AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Hélène Collon (Traducteur)Dave McKean (Illustrateur)
EAN : 9782226140197
160 pages
Éditeur : Albin Michel (03/01/2003)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 928 notes)
Résumé :
Coraline vient de déménager et découvre son environnement, une étrange maison qu'elle et ses parents partagent avec des voisins peu communs: deux anciennes actrices et un vieux toqué éleveur de souris savantes. "Je suis une exploratrice !", clame Coraline. Gare pourtant : derrière la porte condamnée, un monde magique et effrayant l'attend. Attention, grand frisson.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (190) Voir plus Ajouter une critique
fnitter
  14 mars 2014
Un conte fantastique pour enfant, exclusivement ?
Une nouvelle multi primée (British science-fiction, hugo et nebula du court roman, brian stoker et locus du roman jeunesse).

Coraline, une petite jeune fille hardie, est une exploratrice née. Dans sa nouvelle maison, aux voisins un peu bizarres, elle découvre un passage. Derrière une porte, un autre monde l'attend. Où une chose, qui se veut son autre mère, va tout faire pour la garder près d'elle. Mais c'est sans compter sur la débrouillardise et l'esprit aventureux d'une petite gamine qui ne s'en laisse pas compter.

Ce n'est pas de l'autre côté du miroir (les références à Alice sont nombreuses, assumées et mises en avant un peu par tout le monde) mais de l'autre côté de la porte que se passe l'aventure.
Une aventure à partir de 10 ans, sans doute, mais interdite au plus de 13... Une histoire qui fera probablement frissonner vos jeunes enfants et peut être même cauchemarder (faut assumer), mais qui fera doucement rigoler les plus âgés nourris aux horreurs télévisuelles bien plus glauques que ce charmant récit.
Cela se lit très facilement, trop facilement ? trop vite.

