AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782080235282
128 pages
Flammarion (05/05/2021)
2.83/5   9 notes
Résumé :
« Les enfants ne savent pas se venger de l’injure que le monde leur fait. »

Est-ce en racontant leur histoire que la narratrice de ce livre saura leur faire justice ? Cette femme de cinquante ans s’est occupée d’Alias, le fils de ses voisins et amis, depuis toujours. Le couple s’est rapidement séparé et, quand l’enfant a eu dix ans, il a révélé les sévices physiques et psychologiques que sa mère lui faisait subir. S’ensuivent des plaintes, une enquête... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  28 mars 2022
«  Les enfants ne savent pas se venger de l'injure que le monde leur fait ».
«  Ce n'est pas sans raison que la JUSTICE qu'est représentée avec un bandeau sur les yeux .
Elle ne voit rien .
Et personne n'a jamais dit qu'elle était intelligente .La seule vérité fiable dans la JUSTICE c'est L'ERREUR » .
Deux extraits de ce livre puissant , plus un documentaire qu'un roman à mon sens , il nous conte l'histoire d'un petit garçon de dix ans ,Alias violenté , battu par sa mère dite «  Chouchou » , le voisin de la narratrice , amie du couple . .
Elle s'est occupée depuis toujours d'Alias qui révèle les sévices physiques et psychologiques que sa mère lui faisait subir .
S'ensuivent des plaintes, une enquête , un dossier qui atterrit à la Protection de l'Enfance .
Cette institution va faire vivre l'enfer à Alias , le lecteur assiste à son naufrage , ses souffrances , la non reconnaissance de sa parole , les services de la Protection de l'Enfance via le témoignage d'autres parents nient la réalité ,..
Ce texte dévoile une réalité insoutenable, insoupçonnable , criante, révoltante .
Comment imaginer que des institutions censées protéger l'enfant puissent ravager sa vie ?
Comment imaginer que ces «  assistantes » recrutées n'importe comment, mal formées, inaptes , puissent gagner des primes lorsqu'elles placent ces malheureux enfants meurtris dans des foyers? .
C'est un récit glaçant , une véritable descente aux enfers , au mépris de toute humanité.
J'ai été dégoûtée, révoltée , et dire que l'on m'a prêté ce livre!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          385
zabeth55
  10 octobre 2022
Alias, c'est le surnom que donne la narratrice à un petit garçon de 10 ans.
Elle s'est beaucoup occupée de ce petit garçon en tant que voisine et amie.
Un fort lien les unit.
Mais voilà, les parents séparés, l'enfant est battu par sa mère lorsqu'il est sous sa garde.
S'ensuit alors un interminable parcours du combattant avec les service sociaux.
Plus qu'un roman, c'est un témoignage.
Un témoignage glaçant sur la réalité du sort des jeunes placés sous le sort de la Protection de l'enfance.
J'ai vu une fois un film suivi d'un débat sur le sujet et je me souviens encore du cri d'impuissance et de révolte d'un éducateur qui implorait que le système change.
Des promesses ont été faites, mais ont-elles été suivies d'effet ?
J'avais été glacée et indignée à l'époque comme je le suis après la lecture de ce livre.
Bravo à Claire Gallois d'avoir tenté de reprendre le débat.
L'AEMO (Aide Educative en Milieu Ouvert) a ses limites, ses défaillances, ses injustices et beaucoup d'incompétences.
Du personnel à peine formé, des primes au placement incompréhensibles.....
Que de travail il reste à faire
Que d''améliorations à apporter
Que d'enfants victimes de maltraitances, puis d'un système inefficace.
Que de vies gâchées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
AnneClaire29
  01 septembre 2021
Ce roman se rapproche plus d'un témoignage. Nous découvrons de manière peu poussé l'enfer que peuvent faire vivre les services de la protection de l'enfance aux parents. le parti pris de faire confiance en la parole de la mère même quand c'est cette dernière qui est accusée de mauvais traitement. le père et la parole de l'enfant n'est pas écouté et encore moins les plaintes déposées auprès des services de polices. Pire l'enfant n'est qu'un menteur manipuler par un tiers.
C'est à travers les yeux de la narratrice que nous découvrons l'histoire d'Alias, un enfant brimé et battu par sa mère. Elle nous raconte le naufrage de cet enfant qui essaie tant bien que mal de continuer à vivre auprès de son père malgré les rencontres imposées par les services de la protection de l'enfance.
Ce court roman se lit rapidement. Cependant, l'écriture et la syntaxe a heurté plus d'un fois ma lecture. Je butais sur des phrases ou tournures qui m'ont rendu la lecture peu agréable. Et je trouve que l'on reste trop en surface de ce qui est évoqué. le récit mêle l'histoire d'Alias mais aussi celle de la narratrice, et le mélange des deux dans un même paragraphe ne fonctionne pas. Ce qui rend parfois des passages confus. Dommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
leslivresmapassion
  14 février 2022
Avec son roman CLAIRE GALLOIS rend justice à tous ceux qui ont vu leur vie détruite par le service de la protection de l'enfance. A l'image d'Alias,10 ans, le petit voisin de la narratrice qui est violenté par sa mère mais que personne ne croit.
Ce texte a le mérite de lever le voile sur une réalité hallucinante et insoupçonnable. Comment imaginer que des institutions censées protéger les enfants puissent ravager leur vie? Et que des assistantes gagnent des primes quand elles les placent ?
Malgré une plume à laquelle je n'ai pas du tout accroché, CLAIRE GALLOIS signe un court roman qui m'a retourné le coeur.
Commenter  J’apprécie          60
jordan__
  11 mai 2021
Une femme raconte l'histoire d'Alias, un garçon victime des sévices de sa mère. Vu le sujet, on peut s'attendre à être bouleversé.e. Bah nada. L'auteure a complètement oublié de nous transmettre quoi que ce soit, si ce n'est dénoncer un système pourri.
Mouais. Vite oubliable.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   21 mai 2021
Alias est un prénom mystérieux. La plupart du temps, on est bien incapable de deviner lequel est la vraie personne. Cela peut être aussi un nom de guerre. Ou encore, un nom de domaine, une façon de dire « autrement ». Alias ne pouvait pas m’appartenir. On ne possède pas un enfant comme un capital. C’est pourquoi je l’ai baptisé ainsi. Alias n’est pas le nom sur le livret de famille du petit garçon que j’ai rencontré et aimé. Il existe un risque incontournable au fait d’aimer : le fait d’être incompris, le fait d’échouer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   21 mai 2021
Petit Alias qui allait devenir grand… On l’avait relâché le lendemain. Diagnostic psychiatrique : il ne s’agissait pas d’une tentative de suicide mais d’une panique incontrôlée à l’idée de voir sa mère. Il était sorti de là hagard, amer. En vingt-quatre heures, il ne s’était pas permis de fermer les yeux une minute. Il avait vu une petite fille anorexique se faire gaver par une sonde. Un ado qui se tapait le front contre le mur être ceinturé par une blouse blanche et emmené à l’isolement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   21 mai 2021
« Tu comprends, il faut vivre sa vie à fond, j’ai commandé à la carte ce qu’il y avait de plus cher. » Elle parlait avec empressement, elle riait, ses cheveux dansaient, elle agitait les mains, il était génial, cet homme, et il gardait son mystère, elle ne comprenait pas tout, je pourrais peut-être lui expliquer ? Et elle me brandit sous le nez son foutu iPhone pour me montrer le texto qu’il lui avait envoyé après le fabuleux dîner : « Vous n’avez pas beaucoup d’intuition… »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   21 mai 2021
Je n’avais jamais pensé à la page blanche, merci Maxime. L’écrire avec Alias devenait une histoire qui serait plus belle, plus tard, dans mon souvenir, que toutes celles que j’aurais vécues. Même s’il s’avérait, un jour, que celle-ci ne signifierait plus grand-chose pour lui. Être émerveillée ou perdue, c’est le tourbillon de la vie. On passe. J’en ai retrouvé plein de petits morceaux, ils me hantent parfois, ou bien me font sourire. Ou bien me serrent le cœur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   21 mai 2021
Je ne suis pas une fan avérée des bébés. Quand j’ai vu Alias pour la première fois, il avait quelques jours. Je ne sais pas ce qui s’est passé. L’amour a tellement de visages. Il a pris aussitôt celui d’Alias. Comment ? Pourquoi ? La réponse m’importe peu. Encore qu’elle m’effleure souvent : où que tu sois, Alias, et même si tu préfères (peut-être) ne plus me revoir, grâce à toi, je ne serai plus jamais seule au monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Claire Gallois (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claire Gallois
Claire Gallois - Et si tu n'existais pas
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus





Quiz Voir plus

La langue française et l'orthographe

Quelle est la bonne orthographe ?

plein-pieds
plein-pied
plain-pied
plin-pied

15 questions
9 lecteurs ont répondu
Thèmes : orthographeCréer un quiz sur ce livre