AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Léonard Dupond (Autre)
EAN : 9782211324564
352 pages
L'Ecole des loisirs (19/10/2022)
3.64/5   59 notes
Résumé :
1889. L'empereur Napoléon III, grand vainqueur de Sedan, s'apprête à inaugurer l'exposition universelle organisée dans un Paris grouillant d'automates en tout genre. Lors de la parade d'ouverture, Philémon de Fernay, jeune élève de saint-Cyr, a le privilège de piloter le Zéphyr, le nouvel aéronef crée par Clément Ader. Mais tout déraille lorsque l'engin volant s'écrase sur la salle des machines et la pulvérise. Sous les gravats, Philémon découvre alors le corps d'un... >Voir plus
Que lire après Pax AutomataVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
3,64

sur 59 notes
5
5 avis
4
17 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis
Pour cette deuxième collaboration avec l'Ecole des loisirs, Ariel Holzl, change son fusil d'épaule. Après le post-apo, place au steampunk dans un univers parallèle au Paris saisissant. Aventures et actions sont en revanche toujours au rendez-vous pour notre plus grand plaisir !


Premier gros point fort de ce roman, sa forme. J'ai adoré le livre objet proposé par l'Ecole des loisirs. La couverture, hyper pop, avec ces petits effets de surbrillances est superbe. On la doit au talentueux Léonard Dupond. Merci à lui. Elle donne directement le ton sur l'ambiance à la Blake et Mortimer qu'il y aura dans le texte ensuite. Puis quand on ouvre, nous avons la surprise de trouver dans les couvertures intérieures puis dans le corps du texte des gravures sur cuivre à l'eau forte, ce qui nous plonge encore un peu plus dans l'ambiance.

L'ambiance ou plutôt le décor de l'histoire est un autre gros atout dans la lecture de Pax Automata. L'auteur, qui est désormais un habitué d'une littérature jeunesse riche en aventure, nous offre ici un décor parisien et européen parfaitement dépaysant. En puisant dans notre propre Histoire avec ses figures et événements connus, il a imaginé un monde parallèle bluffant où la Reine Victoria a été détrônée par Ada Lovelace, où des automates sont présents un peu partout dans les capitales européennes et où des aéronefs superbement dessinés volent dans le ciel comme celui sur la couverture. Jouant avec ce cadre, l'auteur mixe steampunk et réalité historique, glissant dans ce Paris parallèle des événements qui ont vraiment eu lieu comme l'Exposition universelle, la tentative d'assassinat de Napoléon III au théâtre ou la Commune. Pour le lecteur averti ces petits clins d'oeil sont jouissifs. Pour le curieux, à l'heure d'internet à un clic, ça donne envie de cherche ce qui relève de l'invention ou de la réalité historique. Moi, je me suis régalée !

J'ai ainsi pris un grand plaisir à me balader dans ce Paris revisité mais reconnaissable, notamment grâce à l'excellente mise en place de l'auteur qui nous immerge totalement dans ce nouveau monde. C'est simple, j'étais dans un mix de steampunk, de Blake et Mortimer et de Balto (autre saga parisienne de l'éditeur). L'aventure fut également au rendez-vous grâce à un jeune héros qui va se retrouver impliqué dans un vaste plan politico-scientifique qui le dépasse autour des figures des automates, qui sont régulés par une Pax Automata pour ne pas devenir un solution de remplacement aux humains, mais dont l'un des puissants souverains européens aimeraient justement bien leur donner une âme.


Entre chamailleries familiales, boutades amicales, rivalités de pilotes à Saint Cyr, virées chez les romaniciels (excellente trouvaille !), fuite dans les rues de Paris, explosions dans des lieux phares et courses poursuites permanentes, le lecteur n'a pas le temps de s'ennuyer. Et pourtant, comme on peut le craindre parfois, l'action ne prend pas le pas sur le développement des personnages. L'auteur mène les deux de front avec un certain talent. J'ai beaucoup aimé découvrir le héros, Philémon en fils aîné avec 4 soeurs derrière lui, mais surtout en futur pilote qui refuse de tirer sur des automates car son coeur le lui interdit. C'est ce grand coeur, qui lors d'un incident, va le pousser à sauver un automate pas comme les autres.