A tout prendre, je préfère encore du même auteur, L'étrange vie de Nobody Owens et pour les adultes : American Gods.
Je ne suis probablement pas le bon public pour ce genre de littérature.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9811
djdri25
  10 novembre 2020
Ce joli conte pour la jeunesse narre les aventures de Coraline qui emménage avec ses parents dans une nouvelle maison étrange. Elle fait la connaissance de ses vieux voisins excentriques. Mais sans ami de son âge, elle s'ennuie. Un jour qu'elle se retrouve seule chez elle, lui vient l'idée d'explorer le salon dont l'accès lui est interdit et dans lequel se trouve une porte qui mène à un appartement identique au sien ; une sorte de monde parallèle, de l'autre côté du monde ou du miroir.
Elle fait ainsi la rencontre de créatures insolites et de deux personnages qui ressemblent à ses parents souhaitant la retenir chez eux, ils l'attendaient depuis si longtemps... de retour chez elle, ses vrais parents ont disparu. Déterminée, elle retourne alors dans l'autre monde qui l'effraie pourtant pour les retrouver.
On suit Coraline dans cet univers imaginaire où elle vit de drôles d'aventures ; la magie, l'illusion et l'imaginaire le disputent à l'étrange, à l'angoisse, au mystère et à l'onirisme. Ce conte fantastique n'est pas sans rappeler dans certaines scènes, Alice au pays des merveilles ou de l'Autre côté du miroir voire une réécriture du conte en version modernisée, l'univers de Tim Burton aussi en version cinématographique.
Ce récit très inventif, bien mené, bien écrit n'est pas dénué d'humour, de poésie et d'actions. Je ne suis pas étonnée qu'il rencontre du succès auprès de la jeunesse. Plus jeune, il m'aurait beaucoup plu, d'autant plus que la couverture est attrayante, le graphisme est beau. Il peut être un joli cadeau de Noël.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          480
Anais90
  13 janvier 2021
Coraline, une jeune fille dont l'âge n est pas déterminé, vient d emménager avec ses parents dans une grande maison découpée en plusieurs appartements.
Elle explore le jardin dans lequel il y a un puits, rencontre ses deux voisines (des dames âgées qui ont été actrices), son voisin du dessus qu elle surnomme "le toqué" car il prétend posséder des rats qui dansent pour lui, et découvre une porte... Qui mène vers la réplique exacte de son appartement.
Elle y découvre des personnes identiques à ses parents qui lui proposent de faire partie de leur famille...
Divulguer davantage l histoire serait enlever une partie du plaisir de découvrir ce roman jeunesse, qui a l époque avait fait parler de lui, sans que je n en aie entendu parler.
L univers est construit avec brillo. On plonge dans un monde fantastique à coups de comparaisons, métaphores et images impeccable. J'ai beaucoup pensé à l univers de Tim Burton en lisant ce roman. Un chat noir, du brouillard, des rats aux yeux rouges, une chambre rose et vert, des portes vers d autres mondes, des âmes capturées et flottantes...
C était un peu rédigé comme un conte, avec quelques éléments qui ne sont pas sans faire penser à Alice au pays des merveilles.
J ai pensé aussi à la nouvelle de Jeam Molla: "le centre aéré", notamment dans la description des "autres parents".
Le style est simple, parfait pour des adolescents, mais plaisant aussi pour les adultes.
Étant amatrice de Stephen King, je pense être assez immunisée contre les histoires d horreur ou fantastiques, je n ai donc pas eu peur, ni frissonné.
Une belle découverte, qui se lit rapidement !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          477
MllePeregrine
  28 novembre 2011
Coup de coeur!
J'ai été amenée à lire Coraline dans le cadre d'un défi lecture avec des collégiens, j'ai été très agréablement surprise!
Neil Gaiman a une écriture très agréable à lire et l'univers de ce roman, féérique au début, se révèle peu à peu angoissant, puis terrifiant.
L'auteur reprend un thème connu: celui du passage dans un autre monde parallèle. Ici, Coraline, délaissée par ses parents, découvre une petite porte derrière laquelle se trouve une réplique de sa maison, de ses parents, mais en version positive: c'est-à-dire une maison accueillante, des parents attentifs, une mère qui prépare de bons petits plats...
Tout d'abord subjuguée, Coraline y va régulièrement, jusqu'au moment où...chhhuuuttt je ne dévoilerai pas le noeud de l'intrigue à celles ou ceux qui veulent le lire! Tout ce que je peux dire c'est que l'auteur sait transformer le rêve en cauchemar!
Coraline a été adaptée au cinéma en film d'animation mais j'ai en revanche été déçue car l'univers de Neil Gaiman n'y est, à mon goût, pas bien représenté. Des éléments y ont été ajoutés au détriments d'autres moments du livre supprimés.
La version papier est la meilleure!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470
Foxfire
  19 janvier 2021
Si « l'étrange vie de Nobody Owens » était un hommage au « livre de la jungle », « Coraline » est quant à lui un hommage à « Alice au pays des merveilles ». Gaiman semble aimer visiter l'imaginaire enfantin. le résultat est plaisant mais ne m'a pas totalement enthousiasmée.
Il y a incontestablement une atmosphère, une ambiance particulière dans « Coraline ». Je trouve ça audacieux et intéressant d'adopter, dans un récit destiné à la jeunesse, une tonalité sombre qui joue sur le bizarre et l'angoisse, qui peut même provoquer parfois un certain malaise. « Coraline » est un conte horrifique, il peut faire flipper le jeune lecteur.
Si « Coraline » est un conte horrifique, un voyage au pays du cauchemar, il se lit bien comme un conte. Comme lorsque je lis un conte, j'ai ressenti comme une distance avec le récit. Pas d'identification, pas de véritable immersion, pas vraiment d'empathie pour le personnage, je reste toujours un peu spectatrice des contes. Si cette distance ne me gêne pas lorsque je lis un conte c'est en grande partie parce qu'un conte est bref. « Coraline » m'a paru un peu longuet malgré ses 150 pages et aurait mérité d'être plus court, à l'image d'un conte classique. du coup, cette distance et ce manque d'immersion ont fini par me lasser un peu.
De ce que j'ai pu en lire, Gaiman est un auteur que j'apprécie mais ce « Coraline » ne se hissera pas parmi mes préférés de l'auteur. Au rayon jeunesse, j'ai préféré « Nobody Owens », plus prenant et plus abouti, « par bonheur le lait », inventif et plus drôle, et hors jeunesse « la mythologie viking », mais là c'est le thème qui me séduit plus.
Cette lecture ne m'a pas fâchée avec Gaiman, j'ai d'autres romans de lui dans ma PAL et je compte bien les lire un jour. « Coraline » est un roman sympathique et de bonne facture même si mon enthousiasme est mesuré.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          433

Citations et extraits (62) Voir plus Ajouter une citation
seshat123seshat123   18 décembre 2012
Ici, la forêt s'étendait plus loin ; mais plus on avançait, plus les arbres étaient rudimentaires, pour finir par ne plus ressembler du tout à des arbres.
Bientôt ils devinrent approximatifs, à peine une vague idée de ce que doit être un arbre : un tronc gris-brun en bas, et, en haut, un barbouillage verdâtre tenant lieu de feuilles.
Peut-être que l'autre mère ne s'intéressait-elle pas beaucoup aux arbres ; ou alors, elle ne s'était pas donné la peine de façonner correctement cette partie de la propriété parce que personne ne s'était jamais aventuré aussi loin.
Coraline continua à marcher.
Alors la brume apparut.
Ce n'était pas une brume humide, comme la brume ou le brouillard normaux. Et elle n'était ni tiède ni froide. En fait, Coraline avait la sensation d'avancer dans le néant.
« Je suis une exploratrice, songea-t-elle. Et il faut que je m'en aille d'ici par tous les moyens. Alors je continue à avancer. »
Autour d'elle il n'y avait plus qu'un vaste rien du tout, comme une feuille de papier vierge ou une très, très grande pièce vide toute blanche. Ni température, ni odeur, ni texture, ni goût – rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
ShaarillaShaarilla   15 mai 2010
"Police, j'écoute, fit une voix d'homme assez bourrue.
- Bonsoir. Je m'appelle Coraline Jones.
- Tu ne crois pas que tu devrais être au lit, à l'heure qu'il est, jeune fille ?
- Peut-être, répondit Coraline, qui n'allait pas se laisser si facilement distraire, mais j'appelle pour signaler un crime.
- Tiens donc. Et de quelle nature ?
- Un kidnapping. Mes parents ont été emmenés de force dans un monde qui se trouve de l'autre côté du miroir du couloir.
- Et tu sais pas qui ?" A sa voix, Coraline devnina que l'agent de police souriait. Elle fit son possible pour s'exprimer comme une grande personne, dans l'espoir qu'il la prendrait enfin au sérieux.
"Je crois que c'est mon autre mère qui les retient tous les deux prisonniers. Il se peut qu'elle veuille les garder pour leur coudre des boutons à la place des yeux, ou simplement pour m'attirer dans ses griffes. Je ne sais pas très bien.
- Je vois. Ses redoutables serres crochues, c'est ça ? Hmmm... Tu sais ce que je te propose, moi, Coraline Jones ?
- Non, quoi ?
- Tu vas demander à ta maman de te préparer une grande tasse de bon chocolat bien chaud, puis de te faire un gros câlin. Rien de tel que le chocolat chaud et les câlins pour faire fuir les cauchemars. Et si elle fait mine de te gronder parce que tu la réveilles en pleine nuit, dis-lui que c'est un ordre de l'agent de police." Il parlait d'une voix grave aux accents rassurants.
Mais Coraline n'était pas rassurée pour autant.
"Je lui dirai quand je la reverrai", dit-elle avant de raccrocher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Zazette97Zazette97   13 octobre 2009
Le chat s'arrêta, puis s'assit et, pensif, entreprit de faire sa toilette, sans paraître conscient de la présence de Coraline.
" On...pourrait être amis, tu sais, reprit-elle.
Ouais...et on pourrait aussi être des spécimens rares appartenant à une espèce peu commune d'éléphants danseurs originaires d'Afrique. Sauf que ce n'est pas le cas. Du moins en ce qui me concerne", ajouta-t-il toutes griffes dehors.
Coraline soupira.
" S'il te plaît...Comment t'appelles-tu? Moi c'est Coraline."
Le chat bâilla sans se presser, voire avec application, en dévoilant une bouche et une langue extraordinairement roses. "Un chat, ça n'a pas de nom, répondit-il enfin.
- Ah bon?
- Non. C'est bon pour vous autres, les noms. Parce que vous ne savez pas qui vous êtes. Mais nous, nous le savons; alors nous n'en avons pas besoin."
Coraline trouvait ce chat d'un égocentrisme énervant. A l'entendre, il était le seul être au monde qui ait de l'importance. p.38
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
fnitterfnitter   15 mars 2014
Certains prétendent que cette tendance, chez les chats, à jouer avec leur proie est en réalité une preuve de compassion : après tout, cela permet de temps en temps à notre amusant petit casse-croûte de s'enfuir. Ça t'arrive souvent à toi, que ton dîner s'échappe ?
Commenter  J’apprécie          555
fnitterfnitter   15 mars 2014
Si les contes de fées sont plus vrais que vrais, ce n'est pas parce qu'ils disent que les dragons existent, mais parce qu'ils disent que les dragons peuvent être vaincus.
G.K Chesterton
Commenter  J’apprécie          763

Videos de Neil Gaiman (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Neil Gaiman
"La mythologie Viking" de Neil Gaiman lu par Julien Chatelet I Livre audio
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

CORALINE : son identité

Coraline est :

une adulte
une ado
un bébé
une enfant

4 questions
51 lecteurs ont répondu
Thème : Coraline de Neil GaimanCréer un quiz sur ce livre

.. ..