AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2843373425
Éditeur : Anne Carrière (04/01/2006)

Note moyenne : 3.44/5 (sur 164 notes)
Résumé :
Souffler ses soixante bougies n'est pas une partie de plaisir, mais, l'humour à haute dose et la dérision peuvent sauver du caractère inconfortable et inéluctable du temps qui passe. Chapitres courts entrecoupés d'hilarantes réflexions font de ce livre rafraîchissant, tonique et gentiment féroce, une délicieuse lecture qui met en joie. On se sent léger comme un papillon.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
scarlett12
  03 septembre 2018

Un petit bijou truffé d'aphorismes et de réflexions amères, cyniques et drôles sur la vieillesse (à partir de 60 ans selon l'auteur) et sur la mort.
Un court livre qui se lit en 1 heure, qui nous fait sourire (parfois jaune) mais rire avant tout.
Une petite lecture agréable entre deux bouquins plus graves !
Commenter  J’apprécie          560
lecassin
  10 septembre 2015
Après la déception à la lecture de « Poète et paysan », je me lance quand même dans celle de « Mon denier cheveu noir ». Bien m'en a pris : un petit opus – ça se lit en deux heures – où l'on retrouve la verve de Jean-Louis Fournier, son cynisme, son détachement …
En fait, un petit bouquin sur un sujet qui nous préoccupe tous, plus ou moins et plus ou moins consciemment : la vieillesse et la mort. Alphonse Allais nous l'avait déjà fait remarquer : « La mort est un manque de savoir-vivre »… Jean-Louis Fournier nous propose une série d'aphorismes du même genre dont une demi-douzaine nous indique – « Vous savez comment on s'aperçoit qu'on vieillit ?... » – les symptômes de l'apparition sournoise de la vieillesse ; aphorismes qui ponctuent une série de chroniques sur l'art de plus ou moins bien vieillir.
Je sais, la recette Fournier est toujours la même… Mais j'avoue qu'ici, elle m'a touché… C'est mieux ficelé que « Poète et paysan »… A moins la raison ne soit que le thème abordé cette fois me concerne plus que d'autres. Méfiance… Je vais m'empresser de mettre en pratique le conseil de Fournier : « N'allez plus aux enterrements de vos amis, vous allez vous faire repérer » …
« La camarde qui ne m'a jamais pardonné,
D'avoir semé des fleurs dans les trous de son nez,
Me poursuit d'un zèle imbécile… »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
marina53
  13 février 2013
Cette fois-ci, c'est bien à lui-même que Jean-Louis Fournier s'en prend. En se regardant dans le miroir et en ayant réalisé à quel point il était devenu vieux, puisqu'il a 60 ans, il porte sur lui-même un regard acerbe, tendre, amusé et non dénué d'humour. La vieillesse et la mort sont des sujets d'autant plus difficiles à aborder, surtout lorsque l'on se sent directement concerné. Et pourtant, Fournier réussit à nous en parler avec dérision, malice et sans amertume. Ce sont des sujets de la vie quotidienne, comme par exemple la visite médicale, ou des évènements plus particuliers comme les anniversaires qui nous font bien rappeler tous les ans que l'on vieillit, que Fournier aborde. Toujours avec un certain tact et sans regret sur la vie qui passe, Fournier nous donne ici une belle leçon et quelques avis aux «anciens jeunes» comme il les appelle et des conseils aux plus jeunes, histoire de leur montrer ce à quoi ils doivent s'attendre...
Fournier nous offre ici un livre frais et plaisant qui se laisse lire très agréablement et donne du baume au coeur lorsque l'on voit ce que l'on est capable de faire...même à 60 ans!
Mon dernier cheveu noir... une belle épi-taphe!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
BABYBOOK
  30 avril 2015
L'auteur aborde d'une manière tiut-à-fait humoristique le fait de vieillir.
