AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782361240097
218 pages
Éditeur : Jacques-Marie Laffont (05/07/2010)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Paphnuce est un abbé d'un groupe de moines cénobites égyptiens fondamentalistes (IVe siècle après J-C). Il s'est retiré dans le désert pour se repentir de sa jeunesse frivole. Après des années de vie monacale, une vision le pousse à revenir sur les lieux de son adolescence. Illuminé, il se donne pour mission de "sauver l'âme" de Thaïs, courtisane de la ville d'Alexandrie, célèbre pour les qualités de son esprit autant que pour sa beauté éblouissante. Paphnuce va par... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
PiertyM
  19 décembre 2018
Un terrible exploit philosophique! Ce livre offre un voyage à la fois intellectuel et philosophique tellement grandiose, à un point tel qu'on risquerait de se perdre dans les rouages de la religion. Les pensées n'en finissent pas de se tordre, de se mordre...les philosophies s'affrontent, s'effritent, comme quoi le chemin de la vérité est une route raboteuse, tortueuse. Anatole France nous conduit avec verve dans ces chemins sinueux pour nous faire connaitre la vérité, sa vérité...je ne sais pas, en tout cas, une vérité qui met en déroute toutes les connaissances que j'avais sur le christianisme, les philosophes. Anatole France nous relate la vie de Paphnuce, un moine solitaire, ayant tout abandonné, tout ce qui relèvent des joies ou des accomplissement terrestres, pour parfaire son âme ou son esprit dans le désert où il a crée une petite communauté des pauvres dans le corps mais riches en esprit. La vie de Paphnuce ne sera plus jamais la même, le jour où décide d'aller convertir Thaïs, une courtisane qui allume à la fois les planches du théâtre alexandrais et le cœur des hommes. Il ne s'agira pas à Paphnuce de réussir seulement ce projet, mais aussi de résister aux vents qui vont se soulever autour de cette initiative troublante!
Une lecture complexe et envoutante, j'ai apprécié sa portée philosophique!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
jamiK
  10 mai 2017
« En ce temps-là le désert, était peuplé d'anachorètes. » Rassurez-vous, il n'y a pas que des anachorètes, il y a aussi des cénobites, des cutules, des néphélococcygiens, de l'hysope... Bref, la langue est savante, les références aux mythologies grècque, chrétienne et autres, nombreuses. Je soupçonne Anatole France d'en avoir fait un jeu pour construire une sorte de Dédale littéraire. le ton est mystique, tragique, et parfois philosophique. D'ailleurs, vers le milieu du roman se trouve une scène de banquet écrite à la manière de Platon, sous forme de discussion. le thème, c'est l'ascétisme qui s'oppose aux plaisirs, Paphnuce est l'ascète rigoriste, Thaïs la dépravée, mais évidemment, comme dans toute tragédie classique, les chemins de la vie sont tortueux et pourrait bien jouer des tours à nos protagonistes. C'est une fable philosophique racontée dans le style des tragédies classiques, avec parfois quelques petites pointes d'humour ironique, de grands moments de tension, de réflexion, et des personnages torturés. Ça aurait pu faire un bon livret d'Opéra lyrique, et justement Massenet s'en est chargé : https://www.youtube.com/watch?v=1nKjFBEMpjg. Cela vaut bien une méditation.
J'avoue que je n'avais pas souvent lu de romans de ce type, au style recherché, cultivé, ornementé, et même le thème, la réflexion religieuse, n'est pas du genre à m'attirer, pourtant cette lecture ne m'a pas du tout parut fastidieuse, je me suis laissé prendre au jeu, emporter par le lyrisme. Une lecture envoutante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Notos
  20 janvier 2016
L'un des rares romans d'Anatole France où l'auteur se frotte à l'exercice du sublime, prouvant à ses contemporains qu'il est lui aussi capable d'aborder des sujets graves avec un style pur et grandiose. Anatole France, en traitant de la foi et de l'amour, ne se contente bien évidemment pas d'un point de vue académique mais humanise son récit en le ponctuant de saillies où poignent toujours son ironie sincère, sa mansuétude amusée, sa critique bienveillante. C'est donc un roman plus "rangé" que les autres perles de Monsieur France, mais ne manque ni de profondeur ni de beauté vraie.
A lire absolument !
Commenter  J’apprécie          143
JacquesBonhomme
  30 mai 2019
Sans doute pas le plus garnement, le plus ouvertement ironique, d'Anatole France. Mais sans conteste un des plus exquis. Les autres critiques en témoignent de manière détaillée.
Venons en au but de cette critique. Il fait beau dehors cet après-midi. Et alors? Nous t'invitons.
Toi qui apprécies la culture et la finesse, Qu'est-ce que tu attends pour lire Thaïs? Viens avec nous chez Anatole, au soleil.
Commenter  J’apprécie          80
Gang
  15 novembre 2019
Résumé :
Le moine Paphnuce s'est retiré dans le désert d'Egypte pour se consacrer à la prière. Mais, il est hanté par son souvenir de Thaïs, une belle actrice qu'il avait croisé autrefois. Il décide de revoir Thaïs et de la sauver en la convertissant au catholicisme. Mais peut-être est-ce une ruse du diable pour le sortir de sa retraite et le mettre en tentation.
Rien n'échappe à l'ironie mordante d'Anatole France dans sa critique impitoyable de la société et de la religion en particulier.
Critique :
Il y a un piège. On pense que c'est roman intellectuel, complexe, à l'ecriture ciselée, aux références culturelles poussées, aux thèmes intellos. C'est pas faux mais il faut insister sur le fait que Thaïs est un livre très drôle et abordable pour tous les lecteurs, grace à plusieurs niveaux de lecture, du roman, à l'essai voire au traité quasi philosophique. Par son ironie subtile mais cruelle, Anatole France nous offre une critique jubilatoire des travers de la société et de la religion. C'est du très bon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
jamiKjamiK   09 mai 2017
Pour moi, Lucius, je pense qu'il n'y a point de bonne forme de gouvernement et qu'on n'en saurait découvrir, puisque les Grecs ingénieux, qui conçurent tant de formes heureuses, ont cherché celle-là sans pouvoir la trouver. A cet égard, tout espoir nous est désormais interdit. On reconnaît à des signes certains que le monde est près de s'abîmer dans l'ignorance et dans la barbarie. Il nous était donné, Lucius, d'assister à l'agonie terrible de la civilisation. De toutes les satisfactions que procuraient l'intelligence, la science et la vertu, il ne nous reste plus que la joie cruelle de nous regarder mourir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
jamiKjamiK   09 mai 2017
— Il y a des forces, Lucius, infiniment plus puissantes que la raison et que la science.
—Lesquelles? demanda Cotta.
—L'ignorance et la folie, répondit Aristée.
Commenter  J’apprécie          241
jamiKjamiK   09 mai 2017
Il n'appartient pas au gouvernement d'imposer des croyances; son devoir est de donner satisfaction à celles qui existent et qui, bonnes ou mauvaises, ont été déterminées par le génie des temps, des lieux et des races. S'il entreprend de les combattre, il se montre révolutionnaire par l'esprit, tyrannique dans ses actes, et il est justement détesté. D'ailleurs, comment s'élever au-dessus des superstitions du vulgaire, sinon en les comprenant et en les tolérant?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
JacquesBonhommeJacquesBonhomme   31 mai 2019
Vois: je suis mystérieuse et belle. Aime-moi; épuise
dans mes bras l'amour qui te tourmente.
Que te sert de me
craindre? Tu ne peux m'échapper: je suis la beauté de la
femme.
Où penses-tu me fuir, insensé? Tu retrouveras mon image dans l'éclat des fleurs et dans la grâce des palmiers, dans le vol des colombes, dans les bonds des
gazelles, dans la fuite onduleuse des ruisseaux, dans les
molles clartés de la lune, et, si tu fermes les yeux, tu la
trouveras en toi-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
JacquesBonhommeJacquesBonhomme   31 mai 2019
Les ascètes, furieusement assaillis par des légions de
damnés, se défendaient avec l'aide de Dieu et des anges,
au moyen du jeûne, de la pénitence et des macérations.
Parfois, l'aiguillon des désirs charnels les déchirait si
cruellement qu'ils en hurlaient de douleur et que leurs
lamentations répondaient, sous le ciel plein d'étoiles, aux miaulements des hyènes affamées. C'est alors que les
démons se présentaient à eux sous des formes
ravissantes. Car si les démons sont laids en réalité, ils se
revêtent parfois d'une beauté apparente qui empêche de
discerner leur nature intime. Les ascètes de la Thébaïde
virent avec épouvante, dans leur cellule, des images du
plaisir inconnues même aux voluptueux du siècle. Mais,
comme le signe de la croix était sur eux, ils ne
succombaient pas à la tentation, et les esprits immondes,
reprenant leur véritable figure, s'éloignaient dès l'aurore,
pleins de honte et de rage. Il n'était pas rare, à l'aube, de
rencontrer un de ceux-là s'enfuyant tout en larmes, et
répondant à ceux qui l'interrogeaient: «Je pleure et je
gémis, parce qu'un des chrétiens qui habitent ici m'a battu
avec des verges et chassé ignominieusement.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Anatole France (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anatole France
Anatole France : Les dieux ont soif lu par Michel Bouquet (1954 / France Culture). Diffusion sur France IV Haute-Fidélité le 1er janvier et le 13 juillet 1954. Extraits du roman “Les dieux ont soif” lus par Michel Bouquet. Photographie : Anatole France à La Béchellerie © Photographie originale prise par Claude Aveline en juin 1923. Anatole France, pour l'état civil François Anatole Thibault, né le 16 avril 1844 à Paris, et mort le 12 octobre 1924 à Saint-Cyr-sur-Loire (Indre-et-Loire), est un écrivain français, considéré comme l’un des plus grands de l'époque de la Troisième République, dont il a également été un des plus importants critiques littéraires. Il devient une des consciences les plus significatives de son temps en s’engageant en faveur de nombreuses causes sociales et politiques du début du XXe siècle. Il reçoit le prix Nobel de littérature pour l’ensemble de son œuvre en 1921. Quatrième de couverture de l'édition du Livre de Poche : « “Les dieux ont soif” : quand il choisit pour titre ce mot de Camille Desmoulins, Anatole France ne veut nullement rejeter sur une fatalité tragique les atrocités de la Terreur. Ce texte admirable décrit l'horreur du fanatisme, l'obscurantisme gagnant les Lumières elles-mêmes, la barbarie prenant le masque du progrès. En 1912, ce livre du patriarche de la Gauche française qui dénonçait les excès de la Révolution fut accueilli comme un paradoxe. Aujourd'hui, cette représentation alarmée de l'histoire se lit comme une lucide préface à l'horrible XXe siècle, un avertissement contre l'ignorance et la peur qui engendrent la bêtise, la grande tueuse. »
1ère partie : 02:00 2ème partie : 54:55 3ème partie : 1:57:38
Sources : France Culture et Wikipédia
+ Lire la suite
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
341 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre