AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782226430038
500 pages
Albin Michel (03/04/2018)
4.05/5   39 notes
Résumé :
Frances Marion a tout quitté pour suivre sa vocation : écrire des histoires pour un nouvel art, qui consiste à projeter des images en mouvement sur un écran. Mary Pickord est une actrice dont les boucles blondes et la grâce juvénile lui valent déjà le surnom de « La petite fiancée de l'Amérique ». Toutes deux vont nouer une amitié hors norme et participer à cette révolution qu'est la naissance du cinéma. Mais, dans un monde dominé par les hommes, on voit d'un mauvai... >Voir plus
Que lire après Hollywood BoulevardVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
4,05

sur 39 notes
5
7 avis
4
4 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Hollywood Boulevard , sorte de biographie romancée qui enchantera les cinéphiles mais pas que…

Amitié, sous fond de début d'Hollywood entre Frances Marion qui débarque de son San Francisco natal, attirée par les lumières d'une industrie qui démarre à peine : le cinéma et Mary Pickford.
On est en 1914, Frances rencontre Mary qui travaille comme actrice de théâtre, puis de cinéma, , ( pour nourrir sa mère , sa soeur et son frère ), depuis l'âge de 5 ans !
Au tout début, les actrices n'avaient pas de nom !
Ainsi, Gladys Smith sera tout d'abord surnommée par le public, " la fille Biograph" , puis Mary Pickford, "la petite fiancée de l'Amérique" . Elle prendra sous son aile , sa nouvelle et seule amie, Frances, qui deviendra sa scénariste .
Pionnières dans ce nouveau monde qu'était le cinéma, elles se serrèrent les coudes, amies à la vie à la mort, jusqu'à ce que l'une des deux , ne soit pas à la hauteur des événements qui leur tombèrent dessus.
Frances Marion, sera une des deux premières scénaristes au monde, défrichant pour les générations futures , ce superbe métier. Deux Oscars viendront saluer sa carrière.
Elles s'imposeront dans ce monde gouverné par les hommes. Mary Pickford , s'associera avec Griffith, Chaplin et son mari Douglas Fairbanks afin de créer une maison de production United Artists. Les acteurs de cette époque furent les premiers à vivre le star system, les groupies, les foules en délire. Ils furent les rois sur le toit du monde, jusqu'au moment où le cinéma devenant parlant, certains acteurs passèrent aux oubliettes.
Plus dure sera la chute…

Par un minutieux travail de documentation, Melanie Benjamin arrive à restituer l'époque, la magie, la fièvre créatrice de ces années- là .
Ce roman, s'inspirant de la vie de deux pionnières hollywoodiennes, deux femmes fortes, est un hymne à l'amitié et au féminisme, en plus d'être un hommage au cinéma.
Les gens de cette époque ont tâtonné, mais ont tout inventé ! Conditions de tournages, métiers du cinéma, production, carrières, images, communication … Le Hollywood actuel leur doit tout !
Que vous soyez férus d'histoire, cinéphiles, féministes ou simplement amoureux de beaux portraits de femmes, ce roman vous séduira. A la toute fin, afin de rétablir la vérité, l'auteure nous raconte ce qu'elle a laissé dans l'ombre et ce qu'elle a choisi de mettre en relief.
Un roman puissamment nostalgique que cet Hollywood Boulevard, un élégant voyage dans le temps, en noir et blanc, of course …

