AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782234063242
162 pages
Stock (02/06/2010)
3.15/5   245 notes
Résumé :
Ça a commencé comme une plaisanterie. On a beaucoup ri, on s’est embrassés, on s’est caressés, c’était doux, c’était chaud, j’étais bien, je n’avais jamais été aussi bien de ma vie. Je ne suis redescendu du ciel que le lendemain matin, par l’escalier, titubant de bonheur. Naïf, je pensais que, désormais, j’allais être heureux toujours. Avant d’avoir repris mes esprits, j’avais décidé de reprendre la ferme de son père. Quand on est amoureux, on devient un peu fou, et... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (58) Voir plus Ajouter une critique
3,15

sur 245 notes

Quand je commence un livre de Jean-Louis Fournier je m'apprête à ne pas m'ennuyer et avoir le sourire aux lèvres. Mis à part son dernier livre "Merci qui, merci mon chien" qui ne m'a pas du tout plu, celui-ci se laisse lire. de bonnes répliques acerbes et drôles se succèdent. Sur ce roman nous sommes plongés dans le monde agricole.

Le héros, un jeune étudiant en cinéma tombe amoureux d'une jeune femme. Celle-ci est issue du monde agricole mais ne veux surtout pas reprendre la ferme de ses parents. Pour elle c'est plutôt la vie urbaine qui s'ouvre à elle. Pour séduire les parents de sa belle, notre héros un peu fou, se met en tête de reprendre la ferme et se lance dans la bataille.

Jean-Louis Fournier, l'auteur, nous présente une certaine vision de l'agriculture. Ici on écoute pas le chant des oiseaux, ni l'herbe fraîche mais plutôt la rentabilité, la bouse de vache et le fumier. Un roman dépaysant, drôle et caustique. Bonne lecture !

Commenter  J’apprécie          500

La vie à la campagne dans un cadre bucolique, (finalement pas que !!!), vous rêvez de grand air, de vivre près des animaux, de voir poussez vos cultures avec la larme à l'oeil devant le miracle sans cesse renouvelé. de profiter de longues journées au grand air. de ramasser des oeufs pondus du matin (petit clin d'oeil à un contributeur prolifique de Babelio).

Et bien Jean-Louis Fournier, l'a fait pour vous, le temps de « Paysan et poète », et force est de constater que le tableau est beaucoup plus nuancé et drôle que ce que l'on ait en droit d'imaginer.

Sur le même style qui a fait le succès de ces derniers livres, J.L.F. nous donne une version légère et amusante de la vie à la campagne, bien avant le concept télévisuel de la petite chaine qui monte (quoique pour moi, il y a un bout de temps que l'ascension s'est achevée).

Alors bien sur, on sourit de temps à autre par l'humour bienvenu de l'auteur, on s'amuse ici ou là de situations ou de pensées coquasses, mais ce court bouquin, marque de fabrique de l'auteur de « Veuf », atteint très vite ces limites. La faute principalement au sujet, rien de palpitant, faut bien l'avouer. A la stigmatisation d'un métier et du monde rural un peu trop facile. Pas déplaisant mais très vite oublié.

Comme disait Delpech (Pas Poirot, mais Michel), on dirait que ça te gène de marcher dans la boue. Moi, citadin pur et dur, c'est sur.

Commenter  J’apprécie          450

Un retour à la terre manqué... Comme le bouquin !

Pour ma part, je trouve que le réchauffé ne vaut que pour les recettes du type bœuf bourguignon ou blanquette de veau : plus c’est réchauffé, meilleur c’est…

Il est bien question de bovins dans ce petit ouvrage de Jean-Louis fournier, dans la mesure où le narrateur (que je suppose autre que Fournier lui-même) tente un retour à la terre, par amour… : « Son père aurait été poissonnier, j’aurais repris la poissonnerie ».

Ah, l’amour !

Malheureusement, il est aussi question de réchauffé : la recette de « Il a jamais tué personne mon papa » et de « J’irai pas en enfer », deux petites merveilles, sent ici le cramé… et la facilité…

De plus, et même si je sais que la caricature se nourrit de l’exagération des traits majeurs du caricaturé, là, ça tourne au grotesque : le fermier est un bouseux, un butor doublé d’un goujat ; la ferme, ça pue et c’est sale ; le coté bucolique de la campagne ? des champs de betterave à perte de vue, sous la pluie… La fille de la ferme ? Elle est belle, elle est belle, elle est belle… et sa mère ? effacée…

Que de clichés en un si petit nombre de pages ! Ça sent le bâclé, tout ça… Le problème reste que le sujet de la difficulté du « retour à la terre », même par amour, est un sujet intéressant qui se trouve saccagé par un tel traitement aussi superficiel que caricatural. Dommage !

Et l’humour dans tout ça ? oui… oui… mais bon : même pas drôle…

Commenter  J’apprécie          280

Jean-Louis Fournier m'avait habituée à plus de mordant, plus de croquant, plus de piquant... là c'était mou, même si c'est encore de lui dont il rit. Il nous emmène à la campagne, et nous raconte les prémices de son mariage, dans les sillons des champs du beau-père où rien ne va tout droit.

