AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2755635983
Éditeur : Hugo et Compagnie (05/10/2017)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 32 notes)
Résumé :
Tout semble sourire à Kyle Broder, jeune éditeur dans une grande maison d’édition new-yorkaise. Lorsque Kyle est contacté par William Lansing, son professeur à l’université, il est ravi et décide de présenter son mentor à sa charmante petite amie, Jamie. À cette occasion William propose à Kyle le manuscrit d’un texte sur lequel il travaille depuis de nombreuses années.
Au départ, Kyle est enchanté à l’idée de le publier, mais après avoir lu quelques pages, il... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
Mavic_lit
  03 novembre 2017
Que dire ? Par où commencer ? Voilà où j'en suis. Mentor de Lee Matthew Goldberg est un livre qui marque. Non par l'action mais par l'angoisse qu'il a réussi à faire dégager de ce livre. Angoisse ? Je dirais même pire parfois. C'est un livre où l'ambiance oppressante et malsaine monte petit à petit pour atteindre un point culminant où vous ne ressortirez pas indemne. J'ai fini ce livre en gardant ce sentiment de malaise qui me suit encore à l'heure où j'écris ces lignes. Je pense qu'à ce stade on peut parler de réel coup de coeur pour ce livre mais aussi pour l'auteur.
Comment une relation entre deux personnes peut devenir toxique pour l'un et comment s'en sortir quand tout le monde vous croit fou ?
C'est la question que je me suis posée pendant une bonne partie de ce livre. Dans Mentor, on retrouve William, professeur d'université et Kyle, jeune éditeur qui vient de rencontrer un franc succès. Ces derniers étaient proches durant les études de Kyle, ce dernier considérant William comme son mentor.
C'est en découvrant son succès dans le journal local que William reprend contact avec Kyle en lui demandant de publier son oeuvre sur lequel il a travaillé pendant 10 ans. Après les retrouvailles vient le temps de lecture… et Kyle n'aime pas du tout ce qu'il lit, et même vous, n'aimerez pas les quelques lignes que l'auteur partage avec nous. de là, Kyle se voit solliciter à de nombreuses reprises par son ancien mentor afin de connaître le verdict de son oeuvre qu'il considère comme parfaite. Il finit par dire que non ce n'est pas possible, que le livre est mal écrit. Et de là… William décide de ruiner la vie de ce qui a été autrefois son élève, afin de se venger de ce refus.
Je reprends un peu ce que dit le résumé sans en dévoiler plus pour que vous vous rendiez compte par vous-même de la perversité de William. Dès ce refus, on sait que ce qui va suivre ne va pas être de tout répit et qu'on va avoir le droit à un homme qui n'accepte pas de ne pas être publié alors qu'il y a passé dix ans. Cela va prendre des proportions assez horribles, notamment lorsque Kyle se rend compte que ce qui est présent dans l'oeuvre de son professeur est tiré de faits réels qui se sont déroulés durant ses études. Et à partir de là, la plus grande difficulté que le lecteur aura, sera celle de lâcher le livre.
Le début est assez soft. On suit la vie de ces deux protagonistes. Alors que l'un continue à enseigner et mène une vie assez monotone avec sa femme, en attente d'un évènement qui pourrait le sortir de sa routine, l'autre vit une vie de rêve notamment depuis qu'il a signé avec une auteure très prometteuse à un prix plus qu'intéressant. Et c'est toute cette publicité autour de cette signature que tout va se déclencher, que le mentor va reprendre contact avec son ancien élève. Les deux sont ravis de se retrouver après tant d'années sans se voir. On en apprend ainsi un peu plus sur ces deux personnages qui ont tous deux une personnalité attirante. Oui, attirante. Alors qu'un séduit son auditoire en donnant ses cours et imposant son autorité naturelle, l'autre est un séducteur né envers toute la gent féminine qu'il côtoie, créant au passage des crises de jalousie avec Jamie avec qui il est depuis 6 mois. Et c'est d'ailleurs ce côté séducteur qui fait son succès en tant qu'éditeur.
En reprenant contact, le passé de Kyle est mis au grand jour, et il se voit obligé d'en révéler plus à sa petite-amie s'il veut la garder. Et William, on pourrait voir en lui un grand-père, un homme bon, secret et qui mérite de voir publier son livre. Mais tout ça, c'est avant de savoir la vérité, avant de découvrir une partie de sa personnalité auquel personne ne s'attend lorsqu'on l'aperçoit pour la première fois.
Et puis vient le temps du refus… et là la vie de Kyle prend un tournant qui aura des conséquences sur sa vie et sur ses relations. Comment faire croire à son entourage que William lui veut du mal alors qu'on lui donnerait le bon Dieu sans confession. C'est là toute la psychologie du livre et ce qui fait que l'on n'arrive pas à décrocher. On assiste à la déchéance de cet éditeur malgré nous, qui aurait voulu ne jamais reprendre contact avec celui qu'il considérait comme son mentor. de plus, incité à continuer ce livre qui n'est que perversion, il va découvrir que derrière toute cette partie macabre se cache encore un plus sombre secret… et quel secret ! de là, Lee Matthew Goldberg, partage avec le lecteur certains passages de Devil's Hopyard, le livre de William. Et accrochez-vous parce qu'il suscite réellement un sentiment de malaise auquel j'ai eu du mal à me défaire et qui me suit encore aujourd'hui.
Sans rentrer dans les détails, le but n'étant pas de vous dévoiler toute l'histoire, il faut que je vous dise à quel point cet auteur est génial. Comme je l'ai souvent dit, je n'aime pas trop quand un thriller manque d'actions ou alors il faut que la partie psychologique l'emporte vraiment pour me faire oublier ce détail. Pour le coup, il a réussi à jouer sur les deux tableaux en mettant réellement l'action à la fin tout en jouant avec nos nerfs tout du long. J'ai pu découvrir un homme prêt à tout pour arriver à ses fins quitte à basculer dans l'extrême et qui a écrit un livre qui en mettrait mal plus d'un.
C'est vraiment l'atmosphère dans laquelle nous plonge l'auteur qui fait que ça se lit tout seul et qu'il y a toujours cette envie « perverse » d'en savoir toujours plus et de comment tout ceci va se terminer. La manière dont William agit sur la vie de Kyle, cet impact négatif qu'il a sur lui, est vraiment dérangeante et pourtant j'en redemande encore. Je ne dois pas être non plus très nette mais c'est vraiment amener d'une façon que j'ai eu du mal à me passer de ce livre et de tout ce qui s'y passe.
La fin est plus entraînante, les scènes s'enchainent nous laissant que peu de répit et augmentant notre stress à un niveau maximum. Et on peut penser qu'une fois le dénouement passé, l'auteur va nous laisser un peu tranquille après nous avoir mis à si rude épreuve… Et bien détrompez-vous…jusqu'aux dernières lignes il jouera avec votre petit coeur et une fois la dernière ligne lue, vous en redemanderez… en tout cas moi j'en redemande !
En bref, un thriller qui joue énormément sur le côté psychologique, qui rend mal à l'aise, que j'ai dévoré par le côté addictif qu'il provoque. Et même si on sait dans les grandes lignes ce qui va se passer entre ces deux protagonistes, le plaisir reste le même. Une alternance des points de vue, entre passé et présent… Préparez-vous à des nuits blanches lorsque vous aurez ce livre entre les mains.

Merci à Babelio et Hugo thriller pour l'envoi de ce livre dans le cadre de la masse critique « mauvais genre ».
Lien : https://unlivretoujours.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
audelagandre
  05 mai 2018
Les éditions Hugo Thriller bastonnent dans le choix des bouquins qu'ils publient.
3 millions 800.000 exemplaires vendus en 2016. Pas mal non, pour une jeune collection ?
La ligne éditoriale est la suivante : littérature populaire et grand public (n'en déplaisent aux bien-pensants qui affirment que seule la littérature dite classique est de qualité), textes qui bousculent, et donnent le plaisir de la lecture. Tout un programme !! Pari tenu, j'en ai lu 6 cette année, tous réussis !
Dans cette maison, se sont de gros consommateurs de séries télé. A la lecture des bouquins qu'ils publient, je ne suis même pas étonnée tellement c'est évident !
Laurent Loison tu connais ? J'ai écrit une petite chronique sur son bouquin dans laquelle j'avais dit qu'il était écrit comme un film d'Olivier Marchal. Ben voilà, on y est!
Le dernier paru ne déroge pas à la règle
Mentor de Lee Matthew Goldberg
C'est pas un auteur français, mais une traduction. Ca n'enlève rien à l'efficacité du bouquin. La 4ème de couverture vante une analogie entre "American pycho" et le "Silence des Agneaux". Personnellement, je ne trouve pas...
C'est bien meilleur au niveau de l'ambiance hyper anxiogène : dès le chapitre 2, tu sais qu'un truc va sévèrement clocher !
Ca se rapproche plutôt de "la vérité sur l'affaire Harry Québert" ou de "jeux de miroirs" mais j'y reviendrai.
Je te raconte un chouïa ??
C'est l'histoire d'un succès : celui d'un agent littéraire, Kyle qui fait signer son premier gros contrat à une nana qui n'a même pas fini d'écrire son bouquin. du coup, il a droit à un article dithyrambique dans la presse avec son nom écrit en gros.
Son ancien professeur d'université, William lit l'article dans le journal, ce qui tombe à pique, puisque justement, lui aussi, ça fait 10 ans qu'il écrit un bouquin. 10 ans, je te raconte pas l'épaisseur du pavé ! Il reprend donc contact avec son ancien élève, mine de rien pour lui proposer de lire son manuscrit. Sauf que le manuscrit est un peu l'oeuvre d'un dingo légèrement frappé du ciboulot qui a des goûts culinaires très spéciaux et des fantasmes de psychopathe en puissance.
Tu te doutes un peu que le manuscrit pourri va finir au fond d'un tiroir mais que le professeur dit le mentor ne l'entend pas de cette oreille.
C'est bien résumé non ? Ca te donne toujours pas envie d'aller l'acheter ?
Ok je continue
C'est quoi un mentor déjà ?
On sort le Larousse :
Désigne une relation interpersonnelle de soutien, une relation d'aide, d'échanges et d'apprentissage, dans laquelle une personne d'expérience, le mentor, offre sa sagesse acquise et son expertise dans le but de favoriser le développement d'une autre personne, le mentoré, qui a des compétences ou des connaissances à acquérir et des objectifs professionnels à atteindre.
C'est donc une relation de subordination
Je suis ton prof, tu es mon élève
Tu mets toute ta confiance en moi, ton mentor
Tu suis ma logique
Tu oublies ton ego,
Tu t'ouvres totalement à moi, je finis par connaitre tous tes secrets et tes failles
C'est exactement de ça dont il s'agit
un prof qui a pris tout l'ascendant sur l'un de ses élèves
et qui l'a aidé quand sa vie d'étudiant a été un peu difficile et qu'il s'est retrouvé dans une situation très délicate
Des années plus tard, il espère que son élève frappé par le succès, lui rende la pareille en publiant son bouquin. Sauf que, c'est toujours le mentor qui est en position de force, lui qui dirige, lui qui commande.
Pour ce faire, il ne recule devant rien ! Des années plus tard, rien n'a finalement changé, la relation de prof à élève est toujours la même.
Le roman pose aussi des questions thématiques intéressantes :
- C'est quoi l'inspiration ? Ca vient comment ?
- La fiction peut-elle devenir réalité ou est-ce la réalité qui engendre la fiction ? (qui de la poule ou de l'oeuf pour schématiser )
- C'est quoi le boulot d'éditeur exactement ?
- Peut-on tout publier pour accroitre sa notoriété ?
Dans un thriller, j'aime tout particulièrement quand :
Il y a des retours en arrière (passé/présent),
Quand la psychologie des personnages est bien travaillée et que la confiance trahie fait vaciller l'édifice de la relation,
Quand on parle d'un bouquin dans le bouquin.
Cerise sur la gâteau : on assiste aussi un jeu de piste qui se poursuit entre l'élève et le mentor, agrémenté de références littéraires.
Si tu as aimé
La vérité sur l'affaire Harry Québert de Joël Dicker (Marcus Goldman est incapable d'écrire son prochain roman, angoisse de la page blanche.Son ancien prof d'université Harry Québert resurgit dans sa vie car il se retrouve accusé de l'assassinat de Nola en 1975, l'une de ses étudiantes avec laquelle il aurait eu une aventure)
ou/et
Jeux de miroirs de Eugen Chirovici (Peter Katz, éditeur, reçoit un manuscrit qui l'intrigue dans lequel l'un des personnages est un professeur qui a été assassiné dans les années 80 et dont le meurtre n'a jamais été élucidé
L'auteur du manuscrit est décédé et Katz embauche alors un journaliste qu'il charge d'enquêter pour relancer et résoudre l'affaire)

Tu vas aimer celui-ci aussi :
C'est satisfait ou remboursé ! ( pardon les éditions Hugo, je m'avance peut-être un peu vite... pour le remboursé, pas pour le succès !)
A découvrir aux éditions Hugo thriller :
- Cyanure : Laurent Loison
- le tricycle rouge : Vincent Hauuy
- Notre petit secret : Roz Nay
- Derrière les portes : B.A Paris
- Disparue : Darcey Bell
- Itinéraire d'une mort annoncée : Fabrice Barbeau



Lien : https://audebouquine.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lespetiteslecturesdemaud
  13 octobre 2017
Autant le dire tout de suite, j'ai été happée du début à la fin par ce thriller mais avec deux états d'esprit très différents dans la première et la seconde partie du roman.

Dans la première partie, je dois bien avouer avoir été happée par l'histoire mais avoir ressenti une légère pointe de déception.
Je m'explique.
L'auteur installe formidablement bien ses personnages, l'ambiance et le foisonnement new-yorkais. En parallèle, on est complétement plongé dans la vie du campus et de ce professeur d'Université William, assez flippant dès le départ, il faut bien le dire.
Kyle, quant à lui est une sorte de golden boy de l'édition new-yorkaise. A l'image de cette ville, c'est bouillant d'énergie et de compétitivité. J'adore cet aspect dans les thrillers et pour avoir été à New York, j'ai toujours trouvé que cette ville se prête formidablement à ce genre littéraire.

L'auteur a donc formidablement posé les bases, on est happé et on tourne les pages sans voir le temps passer.

Mais au bout de 100 à 150 pages, j'avais le désagréable sentiment que tout cet engouement initial allait retomber comme un soufflé et j'avais peur de lire du réchauffé. En effet ; on comprend rapidement que William le professeur est effectivement timbré et très probablement un tueur (même si l'auteur réussit le tour de force de nous laisser toujours subsister le doute…J'adore !) et je trouvais finalement ce personnage très agaçant, très imbu de sa personne et tellement timbré que s'en était évident. Mais il semble que seul Kyle voit clair dans son jeu et pourtant c'est tellement flagrant ! On a envie de secouer les autres personnages et leur dire : oh,oh ouvrez les yeux, ce type est cinglé !
J'avais donc le désagréable sentiment que tout cela à aboutir à une conclusion somme toute assez banale et déjà vu.

