dans un très piteux état ?
Cette histoire a émue l'Amérique au point que 50ans après des manifestants avaient fait le rapprochement entre lui et Trayvon Martin qui s'était fait assassiné lui aussi alors qu'il n'était pas armé.
Depuis que ces deux hommes ont été acquittés dans un procès qui n'avait de procès que le nom, les choses ont-elles vraiment évolué pour les Noirs aux Etats-Unis ? Si l'on regarde les émeutes à Philadelphie, les statistiques et le dossier en fin d'ouvrage, on se dit qu'il y a encore du travail.
Oui, les Américains ont élu un président noir.
Oui, ils ont les mêmes droits que les blancs et bénéficient aujourd'hui des lois sur la discrimination positive qui leur permet d'accéder aux universités, par exemple.
Et, oui, il y a aujourd'hui une bourgeoisie noire qui s'est développée grâce à ces lois.
Mais il en suffit de peu pour allumer la mèche, preuve, s'il en fallait une que les vieux démons de l'Amérique blanche ne sont peut-être pas si loin que ça...
Une bande dessinée à lire et à mettre entre les mains d'un plus grand nombre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
trust_me
  08 avril 2015
20 août 1955. Emmett Till, 14 ans, descend du train en gare de Money, dans le fin fond du Mississippi. Ce gamin noir de Chicago vient passer ses vacances chez son oncle. Faisant fi des mises en garde, Emmett le fanfaron décide d'entrer dans une épicerie interdite aux nègres. On ne saura jamais ce qu'il s'est réellement passé à l'intérieur mais la femme blanche derrière la caisse accusera Emmett de lui avoir « manqué de respect ». Un affront suffisamment grave pour que son mari et le demi-frère de ce dernier décident de faire payer à l'impudent son comportement inadmissible. le 31 août, le corps d'Emmett est sorti de la rivière, atrocement mutilé. Arrêtés, les deux hommes reconnaissent l'enlèvement du garçon mais nient le meurtre. Au bout de trois jours de procès et 67 minutes de délibération, les jurés, tous blancs, prononcent leur acquittement malgré de nombreux témoignages à charge. Ils ressortent de la salle d'audience sous les vivas de la foule, posant pour les photographes aux bras de leurs épouses, cigares et larges sourires aux lèvres.

Un album plein de rage et d'indignation. Les faits se suffisent à eux-mêmes, il n'est pas nécessaire d'en rajouter, Arnaud Floc'h l'a bien compris. La sobriété renforce l'aspect tragique de cette innommable barbarie. le scénario est habilement construit, multipliant les allers-retours entre 1955 et 2015. On sent la chaleur du mois d'août dans le sud profond, l'humidité poisseuse du bayou, mais aussi la résignation d'une population afro-américaine sous le joug d'une ségrégation séculaire semblant impossible à remettre en cause. On sent la cruauté des bourreaux, la peur panique d'Emmett, sa souffrance, son martyre. Un enfant d'à peine 14 ans… L'émotion monte au fil des pages, la gorge se serre et la colère ne cesse de gronder. On referme l'ouvrage groggy, secoué par tant d'horreur et d'injustice. le dossier pédagogique final, avec remise dans le contexte historique, témoignages et photos d'époque, apporte un éclairage encore plus édifiant à ce fait divers abject.

Une BD d'utilité publique, surtout par les temps qui courent, pour rappeler à ceux qui en douteraient encore que l'inhumanité et la bêtise n'ont aucune limite. La mort d'Emmett aurait inspiré Rosa Parks lorsqu'elle refusa de céder sa place à un blanc dans un bus, en décembre de la même année. le calvaire vécu par ce pauvre garçon et l'acquittement de ses assassins constituent pour certains historiens la pierre angulaire de la lutte pour les droits civiques des noirs aux États-Unis. Un élément déclencheur qui aura eu le mérite de dresser l'ensemble d'une communauté face à l'arbitraire, même si cette revanche posthume n'effacera jamais les supplices endurés.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
mediathequelespennesmirabeau
  29 juin 2016
C'est parfois difficile d'être né différent. Souvent même ! Particulièrement si on est noir et qu'on vit aux Etats-Unis dans les 50's. Cette histoire raconte comment les événements anti-racistes ont commencé à cette époque en Amérique
Août 1955. le jeune Emmett Till, résidant à Chicago avec sa mère, vient passer quelques temps avec son oncle Moïse dans la ville de Money, Mississipi. Ce noir américain de 14 ans n'est pas habitué à la vie dans le sud et, malgré les avertissements de sa mère concernant la différence de mentalité entre nord et sud, notre «petit bonhomme» est bien décidé à ne pas trop changer sa façon d'être, à savoir: oublier parfois qu'il vaut mieux se taire. Il l'apprendra vite à ses dépens quand il décide d'entrer dans une épicerie réservée aux blancs pour acheter des friandises.
