AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290105279
Éditeur : J'ai Lu (07/10/2015)

Note moyenne : 2.89/5 (sur 89 notes)
Résumé :
Les murs de la salle d’exposition sont couverts de tableaux, ils sont tous tellement beaux qu’on ne sait plus où donner de la tête, devant lequel s’attarder. Alors, on ne s’attarde pas.
Dans la pénombre, au fond d’une salle, est accroché un seul petit tableau, l’assistance est silencieuse, recueillie. Il s’agit d’un dessin de Raphaël, une vierge belle à se damner. Je m’arrête devant la devanture d’un kiosquier. Les étagères ploient sous le poids des journaux... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
Nastie92
  24 décembre 2014
Avec ce TROP petit ouvrage, Jean-Louis Fournier s'est laissé aller à un peu TROP de facilité.
J'aime beaucoup cet auteur dont j'ai déjà bien apprécié d'autres titres. J'aime ses jeux de mots, son humour caustique.
Mais là... c'est un peu TROP. TROP court et TROP répétitif en même temps.
Jean-Louis Fournier dénonce notre société de consommation, et je ne peux que l'approuver : nous consommons TROP, TROP de produits, en TROP grande quantité.
Les rayons des supermarchés débordent de TROP de beurre, TROP de farines, TROP de savon. Nous sommes abreuvés de TROP de journaux, TROP d'information, nous avons TROP d'écrans chez nous.
Voilà, l'auteur a trouvé un petit angle d'attaque assez humoristique pour dénoncer l'absurdité de notre mode de vie ; le hic, c'est qu'il le passe et repasse dans sa moulinette : TROP, c'est TROP !
Ce n'est pas mauvais, loin de là, certains passages sont très drôles, voire TROP drôles, mais cela valait-il la peine d'en faire un livre... de TROP ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          335
kuroineko
  10 août 2017
Autant j'avais apprécié son CV de Dieu, autant ce Trop s'avère décevant. Je comprends et partage la volonté de dénoncer les excès du consumérisme galopant et la multiplicité absurde des produits dans les rayons des magasins.
Pourtant, je ne vois guère la pertinence de sa méthode. Les chapitres se suivent, courts et l'ennui s'installe vite à force de redondances et de portes ouvertes enfoncées. Quand ils ne se concluent pas sur une note un peu trop facile de "c'était mieux avant".
Toujours sur le souvenir du CV de Dieu, je m'attendais à un texte plein d'humour. Au final, pas même de quoi sourire, ce qui est bien dommage.
Je suis heureuse d'une chose, c'est d'avoir emprunté ce livre à la médiathèque et de ne pas l'avoir acheté. A seize euros pour beaucoup de blanc et de vide, j'aurais eu l'impression d'être flouée, pour ne pas dire arnaquée.
La quatrième de couverture indique en gros "Un livre de trop?". Si la question appelle réponse, pour moi c'est "oui"...
Ce qui ne m'empêchera pas pour autant de retourner piocher chez cet auteur qui a d'autres merveilles en magasin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
Sirenna
  22 juillet 2017
J'ai décidé de me prescrire en automédication le livre de Jean-Louis Fournier pour contre balancer la morosité de ce weekend pluvieux sur Paris.La posologie de départ était d'en lire un passage matin,midi,soir à dose homéopathique.
Mais tout excessive que je suis j'ai tout pris d'un coup.
C'est joyeux,sans prétention.
Plein de petits soleils d'humour un peu grinçant qui parle de notre société de consommation qui nous vend l'opulence de tout mais qui devient vite trop envahissante.
C'était Trop bon mais aussi Trop court.
Commenter  J’apprécie          3312
Patsales
  03 octobre 2014
Foutage de gueule.
Lu en 30 minutes.
Fournier n'a pas dû prendre tellement plus de temps pour l'écrire.
Au début, c'est mignon, cette description d'une ménagère qui renonce à acheter une plaquette de beurre devant le nombre de mètres linéaires consacrés à ce produit. "Elle est venue pour du beurre".Quand on me refait le même coup pour la farine (dans laquelle on se fait rouler) et pour le pain (qui nous met dans le pétrin), bon, comment dire? je le trouve quand même bien systématique, le procédé.
Et il s'est relu, au moins? Parce que la chute rigolote de la page 144 c'est "Demander conseil à votre pharmacien". Et la chute rigolote de la page 170 c'est "Mais demandez conseil à votre pharmacien."
Et puis, zut, ça m'agace, cette pseudo-critique de la société de consommation qui ne sert qu'à une chose: permettre à Fournier de répéter que c'était mieux avant et que lui quand il était jeune au moins il savait se contenter de peu. On est content pour lui. J'aurais préféré être contente de ma lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
ladesiderienne
  23 janvier 2015
Un petit livre très vite lu (de là à penser qu'il a été vite écrit, le raccourci est un peu rapide) qui nous fait toucher du doigt les excès de notre société de surconsommation à travers divers tableaux parfois humoristiques, nostalgiques ou poétiques. Tout y passe, principalement les grandes surfaces et leurs rayons qui débordent mais aussi les écrivains trop bavards. Il est vrai que cet auteur a pour habitude de ne jamais en faire trop puisque ses romans dépassent rarement les 250 pages, contrairement à ceux de certains collègues qu'il accuse de faire du remplissage (et toc !).
Parfois, cela sonne juste à notre mémoire, et l'on se revoit devant le poste de télévision attendant impatiemment notre émission préféré sur l'unique chaîne proposée. Quand au souci du prince, hésitant devant la femme à choisir parmi celles de son harem et lorgnant les fesses de son eunuque, j'avouerai qu'il est un peu loin de mes préoccupations quotidiennes. Évidemment, la réalité de la multiplicité des produits de consommation est bien saisie mais était-il utile d'y revenir à plusieurs reprises ? Un coup de projecteur sur les beurres, puis un autre sur les brosses à dents et encore un sur les produits ménagers, les pains, les yaourts, les savons, ça ne fait pas un peu remplissage tout cela ?
Moi, j'ai surtout aimé la liste des bleus et des gris qui se détachent du reste par leur poésie. Quand à la solution proposée pour échapper à tout cela qui figure en fin du livre, j'espère que c'est de l'humour noir car sinon, on n'est pas prêt de relancer l'économie ! L'impertinence de l'auteur se retrouve également en quatrième de couverture où figure la phrase suivante " Un livre de trop ?" 11/20
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
petitsoleilpetitsoleil   26 octobre 2014
Il est perdu. Il est désemparé. Il erre hagard dans le rayon du supermarché.
Il n'a pas l'habitude de faire les courses. Sa femme est malade.
Il doit acheter de la farine pour faire des crêpes à ses enfants. Laquelle ? (...)

Il ne sait pas laquelle prendre.
Il est émouvant, perdu, comme un paysan de Picardie dans Hong Kong.
Il me regarde. J'ai envie de l'aider.

Finalement, il a pris celle vue à la télé.
Il s'est fait rouler dans la farine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          281
ladesiderienneladesiderienne   22 janvier 2015
Chaque soir, le prince descend avec l'eunuque dans le gynécée. Il va choisir sa compagne de la nuit.
Le prince a 400 femmes dans son harem. Il a l'embarras du choix.
Il y a les nouvelles qui retiennent son attention, puis les autres, les anciennes auxquelles il reste très attaché.
Il est chaque fois embarrassé et ne sait laquelle choisir. Quand il choisit la blonde évanescente, il pense à la brune incandescente. Puis, il y a la rousse flamboyante...
Laquelle choisir ?
Le prince a le syndrome du harem. Il n'a pas le choix, seulement l'embarras du choix.
Parfois, il envie les monogames.
L'eunuque marche devant lui.
Le prince regarde ses jolies petites fesses moulées dans un pantalon de soie...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ladesiderienneladesiderienne   23 janvier 2015
Bleu Bleuet
Bleu Ardoise
Bleu Majorelle
Bleu Saphir
Bleu Outremer
Bleu Nuit
Bleu Klein
Bleu Marine
Bleu Lavande
Bleu Indigo
Bleu Pétrole
Bleu Cobalt
Bleu de Prusse
Bleu Lapis-Lazuli
Bleu Acier
Bleu Canard
Bleu Céleste
Bleu Turquoise
Bleu Azur
Bleu Roi
Bleu Électrique
Bleu Contravention

Trop de Bleus à l'âme.
Commenter  J’apprécie          130
ladesiderienneladesiderienne   23 janvier 2015
Les étagères du libraire sont trop courtes, les tables du libraire trop étroites...
Il n'y a plus de place dans ma bibliothèque. Je voudrais donner des livres. Je ne veux pas les jeter. Personne n'en veut. La seule solution : les abandonner ? Comme on fait au début des vacances, avec les chats et les chiens.
Commenter  J’apprécie          100
Nastie92Nastie92   15 janvier 2015
Menu lendemain de fête

Nausée avec ses hauts-le-cœur
et
Crise de foie
et
Gueule de bois avec sa garniture
et
Migraine avec ses vertiges
et
Colique accompagnée de ses flatulences
et
Vomissement (à volonté)
Commenter  J’apprécie          142
Videos de Jean-Louis Fournier (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Louis Fournier
Comme Jean-Louis Fournier et Camille Laurens, l'écrivaine Évelyne Bloch-Dano, qui vient de publier "Une jeunesse de Marcel Proust" (Stock), nous a présenté trois objets qui comptent pour elle et nous parle, à travers eux, de sa manière de vivre le souvenir et la transmission.
En savoir plus sur "Une jeunesse de Marcel Proust" : https://www.hachette.fr/videos/evelyne-bloch-dano-presente-une-jeunesse-de-marcel-proust
autres livres classés : société de consommationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Huit titres de Jean-Louis Fournier.

Il a jamais tué personne, ...

mon tonton
mon pépé
mon frangin
mon papa

8 questions
106 lecteurs ont répondu
Thème : Jean-Louis FournierCréer un quiz sur ce livre
. .