AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782020543002
871 pages
Éditeur : Seuil (17/04/2002)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 52 notes)
Résumé :
Après«Les pays lointains», le lecteur retrouve Elizabeth, restée seule avec son fils...

Elizabeth aime trop les beaux hommes. Elle ne peut rien leur refuser, et elle veut protéger l'avenir de son fils Ned, son trésor de quatre ans. Amoureux fougueux, Billy, son cousin, offre à la jeune femme un second mariage. Pour combien de temps ? La guerre de Sécession gronde aux portes de Savannah, dans ce deuxième tome de la saga sudiste inaugurée par Les Pays l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
le-mange-livres
  27 avril 2015
Evidemment, le livre n'est pas forcément d'un abord très facile.
Premièrement, il s'agit d'un "tome 2", puisque pour suivre tout à fait les subtilités du récit, mieux vaut avoir lu le premier opus de la série, Les Pays lointains ... d'autant que M. Green ne se fatigue pas à des rappels du genre "si vous avez manqué le début". Donc, de la continuité si possible, et un minimum de concentration sont nécessaires.
C'est ensuite un véritable pavé, un roman-fleuve aux allures de forteresse puisqu'on va allègrement chercher dans les 866 pages pour cette édition. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'avais emmené Les Etoiles pour mes longues de train de cet été. Mais c'est un livre d'une lecture très fluide, très sobre et presque austère.
Enfin, c'est une sorte de saga, un style qui ne fait pas forcément le bonheur de tout lecteur. le rebondissement esr fréquent, les chapitres cependant sont relativement courts, même s'il ne "se passe" pas forcément quelquechose. Derrière la succession des évènements qui s'enchaînent plus ou moins rapidement, il faut voir un superbe portrait de femme d'une complexité inouïe.
Mais quelle ambiance ! le Vieux Sud où le récit se déroule au tout début de la Guerre de Sécession est coloré et sensuel, c'est le Sud des magnolias et du laudanum, des galanteries et des trahisons, des grands rêves et des espoirs brisés. le souffle romanesque de Julien Green est toujours spectaculaire, et on apprécie le fait qu'Elizabeth, l'héroïne du premier tome ait enfin grandi et gagné en maturité. On est toujours fasciné par le rythme presque feuilletonesque que garde le roman malgré son poids et son épaisseur.
Pour les initiés : Billy fait un retour fracassant ; Annabel refait surface, et elle a des révélations à faire ; Jonathan ressurgit lui aussi d'une manière assez inquiétante dans le regard d'un enfant ; on apprend enfin ce qui s'est passé à Haïti pendant la Révolution et Miss Llewelyn joue un rôle plus important que prévu ; Savannah est plus élégante que jamais, mais enfin le tumulte de la guerre n'est plus si loin.
Bref, je suis irrémédiablement conquise, et je me suis délectée ! Je découvre en outre avec bonheur qu'il existe un troisième tome (Dixie), sur lequel je vais rapidement me précipiter.
Lien : http://le-mange-livres.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Yi
  18 novembre 2015

Dans cette suite des Pays lointains, on retrouve Elizabeth veuve.
Et on assiste à l'évolution d'une personnalité qui n'en finit pas d'évoluer.
Apres les événements tragiques des pays lointains, la jeune veuve tente de se reconstruire malgré le malheur qui l'a frappé. Est mis alors en avant, une relation troublante entre l'héroïne
et son fils de 4 ans.
Le processus de deuil, permet de confirmer qu'Elisabeth est une héroïne qui sort des sentiers battus. Elle me rappelle un peu Caroline de Caroline chérie (Jacques Laurent).
Légère, pas très maligne mais d'un caractère entier.
(un uniforme la fait se pâmer, un homme qui ne correspond pas à ses critères physiques ne vaut pas la peine d'être connu, la politique elle s'en fou totalement etc...)
Dans ce deuxième tome, on retrouve un thème cher à Green ; le combat de la chair et de la foi.
L'histoire est toujours aussi présente ; on a droit à un récit sur le mystère de ce qui s'étais passé lors des révoltes à Haïti.
Une brève vision de l'histoire agitée des planteurs qui ont dû fuir la révolution.
On a pu voir une jeune Laura amoureuse et je n'ai pas pu m'empêcher de la comparer à Elizabeth.
Et encore une fois un personnage qu'on aurait pu croire sans consistance se révèle encore plus complexe (mr Hargrove).
L'imminence de la guerre civile lui donne presque la place d'un personnage. On s'impatiente.
Apres deux gros pavés d'environ 900 pages chacun, j'ai hâte de passer dans le vif du sujet.
Quelques bémols tout de même :
La scène des retrouvailles entre Elizabeth et Billy un cousin, qu'elle n'a que peu fréquenté, et qu'elle a connu alors qu'il était enfant.
Ils se revoient et après plusieurs années sans que jamais soit évoqué la moindre attirance, ils décident de se marier !
Etrange.
Second point faible ; j'aurais bien aimé avoir plus de points de vue des noirs/esclaves mais dans ce pavé de 866 pages, une seule conversation qui ne fait même pas une page. Mais bon, on ne peut pas tout avoir...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
AlzieAlzie   19 décembre 2020
Noël approchait discrètement. À Savannah, cette fête était observée avec une piété soutenue dans le Prayer Book par des invocations d'une beauté littéraire sans égale... Il n'y avait pas encore, comme cela commençait à se voir dans le Nord sous l'influence de la mère patrie, de sapins illuminés de petites bougies, ni surtout de longs et joyeux festins où triomphait la dinde et le plum-pudding, suivis de folles équipées en traîneaux dans des campagnes toutes blanches. À Savannah, le décor gardait la féérie à peine modifiée de ses feuillages et de ses fleurs. Les cloches tintaient, les carols célébraient les anges... manquait la neige, manquait la magie du froid.
[...] Oncle Charlie découpa lui-même la dinde, volaille surestimée qui n'a de goût que par tout ce qu'on y fourre, mais tous se persuadèrent qu'elle était succulente. Un grand vin de France acheva d'obscurcir leur jugement.
(Chapitre XLIII, p. 209 - 211)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          104
YiYi   18 novembre 2015

- Mais vous en avez, des esclaves...
- Domestiques miss Llewelyn, domestiques...et ils savent parfaitement que s’ils veulent s’enfuir vers le Nord, libre à eux. Mais pas si bêtes. Ils se trouvent très bien chez moi. Ils font parti de la maison, un peu de la famille aussi. Alors ?
- Je sais, je sais, mais les esclaves des plantations ?
- Je n’ai pas de plantations. J’ai des propriétés que je loue à des planteurs, c’est tout.
- Et Pilate se lavait les mains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PiertyMPiertyM   03 septembre 2014
Vous dites que l'argent vous fait peur, s'écria-t-elle. Moi, il me fait honte quand je vois les yeux des pauvres.
Commenter  J’apprécie          60
YiYi   18 novembre 2015
- Restent le régisseur, la surintendante, Elisa Carp, Mademoiselle Souligou et vingt domestiques très dévoués. Cela meuble.
- Meuble, tu dis bien, fit Emma comme en écho.
Commenter  J’apprécie          20
YiYi   18 novembre 2015
- S’il ne vient pas ici, je ne le verrai peut être jamais. Elle l’aime, Maman ? Pourquoi l’a t’elle épousé ?
- Si j’ose parodier un bon auteur que tu ne liras sans doute jamais : le coeur a ses raisons que seul connait le portefeuille...
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Julien Green (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julien Green
Julien Green et son journal caché.
autres livres classés : guerre de sécessionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2219 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre