AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782702141212
224 pages
Calmann-Lévy (18/08/2010)
3.03/5   18 notes
Résumé :
Six mois ont passé depuis la rentrée et Théodore Simonsky, obscur professeur vacataire, n’a encore effectué aucun remplacement ni perçu le moindre salaire. Sa situation est devenue si critique qu’il est prêt à accepter n’importe quelle mission. Or, voilà que Thomas Guérini, un haut fonctionnaire du ministère de l’Éducation nationale, lui propose un poste au collège Verdi dans le XIXe arrondissement. Le climat délétère de ce collège, les exactions des élèves, leurs t... >Voir plus
Que lire après Mon âme au diableVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Un professeur vacataire est nommé dans un des pires lycées qui soit.
Il se voit proposer un improbable marché par un haut fonctionnaire de l'éducation nationale :
tuer la principale du lycée contre l'assurance d'un CDI dans un lycée huppé.
Avec de nombreuses références à des films et à des livres, l'auteur nous propose une histoire à priori loufoque, mais qui en réalité pose de véritables et nombreux problèmes :
éducation à deux vitesses, inégalité des chances, fracture sociale, corruption à tous les niveaux…….
Les personnages et les situations sont outrés et caricaturaux, mais le fond de vérité est bien là et ça fait froid dans le dos.
Un livre qui au premier degré peut faire sourire voire rire, mais qui est d'une grande profondeur et au final bien pessimiste à juste titre.
Commenter  J’apprécie          320
Ce roman bien ficelé est plein d'humour mais révélateur de certains aspects de la crise de l'enseignement. Un professeur au bout du rouleau, qui n'a eu que des remplacements dans des établissements de dernière catégorie, se voit proposer une future carrière dans un lycée prestigieux à la condition de tuer la principale du collège Verdi.
Commenter  J’apprécie          40
En pleine réforme de l'Education, on va sans doute rire jaune en lisant ce polar. Ou : comment on devient prof avec un petit bagage.
A part cette actualité, plaisir de suivre le scénario assez bien ficelé et la chute vraiment bien tournée. Les personnages sont crédibles si l'on admet qu'on est dans la fiction. Mais ...
Commenter  J’apprécie          40
C'est original, comme sujet. Et la chute aussi est originale. Inattendue, je dirai. Mais je ne vais pas la dévoiler sinon, où serait le plaisir de la lecture si la fin est connue !
Commenter  J’apprécie          10
LIVRE RECU EN TEST

Bien des choses sont réelles dans ce court roman qui se lit très vite (l'appel bidon pour protéger les absentéïstes, les cours sabotés par les petits caïds s'ils en décident ainsi, les violences verbales, insultes et autres injures….). L'auteur manifeste une connaissance assez fine de l'Education (...)

la suite sur mon blog
Lien : http://lespassionsdelaura.ov..
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
Beaucoup de professeurs, dit-il, se sentent coupables de ne pas être des Superman pédagogiques. Ils ont tort, ce n'est pas ce qu'on leur demande. C'est même le contraire. Nous vivons à une époque où l'on déteste la culture et l'intelligence, c'est pour cette raison qu'on nous déteste. Les parents craignent que, par notre faute, leurs enfants deviennent intelligents et cultivés. Ils veulent seulement que nous leur apprenions un métier qui leur permettra de gagner leur vie et de la dépenser en télés, matchs de foot et bagnoles. Ils ont trop peur que leurs rejetons, devenus instruits, les prennent pour des cons. Ce qui est souvent le cas.
Commenter  J’apprécie          30
Jamais je n’avais ressenti à ce point l’absurdité de leur dispenser un savoir qui n’appartenait en aucune façon à leur monde. Il aurait fallu tout reprendre à la base. Quelle base, d’ailleurs ? Etaient-ils jamais partis d’aucune base ? Ils avaient vu le jour sur le sable mouvant, dans un univers inintelligible et fuyant. Un univers qu’on ne leur avait jamais expliqué, et l’on prétendait leur apprendre les langues étrangères ! Et l’on demandait à des professeurs de s’en charger !
Commenter  J’apprécie          40
Nous étions dans un collège Potemkine : travail bidon, notes bidon, appréciations bidon. Ces notes, il est vrai, servaient à justifier les redoublements ou les passages dans la classe supérieure, ce que l’on appelait « évictions par le haut ».
Commenter  J’apprécie          50
Pour moi, un professeur, c'est un passeur, il conduit ses élèves vers des rivages dont ils n'ont pas idée. Mais dans les collèges où l'on m'envoie, personne ne monte dans ma barque.
Commenter  J’apprécie          60
Bien que nous fussions seulement en milieu d’après-midi, des prostituées y trainaient déjà. Leur allure me surprit. On aurait dit les survivantes de je ne sais quel désastre. Sans doute celui de leur vie.
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : enseignantsVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (38) Voir plus



Quiz Voir plus

Et s'il faut commencer par les coups de pied au cul

Dans un film de Jim Jarmush, un tout jeune couple d'adolescents se demande : Y a-t-il encore des anarchistes à -------- à part nous ? Peu de chances. Où çà exactement ?

Paterson
Livingston
Harrison
New York

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : anarchie , éducation , cinéma americain , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..