Se basant sur un début classique -un journaliste musical qui va interviewer un vieux bluesman sur son parcours avec pour but réel de lui faire raconter une vieille histoire pénible de sa jeunesse-, l'auteur vient nous raconter cette histoire difficile et peu connue sur le début des émeutes raciales en Amérique dans les années 50 / 60. En effet, le meurtre d'Emmett Till pour de sombres raisons suivi par un procès où les criminels seront acquittés par un tribunal entièrement constitué de blancs choquera l'opinion publique.
C'est cette même année, en décembre, que Rosa Parks refusera de céder sa place à un blanc dans un bus de Montgomery – Alabama. Soutenue par Martin Luther King, la population de la ville va boycotter ces bus pendant 381 jours jusqu'au 13 novembre 1956, moment où la Cour Suprême casse les lois ségrégationnistes dans les bus, les déclarant anticonstitutionnelles.
Une face bien sombre de notre histoire que l'on se doit de ne pas oublier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
alouett
  29 avril 2015
Bryant et Milam, demi-frères inséparables, « copains comme cochon » dans leur commerce comme dans la stupidité.
Ils collent parfaitement à l'image typique du citoyen de race blanche qui pouvait exister dans les années 1950 dans l'état du Mississippi. Racistes jusqu'au bout des ongles, c'est à peine s'ils font la différence entre un Noir et un animal.
Août 1955. Emmett Till arrive à Money (Mississippi) pour passer une semaine de vacances chez son oncle. Emmett est âgé de 14 ans et il vit avec sa mère à Chicago. Cet été 1955 sera son dernier été car entre temps, sa route croisera celle de Roy et Milam.
Le plus grand tort d'Emmett était de méconnaître les règles qui avaient cours dans le Sud. Les « Dont's » (lois de ségrégation) dont lui parle son oncle.

Ouvrir un album « estampillé » Amnesty International c'est savoir, à la base, que la lecture ne va pas être confortable. On l'a déjà vu à maintes reprises : Noxolo, le Printemps des Arabes, En chemin elle rencontre… Sujets sensibles, sujets d'actualité qui nous concernent directement à condition que l'on souhaite s'en saisir. « Emmett Till » ne déroge pas à la règle et aborde la question du racisme. Alors certes, la période ségrégationniste est révolue… il paraît… une affirmation que l'on a pourtant apprit à relativiser. Des groupuscules continuent à agir, mus par une haine permanente de l'Autre qui lui est étranger, une haine qu'ils alimentent en permanence, une haine qui existe les extrémistes… Même sur notre propre territoire… mais ne mélangeons pas tout.
Emmett Till fut assassiné le 28 août 1955 à l'âge de 14 ans. Assassiné par deux hommes blancs. L'enfant fut attaché, roué de coups, torturé énucléé, tout cela parce qu'il avait eu l'idée saugrenue de rentrer dans un commerce habituellement fréquenté par des blancs. 1955. le siècle dernier… hier en fait.
Arnaud Floc'h reprend la chronologie des événements à la demande d'Amnesty International. Il a trouvé le rythme narratif, il a su imbriquer les différents témoignages pour en faire un album qui, à défaut de transcender le lecteur, lui donne la volonté de tourner les pages, redécouvrir le drame et assister, impuissant au dénouement morbide de celui-ci. Un album qui dispose d'une certaine force. Une fois encore, je remarque à quel point je suis sensible à la présence d'une voix-off. Enfant à l'époque des faits, le narrateur aurait été le témoin direct des événements. Et c'est justement en décalant un peu son propos, en faisant en sorte que ce témoin soit un de nos contemporains, que l'auteur trouve le moyen de donner force et profondeur aux propos. Aujourd'hui, ce témoin est un homme d'âge mûr. La vie est passée sur le traumatisme qu'il a vécu enfant. Il relativise les détails et met le doigt sur ce qui dérange.
Lien : https://chezmo.wordpress.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
liberliber
  26 mars 2018
Un journaliste musical vient interviewer un vieux bluesman noir. Mais ce n'est pas sa musique qui intéresse le jeune homme blanc. C'est Emmet Till que l'homme a connu.