" le youpala sert à l'homme à faire ses premiers pas, le déambulateur à faire ses derniers pas ; entre les deux, il court à sa perte. " Même si nous avons tendance à l'oublier, nous sommes tous biodégradables. Comme les pommes, que Jean-Louis Fournier, inquiet, croque devant sa glace en regardant sa poire. " J'ai peur d'avoir des pépins... ", soupire-t-il. Et des pépins, il va en avoir, entre son garagiste qui veut le démonter, son antiquaire qui n'aime pas ce qui est vieux, son cerveau qui n'en fait qu'à sa tête, son médecin qui refuse de lui indiquer sa date de péremption, son marchand de légumes qui l'appelle " jeune homme "... Au fur et à mesure des " épreuves " qu'il subit, il nous jette quelques conseils avisés : " Rien ne sert de vieillir, il faut partir à point " " Ne vous penchez pas trop sur votre passé, vous n'allez pas réussir à vous relever " " Patience, avec le temps tout va empirer "... C'est que, même s'il court comme un lapin depuis qu'on lui a mis une hanche toute neuve en acier inoxydable, il sait bien qu' " avoir une santé de fer n'empêche pas de rouiller ". Mais si lui n'en a plus pour très longtemps, il nous rassure : nous non plus. de toute façon, nous allons échapper au pire : " Demain, il n'y aura plus d'oeufs frais ; à cause de la canicule, les poules ne pondront que des oeufs durs. Demain, toutes les filles seront vieilles. Demain, on n'aura plus le droit de fumer, de boire, de rire, on n'aura même plus le droit de mourir. " Il a bien quelques regrets, il ne sera jamais le mari de Julia Roberts, ne sera jamais roi de Suède ni dompteur de tigres, ne dansera pas le Lac des cygnes au Bolcho . Mais, finalement, il s'en fout un peu.
Super livre, j'ai vraiment passé un très bon moment, et j'ai relevé des situations qui JE VOUS ASSURE sont réelles, mais elles sont tellement magnifiquement contées qu'on ne les voit plus du même oeuil , on prend du recule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
totopinette
  04 août 2018
Lorsqu'on aime lire, on adore se lancer dans la lecture de gros pavés … Et bien, il y a aussi de petits livres qui savent nous tenir en haleine. C'est le cas de cette oeuvre. Il ne s'agit pas de récit mais d'anecdotes qui arrivent à un homme bloqué entre la jeunesse et la vieillesse, soit les soixante ans. À un homme qui voit la vieillesse venir le faucher et qui a du mal à l'accepter. Vous me direz : « Encore un livre plaintif et larmoyant sur le fait de vieillir ! ». Et bien, non ! Au contraire, ce livre est un souffle de fraîcheur sur une ambiance qui sent la pourriture. C'est frais, léger, cynique à souhait, drôle et particulièrement attendrissant. Attendrissant parce qu'on a tous quelqu'un dans notre entourage qui a cet âge, et qui, peut-être, vit cette période de la même façon sans qu'on ne le sache … Sans qu'on ne s'y attarde … Un Homme vieillissant est toujours un Homme, et il est donc bon de continuer à le traiter de la bonne façon … Ce n'est pas une vieille voiture qu'on gare simplement dans un garage, au milieu d'autres vieilles voitures …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
Citations et extraits (72) Voir plus Ajouter une citation
kathykathy   21 mars 2010
Devenir chat.
J'ai demandé à mon ami vétérinaire de me faire une piqûre. Pas la dernière piqûre, celle qu'on fait aux animaux quand ils souffrent ou quand ils sont trop vieux. Une piqûre pour devenir chat. J'en ai marre d'être un homme, c'est trop difficile.
Je suis jaloux quand je vois la vie de mon chat. D'abord il est beau, toujours beau, même quand il se réveille le matin. Le matin, il n'est pas obligé de se laver les dents, de choisir un vêtement. Il ne regarde pas le thermomètre avant de sortir, il s'habille pareil hiver comme été. Il n'a pas de chaussures à cirer, il n'a pas peur de faire des taches sur son costume. Il n'est jamais obligé d'être à l'heure, personne ne l'attend, on ne lui demande pas de faire quelque chose, il n'a pas à faire ses preuves. Il fait la sieste toute la journée, il essaie d'attraper les mouches, il joue avec des jolies chattes auxquelles il fait des chatteries et des chatons. Il n'est pas obligé de nourrir ses chatons, de leur payer des études.
Et surtout, il est insouciant. Il paraît qu'il ne pense jamais à la mort. Il ne sait même pas qu'il va mourir, le veinard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
JondellesJondelles   08 octobre 2011
« Mon arrière-grand-père est mort, mon grand-père est mort, mon père est mort… Je crains que ce soit héréditaire. »

