AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2854434994
Éditeur : Cld (23/11/2006)
Résumé :
Gino Bartali est décédé en 2000. Il était une légende du Tour d'Italie et du Tour de France. Six ans plus tard, le 25 avril 2006, Carlo Ciampi, président de la République italienne, lui remettait la médaille d'or de la valeur civile à titre posthume. Bartali avait contribué au sauvetage de nombreux juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Féru d'histoire, Patrick Guillou nous entraîne dans les coulisses du sport, à la rencontre de vingt belles histoires d'hommes et... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
kielosa
  18 novembre 2018

L'ouvrage du journaliste de sport à la télé (Eurosport), Patrick Guillou, comprend le portrait de 20 champions qui ont marqué leur époque. Il s'agit donc d'une sélection, qui comme toute sélection a quelque chose d'arbitraire : pourquoi ces 20 et pas par exemple l'athlète tchécoslovaque de courses de fond, Emil Zátopek (1922-2000) ; la fabuleuse gymnaste roumaine, Nadia Comăneci, née à Onesți en 1961 et notre gloire nationale belge du cyclisme, le baron (entretemps) Eddy Merckx, né en 1945 dans le Brabant flamand ?
Du phénomène Comăneci j'ai eu grand plaisir à écrire un billet de son livre "Letters to a Young Gymnast", le 14 juillet 2017. Avec l'ouvrage du numéro un du football américain féminin, Hope Solo, "A Memoir of Hope" du 11 juillet 2018, ce sont, d'ailleurs, mais seules contributions "sportives" sur Babelio.
Mis à part cette petite réserve (de taille), les choix de Patrick Guillou se défendent dans la mesure où il a couvert 11 sports différents et des athlètes originaires de 13 pays différents. Dommage qu'il n'y ait aucun Français, Belge, Suisse ou Canadien. L'auteur a retenu 5 femmes : Wilma Rudolph, Martina Navrátilová, Ana Fidelia Quirot, Marla Runyan et Nawal El Moutawakil.
Que Guillou ne s'est pas laissé inspirer uniquement par des résultats statistiques l'honore.
Ainsi la Californienne Marla Runyan (née en 1969 à Santa Maria) a été frappée du syndrome de Stargardt à l'âge de 9 ans, et est devenue légalement non-voyante. Malgré ce handicap, qui ne lui permet pas de voir ce qu'elle a en face d'elle, juste une vision périphérique, cela ne l'a pas empêché de participer aux J.O. de Sydney de 2000 et d'arriver 8ème sur les 1500 mètres et de gagner 5 médailles d'or aux jeux paralympiques de Barcelone en 1992 et Atlanta en 1996.
Toutefois, je regrette qu'il manque à la galerie, Marcel Cerdan (1916-1949), 5 fois champion de boxe en France et, en 1948, champion du monde des poids moyens. Outre ses performances sur le ring, le "bombardier marocain" (ayant grandi au Maroc) est également intéressant comme l'ami de Georges Simenon et surtout d'Édith Piaf. Une idylle plus ou moins secrète qui mettait en rogne son entraîneur et qui inspirait la presse, lorsqu'il perdait son titre de champion européen, à titrer : " Piaf porte malheur à Cerdan". Puis il y eût, l'an après, son décès dans un accident d'avion à l'âge de seulement 33 ans.
Ne voulant pas résumer les 20 brefs chapitres de Patrick Guillou (l'ouvrage ne compte que 215 pages + 8 pages de photos), j'ai décidé d'opérer ma propre sélection et de n'en retenir que 3 pour ce billet. À ma préférée, Wilma Rudolph (1940-1994), la Gazelle Noire, j'ai consacré tout un paragraphe (admiratif) dans mon récent billet de l'ouvrage de Steven Uhly "Le royaume du crépuscule", du 3 novembre dernier, que je ne vais pas répéter ici.
Restent donc : Johnny Weissmuller, avant tout pour son incarnation au grand écran de Tarzan, le Seigneur de la jungle, d'après Edgar Rice Burroughs (de 1912) et un héros de ma jeunesse ; Martina Navrátilová, parce que le tennis est mon sport favori, et Gino Bartali, pour des raisons personnelles.
Johnny Weissmuller, né Johann ou János (en Hongrois) en 1904 à Szabadfalu (Freidorf en Allemand), une petite ville autrichienne à l'époque et actuellement située en Roumanie près de Timisoara. Johnny n'avait que 7 mois, lorsque sa famille émigra aux États-Unis. À Chicago, il quitta jeune l'école pour gagner des sous comme garçon d'ascenseur dans un hôtel qui avait ... une piscine. C'est là que ses talents pour la natation furent découverts. Il est le détenteur de 5 médailles d'or olympiques aux J.O. de 1924 et 1928. C'est cependant comme Tarzan, qu'il a interprété 12 fois au cinéma, qu'il passera dans la légende et l'histoire. À un certain moment sa fortune était estimée à 2 millions de dollars, mais les pensions alimentaires à ses 5 ex-épouses ont fini par le ruiner. de la 3ème Mme Weissmuller, Beryl Scott, il a eu 3 enfants : Johnny Junior, Wendy Anne et Heidi. Il est mort des poumons à l'âge de 79 ans, en 1984 à Acapulco au Mexique. Je ne veux pas vous décevoir, mais la célèbre phrase "Moi Tarzan, toi Jane" est passée à la postérité sans que le héros ne l'ait jamais prononcée. Comme conclut Patrick Guillou : "pas de doute, cela s'appelle un mythe".
Comme grand amateur de tennis féminin, à cause de ma compatriote Justine Henin, que j'ai eu le plaisir de rencontrer une fois dans son école de tennis à Limelette en Wallonie, ensemble avec la numéro 4 actuel de la WTA (Women's Tennis Association), Elina Svitolina d'Odessa en Ukraine, j'ai trouvé le commentaire de l'auteur un brin trop sobre sur le phénomène Martina Navrátilová. Née à Prague en 1956, devenue Américaine en 1981, elle est une des 3 dames a avoir remporté le "Grand Chelem " (victoire à Melbourne, Roland-Garros, Wimbledon et New York la même année), détentrice du record en simple avec 168 titres, à côté de 177 en double dames. Son parcours tennistique est absolument fabuleux. Peut-être pas la plus sympa ni la plus jolie du circuit, elle m'a toujours impressionné par ses déclarations bien fondées sur ce sport. Elle a écrit et collaboré à plusieurs livres, dont le plus important est sûrement "Being Myself", publié en France comme "Martina raconte Navrátilová" en 1986.
Si j'ai retenu Gino Bartali c'est tout simplement parce que je suis issu d'une famille de fanatiques du cyclisme.
Mon propre père rêvait de devenir champion, mais a arrêté ses courses lorsqu'il a rencontré ma mère et monté son entreprise de transports et a donc dû se contenter de quelques victoires comme cycliste amateur. Un de ses 8 frères, par contre, Léon Parmentier (1901-1949), a été un professionnel du vélo et est arrivé 7ème au classement général du Tour de France de 1926. Comme il est mort dans un accident de voiture lorsque j'avais 3 ans, je me souviens juste de ses " énormes" mains. J'étais content de découvrir que sur internet figurent 3 photos et le palmarès de mon oncle Léon (www.siteducyclisme.net).
Gino Bartali, né et mort près de Florence 1914-2000, a été un grand monsieur à double titre : comme champion cycliste et qu'en humain. Il a gagné 3 fois le Tour d'Italie et 2 fois le Tour de France, en 1938 et 1948 (à 10 ans d'intervalle ) et de nombreuses autres compétitions dans sa longue carrière. Mais "Gino le Pieux", comme on l'a surnommé, très catholique, a aussi sauvé la vie à plusieurs centaines de Juifs lors de la Seconde Guerre mondiale, en cachant dans la selle et le guidon de sa bicyclette des faux papiers pour les persécutés. le Yad Vachem (mémorial de la shoah) à Jérusalem lui a décerné le titre de "Juste parmi les nations".
En conclusion, l'ouvrage de Patrick Guillou est d'une lecture facile et agréable, quoique je regrette qu'il ait apparemment été écrit un peu à la va-vite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          426
autres livres classés : cyclismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Coupe du monde de rugby : une bd à gagner !

Quel célèbre écrivain a écrit un livre intitulé Rugby Blues ?

Patrick Modiano
Denis Tillinac
Mathias Enard
Philippe Djian

10 questions
842 lecteurs ont répondu
Thèmes : rugby , sport , Coupe du mondeCréer un quiz sur ce livre