Bon, cela permet, certes, d'ajouter des morceaux du puzzle de sa vie bien malmenée, mais je suis restée déçue par un je ne sais quoi. le paysan n'était pas assez poète, ou le poète pas assez paysan, qui sait ?

Commenter  J’apprécie          333

J'aime bien de temps à autre me plonger dans un livre de Jean-Louis Fournier, il y a toujours de l'émotion, de la tendresse et de jolies réflexions sur la vie. Et ce petit roman ne fait pas exception.

Nous partons à la campagne, et plus exactement dans une ferme située dans les Hauts de France. Notre héros veut devenir agriculteur et même reprendre la ferme de son futur beau-père dont les propres enfants ne veulent surtout pas entendre parler. Que ne ferait-on pas par amour ! Oui, mais voilà quand on est enfant de la ville, les nécessités de la vie rurale sont loin d'être une partie de plaisir...

C'est bref et c'est bien ainsi. C'est truffé de petites remarques amusantes et aussi de clichés, mais ça a le mérite de faire passer une heure agréablement. Mais de là a en faire un fromage...


Lien : http://mespetitesboites.net
Commenter  J’apprécie          310

Citations et extraits (54) Voir plus Ajouter une citation

Les intellectuels barbus partent dans le Larzac élever des chèvres et faire des fromages immangeables. Les chèvres en meurent de honte. Dans les Cévennes, ils vont engraisser des canards. Dans les bocaux de confits, il y a autant de mouches que de canard. Ailleurs, ils élèvent des chiens au régime macrobiotique, sans viande. Les chiens se portent très bien. Puis un jour, ils disparaissent. On les retrouve tous morts. Ils ont été tués par l’éleveur de faisans, il en a eu marre qu’ils viennent chez lui faire des razzias de volatiles.

Les paysans du dimanche sont retournés à la terre, mais ils sont vite rentrés déçus avec mal aux reins. Ils n’imaginaient pas la terre aussi basse.

Commenter  J’apprécie          150

Pourquoi mettre le verbe aimer à tous les temps, à toutes les modes, à toutes les sauces? J'aime Mozart, j'aime ma mère, j'aime les frites... Il ne faut pas s'en servir à tout bout de champ, à l'avoir toujours dans la bouche, il va perdre son goût, comme le chewing gum.

Commenter  J’apprécie          240

Les intellectuels barbus partent dans le Larzac élever des chèvres et faire des fromages immangeables. Les chèvres en meurent de honte. Dans les Cévennes, ils vont engraisser des canards. Dans les bocaux de confits, il y a autant de mouches que de canard. Ailleurs, ils élèvent des chiens au régime macrobiotique, sans viande. Les chiens se portent très bien. Puis un jour, ils disparaissent. On les retrouve tous morts. Ils ont été tués par l’éleveur de faisans, il en a eu marre qu’ils viennent chez lui faire des razzias de volatiles.

Les paysans du dimanche sont retournés à la terre, mais ils sont vite rentrés déçus avec mal aux reins. Ils n’imaginaient pas la terre aussi basse.

Commenter  J’apprécie          80

Quand j'étais petit, comme beaucoup d'enfants, j'ai surveillé un haricot en train de germer dans de la ouate humide. Je le voyais se fendre en deux, le petit germe sortait. Chaque matin, j'étais émerveillé, la tige se déroulait, s'allongeait.

Commenter  J’apprécie          230

Aimer n'est pas un verbe pour tous les jours. C'est un verbe fragile, on a très rarement l'occasion de l'utiliser. Comme le service en cristal de bonne-maman. On le garde précieusement dans le buffet de la salle à manger.

Commenter  J’apprécie          225

Videos de Jean-Louis Fournier (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Louis Fournier
Parole d'écrivain avec Jean-Louis Fournier
Pour ce quatrième episode de la nouvelle saison de « Parole d'ecrivain », Sarah Masson avait rendez-vous avec Jean-Louis Fournier, qui vient de publier son nouveau roman « Je n'ai plus le temps d'attendre ». Pour Jean-Louis Fournier, l'écriture est un jeu, un plaisir de raconter et une grande liberté. C'est aussi un homme pressé qui nous parle de notre rapport au temps. Bonne ecoute !
Un podcast de Sarah Masson, egalement auteure d'un premier roman chez JC Lattes : « le Silence apres nous ».
#paroledecrivain #podcast #sarahmasson #jeanlouisfournier #jenaiplusletempsdattendre #ecriture
+ Lire la suite
autres livres classés : vie paysanneVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus




Quiz Voir plus

Huit titres de Jean-Louis Fournier.

Il a jamais tué personne, ...

mon tonton
mon pépé
mon frangin
mon papa

8 questions
130 lecteurs ont répondu
Thème : Jean-Louis FournierCréer un quiz sur ce livre