Le lecteur est alors pris dans un véritable tourbillon d'aventures qui va l'amener à percer à jour un vaste complot politico-scientifique où les automates et d'autres inventions technologiques sont au coeur. C'était à la fois fascinant, car les automates sont des objets qu'on a peu l'occasion de voir, alors qu'ils sont un peu les ancêtres des robots si chers à la science-fiction, et passionnant car le héros est sans cesse en danger, sans cesse sur le qui-vive. Il va entraîner dans son histoire son meilleur ami Ferdinand, avec qui j'ai aimé les échanges à la façon de deux garçons adolescents, mais également sa rivale de toujours Elisa, qui cache un lourd secret, et avec qui il aura de belles parties de ping pong verbal, ainsi que Zélie, une jeune romanicielle futée et très douée en mécanique, qui apportera un vent de fraîcheur grâce à sa gouaille et son argot si spécifique.


L'histoire n'est donc pas de tout repos et aussi bien les personnages que l'intrigue rendront la lecture fort dynamique. Il y a un vrai jeu de la part de l'auteur avec la langue argotique qu'il propose mais aussi avec ce quasi jeu de piste dans la capitale qu'il va finir par créer nous entraînant dans les lieux les plus célèbres de celle-ci mais aussi dans ses entrailles au gré des aventures. J'ai peut-être juste regretté que les "méchants" de l'histoire restent aussi hypothétiques. Au final, on les voit peu et ils sont plus une menace lointaine, comme un groupe caché, manipulant nos automates qui, étant leurs bras armés, sont ceux qui s'en prennent véritablement à nos héros. J'ai aussi trouvé le final un peu rapide, un peu précipité, comme si tout se bousculé pour rentrer dans le nombre de pages attribués. C'est dommage, je préfère quand on prend le temps de poser les choses. L'auteur y avait bien réussi au début, c'est dommage qu'il ne l'ait pas répété à la fois. Cependant, Ariel Holzl a vraiment su imaginer un univers dépaysant et décapant que j'espère bien retrouver à l'avenir, surtout qu'il laisse une porte ouverte à la dernière page.

Aventure surprenante et tonitruante, Pax Automata est une très jolie proposition de steampunk historique pour la jeunesse. Avec sa plume terriblement efficace et immersive, l'auteur nous embarque dans une aventure philosophique sur la question des automates, prothèses et autres inventions, mais également politique avec ces luttes d'influences des puissants et bien sûr une aventure au sens premier du terme avec cette menace qui plane sur le héros et ses acolytes. Ce fut palpitant à lire, drôle et rocambolesque aussi, avec un très beau travail sur la langue et le décor de cette aventure, grâce à des références historiques soignées et judicieusement glissées. J'espère vraiment que l'auteur nous offrira une autre incursion dans cet univers !
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
Commenter  J’apprécie          82
Pax Automata est un roman d'aventures jeunesse, efficace, à l'univers riche et à la plume soignée. Il m'a cependant manqué l'étincelle Ariel Holzl pour adhérer complètement. Ce roman ravira le jeune public et est une bonne porte d'entrée dans le steampunk, mais pour me séduire complètement, il aurait fallu plus.

Roman d'aventures efficace, donc; oui mais classique. Il y a les gentils, les méchants, ceux qu'on ne pensait pas gentils mais qui en fait le sont. Un complot terrrrrrible. Des héros, jeunes. le roman fait la part belle aux rencontres, à l'amitié, et aux premiers émois amoureux. Des politiciens, des gens de pouvoir, des révolutionnaires. Rien de très extraordinaire dans le déroulé ni le rôle de chacun. C'est linéaire, précis, ça va droit au but.
Mais c'est presque trop simple. Trop bien huilé. Il n'y a pas de fausse note, mais il n'y a que très peu de surprise finalement dans Pax Automata. Aucun retournement décoiffant, aucune prise de risques. le récit en lui-même, le complot, les péripéties, la résolution de l'intrigue… tout est assez convenu. Sur ce plan, je suis assez déçue parce que je m'attendais à la petite étincelle habituelle. Mais la surprise du chef n'est jamais venue.
Et très honnêtement, si le rythme est entraînant et que le roman se lit bien, je me suis un peu ennuyée tout de même. Parce qu'il ne se passe quand même pas graaaaand chose dans le fond. A mon sens, beaucoup de dialogues, de chamailleries et de blabla composent le roman. Alors certes, c'est agréable à lire, c'est parfois rigolo, j'ai beaucoup aimé voir tous ces personnages interagir ensemble. Mais j'ai eu la sensation que cela se faisait au détriment du récit. Qui met du temps à démarrer, d'ailleurs.
Bref, une intrigue qui ne m'a pas totalement comblée même si dans le fond, elle reste efficace.

