AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756065366
Éditeur : Delcourt (11/05/2016)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Il est le bourreau de Paris. La justice de Dieu. Aucun coupable ne peut lui échapper. Jusqu’au jour où… Entre récit historique et super-héros, la nouvelle saga du scénariste de La Licorne.

Paris, dans un Moyen Âge finissant… À l’instant et à l’endroit de son choix, ils viendront tous, pour expier leur crime et mourir par son épée. Les Parisiens l’appellent « l’heure du Bourreau », et nul ne peut y échapper… Car celui qui applique la sentence est invul... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
  08 novembre 2016
Après avoir quasi dévoré la Licorne de Gabella, je me devais de jeter un oeil sur cette Bd.
Un super héros moyennageux à le Don. Celui de voir les assassins et de faire vengeance. Ce premier tome d'une trilogie pose les bases. Dans lesquelles je me suis un peu perdue au début du a une certaine lourdeur ( j'avoue que pour la licorne cela a été pareil mais la suite n'a apporté que du très bon). Mais ensuite on met vite les pieds à l'étrier et on se plonge dans ce moyen- âge très violent déjà par son histoire.
Bien sur les choses ne se passent pas toujours comme prévu.
mais j'avoue que la fin de ce premier tome m'a juste donné envie d'attaquer le suivant.. mais là il faudra attendre encore un peu.
Les graphismes sont soignés et très détaillés et bien représentatifs (pour moi) de l'époque
Un très bon moment de lecture et une fois de plus Gabella me plonge dans son univers avec plaisir
Commenter  J’apprécie          490
Alfaric
  19 mai 2016
Pour ceux qui ont déjà lu les cycles "La Licorne" et "3 Souhaits" du même scénariste, il est évident que le bonhomme a de solides affinités avec l'univers des comics. Ici Mathieu Gabella, reprend, modernise et améliore le mythe du super-héros tout en le transposant au Moyen-Âge, Paris remplaçant Gotham City… Quel réjouissant programme n'est-ce pas ? blink
« Sous ce masque, il y a plus que de la chair. Sous ce masque, il y a une idée Creedy... Et les idées sont à l'épreuve des balles. » (V dans "V pour Vendetta")

