AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Yves Sarda (Traducteur)
EAN : 9782264040121
477 pages
10-18 (19/05/2004)
3.96/5   80 notes
Résumé :
Pour Dennis Gault, riche homme d'affaires de Floride et surtout passionné de pêche au bass, il y a quelque chose de pourri au royaume d'Elseneur. Les concours de pêche sont truqués. Pour en avoir le coeur net, il propose 50 000 dollars à R. J. Decker, détective privé, tête de lard et ex-taulard.
En acceptant, R. J. est loin de se douter qu'il va s'aventurer dans des eaux troubles où nagent de drôles de requins aux dents bien aiguisées. Entre sponsors véreux e... >Voir plus
Que lire après Pêche en eau troubleVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,96

sur 80 notes
5
4 avis
4
1 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis
Si pour vous la Floride n'est pas synonyme de Miami, ses palmiers, ses plages, ses clubs branchés et ses nanas bien roulées.
Si vous ne connaissez rien à la pêche, ni au bass. Et que vous ne voulez pas en apprendre davantage.
Si vous voulez faire la connaissance d'un privé naïf, épaulé par un vieux déjanté que plus rien ne surprend.
Alors ouvrez ce livre écrit en 1987 mais qui n'a pas pris une ride.
Son auteur Carl Hiaasen, originaire de Fort-Lauderdale, prend prétexte des concours de pêche truqués pour nous brosser un portrait au vitriol de la corruption, des magouilles immobilières ou d'une chaîne tv d'évangélisme. le tout avec un humour grinçant. Vous ne verrez plus jamais de la même façon un filet de poisson au milieu de votre assiette.
Commenter  J’apprécie          554
Au coeur de la Floride profonde, celle des rednecks racistes et incultes, les concours de pêche au bass (un poisson d'eau douce proche de la perche) sont à la fois une passion et une grosse industrie. Engagé par un richissime pêcheur pour piéger la star incontestée de la discipline soupçonnée de tricherie, le privé RJ Decker va mettre les pieds dans un engrenage dont il va devenir malgré lui un rouage essentiel.

Quelle galerie de personnages : un révérend véreux, un ermite se nourrissant exclusivement d'animaux écrasés récupérés sur la route, une garce incendiaire, un champion de pêche crétin, une tripotée de ploucs décérébrés, j'en passe et des meilleurs. Hiaasen ne ménage personne. Les héros et les salauds en prennent tous pour leur grade à un moment ou à un autre. Il décrit un nombre incalculable de situations barrées à souhait et pourtant on y croit (le coup du pitbull sur le tueur à gage, je ne l'avais pas vu venir !). Pas une seconde de répit, tout s'enchaîne avec fluidité et jamais l'auteur ne se laisse déborder par la surenchère permanente qu'il met en place. Dialogues surréalistes et humour noir cohabitent avec une violence qui fait parfois froid dans le dos. Mais derrière la grande pochade de façade se cache une dénonciation sévère de la pression immobilière qui détruit les derniers espaces naturels à grand coup de corruption ou encore de ces prédicateurs arnaqueurs qui pullulent sur les chaînes chrétiennes du câble. le tout sans en rajouter, sans jamais tomber dans ce coté « donneur de leçon militant » qui pourrait lasser à la longue.

Pour faire court, je me suis régalé.
Lien : http://litterature-a-blog.bl..
Commenter  J’apprécie          250
Pas de panique! Ce polar déjanté est garanti sans descriptions oiseuses de pêche à la mouche. On n'est pas dans le Montana, d'abord, mais en Floride, et on y pêche le bass, bestiole pas chichiteuse, résistante, prolifique. Sauf que même dans ces conditions là, certains trichent lors des concours où l'on peut quand même gagner 4x4, bateau et espèces; et ça, Dennis Gault n'aime pas. Il engage donc pour enquêter en douce R.J. Decker, qui mettra les pieds dans des histoires plus glauques que le fond boueux des lacs.