En revanche, grosse satisfaction sur l'univers steampunk de qualité et très bien construit. Cette fois, je n'ai pas manqué de détails sur les environs, la géographie de l'espace, l'historique de la ville. J'ai adoré arpenter les rues de Paris, et savourer toutes les trouvailles géniales de l'auteur.
Mention spéciale à tous ces personnages historiques dont les fonctions ici sont détournées. Ca c'était une très très bonne idée, très amusante, même si je ne suis pas sûre que le public plus jeune capte tout le sel de ces détournements.
Je regrette cependant que le personnage mi automate mi humain n'ait pas joué un rôle plus central. Il avait vraiment de quoi apporter quelque chose de dramatique au texte, lui donner une portée beaucoup plus forte. Il est question de lui tout au long du roman, mais il reste assez passif; on n'en saura jamais vraiment plus sur lui, et j'aurais aimé qu'il ait une présence plus palpable. Pax Automata manque un peu d'émotions sur ce plan-là.

Enfin, je souligne la qualité encore une fois du texte et de la langue. le texte est lisible, aéré, et surtout, très bien relu. Je trouve que c'est suffisamment rare pour être rapporté, d'autant que le roman s'adresse à un jeune public. Donc très important de ne pas truffer le texte d'horreurs.
J'ai eu plaisir à retrouver la plume d'Ariel Holzl, toujours aussi sonore et dynamique. Parfois amusée, même si j'ai moins ressenti son côté pince sans rire que j'aime tant, parfois mélancolique et touchante.
Le vocabulaire est riche, le phrasé pas trop simple, les dialogues soignés. C'est une très belle langue que nous offre encore l'auteur ici. le mélange entre français et romaniciel donne du rythme, de la variété et énormément de musicalité au texte. J'ai adoré la maîtrise du rythme, le soin qu'il apporte à choisir le bon mot et trouver un joli effet.

Un bon cru donc, classique et moins jouissif que ce que j'espérais, mais que je recommande pour son public cible. Aucune faute majeure, efficace, plaisant à lire, divertissant : parfois, ça suffit largement !

Lien : https://zoeprendlaplume.fr/a..
Commenter  J’apprécie          111
On part sur un roman jeunesse dans un Paris de la Belle-Epoque steampunk. Une forme d'énergie nouvelle et une utilisation stratégique des automates par les français dans les guerres napoléoniennes a fait basculer le monde dans une uchronie où l'Angleterre est gouvernée par Ada Lovelace pendant que Napoléon III inaugure l'expo universelle. Les automates aident à la plupart des tâches du quotidien, mais le tout est régi par la Pax Automata, interdisant notamment de donner aux automates une forme trop humaine. Philémon de Fernay, jeune élève de saint-Cyr, va se retrouver lié à une drôle d'affaire, enchaînant les aventures dans Paris pour démêler les fils d'un complot mystérieux.

Une histoire au rythme enlevé dans un monde très sympa. On y retrouve la plume d'Ariel Holzl qui est vraiment agréable, fluide, pleine de fantaisie. Et l'écrin livre est magnifique, avec un super travail d'illustration et d'édition. Donc une lecture plutôt sympa.

Mais malheureusement, je n'ai pas aimé autant que je l'aurais voulu, et on ne dépasse pas le stade du « moui c'était sympa ». Déjà, si l'univers est très inventif, je n'ai pu m'empêcher de faire des ponts avec le Paris des Merveilles de Pevel, et forcément, mettre en regard un tome jeunesse contre tout un univers de fantasy très développé, bah la comparaison n'est pas équitable. Je le savais, et j'essayais de ne pas dresser de comparaison, mais je n'arrivais pas à m'en empêcher. Mais, surtout, j'ai eu du mal avec le personnage principal : très lisse, il n'a aucune fantaisie, et enchaîne frénétiquement les aventures dans Paris sans répit. Ce rythme effréné mené par un personnage très plat m'a laissée sur ma faim. D'autant qu'il a des soeurs qui ont l'air super marrantes, dans lesquelles on retrouve quelques accents des soeurs Carmines j'ai trouvé… et du coup, j'avais diablement envie d'avoir un livre sur elles plutôt que sur Phil le brave héros sans relief xD

En bref donc, pas une mauvaise lecture, loin de là, mais pas un coup de coeur non plus.

Je remercie Babelio et l'éditeur pour l'envoi du livre dans le cadre des Masses Critiques en tous cas !
Commenter  J’apprécie          60
Une nouvelle découverte pour moi avec ce roman YA, genre que je n'ai l'habitude de lire. Ce titre me tentait beaucoup compte tenu des sujets abordés: aviation, militaire, automates. Ce fut une très bonne lecture, rapide que je conseille plutôt pour des fans de ce type de lecture.

Une passe rapide sur ce qui est plaisant ici:

- J'ai apprécié les thèmes abordés et l'intrigue générale qui reste simple malgré tout. La France n'a pas perdu la guerre contre la Prusse lors de la bataille de Sedan et cela grâce à des automates. On se retrouve désormais dans un monde où humains et robots vivent en harmonie. Cependant, ce ne sont pas des robots ordinaires car leur existence est régie par la Pax Automata (on retrouve cette similitude avec les lois de la robotique d'Asimov). On parle en plus de la naissance de l'aviation avec Clément Ader et son avion Eole, que pilote notre personnage principal Philémon. Ce fut donc une grande joie de le suivre à travers ses péripéties et sa romance (il y en a un tout petit peu). L'univers est très bien décrit par l'auteur et les références historiques pullulent. Vous passerez donc un bon moment.

- Les personnages sont également très bien construits. On distingue un quatuor: Philémon, notre élève pilote, Ferdinand, son camarade de promotion, Elisa, également élève pilote et en concurrence avec Philémon et pour finir Zelie, la romanicielle mécanographe. Je les ai trouvés tout sauf fades. Malgré leur jeunesse, ils m'ont fait passer un bon moment du début à la fin et nous réserve leur lot de surprises. Finalement, très peu de description et beaucoup d'action pour l'ensemble de nos protagonistes.

- La plume, les recherches en amont et le travail éditorial méritent d'être mentionnés. On se retrouve avec un bel objet livre en main avec de magnifiques illustrations. L'auteur s'est bien renseigné sur l'époque et retranscrit parfaitement l'ambiance de cette période exaltante qu'est la conquête des airs. de nombreux dialogues donnent du dynamisme à cette lecture et l'emploi de certains mots d'argot n'entame en rien la compréhension générale du roman.

En résumé, j'ai passé un très bon moment et je pense que les adeptes de ce genre de romans se régaleront. Je reste néanmoins un peu sur ma fin concernant la profondeur des personnages et de l'intrigue mais je le répète, je ne suis pas le coeur de cible de ce roman.
Commenter  J’apprécie          20
Une uchronie, youpi, cela faisait bien longtemps que je n'en avais pas lu ! Avec la petite touche de steampunk qui va bien, j'étais conquise.

Nous sommes en 1889, et Napoléon III a remporté la bataille de Sedan, écrasé la Commune, bref, règne toujours en maître en France. En Angleterre, la reine Victoria a été détrônée par Ada Lovelace, qui défend le progrès de la science à tout prix. Paris a été redessiné par Haussmann, et de nombreux automates circulent dans la Cité.

C'est dans ce cadre que Philémon, élève pilote à Saint-Cyr, est victime d'un sabotage en plein défilé aérien, détruisant un pavillon entier de l'Exposition Universelle (et déjouant une tentative d'assassinat par la même occasion). Sur les lieux, il découvre un drôle d'enfant automate (ce qui est totalement interdit par la Pax Automata, qui régule les droits des automates, - et n'est pas sans rappeler les trois lois de la Robotique d'Isaac Asimov)….

***

Pax automata, qu'est ce que c'est ? Un roman d'aventure pour adolescent.e.s, au rythme endiablé, dans lequel on reconnaît l'humour parfois grinçant d'Ariel Holzl. Les dialogues sont encore une fois très réussis.