Et puis arrive la seconde parte du roman…
Là, Kyle, dont la vie a été ravagée par un William mécontent de ne pas voir son roman publié, quitte New-York et décide de retourner dans la ville de ses études universitaires pour chercher des preuves du meurtre qu'il pense que son mentor a commis plusieurs années auparavant.
Je ne dirai rien de concret sur cette partie afin de ne pas vous spoiler.

Mais mon Dieu que cette seconde parte m'a plu et m'a étonnée.
Je n'avais jamais rien lu de tel !

On se rend compte à quel point ce William est effectivement diabolique et nous mène par le bout du nez depuis le début. Mais aussi et surtout, l'auteur soulève des thèmes intéressants et les traite de manière très originale.

En effet, il est beaucoup question du processus d'écriture et de cette machine implacable qu'est le milieu de l'édition.
Comment l'écrivain trouve-t-il son inspiration ? Se nourrit-il de la réalité pour alimenter la fiction ou est –ce la fiction qui alimente les faits divers ? Comment un auteur pour alimente-t-il sa création : juste par son imagination ou doit il le vivre pour retranscrire ? Quel degré d'horreurs peut-on accepter pour faire « vendre » un livre, le mettre en avant ?
Jusqu'où peut-on aller par ambition ou par volonté de laisser une trace dans l'Histoire ?

Lee Matthew Goldberg nous offre non seulement un jeu diabolique et machiavélique entre ses deux protagonistes mais également des thèmes de fond surprenants, originaux et bien traités.
Il aura vraiment su me tenir en haleine dans une première partie puis me surprendre dans la seconde bien qu'il m'ait fait douter un temps sur l'originalité de ce qu'il allait nous proposer.

Au final je suis vraiment agréablement surprise par ce thriller qui a su me captiver et me faire passer par différents stades émotionnels.
Amateurs de thriller à suspense, de plans machiavélique et petits curieux du monde de l'édition : ce thriller est fait pour vous !