Ce tome 1, intitulé "Justice Divine ?", nous présente le personnage masqué du Bourreau, invincible, invulnérable, doté d'un don psychomantique permettant d'identifier les criminels en touchant les objets ayant appartenu à leurs victimes, et du don de convoquer ceux dont il connaît le nom et le visage au lieu et à l'heure de son choix… Mais ses pouvoirs viennent de son anonymat, et ils disparaissent dès lors qu'il est en présence de quelqu'un qui connaît son identité cachée ! (remember la kryptonite ^^) Nous sommes donc en présence d'un super-héros vigilante assez vindicatif qui n'est pas sans rappeler le Punisher (voire Judge Dredd éventuellement)…
Le Bourreau (le Batman ? ^^), persuadé que ses pouvoirs ne peuvent venir que de Dieu, remplit jour après jour les missions que lui envoient les échevins de Paris sans se poser de question jusqu'au jour où il croise la route du Bouffon (le Joker ? ^^) qui dispose des mêmes pouvoirs que lui et qui s'interpose entre lui et sa dernière cible en date, un jeune adolescent peut-être innocent…
L'organisation qui chapeaute le Bourreau défend-elle la loi, la morale ou juste ses petits intérêts bien calculés ? La victime qu'il a été chargé de venger n'était était pas pire criminelle que ceux qui l'ont assassinée ? Quelles terribles expériences a-t-on essayé de cacher aux yeux du Bourreau et de la justice divine ? Et qui est le Bourreau : le maître ou l'élève ? Et qui est le Bouffon : l'élève ou le maître ?
Le récit oscille entre passé et présent et le tout forme un magnifique hommage à la culture super-héroïque dite sombre et à tous ses codes, mais aussi et peut-être surtout un dézingage en bonnes et dues formes de ce qu'on a fait d'elle : marre des super-héros milliardaires défenseurs de la haute société qui châtie sans pitié la délinquance en col bleu mais qui ferme complaisamment les yeux sur les ravages de la délinquance en col blanc, et qui sauve le monde tel qu'il est mais qui ne l'améliore jamais !!!
Le projet est ambitieux sur la fond et très plaisant sur la forme : il est graphiquement porté par pas moins de 5 artistes chapeautés par Nautilus studios, à savoir Virginie Augustin au story-board, Julien Carrette au dessin, Jérôme Benoît aux décors, Jean-Baptiste Hostache aux couleurs et Jean Bastide à la couverture… Bref que du beau monde, ce qui nous offre une chouette superproduction consacrée aux super-héros ! ^^
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          369
Crossroads
  13 juin 2016
Il s'appelle le Bourreau, le gars.
Avec un blase pareil, inutile de vous dire que son cercle d'amis en est réduit à sa portion congrue, genre 2 aminches sur Fassebouc, le mutilateur et le cannibale à l'arbalète, vous voyez le genre.
Son boss, le parlement de Paris qui lui assigne son taf. Un boulot doucereusement susurré par Metallica en son temps : seek and destroy !
Le bonhomme connait son affaire. C'est un p'tit peu le loto de l'époque. Avec lui, 100 % des perdants ont tenté leur chance.
Mais ça c'était avant.
Avant qu'un bien étrange bouffon n'entre dans la danse.
Intrigant et enlevé, ce premier tome séduit de par sa construction narrative alternant avec un égal bonheur présent et passé.
Une formation de bourreau (toujours pas reconnue par Pôle Emploi à ce jour, allez savoir pourquoi) à la dure pour découvrir le charmant bambin qu'il affectait d'être autrefois avant de devenir l'implacable exécuteur que l'on connaît aujourd'hui. Une initiation radicale sous la férule implacable d'un maître d'apprentissage toujours pas reconnu par l'AFPA, allez sav...
Le trait est agréable.
Mention spéciale aux représentations architecturales parfaitement maîtrisées.
Un découpage énergique à la colorisation travaillée, il n'en faut pas plus pour lancer une franchise sur les chapeaux de roues !
https://www.youtube.com/watch?v=¤££¤10Fassebouc17¤££¤0
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          392
tchouk-tchouk-nougat
  03 juin 2016
Le bourreau, c'est comme ça que les parisiens l'appellent. Car il a un don. Il lui suffit du nom d'un assassin et d'un objet de la victime pour qu'il puisse "convoquer" le meurtrier et le tuer. Il ne peut pas y échapper. C'est le don. La justice divine ?
Avec cette bande dessinée on a une transposition des supers héros dans un Paris moyenâgeux. le bourreau, détenteur d'un don bien pratique pour arrêter les assassins, écume les rues de Paris mais sous l'ordre d'un conseil qui oriente quand même ses cibles. Pour lui pas de morale, pas de circonstances atténuantes. On a tué ou pas. Point. Donc un super héros pas si super... Et il va bien le comprendre quand il va se retrouver face un autre individu capable lui aussi de magie, et qui va sauver une de ses petites victimes.
Un concept plutôt intéressant, une bonne trouvaille. Ce premier tome met en place cet univers, il y a donc quelques lourdeurs. Les passages où les auteurs expliquent que le don fonctionne grâce à l'anonymat est maintes fois répétés. Effectivement ce point semble important mais ça entraine quelques longueurs dans le récit.
J'ai plus apprécié l'évolution du héros. Au départ on sent bien qu'il se croit investit d'une mission divine, qu'il est forcément dans la justice, etc... et petit à petit on sent les doutes poindre et des sentiments plus humains refaire surface sous cet habit de bourreau.
J'attends pour la suite un peu plus de rythme, mais ce premier tome est un bon début.
Question dessins ils s'y mettent à quatre. les décors sont soignés, j'aime beaucoup les maisons de ce Paris du moyen age. le reste c'est assez basique mais efficace.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
robert7
  16 mai 2016
Le Bourreau de Gabella et Carette.
Les éditions Delcourt.
Paris le moyen âge un bourreau sévi et rend la justice divine. Une histoire ou ce croisse le passé et le présent. Qui est le bourreau que viens faire le bouffon dans cette histoire? Une initiation avec ces rituels. Une narration qui me fait penser à Batman et le Joker. Le Bourreau une histoire en trois volumes entre 2016 et 2017. Le trait du dessin est intéressent ainsi que les découpages une série à avoir dans sa bibliothèque.
Commenter  J’apprécie          141