Le gros point fort de ce roman ado, c'est son ambiance, cette Histoire revisitée, intéressante, ces automates qui vivent au milieu des hommes dans ce Paris revisité avec art, l'Exposition Universelle, les aéronefs. J'ai apprécie les réflexions sur les luttes politiques, et les nombreux clins d'oeil à notre histoire.

L'objet-livre est soigné, entre la couverture superbement illustrée par Léonard Dupond, et ses rabats, les gravures à l'eau-forte disséminées tout au long du récit qui contribuent à nous immerger dans l'époque.

Les personnages sont intrigants : les élèves de Saint-Cyr, Philémon en tête, avec ses quatre soeurs - géniales ! -, son ami Ferdinand, issu d'une très riche famille, leur rivale Elisa, qui cache un lourd secret, les romaniciels (j'adore l'idée des aéroulottes!), dont Zélie et son oncle.

Niveau rythme, c'est rapide, très rapide, notamment toute la deuxième partie du récit qui nous plonge dans l'enquête / tentative de sauvetage. L'intrigue est simple, efficace.

Un roman de steampunk adapté aux ados, pas mal pour une première immersion dans le genre !

Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
- Tu veux dire que ce fanfaron fait parfois preuve de prudence ? Difficile à croire ! Mais même une horloge cassée donne l'heure juste deux fois par jour, je suppose...
Commenter  J’apprécie          40
Philémon acquiesça du bout des lèvres. Contraitement à ce que sa camarade laissait paraître, il sentit le trac se lover dans ses entrailles. Ah ! Qu'à n'aurait-il pas donné pour un estomac en fer-blanc !
Sur ces considérations intestines, trois coups sonnerent et l'opéra commença.
Commenter  J’apprécie          10
Une aéroulotte, c’est le passeport pour un voyage sans fin ! La plus grande des libertés !
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Ariel Holzl (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ariel Holzl
Dans cette vidéo, plongez dans l'univers captivant de l'auteur jeunesse Ariel Holzl. Découvrez son parcours littéraire, ses influences et sa vision de la narration, entre héritage narratif et créativité sans limite. Une exploration passionnante de l'art de raconter des histoires !
0:03 le but de la littérature jeunesse est-il de raconter des histoires ? 0:54 Quel est votre héritage narratif ? 2:18 Comment vous êtes-vous formé à la narration ? 3:29 Quelles sont les règles du genre ou vous oeuvrez ? 4:55 Comment maintenez-vous l'intérêt du lecteur ? 6:12 Comment construisez-vous vos univers narratifs ? 8:21 Comment créez-vous vos personnages ? 09:58 Préparez-vous les arcs transformationnels de vos personnages ? 11:12 Réécrivez-vous beaucoup ? 12:00 Quel serait votre conseil aux auteurs débutants? 13:09 Les IA vont-elles impacter l'écriture ?
Interview : Lionel Tran - Caméra : Amoreena Winkler 23 mars 2024 - Librairie Vivement Dimanche
QUI SOMMES-NOUS ? Les Artisans de la Fiction sont des ateliers d'écriture situés à Lyon. Nous prônons un apprentissage artisanal des techniques d'écriture et avons pour objectif de rendre nos élèves autonomes dans l'aboutissement de leurs histoires. Pour cela nous nous concentrons sur l'apprentissage et la transmission des techniques de base de la narration en nous inspirant du creative writing anglophone. Nos élèves apprennent en priorité à maîtriser : la structure de l'intrigue, les principes de la fiction, la construction de ses personnages… Nous proposons également des journées d'initiation pour vous essayer au creative writing et découvrir si cet apprentissage de l'écriture de fiction est fait pour vous. Retrouvez tous nos stages d'écriture sur notre site : http://www.artisansdelafiction.com/
#ecrire #écrire #litterature #litterature #écrireunroman #écriture #ecriture #litteraturejeunesse #narration
Abonnez-vous pour ne rien manquer de nos prochaines vidéos et rejoignez la communauté des passionnés de lecture !
+ Lire la suite
autres livres classés : jeune adulteVoir plus
Les plus populaires : Jeune Adulte Voir plus


Lecteurs (151) Voir plus



Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1524 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..