« Moins on a de souffle, plus on a de bougies à souffler. Soupire le centenaire »

« Vous savez comment on s’aperçoit qu’on est vieux ? Quand, même bronzé, on reste moche. »

« J'ai dû m'y reprendre à plusieurs fois pour éteindre les soixante bougies. Tout le monde rit dans mon dos. Je pense qu’ils se foutent de ma gueule. »

« En vieux français hip-hop se dit Parkinson. »

« Vous savez comment on appelle le curriculum vitae d’un vieux ? Des archives. »

« Avant, je brûlais ma vie à feu vif. Maintenant, je laisse mijoter, à feux doux. C’est plus long, mais c’est meilleur. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
mandarine43mandarine43   28 mars 2011
Présentation du livre par son auteur, Jean-Louis FOURNIER :

"Avant quand j'étais petit, j'aimais faire rire mes camarades de classe. Pour eux, j'ai écrit des livres impertinents : "La Grammaire", "L'arithmétique", "Je vais t'apprendre la politesse petit con"...
Mes camarades ont maintenant des cheveux gris et j'ai toujours envie de les faire rire. Pour les dérider, j'ai écrit «Mon dernier cheveu noir».
C'est le journal de bord d'une croisière sur le bateau qui fait la liaison entre la jeunesse et la vieillesse.
Pour mettre de l'ambiance et que la croisière s'amuse, j'ai inventé des conseils rigolos :
Vous savez comment on s'aperçoit qu'on vieillit ? Quand même bronzé on reste moche.
Sur votre nouvel agenda, n'écrivez plus le nom des amis de votre âge à l'encre, mais au crayon.
Vous savez comment on appelle le curriculum vitae d'un vieux ? Des archives.
Vous avez 65 ans, pensez dès maintenant à vous faire vacciner contre la mort.
N'oubliez pas que, passé un certain âge, quand on se penche sur son passé, on a du mal à se relever."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
marina53marina53   13 février 2013
Quand vous entendrez le docteur à votre chevet dire: «C'est la fin», essayez, malgré votre état, de faire rire une dernière fois. Ajoutez: «Des haricots».
Commenter  J’apprécie          230
scarlett12scarlett12   03 septembre 2018
Y a-t-il une vie après la mort ?
Ce qui est sûr
c'est qu'il y a une mort après la vie.
Commenter  J’apprécie          312
Videos de Jean-Louis Fournier (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Louis Fournier
Comme Jean-Louis Fournier et Camille Laurens, l'écrivaine Évelyne Bloch-Dano, qui vient de publier "Une jeunesse de Marcel Proust" (Stock), nous a présenté trois objets qui comptent pour elle et nous parle, à travers eux, de sa manière de vivre le souvenir et la transmission.
En savoir plus sur "Une jeunesse de Marcel Proust" : https://www.hachette.fr/videos/evelyne-bloch-dano-presente-une-jeunesse-de-marcel-proust
autres livres classés : vieillesseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Huit titres de Jean-Louis Fournier.

Il a jamais tué personne, ...

mon tonton
mon pépé
mon frangin
mon papa

8 questions
115 lecteurs ont répondu
Thème : Jean-Louis FournierCréer un quiz sur ce livre