critiques presse (6)
ActuaBD   27 juillet 2016
Un minimum de psychologie dans ce corps de brute, la recette d’une série qui surfe entre les clichés.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BoDoi   31 mai 2016
Ménage suspense et séquences spectaculaires, dans un beau récit d’ambiance, avec ce qu’il faut de surprises.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Bedeo   26 mai 2016
Bien agencé, solide dans son originalité et savamment mystérieux, Justice Divine ? recèle plus de surprises qu’il n’y paraît.
Lire la critique sur le site : Bedeo
BDZoom   12 mai 2016
Entre histoire, polar et fantastique, le scénariste Mathieu Gabella concocte un album qui dialogue intelligemment avec la mythologie super-héroïque.
Lire la critique sur le site : BDZoom
BDGest   10 mai 2016
Le Bourreau fait figure de véritable superproduction. Reste au prochain volet de ce triptyque à justifier une telle débauche d’efforts.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   10 mai 2016
Le premier tome de cette série est une des bonnes lectures de ce mois de mai. Le nouvel album choc de Mathieu Gabella et d'un dessinateur dont on a pas fini d'entendre parler : Julien Carette.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
AgillianAgillian   06 juillet 2017
Tout. J'aime tout dans cette ville... A commencer par l’hypocrisie de ses habitants… Artisans, marchands, comédiens, vendeurs… Tous des tueurs en puissance… Je le sais, je les ai vus à l’œuvre. Si j’en tue régulièrement c’est pas pour rien. J’ai vu les meurtres, les lynchages, les émeutes… Et la grande guerre, celle qui dure encore dans les campagnes.
Mon épée va percer un garçonnet ? La belle affaire. Il a fait couler le sang, il recommencera… Et dans un an ou deux, il tuera par habitude, sans frémir, avec le sourire. Ils sont tous comme ça. Alors ceux qui le protège aujourd’hui l’ébouillanteront sur la place publique, sans le moindre remords.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
EnkiEnki   24 octobre 2017
La ruse, le vice comme techniques, tout ça nourri à la haine. C’est comme ça que ça se passe dans la rue, et sur les champs de bataille…
Commenter  J’apprécie          130
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   13 mai 2017
Elle vivait seule, pas de famille, pas de mari... Magie noire. Sacrifices. Sorcellerie. C'est ce qu'on dit de toutes les femmes qui sont veuves.
Commenter  J’apprécie          80
OlivOliv   20 mai 2016
— De toute façon, on le savait. C'est pas la "justice divine" qui règne ici... C'est un tueur au service des nobles et des échevins...
— Des détrousseurs en beaux habits qui nous taxent, encore et encore, à en crever. Et lui, c'est leur molosse.
— Ils nous mentent. Fallait bien que ça se voie un jour...
Commenter  J’apprécie          31
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   03 juin 2016
La lutte contre le mal est un combat sans fin. Quoi qu'on fasse, on ne terrasse pas le mal. Il revient. Toujours.
Commenter  J’apprécie          90
Lire un extrait
Videos de Mathieu Gabella (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mathieu Gabella
Conan en BD - Mathieu Gabella
autres livres classés : justicierVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Lisa-Marie n°3

Avec qui le roi se bat-il généralement ?

Les allemands
Les anglais
Les espagnols
Les russes

9 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Philippe le Bel de Mathieu GabellaCréer un quiz sur ce livre
.. ..