L'enquête va se dérouler dans des lieux "jamais à court de gnôle ni de crétinerie", "où la corruption le disputait à l'aridité et que les bizarres notions d'intégration raciale, de droit légitime à un logement décent et d'égalité des droits civiques n'avaient pas atteinte." Ajoutons Skink, une sorte d'ermite un brin givré, Jim Tile, le flic de la route noir et costaud, et Charlie Weeb, propriétaire à la fois d'un Église et d'une chaîne de télévision, organisateur de miracles et de concours de pêche, et promoteur immobilier.

Le lecteur est gagnant sur tous les plans. Une bonne intrigue bien ficelée avec joli final, des passages réjouissants (mais certains sont vraiment complètement barjes!) et une dénonciation du tourisme de masse pollueur, en Floride en particulier (mais imaginez juste certains coins de l'Espagne).
J'ai tellement aimé que j'ai acheté un autre de ses polars, affaire à suivre!

L'auteur : originaire de Floride, journaliste et auteur de romans (certains pour la jeunesse), se fait le défenseur des Everglades.
Lien : http://enlisantenvoyageant.b..
Commenter  J’apprécie          200
En Floride, Robert Clinch est un pêcheur amoureux de son bateau. Il y tient comme à la prunelle de ses yeux, c'est sa plus grande fierté et sa raison de vivre, mais sa dernière sortie se termine mal : on retrouve son cadavre noyé.
Quant à RJ Decker, il s'agit un détective privé que le richissime Dennis Gault tente d'embaucher pour enquêter sur une tricherie de la part de son concurrent Dickie Lockhart lors des concours de pêche ; une activité très lucrative générant beaucoup d'argent.
Le black-bass à grande bouche est un poisson « démocratique » qui pullule du nord au sud des États-Unis et offre à l'industrie des loisirs de plein air de fabuleuses perspectives. N'importe qui peut le pêcher n'importe où vu que la bestiole bouffe n'importe quoi. Ce n'est pas ce qu'on appelle un poisson « noble », comme la truite arc-en-ciel, mais il rapporte beaucoup. À travers tout le pays, de nombreux concours sont organisés pour déterminer qui attrapera le plus gros, richement dotés par les industriels du secteur. Quant aux pêcheurs, mâles et blancs, ils ont de gros bateaux avec de gros moteurs, de grosses bagnoles pour les tracter et tout un attirail avec de gros moulinets pour la pêche, au gros.
Dickie Lockhart l'a bien compris. Il réalise une émission de télévision, produite par des évangélistes exigeants, et pratique allègrement le placement de produits. Mais contrairement à Dennis Gault, il gagne rarement les plus gros concours et sa réputation, donc son audience, en pâtit. D'où la triche…
Decker n'est pas le premier enquêteur sollicité par Gault. Avant lui, c'est Bobby Clinch qui s'y est collé. Une affaire qui s'est mal terminée…

Fidèle à ses habitudes, Carl Hiaasen se fait défenseur des paysages sauvages de la Floride et pourfendeur de ceux qui la défigurent à grand renfort de dollars. Ici, c'est non seulement le business de la pêche qui est en cause, mais aussi les trafics immobiliers qu'il engendre. On comble les marécages pour y construire de somptueuses résidences à prix d'or avec accès direct au lac artificiel truffé de « bass ». Efficace, et très rentable.
L'avidité des magouilleurs de tout poil, associée à la corruption des politiques, fait des ravages.

Carl Hiaasen traite le tout avec l'humour déjanté et toute l'exagération qu'on lui connaît, aidé d'une galerie de personnages hauts en couleur, au premier rang desquels Skink, l'hirsute guide de pêche et ermite déjanté qui n'est autre que l'ancien gouverneur de l'état, contraint à la démission quelques années plus tôt par ses congénères indélicats, ou encore Jim Tile, ce flic noir intègre perdu au milieu de ses collègues racistes, tous deux accompagnant Decker dans son enquête au péril de leur vie.

Avec ce second roman publié, Carl Hiaasen poursuit la mise en place du style qui deviendra sa marque de fabrique. Sur fond de défense de l'environnement, il fustige les institutions américaines qui font la part belle aux pires excès des escrocs patentés, prenant un malin plaisir à les mettre à mal au fil des pages. Sans doute cet épisode aurait-il mérité un « rabot » d'une centaine de pages pour gagner en nervosité et en efficacité, mais on ne boude pas son plaisir lorsque sonne l'heure de la vengeance. Les « méchants » seront tous gravement punis.
À noter qu'en plus de s'en prendre au secteur de la pêche sportive, véritable industrie « débile » comme savent très bien les inventer les Américains, Carl Hiaasen réserve certaines de ses cartouches pour la caste des évangélistes et les dégâts qu'ils peuvent engendrer. N'oublions pas que le roman a été publié pour la première fois en 1987 et qu'il fait ainsi figure de précurseur.
Lien : https://polartnoir.fr/livre...
Commenter  J’apprécie          41
Deuxième roman de Carl Hiaasen, dans le milieu de la pêche et des (supposés ?) trucage des concours de pêche au bass, richement dotés, et sponsorisés par une chaine de TV. C'est remarquable, très bien écrit, une intrigue riche et une galerie de portraits et de personnage particulièrement bien fournie.

Beaucoup de plaisir à livre ce roman, pas un instant d'ennui, l'auteur nous maintient en haleine avec ce qui va bien en termes de rebondissement, ou d'approfondissement des caractères.

Il y a la touche d'humour qui va bien, les bons sentiments qui n'hésitent pas à s'affranchir de certains règlements pour faire aboutir le Bien ;)
Commenter  J’apprécie          41

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
L'entretien en était encore au stade où Decker était censé passer pour sérieux et taciturne, stade où le client potentiel le jaugeait. Decker savait que, sur ce plan-là, il assurait plutôt. Il avait le physique d'un linebacker : un mètre quatre-vingt-cinq, quatre-vingt-quinze kilos, le genre armoire à glace avec des bras de déménageur. Il avait le cheveu brun bouclé et l'oeil vif marron qui ne trahissait rien. S'il avait souvent l'air amusé, il souriait rarement aux inconnus. Il savait, à ses heures, très bien écouter, ou du moins faire semblant. Decker n'était ni timide ni d'une patience à toute épreuve ; il était simplement en alerte rouge permanente vis-à-vis des connards. La vie était trop courte pour la gaspiller avec eux. A moins que ça ne se révèle absolument nécessaire, comme c'était le cas à présent.
Commenter  J’apprécie          150
-Jérémie, continua-t-il, je vais prier ces bons chrétiens qui en seront témoins, aujourd’hui à Lunker Lakes, de se prendre tous ensemble par la main. Et vous tous qui nous regardez, posez vos Bibles et prenez-vous par la main dans votre salon. Moi-même, Jérémie, je vais te prendre par la main et, ensemble, nous allons implorer Jésus Tout-Puissant de t’accorder le bienfait de la vue.
-Amen, dit Skink.
-Amen ! fit la foule en écho.
-Faites que ce pêcheur voie ! s’écria le révérend en s’adressant aux cieux.
-Vois ! cria la foule. Vois ! Vois !
Skink se prenait au jeu, malgré lui.
- Vois-moi ! Sens-moi ! beugla-t-il.
- Vois-le ! Sens-le ! reprit en cœur l’assistance.
Ce nouveau verset un tantinet étrange était doté d’une plaisante cadence.
Et pour cause, tous les fans de l’opéra-rock des Who, Tommy, auront reconnu la célèbre incantation d’icelui, See me Feel me (N.d.T.)
Commenter  J’apprécie          40
Vivre à Miami avait tendance à vous faire relativiser vos opinions personnelles sur la santé mentale.
Commenter  J’apprécie          290
Initialement, Weeb avait refusé de croire que des adultes, majeurs et vaccinés, resteraient assis des heures durant à visionner des émissions de pêche sur le câble. La pêche était déjà, in vivo, une activité plutôt chiante ; regarder autrui s'y livrer lui semblait une preuve de masochisme aigu.
Commenter  J’apprécie          90
Decker enfila deux paires de chaussettes en frissonnant ; vivre en Floride du Sud, constamment à la chaleur, vous donne du sang de navet.
Commenter  J’apprécie          200

autres livres classés : florideVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (220) Voir plus



Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
19935 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..