Quelques décennies plus tôt, en août 1955, Emmett Till, 14 ans, quitte Chicago pour Money dans le Mississippi. Il doit passer des vacances chez son grand-oncle Moïse et ne sait pas qu'il n'a plus que quelques jours à vivre. le jeune garçon n'a manifestement pas les codes qui prévalent dans le Sud où les Noirs doivent faire profil bas. Près d'un siècle après la guerre de Sécession et la fin de l'esclavage, la rancune des Confédérés est intacte.
Avec l'insolence de son âge et les habitudes du Nord où ses semblables sont un peu mieux traités, Emmett lorgne les femmes et courtise la jolie Carolyn Bryant, l'épicière dont le magasin est interdit aux Afro-Américains.
Mal lui en a pris. Roy, le mari, ne supporte pas qu'un sous-homme ait enfreint les règles tacites. Avec son demi-frère, il lynche le jeune garçon. On repêchera son corps quelque temps après.
Un procès est organisé. Les deux hommes reconnaissent avoir enlevé Emmett mais n'avouent pas le meurtre. Les jurés, tous blancs, les acquittent. Quelques mois plus tard, il vendent leur témoignage à « Look magazine » dans lequel ils avouent avoir bien tué l'adolescent. Rien ne se passera.
Difficile pour un auteur de faire le récit d'une histoire dont on connaît la fin. Arnaud Floc'h introduit finement le personnage du journaliste qui prouve que, malgré le « Civil Rights Act » de 1964 et le « Voting rights Act » de 1965, les Noirs sont toujours victimes de discrimination. Ils sont surreprésentés en prison et dans le couloir de la mort et leur situation financière s'est dégradée sous la présidence d'Obama. Ils sont aussi les premières victimes des violences policières dont les responsables sont souvent impunis.
Avec une rage froide, il décrit le calvaire d'Emmett et le traitement des Noirs dans les années 1950. Une façon de le sortir de l'oubli.
En décembre 1955, Rosa Parks refuse de céder sa place à un blanc dans un bus qui sillonne . Elle est arrêtée. C'est le début d'une mobilisation sans précédent portée par Martin Luther King.
« Emmett Till » est une BD qui pourrait être un bon support pédagogique pour aborder le racisme dans un cadre scolaire.

Lien : http://papivore.net/litterat..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (3)
BoDoi   01 juin 2015
Le récit, qui vogue entre passé et présent, parvient à garder sa fluidité, notamment grâce au travail sur les couleurs de Christophe Bouchard, qui alterne avec justesse les ambiances.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Auracan   14 avril 2015
C'est un Arnaud Floc'h en colère qui livre ici son plus bel ouvrage (à ce jour), mûri au fil d'une longue réflexion.
Lire la critique sur le site : Auracan
BDZoom   07 avril 2015
Habilement construite, l’évocation de la triste destinée d’Emmett se découvre peu à peu, autant que la vie de ces deux hommes et de ce qui peut les réunir, 60 ans plus tard.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
LegantinoLegantino   24 novembre 2015
Plus d'un demi-siècle s'est écoulé et personne ne pourra jamais dire ce qui s'est passé cette nuit-là. Cette nuit-là ?... Pas de témoins ! Le bus de Rosa Parks, lui, était plein... Et en plus, si Rosa Parks, comme tous les Noirs des États-Unis, n'avait pas entendu parler d'Emmett, qui nous dit qu'elle se serait rebellée ?
Commenter  J’apprécie          60
Under_The_MoonUnder_The_Moon   26 octobre 2015
Moi, j'ai connu [...] La guerre suivante. Le Vietnam.
C'est pour ça que je ne suis plus sûr de rien. Vous savez, nos généraux, ils en ont décoré, des violeurs, des assassins... Mais parfois, ils les exécutaient.
Question de chance, de moment...
Commenter  J’apprécie          80
Under_The_MoonUnder_The_Moon   26 octobre 2015
... Un procès ridicule bâclé en une heure de délibérations... Même une partie de la communauté blanche en a crevé de honte. Nous étions allés les voir sortir de la salle d'audience. Hilares... Vainqueurs...
Commenter  J’apprécie          90
Under_The_MoonUnder_The_Moon   26 octobre 2015
Nous, les Noirs, on a tout vu en matière "d'invention" pour nous passer une corde au cou.
Commenter  J’apprécie          90
alouettalouett   29 avril 2015
Un procès ridicule bâclé en une heure de délibérations… même une partie de la communauté blanche en a crevé de honte.
Commenter  J’apprécie          30
Video de Arnaud Floc'h (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arnaud Floc'h
Vidéo de Arnaud Floc'h
autres livres classés : ségregationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3122 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre