AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2746732270
Éditeur : Autrement (22/08/2012)

Note moyenne : 3.55/5 (sur 22 notes)
Résumé :
« Être invité au Festival de Cannes, cela fait rêver pas mal de monde, mais pas mes élèves. Oui, c'est assez loin de Marseille, vous avez raison. On en a pour deux heures de bus, c'est vrai. Mais enfin, vous savez, ça peut être très sympa comme expérience. On est obligé, m'sieur ? Et si on vient pas, on peut rester chez nous ?? Nous sommes les seuls de toute l'académie à être invités. C'est une chance. On pourra même voir un film en présence de Catherine Deneuve. El... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Chouchane
  16 octobre 2012
Ce livre en dit plus qu'il n'y parait sur la "vie heureuse" selon Sénèque ! peut-être que le parallèle est trop fort mais envisageons les choses comme elles sont : voilà un prof de français histoire géographie, dans une classe de technique composée exclusivement de garçons vivants tous dans les quartiers Nord de Marseille et ce prof est... heureux ! . Donc a priori, rien qui donne envie d'aller tenter y sa chance. Pourtant après avoir lu avec, jusqu'au bout, le sourire aux lèvres on se dit que ce n'est pas si mal et qu'au final cela semble plus riche et plus intense que dans un bureau climatisé. Faut dire que Dominique Resch a le sens de la répartie, sait tirer sa boulette de papier pile-poil dans la poubelle en étant au fond de la classe et ne se démonte jamais devant un élève qui le traite de "con". Il faut lire ce livre qui est une très bonne récréation dans les classes ensoleillées et cosmopolites de Marseille.
Commenter  J’apprécie          60
liliba
  02 novembre 2012
Marseille, on en parle beaucoup dans les médias… et pas vraiment en bien. Et les quartiers nord de Marseille, c'est encore pire. Ceux qui ne sont pas du coin imaginent des gangs violents à chaque coin de rue, des enfants gangsters, des rixes sanglantes au couteau, des morts par balles, des trafics en tous genres… Pas vraiment faux, mais.

Mais il y a aussi des collégiens ou des lycéens qui tentent tant bien que mal d'apprendre quelque chose pour assurer leur avenir au sein de la société. Ou de ne rien apprendre, c'est selon. Et il y a surtout des profs, mais pas des profs comme ceux qu'ont nos enfants, non, une race bien plus rare, et bien plus coriace également. La race de ceux qui ont choisi d'enseigner dans des établissements « chauds ».

Dominique Resch est de ceux-là. Un fou, me direz-vous ? Un utopiste ? Ou juste un prof qui croit encore en la force de la passion et de la patience pour enseigner : transférer son savoir dans les têtes de jeunes qui ne demandent pas grand-chose, sinon qu'on leur fiche la paix, et en général se fichent de connaître les poètes français ou l'histoire de leur pays… Et pourtant… Et pourtant ça marche !

Avec un humour mordant et une bonne dose d'autodérision, l'auteur nous parle de sa vie professionnelle, de ses élèves, des cours de français ou d'histoire qu'il tente tant bien que mal de donner et selon toute apparence plutôt bien que mal. Nous le suivons le premier jour de cours, à la première leçon avec le test de la poubelle, qu'il est indispensable de réussir haut la main si on veut assoir son autorité pour l'année (sinon, galère…) jusqu'à la fin de l'année, sans chronologie apparente. Nous nous amusons avec le vocabulaire de ces jeunes, leur façon de parler et d'agir, leurs codes qui sont comme une langue étrangère au néophyte, leurs émotions aussi, et parfois leurs peurs.

C'est passionnant et drôle, et le lecteur s'attache à ces jeunes, dont on sent qu'il leur faudrait parfois juste une étincelle pour les sortir de leur spirale de banlieue et de violence, de pauvreté et de désillusions. Et bien sûr on ressort admiratif pour ce prof courageux et passionné par son métier, son devoir de transfert, mais tout à fait conscient des limites de son enseignement. Une lecture enrichissante autant qu'une lecture plaisir, qui permettra au lecteur de jeter un oeil différent sur ces quartiers difficiles dont on parle tant, et également de commencer son apprentissage du parler marseillais et de l'argot local, avec ses verbes à la conjugaison tout à fait aléatoire dont il est impossible de connaître le sens et la bonne utilisation sans initiation préalable...

Lien : http://liliba.canalblog.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Ys
  07 février 2013
Dominique Resch est professeur de français, histoire et géographie dans un lycée technique des quartiers nord de Marseille. Un métier qu'il a choisi, qu'il adore, et qu'il nous raconte avec beaucoup d'humour, de verve et de poésie. Les histoires de drogue, de vol, de délinquance diverse et variée auxquels les esprits, à la suite des médias, associent si facilement ces quartiers, ne sont pas totalement absents du récit mais l'auteur les laisse en arrière-plan : son sujet, ici, c'est la saveur de ce qu'il fait, la formidable énergie vitale de ses élèves, difficiles à canaliser, parfois, mais d'autant plus stimulants pour qui sait comment les prendre. Ces élèves-là, il les aime, et n'en voudrait pas d'autres.
D'anecdotes en dialogues saisis sur le vif (le jargon si particulier du coin, qu'il a mis tant de temps à comprendre, la visite au festival de Cannes, les stages en entreprises...) il nous les rend attachants à nous aussi, en fait des personnages à part entière qui dameraient le pion à bien des personnages de roman. le tout est assorti de quelques réflexions intéressantes sur le métier de prof - lesquelles m'ont beaucoup rappelé ce qu'en disait ma grand-mère, qui occupa le même genre de poste dans le même genre de bahut à quelques quarante ans d'intervalle - et de quelques critiques bien senties sur certaines dérives du système social et de ses représentants.
Totalement différent de ce que j'ai l'habitude de lire, c'est un bouquin assez passionnant dont une plus large diffusion pourrait faire beaucoup de bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
cathulu
  29 août 2012
Ils ont" l'avis tranché facile" les élèves de Dominique Resch, ils manquent de références culturelles (voir le titre), prennent la vie à bras le corps, et elle ne leur fait toujours de cadeaux la vie, en ont une vision très particulière et c'est ce qui fait tout leur charme. Ils ont aussi la chance d'avoir un prof qui aime les mots et qui sait le leur transmettre, vaille que vaille, avec beaucoup d'humour et de saveur.
On retrouve avec un plaisir jubilatoire les séquences croquées sur le vif d'un prof de lycée professionnel des quartiers Nord de Marseille qui arrivent juste à la fin de l'été pour nous dire que finalement la rentrée ça peut être formidable !
Commenter  J’apprécie          00
CFONS
  20 août 2012
Nous sommes dans la banlieue nord de Marseille dans un lycée technologique où l'auteur enseigne le français et l'histoire-géo. Ce ne sont pas de clichés mais des anecdotes que nous raconte Dominique Resch avec beaucoup d'humour. On le sent plein d'émotions pour ces jeunes ados qu'il fréquente au quotidien. Certainement pas facile d'être prof mais quand on a du talent comme Dominique Resch on s'en sort avec des pirouettes et beaucoup d'à propos. Un livre pour tous les parents d'ados et les autres qui voient ces jeunes de banlieue seulement à la télé.
Un passage très drôle à se faire traduire par ses propres ados en page 79.
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
LeFigaro   04 décembre 2012
Ce fils d'instituteur vosgien a un sens du cocasse et un humour feutré qui fait merveille dans sa classe et dans son livre. C'est incroyable, il donne envie d'enseigner dans des quartiers défavorisés.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
ChouchaneChouchane   16 octobre 2012
Ainsi, pour la première fois en classe, afin de pouvoir lire un texte à mes élèves, j'enfile une paire de lunettes pour voir de près, en essayant de donner à mon geste un maximum de spontanéité, histoire de ne pas attirer l'attention sur cette nouveauté.
Cela n'échappe pas à Fahad :
- Oh, m'sieur, vous êtes passé à la haute définition ?
Par-dessus mes verres, je regarde Fahad. Il sourit. Il est jeune. Il n'a pas une ride. Il a encore tous ses cheveux. C'est bien vrai : le prof décline mais pas les élèves. (...) Seul le prof, à jamais médiocre, redouble à l'infini, et vieillit sur place.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ChouchaneChouchane   16 octobre 2012
Quand on court après une fille, on ne va pas lui parler de sexualité. Ce serait exactement comme discuter de technique de pêche avec une sirène.
Commenter  J’apprécie          60
pgremaudpgremaud   05 mai 2013
La vie trépidante que l'on mène en lycée pro est sans commune mesure avec la vie que l'on mène ailleurs, dans tous les autres types d'établissements scolaires. Cela pour plusieurs raisons... La principale étant probablement que les enseignants, mis à rude épreuve par un public parfois imprévisible, ont une franche tendance à se serrer les coudes à l'intérieur du peloton. Et c'est bon de boire un coup ensemble. Au rendez-vous des cyclistes, histoire de remettre les choses à plat après avoir passé les cols difficiles, on parle, on se raconte. Après chaque coup dur, avant de reprendre la course folle, on cause et on s'expose. (...) Un lycée pro, c'est un délicieux mélange des genres. Le paradis de la mixité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ChouchaneChouchane   16 octobre 2012
Question actes de délinquance, un cran au dessus, il y a Luis.
Le prof :
- Bon, Luis, faudrait peut-être arrêter tes histoires de cartes bleues, là. Je sais que tu fais des trucs bizarres, et les Baumettes (la prison de Marseille), ce n'est pas une solution.
Luis :
- M'sieur, quand on aime le miel, faut accepter les piqûres.
Le prof :
- Ah.
Commenter  J’apprécie          10
Myrtille88Myrtille88   19 décembre 2016
-Vous savez quoi , m'sieur ? Vos surréalistes, ils ont tous des problèmes avec le corps humain. Moi, j'ai repéré ça. Lui, il a le cœur dans les yeux, il a les yeux dans les mains, lui, il a une cloche dans le cœur. Picasso, tout ça, franchement, c'est les mêmes problèmes. (p. 57)
Commenter  J’apprécie          10
Video de Dominique Resch (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dominique Resch
Séance de dédicaces pour la sortie du dernier livre de Dominique Resch, 'Le pouce d'un autre', à la librairie La Licorne à Epinal, le 23 mai 2009.
autres livres classés : marseilleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15154 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
.. ..