Commenter  J’apprécie          610
Voici un roman mi- documentaire, mi- fictionnel qui conte l'amitié sans faille au début de leurs carrières respectives ----elles se rencontrent vers 1914? 1915 ? , entre Frances Marion , scénariste , lauréate de l'Academy Award en 1930 pour" The Big House " ( meilleur scénario ) et l'actrice aux célèbres et emblématiques boucles blondes : Mary Pickford dans le monde du cinéma naissant en noir et blanc ........
Il évoluera, changera , se transformera bien vite en Industrie à partir de 1922.
Mary avait commencé très jeune sa carrière : en 1909, elle est née en 1892.
Il fut un temps où Mary, alors intrépide, courageuse, héroïque , travaillait avec Frances , sa meilleure amie , une incarnation réelle de la définition du bonheur ......
Aprés leurs mariages respectifs cela ne fut plus le cas ........
Elles partagèrent tout passionnément , collaborèrent au plus près , et plus tard , inexorablement s'éloignèrent; Mary , surnommée " La petite fiancée de l'Amérique , " à la grâce juvénile fut une débutante , une pionnière du cinéma en noir et blanc, et surtout une des premières véritables Stars Hollywoodiennes .
Mais ses moues enfantines , mutines , ses boucles cachaient à grand - peine son désir intense d'indépendance . Elle créa , en 1919, avec D. W. Griffith , rejeté ensuite , Charlie-Chaplin et Douglas Fairbanks son époux, la Société de Production et de Distribution "United Artists ".
Ces femmes hors normes, surtout Mary désiraient faire passer leur carrière en premier, quitte à sacrifier une partie de leur vie privée : mariage et enfant , nombre d'actrices indépendantes n'étaient pas censées devenir mères........elles avortaient afin de ne pas ruiner leur carrière .......
Les hommes de cette époque , machistes et dominants utilisaient les talents féminins et voyaient d'un mauvais oeil l'ambition de ces deux femmes .
Où l'on croise Gloria-Swanson, Cecil .B- de Mille, Harold Lloyd , Charlie-Chaplin, Louis . B . Mayer, Greta Garbo, Rodolph Valentino , nombre de films muets de 1910, La caravane de l'Ouest en 1923, "Le petit Lord Fauntleroy " , "La petite Annie , " le signal de l'amour " premier film tourné ensemble par Frances et joué par Mary,........nombre d' actrices oubliées, de réalisateurs, de scénaristes , les soirées interminables de Pickfair , résidence des Fairbanks .........
C'est un ouvrage féministe , bouillonnant , foisonnant , étourdissant de personnages connus qui retrace en détails l'histoire de ces deux femmes qui marquèrent profondément le cinéma en noir et blanc .
Nous vivons de l'intérieur la naissance de l'industrie du cinéma en Californie , à travers la solide amitié de ces deux femmes peu communes !
Elles s'astreignaient, surtout Mary , qui finira par devenir alcoolique , à des rituels contraignants pour rester attirantes , se surveillaient constamment pour ne pas freiner ou ralentir leurs carrières .
Même s'il y a quelques passages un peu longs--------l'on se perd un peu dans cette accumulation de noms célèbres -------l'atmosphère étourdissante , étonnante au sein de ces studios , mais aussi les drames, les souffrances , ce "paraître constant" , les injustices sont bien rendues , avec émotion et sincérité ........
L'incroyable destin de deux pionnières d'Hollywood ! Deux grandes figures oubliées du cinéma.
Un ouvrage emprunté par hasard à la médiathèque .......
Commenter  J’apprécie          402
Melanie Benjamin, l'auteur des Cygnes de la Cinquième Avenue , continue dans son nouveau roman Hollywood Boulevard, de plonger des personnalités féminines du 7ème art ayant réellement existé, dans la fiction.

Ce roman aux vertus quasi documentaires et joliment féministe de Melanie Benjamin raconte ainsi L'amitié puis le désamour de la scénariste Frances Marion et de l'actrice Mary Pickford, dans un monde du cinéma naissant, où les femmes avaient, on aurait tendance à l'oublier aujourd'hui, le premier rôle.

Ainsi ,Mary Pickford et Frances Marion. les héroïnes d"Hollywood Boulevard "ont profondément marqué le cinéma en noir et blanc.

Frances Marion, célèbre scénariste deux fois oscarisée (en 1930 pour The Big House, de George W. Hill, et en 1932 pour The Champ, de King Vidor)partage ici la vedette avec celle qui ­devint son amie en 1915 et fut comme elle une ­authentique pionnière du septième art : Mary Pickford.

Cette dernière, surnommée « la petite fiancée de l'Amérique », sans doute la toute première star hollywoodienne, dont le visage d'ange, les moues enfantines et les boucles blondes cachaient mal féroce désir d'indépendance, fut notamment, dès 1919, avec Chaplin, Douglas Fairbanks et D. W. Griffith, à l'origine de la création de la société de production et de distribution United Artists.

On apprend dans le roman de Benjamin à quel point l'actrice et la scénariste formait un duo inaltérable, car les duex femmes ne se quittaient pas.

Grâce à Pickford qui s'occupait de tout, la comédienne joua des rôles d' éternelle ingénue,mais n'arriva pas à se renouveler, en voulut à Frances, s'enfonça dans l'alcool et le ressentiment.

Melanie Benjamin dresse autour de ces héroines un portrait d'époque passionnant avec des seconds rôles somptueux :

qui passent dans l'histoire, Fairbanks, Chaplin et Griffith , Cecil B. DeMille,…

Concentrant sa fiction sur l'amitié qui unissait les deux femmes, sur la passion qu'elles partageaient pour ce nouvel art balbutiant, sur leur collaboration fructueuse, et plus tard sur leur éloignement progressif

Outre les évolutions formelles qu'il retrace, Melanie Benjamin pointe du doigt le machisme qui règne dans les studios, tandis que femmes qui luttaient avec leur plastique ou leur talent et à partir du moment une industrie hautement rentable — sur laquelle le capitalisme patriarcal s'empressa alors de mettre la main pour y imposer ses lois, dictées tant par le machisme que par le souci du profit.

Bref, Un livre bien plus profond qu'il en a l'air..
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          190
Ce billet aura la même saveur que celle laissée par le roman: vous le trouverez sans doute vite lu, j'espère pas désagréable, légèrement informatif et finalement peu roboratif.
Je dis roboratif car ce livre est symptomatique de mes fustrations en littérature: ne pas avoir assez à bouffer. Mais de quoi ai-je vraiment faim? Faim d'être surpris, dérangé, provoqué, titillé par une esthétique de la forme, de l'écriture, et un fond bien senti? Une littérature dite plus légère aura toutes les chances de me laisser sur ma faim une fois le livre refermé. La seule réflexion (malheureusement annexe) que je retire de cette lecture est celle-ci: ne serais-je au final qu'un merdique petit snob???

Ceci étant dit, pourrais-je moins me regarder le nombril et parler du roman en question, vous dites-vous? Certes. J'y viens.

Hollywood Boulevard est le récit romancé d'une veritable amitié entre deux femmes qui ont marqué les débuts du cinéma : Mary Pickford à la blondeur bouclée, une des premières stars du muet et un temps la plus grande, et Frances Marion, éblouie par cette nouvelle industrie et future scénariste doublement oscarisée. Amitié renforcée par leur solidarité dans ce monde d'hommes, mais qui sera mise à mal par les rivalités et le temps qui passe.

Passent en arrière-plan les figures de Chaplin, Griffith, Fairbanks, de Mille, Lillian Gish...
Les tournages, projections, scandales, fêtes, s'enchaînent et s'enfilent comme des perles, jusqu'à la Grande Guerre et l'arrivée du parlant. le survol de cette époque, pour peu qu'on s'y intéresse, livre quelques informations sur les méthodes de travail et, déjà, les stratégies commerciales du cinéma US. La relecture féministe se coule facilement dans les parcours individuels.

Mais Mary se sort difficilement de son rôle de diva égoïste et envieuse, l'oie blanche et dévouée Frances ne déssillera les yeux sur le monde que lors de son passage éclair sur le front.
Le récit file droit, au gré des péripéties de cette relation de travail et d'amitié, puis des deux destins en parallèle. Balisé, avec ses codes romanesques respectés. Mais point de nouveauté, de subversion de ces codes, au risque de la répétition. Et on sent poindre l'ennui au loin, ou le risque d'une lecture "désinvestie". On cherche une transcendance ou une complexité, mais les trajectoires ne souffrent pas de digressions.

Le travail de documentation sur cette époque est à saluer, mais le professionnalisme de l'auteur m'avait déjà séduit sur ce point avec Les Cygnes de la Cinquième Avenue, autrement plus poignant, captivant et délicatement tourné.

Au final, rendez-vous manqué pour moi, alors qu' il y avait matière à faire un roman passionnant sur cette époque. Sur le même thème, peut-être que l'inachevé Dernier Nabab de Fitzgerald me donnera un peu plus de matière à digérer...
Commenter  J’apprécie          122
C'est l'histoire romancée de deux femmes qui ont réellement existé : Mary Pickord, star du cinéma muet, et Frances Marion, scénariste à Hollywood. C'est l'histoire de leur amitié, avec ses hauts et ses bas, avec en toile de fond la naissance de Hollywood, depuis ses débuts chaotiques où les tournages se faisaient dans la rue jusqu'à la fin des années 30 avec l'avènement du cinéma parlant. C'est l'histoire de deux femmes dans un milieu d'hommes, de leurs combats, de leurs amours, des drames qui traversent leur vie.

C'est aussi l'amour du cinéma. Comme elles, nous ressentons l'euphorie des premières années quand tout est à créer, quand tout semble possible. Devant nos yeux éblouis, défilent de grands noms du cinéma : Charlie Chaplin, Douglas Fairbanks, Cecil B. DeMille, Lilian Gish, Anita Loos, et bien d'autres encore. Nous suivons nos deux héroïnes à travers les grands bouleversements qui vont modifier le cinéma à jamais : Naissance d'une nation de D. W. Griffith, qu'on peut considérer comme le premier « long métrage » du cinéma avec ses 10 bobines (même s'il fait polémique de nos jours, il est apparu comme une révolution à l'époque), la guerre de 14-18 qui, si elle permet à Frances de rencontrer son futur mari, Fred Thomson, bouleverse la société et par contrecoup le cinéma, les premières stars, l'avènement du cinéma parlant, etc.

Mais l'industrie du cinéma n'est pas que strass et paillettes, au contraire, et il est difficile pour une femme d'y travailler et encore plus d'y réussir. Il est si facile de se faire broyer par la toute-puissance des studios. Et quand elle n'est pas confrontée au sexisme ou à la promotion canapé, il lui faut lutter pour rester au sommet car, aussi adulée soit-elle, l'amour du public peut disparaître du jour au lendemain.

Le tour de force de l'auteur, à mon avis, en plus d'avoir su recréer l'atmosphère de Hollywood, est d'arriver à nous faire ressentir les mêmes émotions que les deux héroïnes : excitation, joie, peur, tristesse... En particulier, lorsque Frances, correspondante de guerre en 1918, évoque la guerre, ou lorsque Mary fait face à ses démons, à sa peur de perdre l'amour du public.
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (3)
LaPresse
07 août 2018
Le seul défaut de ce roman, ce sont plusieurs passages à l'eau de rose ou chargés d'hésitations quand les deux principaux personnages, surtout Pickford, n'arrivent pas à se brancher. Malgré cela, nous l'avons quitté avec beaucoup de regrets, tant il repose sur un socle solide.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Un superbe roman qui relate noir sur blanc l’histoire de deux femmes qui ont marqué le cinéma en noir et blanc.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LeFigaro
11 avril 2018
Melanie Benjamin nous fait vivre la naissance de l'industrie cinématographique en Californie à travers l'amitié de deux femmes hors normes.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
" Tout le monde se la jouait Hollywood!
Maintenant que nous savions que notre industrie n'allait pas disparaître , nous nous enracinions , dépensant l'argent que nous n'aurions jamais pu imaginer pouvoir gagner----- certains n'avaient pas assez d'instruction pour compter et c'est à quoi servaient les imprésarios et les conseillers financiers .
Les fils de chauffeur employaient maintenant eux- mêmes des chauffeurs .
Les filles de femmes de chambre avaient maintenant une vingtaine de domestiques .
Les vacances en Europe étaient de rigueur ...." .
Commenter  J’apprécie          241
[ 1914 ]
Je venais de San Francisco, j'y étais née et y avais grandi, et tout le monde m'avait prévenue : à peine aurais-je jeté un coup d'œil à Los Angeles que je ferais demi-tour pour attraper le premier train qui me ramènerait chez moi. " C'est une ville de sauvages, aux mœurs débraillés, une ville de païens !" " Il n'y a pas un seul musée là- bas"
Commenter  J’apprécie          260
" Tu sais comment m'appelle Mr Brady chez World ? Pete. Comme s'il ne pouvait se résoudre à accepter que la personne qui dirige le département des scénarios soit une femme. Il me donne donc un prénom de garçon.
- Oh Fran.
- C'est la raison pour laquelle je m'habille ainsi ." Frances désigna d'un geste son élégante robe du soir. " Il peut bien m'appeler Pete, mais je le laisserai jamais oublier que je suis une femme. Et il ne faut surtout pas renoncer à notre féminité - ce qu'ils veulent , c'est notre esprit, notre cerveau.
Commenter  J’apprécie          160
"Le cinéma. Printemps 1914. "
La première fois que j'avais entendu ce mot , il désignait une catégorie de gens et non pas la succession de "fascinantes images " en mouvement sur un écran.
NOUS NE PRENONS PAS LE CINÉMA, me répétaient , les unes après les autres, les logeuses quand j'étais arrivée à Los Angeles , deux ans auparavant .
" Que voulez - vous dire par le cinéma ? Avais - je demandé déconcertée .
_ Vous savez, ces gens qui courent partout avec des caméras, pour fabriquer des images qui bougent ......
" VOUS N'EN ÊTES PAS, n'est ce pas ? " Question accompagnée d'un air suspicieux ......
Commenter  J’apprécie          60
Tout le monde buvait trop car qui savait de quoi demain serait fait ?
(…) Tout pouvait disparaître du jour au lendemain. N'était ce pas ce que la guerre nous avait appris ?
Commenter  J’apprécie          180

Videos de Melanie Benjamin (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Melanie Benjamin
Attention !!! Nouvel horaire pour l'émission "Le coup de coeur des libraires" sur les Ondes de Sud Radio. Valérie Expert et Gérard Collard vous donnent rendez-vous chaque samedi à 13h30 pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • • Les Effinger de Gabriele Tergit, Nicole Henneberg aux éditions Bourgeois https://www.lagriffenoire.com/les-effinger.html • Ce que je sais de toi de Eric Chacour aux éditions Philippe Rey https://www.lagriffenoire.com/ce-que-je-sais-de-toi.html • Les Enfants du blizzard de Melanie Benjamin et Patricia Barbe-Girault aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/les-enfants-du-blizzard.html • 10, villa Gagliardini de Marie Sizun aux éditions Arléa https://www.lagriffenoire.com/10-villa-gagliardini.html • L'oubliée de Salerne - le roman de Trotula, médecin, sage-femme et féministe du XIe siècle de Henriette Edwige Chardak aux éditions le Passeur https://www.lagriffenoire.com/l-oubliee-de-salerne-le-roman-de-trotula-medecin-sage-femme-et-feministe-du-xie-siecle.html • Traversée du feu de Jean-Philippe Blondel aux éditions L'Iconoclaste https://www.lagriffenoire.com/traversee-du-feu.html • La Moisson des innocents: Les enquêtes du généalogiste de Dan Waddell et Jean-rené Dastugue aux éditions Babel Noir https://www.lagriffenoire.com/la-moisson-des-innocents-babel-noir-les-enquetes-du-genealogiste.html • À prendre ou à laisser de Lionel Shriver et Catherine Gibert aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/194341-a-prendre-ou-a-laisser.html • Grands diplomates: Les maîtres des relations internationales de Mazarin à nos jours. de Hubert Vedrine et Collectif aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/grands-diplomates-les-maitres-des-relations-internationales-de-mazarin-a-nos-jours.html • La trilogie de Corfou: Intégrale de Gerald Durrell, Cécile Arnaud aux éditions de la Table Ronde https://www.lagriffenoire.com/la-trilogie-de-corfou-integrale.html • Un éclat d'or et de solitude de Sarah McCoy et Anath Riveline aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/un-eclat-d-or-et-de-solitude.html • Les Mystères de Paris 1/4 de Eugène Sue aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/les-mysteres-de-paris-tome-1.html • Les Mystères de Paris 2/4 de Eugène Sue aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/les-mysteres-de-paris-tome-2-la-maison-de-la-rue-du-temple.html •
+ Lire la suite
autres livres classés : cinéma muetVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (144) Voir plus



Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
7021 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..