Pour finir, une question secondaire me taraude et je l'adresse à l'auteur, parce que l'alcool est VRAIMENT omniprésent dans ce roman : on picole vraiment autant dans le milieu de l'édition ?! …
Lien : https://www.lespetiteslectur..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AlexianeTh
  26 février 2018
Mentor a été traduit et édité par les éditions Hugo Thriller en France ; il a su faire parler de lui, notamment en étant au coeur d'un mini-concours d'écriture organisé par la plateforme Fyctia et en proposant des exemplaires dédicacés suite à un petit jeu sur la page officielle de sa maison d'édition française. L'auteur est également chaleureux, disponible et disposé à engager la discussion pour ceux capables de tenir l'échange en anglais.
Ce roman aborde un thème pouvant donner de véritables sueurs froides aux éditeurs de tous les jours, un mélange entre Misery de Stephen King, d'Hanibal Lecter, avec un soupçon visuel à la Hitchcock.
Kyle Broder voit sa carrière ainsi que sa réputation décoller lorsqu'il déniche une nouvelle autrice avec de l'or au bout des doigts. le succès est fulgurant et le jeune trentenaire a tout pour réussir sa vie. Un métier qui le passionne malgré quelques collègues qui usent ses nerfs, une petite-amie superbe et talentueuse, un bel appartement… Tout est parfait après un passé sombre et chaotique dont il souhaite s'émanciper. Lorsque son ancien mentor à l'université, William Lansing, frappe à sa porte avec un épais manuscrit sous le bras, Kyle est ravi de pouvoir rembourser sa dette morale en lui promettant de le lire et, peut-être, l'éditer. Il s'attendait à un chef d'oeuvre… il ne se doute pas un instant que sa vie idyllique va virer au cauchemar.
Ce Thriller ne prend pas le parti d'une enquête aux allures d'une chasse au chat et à la souris. Pas de spoils, pas de surprises, tout est déjà dit dans le résumé de la quatrième de couverture : l'ennemi, on le connait (vraiment ?). Pas d'enquête criminelle pour comprendre qui est le coupable. Il est plutôt question de comprendre, de mettre à jour le voile posé et aveuglant, omniprésent. Cette toile dans laquelle se retrouve enchevêtré Kyle.
Il y a cette constante bascule entre psychologie, doute, tension palpable… et le dégoût pour mieux s'identifier au héros qui se retrouve confronté à l'horreur à l'état pur. En outre, ce n'est pas du profilage, mais plutôt cette tentative de compréhension des limbes humaine à échelle commune et modeste ; que ferions-nous à la place de Kyle ? Comment deviner le vrai du faux ? Qui a tort et qui a raison ? Qui est le plus fou ?
le roman se compose en deux tons : celui des protagonistes et celui de Devil's Hopyard, le manuscrit de William Lansing. Une petite mise en abyme qui aide le lecteur a plongé dans l'écoeurement, l'incompréhension, les interrogations. Un petit jeu de piste se met en place, déboussolant le lectorat et le héros. Cette mise en abyme est soutenue par les métaphores, les références littéraires et éditoriales, composant par la même occasion un peu plus le personnage de Kyle Broder.
Il est aussi très intéressant de découvrir le background d'une majorité des personnages : ils sont peaufinés, travaillés et servent chacun l'intrigue. Aucun n'est laissé pour compte ou ne semble bâclé et c'est un point fort du roman.
L'ambiance peut rappeler pour ceux qui connaissent le jeu narratif Heavy Rain, édité par Sony Computer Entertainment et plébiscité par le BAFTA (British Academy Video Games Award). Peut-être que pour les quelques lecteurs fonctionnant beaucoup à l'imaginaire audiovisuel (qui s'imaginent l'histoire comme un film à prise de vue réelle), ils pourront constater à quel point l'univers de Mentor est sombre, angoissant, aux couleurs très peu vives, excepté sans doute lorsque la petite-amie de Kyle entre en scène avec son métier de décoratrice d'intérieur. C'est de là que peut venir cette comparaison avec Heavy Rain avec ce jeu de contrastes, de saturation, de colorimétrie digne d'un vieux polard, mais non moins efficace.
Quant à l'écriture, elle n'a rien de bien complexe. On reconnait la patte des éditions Hugo Thriller dans la traduction. En soi, elle n'a pas besoin d'être difficile, mais incisive, percutante, capable de graver le papier autant que la mémoire du lecteur pour faire mouche.
L'histoire en elle-même n'a pas ce côté chausse-trappe haletant, de pièges à tout-va. Mentor est un récit qui tient en haleine le lecteur qui, lui, est inquiet, s'échine à comprendre ce qui se passe et s'interroge sur la manière dont Kyle Broder va pouvoir s'en sortir (ou pas ?). Quelle sera la chute ? Tragique ? Inespérée ?
le crescendo final peut s'avérer être la meilleure partie de l'intrigue et la conclusion… glaçante.
Un bon Thriller susceptible de rendre une soirée horrifiante.

Lien : http://marmiteauxplumes.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
delphlabibliovore
  06 octobre 2017
" Mentor" vous mène vers un jeu de piste littéraire à la fois angoissant et cauchemardesque. Chaque chapitre met en scène principalement William Lansing et Kyle Broder. C'est un face à face redoutable glissant parfois dans l'horreur et la perversité. Les personnages sont indéniablement maîtres de leurs situations. Qui des deux tire au final sur les ficelles dans cette histoire?
Lee Matthew Goldberg nous narre un récit vertigineux et effrayant. Kyle Broder est un homme très jeune pour qui la réussite fait la une des journaux comme la Gazette. Ce dernier est grand éditeur à New York chez Burke & Burke. Son ancien professeur, William Lansing , l' appelle et lui fait part de son manuscrit intitulé " Devil's Hopyard". Ce livre est un pavé comprenant plus de mille pages et selon William c'est la sortie de l'année.
" Mon roman est vraiment bon, tu sais, Laura. Je veux dire que ... j'ai finalement trouvé la solution à tous ces problèmes dont je t'avais parlé. "
" Non, mon but est beaucoup plus ambitieux que ça. Et le public finira par le voir un jour. "
Son ancien élève décide alors de revoir son professeur en l'invitant chez lui. Après la visite de celui-ci , Kyle lit le livre mais le sujet traité le choque. Non seulement l'écriture est mauvaise et épouvantable mais c'est totalement glauque et horrible.
Comment son professeur si brillant a pu concevoir un tel livre? Kyle ne parviendra pas à lire le manuscrit ce qui va mettre son professeur dans un état de fureur...

A partir de ce moment là, la vie de Kyle et de sa copine va basculer dans les méandres du mal absolu.
L'obsession s'installe et s'intensifie au fil des pages développant ainsi une intrigue à la fois vertigineuse et horrifique.
Lee Matthew Goldberg emmène son lecteur dans une spirale infernale et totalement déjantée. Et si la fiction devient réalité?
Quand je dis que ce roman est un jeu de piste littéraire cela signifie que l'auteur s'inspire de certains auteurs tels que Edgar Allan Poe et Albert Camus.
C'est un jeu machiavélique entre l' élève et le professeur abordant les thèmes de la jalousie, la réussite mais aussi l'ambition.
" Ne voyez pas ça comme une punition, mais comme une chance qui vous est offerte. Ce livre va propulser votre carrière vers de nouveaux sommets. Croyez-moi. "
Les protagonistes sont caractérisés de façon très sombre et parfois pathétique à mon goût.
" Mentor" est une lecture qui accroche très vite le lecteur; l'ambiance qui se dégage me fait beaucoup penser au film Hannibal Lecteur.
Si l'auteur n'est qu' à son premier coup d'essai, Lee Matthew Goldberg maîtrise parfaitement les codes du thriller. J'espère que son prochain sera à la hauteur de ce titre.
Même si au début l'intrigue est longue à démarrer, " Mentor" arrive à maintenir en éveil jusqu' au dénouement.
" Mentor" est un thriller psychologique d'une grande efficacité. C'est totalement maîtrisé et assurément réussi jusqu' au bout.

Lien : http://delphlabibliovore.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
lenoir_emilie_72lenoir_emilie_72   06 octobre 2017
" J'avais l'intention d'écrire le journal d'un fou. Mais je veux aussi qu'au cours du livre, le lecteur en arrive à comprendre sa folie et à s'identifier à ses conflits intérieurs. Parce que nous sommes tous un peu fous, non ? Nous sommes tous si près de la fêlure. Nous risquons tous de vouloir réaliser nos fantasmes les plus pervers. Mais nous n'osons pas, par peur d'être condamnés par la société.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lenoir_emilie_72lenoir_emilie_72   06 octobre 2017
"oui mais la fiction est le miroir de la réalité, répondit-il. Et c'est ce qui est tellement tordu dans le livre de William. C'est que ça sonne vrai."
Commenter  J’apprécie          10
lenoir_emilie_72lenoir_emilie_72   06 octobre 2017
C'est facile parfois de croire à quelque chose quand on se répète sans cesse que c'est la réalité.
Commenter  J’apprécie          20
lenoir_emilie_72lenoir_emilie_72   06 octobre 2017
Il se sentait gagné par une indéfinissable mélancolie, l'idée qu'il arrivait au bout l'effrayait. Il s'imagina que tous les romanciers devaient faire face à ce problème à un moment ou à un autre: le désir de développer encore le roman pour ne pas avoir à dire adieu à ses personnages.
Commenter  J’apprécie          00
Video de Lee Matthew Goldberg (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lee Matthew Goldberg
Lee Matthew Goldberg vous invite à participer à un flash-concours sur Fyctia autour de son thriller "Mentor".
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1368 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre