AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2809709327
Éditeur : Editions Philippe Picquier (23/08/2013)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 83 notes)
Résumé :
Princesse Bari conte l'histoire d'une jeune fille, frêle et courageuse, qui fuit la Corée du Nord à la fin des années 1990, se réfugie un moment en Chine avant de traverser l'océan à fond de cale d'un cargo et de débarquer dans un Londres clandestin où se côtoient toutes les langues et religions.

A Londres, Bari gagne sa vie comme masseuse, mais elle ne soigne pas seulement les corps, elle console aussi les âmes.
Car Bari a hérité de sa grand-... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
nadejda
  15 octobre 2013
Un livre qui relient une survivante et les morts de ce vaste mouroir qu'a été la Corée du Nord durant la grande famine des années 1994-1998 où l'on a dénombré au moins 1 million de morts et qui a touché en priorité les plus faibles : femmes, enfants, vieillards. Un livre qui nous fait partager le destin errant, fait de pertes successives et douloureuses de ceux qui parviennent à fuir ce régime dictatorial.
La petite Bari est la septième fille d'un couple de coréens du Nord. La déception et la colère du père grandit à chaque naissance comme la peur de la mère et des soeurs plus âgées grandit elle-aussi à chaque accouchement qui ne donne pas le fils tant désiré.
La mère tente de se débarrasser de cette petite dernière avant que le père ne rentre mais comme dans le conte coréen auquel ce roman emprunte son titre l'enfant sera sauvé par le chien de la famille qui guide sa grand-mère partie à sa recherche. C'est elle qui décidera de nommer Bari la petite fille que ses parents laisse sans nom, prénom qui signifie l'abandonnée.
«...ma grand-mère a décidé de m'appeler Bari, l'abandonnée. Mais ce n'est que beaucoup plus tard , après avoir éprouvé mille tourments à travers le vaste monde, que j'ai compris le sens du nom choisi pour moi par mon aïeule.»
La grand-mère aux pouvoirs chamaniques initiera sa petite fille et ne l'abandonnera pas complètement dans les épreuves multiples que traversera cette enfant jusqu'à ce qu'elle devienne femme. Même après la mort de sa grand-mère, Bari demeurera en contact avec elle et le chien qu'elle aimait qui la guide et l'accompagne dans l'au-delà, à travers ses rêves. Et grâce à ses dons, Bari qui s'enfuira de Corée, Bari l'immigrée apaisera les souffrances des vivants et des morts en reliant et réconciliant les uns et les autres.
J'ai omis volontairement de développer l'immigration vers l'ouest de Bari qui donne une autre ampleur à ce livre qui nous interroge aussi sur nous, les occidentaux, mais qui pourrait enlever tout désir de découverte en dévoilant trop.
Belle et marquante lecture que ce livre sans aucune haine comme «Le vieux Jardin» du même auteur que je n'ai pas oublié. On sent que cet homme veut apaiser les blessures, les siennes et celle de tous ceux qui ont profondément souffert et malheureusement souffrent encore.
Car ce n'est pas fini, actuellement la famine sévit toujours et cela ne semble déranger personne. Des cas de cannibalisme sont même signalés (voir article de Metronews en date du 28 janvier 2013). Cela rappelle les tragiques famines des années 20 et 30 provoquées en Russie par Lénine et Staline. Quand cela s'arrêtera-t-il ?
Que Babelio et les éditions Picquier soient remerciés pour m'avoir offert cette lecture que j'hésitais à faire de peur d'être déçue après celle du «Vieux jardin».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          518
sandrine57
  15 novembre 2018
Une légende coréenne raconte l'histoire d'une reine qui, désespérée après la naissance de sa septième fille, décide de l'abandonner à la mort. La petite Bari, ''l'abandonnée'', survit et, plus tard, accepte de venir en aide à ses parents mourants en allant chercher l'élixir de vie qui sauvera leurs âmes.
Une famille nord-coréenne vit le même drame : six filles déjà et une septième qui arrive au monde. Craignant la colère du père, la mère abandonne le bébé dans la forêt. Mais la chienne de la maison la retrouve et la grand-mère la prend sous son aile. Inspirée par la légende, cette chamane reconnue la prénomme Bari. La petite miraculée n'est pourtant pas au bout de ses peines. Car, même si sa famille est plutôt à l'aise, elle ne pourra échapper à la terrible famine des années 90, ni à la répression exercée par le régime nord-coréen. Bari se retrouve seule au monde mais elle a reçu en héritage les dons de voyance de sa grand-mère. Elle peut aussi communiquer avec son chien et se réfugier dans ses rêves. Des dons qui lui permettront de quitter son pays, de survivre en Chine et de traverser l'océan, à 16 ans à peine, au fond d'une cale pour arriver à Londres. Un nouveau monde, une nouvelle vie, de nouvelles épreuves.
Ancrée dans la tradition du chamanisme encore très présent en Corée, l'histoire de Sok-yong Hwang raconte la douleur du peuple nord-coréen. Dans le pays bien sûr où la famine, la peur, la dictature ont brisé bien des familles. Mais aussi à travers l'exil en Chine ou en Europe. Parqués dans des containers à fond de cale, maltraités et violés par les passeurs, les fuyards qui survivent à la traversée doivent encore rembourser le prix de leur passage et souvent les femmes sont livrées à des réseaux de prostitution. Mais malgré la douleur et les épreuves, Bari affronte la vie avec l'innocence de sa jeunesse et la force de ses dons. Capable de se dissocier de son corps, elle trouve dans ses rêves le réconfort et les conseils de sa grand-mère, la fidélité de son chien qui la guide dans les méandres de son inconscient. A Londres, elle découvre l'amitié, la solidarité mais aussi le sort réservé aux clandestins par les autorités. En se rapprochant de la communauté musulmane, Bari apprend d'autres croyances, d'autres traditions mais aussi l'amalgame fait entre musulmans et terroristes après les attentats du 11 septembre.
Princesse Bari se lit comme un conte. Naviguant entre la réalité la plus cruelle et un onirisme très poétique, c'est un roman atypique, une histoire d'errance, d'exil avec une héroïne lumineuse, forte, fragile et humaine. Sok-yong Hwang, s'il aime dans ses romans parler de son pays coupé en deux par la folie des hommes, sait transcender l'histoire nationale pour en faire une fable universelle. Une lecture à la fois tragique et enchanteresse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          484
diablotin0
  27 mars 2017
Princesse Bari est une réinterprétation du conte traditionnel coréen du même nom qui est l'histoire d'un couple royal qui se désespère de n'avoir que des filles, il décide alors d'abandonner leur 7ème fille d'où le nom de Bari qui signifie l'abandonnée. Celle-ci reviendra au palais et acceptera d'aider son père mourant et d'aller à travers le monde chercher l'élixir de vie.
Ici, Hwang va dénoncer, à travers le tragique destin de Bari, les conditions désastreuses des réfugiés de Corée ou encore de Chine qui sont partis pour l'Europe et plus précisément l'Angleterre. Les conditions désastreuses de la traversée pour arriver en Angleterre mais aussi les conditions de vie, d'accueil de ces réfugiés sont dépeintes ici avec beaucoup de réalisme et de cruauté.
Hwang dénonce également l'amalgame qui est fait entre le terrorisme et l'ensemble des musulmans.
Ce livre est malheureusement encore aujourd'hui tout à fait d'actualité.
Commenter  J’apprécie          333
jeunejane
  22 mai 2016
Bari est une petite fille qui vient au monde en Corée, après six filles. Son père espère désespérément un fils.
La mère est tellement honteuse d'enfanter une septième fille qu'elle tente de l'abandonner dans la forêt. La grand-mère lui sauvera la vie et l'appellera Bari qui signifie l'abandonnée.
Bari hérite des dons de voyance de sa grand-mère qui va lui transmettre les rites chamaniques coréens.
L'enfant va grandir dans une Corée du Nord touchée par les catastrophes naturelles et la famine.
Elle va ensuite se réfugier en Chine et puis à Londres où elle sera masseuse et soulagera les âmes en transmettant les pouvoirs hérités de sa grand-mère.
C'est une très belle histoire mais la traduction enlève la puissance du langage qui devient un peu automatique et linéaire.
Commenter  J’apprécie          316
ssstella
  24 avril 2016
Ce livre nous plonge dans les horreurs des grandes famines en Corée du Nord, avec une petite fille qui grandira en survivant miraculeusement à des drames successifs. La famine, l'arrestation et la déchéance du père, de grandes inondations, la famine toujours, l'éclatement de la famille, la vie en forêt seule avec sa soeur et sa grand-mère qui n'y survivront pas, l'exil en Chine, puis l'exil plus loin encore avec un voyage au fond de la cale d'un cargo.
On pourrait presque croire à une biographie, tant de ces drames ont dû être véritablement vécus par des millions de Coréens du Nord. Et on pensera aussi, aux épreuves subies par d'autres millions d'êtres humains contraints à l'exil.
Roman bouleversant, parce qu'il met la lumière sur les horreurs et la violence qui ont eu lieu, et existent encore, dans certains coins de notre planète.
Commenter  J’apprécie          300

critiques presse (3)
Telerama   10 octobre 2013
Moins rugueux que dans ses premiers romans (Monsieur Han, Le Vieux Jardin), Hwang Sok-yong déroule ici un fil plus soyeux, plus féerique, pour dire, encore et toujours, le chaos de l'exil.
Lire la critique sur le site : Telerama
Lexpress   20 septembre 2013
Un roman tragiquement emblématique, sous la plume d'un ex-dissident qui a donné un nouveau souffle aux lettres coréennes.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Liberation   03 septembre 2013
L’ancien expatrié Hwang Sok-yong transpose une légende qu’il dépouille de son idéalisme, pour mettre en scène l’épreuve d’une émigrée.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
CarosandCarosand   12 octobre 2016
La nuit, après notre dîner, je demandais à ma grand-mère de me raconter des histoires.
- Hé, tu me suis ?
- Euh... j'en suis restée là où tu disais que la princesse Bari était la septième fille...
- Bon... Ses soeurs apparaissent l'une après l'autre et éclatent en sanglots : "Oh ! quel malheur pour notre père et notre mère !"La reine, alors, se tourne vers elles : "Miséricorde, c'est encore une fille ! Votre père, le roi, va entrer dans une colère qui risque de le foudroyer ! Faisons venir un maçon pour fabriquer un cercueil de pierre. On y placera l'enfant. Les dames de la cour l'emmenèrent pour aller le jeter à la mer.
Lorsqu'elles parviennent à la mer, le chant d'une flûte retentit ; c'est sûrement le Ciel qui parle. Et voici que le Ciel et la Terre se rejoignent, bloquant le passage. "O Ciel, Ciel, nous sommes sans reproche ; ouvrez la voie, nous vous en supplions ; nous sommes au service du roi, nous ne faisons qu'obéir à ses ordres." Alors le Ciel et la Terre se séparent. Les dames jettent le cercueil."Ah, nous ne pourrons plus jamais retourner au palais..."
- Grand-mère, elle a donc, comme moi, été abandonnée ?
- Certaines disent qu'elle a été jetée dans la rivière ou à la mer, d'autres qu'elle a été abandonnée dans la montagne. Ce sont des grues qui l'ont secourue, ou bien des pies ou encore des tortues dorées.
- Après, il y a une grand-mère et un grand-père vivant reclus, qui l'ont recueillie et élevée, c'est bien ça ?
- On dit aussi qu'elle a été sauvée par le seigneur de la mer. Elle grandit et, un jour, le roi et la reine tombent malades. D'une maladie qui de jour en jour devient plus grave. Leurs sujets en sont aussi frappés. Que faire ? Les devins qu'ils consultent déclarent qu'ils ne seront sauvés qu'à la condition de retrouver la princesse Bari. On la retrouve donc dans la montagne, mais on veut s'assurer qu'il s'agit bien d'elle et non pas de quelque esprit malin ou d'un fantôme imposteur. La jeune princesse s'approche à petits et dit :"Mère, une preuve existe. - Laquelle ? - Des traces de sang sur le papier de la porte coulissante ; si mes doigts correspondent, c'est que je suis bien votre fille." En effet, il y a là des traces de sang. Elle pose ses doigts sur les marques, comme ceci, comme cela, et tout correspond exactement. "Aïgo ! Comme tu as grandi ! Tu es lisse comme la lune, forte comme le roi des animaux. Tu as grandi avec l'eau, avec le soleil, avec la rosée, comme tu as joliment grandi !"
- Je sais ce qui se passe ensuite, on lui dit d'aller puiser l'eau de la vie pour sauver ses parents et tous les autres, n'est-ce pas ?
- Bravo, ma petite Bari, tu te souviens de tout ce que je te raconte. On lui explique que l'eau de la vie se trouve à l'ouest, à l'extrémité du monde, là où le soleil se couche. Alors, il lui faut traverser le pays encombré de tous ces gens malades, aller par monts et par vaux ; malgré l'aide que lui apportent les esprits de la montage, il lui arrive quantité de
mésaventures : elle doit faire la lessive, travailler dans les champs, exécuter d'humbles besognes, chasser les mauvais esprits et même traverser l'enfer. Elle libère les condamnés et parvient à l'ouest, tout au bout du monde, où l'attend un totem. Elle perd le pari que ce dernier lui impose et se trouve forcée de l'épouser, de lui faire des enfants et de travailler à son service pendant au moins trois ans avant d'obtenir l'eau de la vie. Au terme de ce périple, la voici de retour. Entre-temps, elle a croisé les nefs chargées des âmes avec leur karma, en route pour l'autre monde, le monde des morts.
- Grand-mère, tu as oublié l'eau de la vie : elle l'a bel et bien trouvée !
- Ah oui, je perds la tête. Bari a demandé l'eau de la vie au totem. Alors, ce scélérat lui répond : "C'est l'eau qu'on utilise tous les jours pour cuire le riz ou faire la lessive..."
- La princesse a donc traversé toutes ces épreuves inutilement ?
- Non, pas exactement. Elle a gagné un coeur capable de voir ce qu'est l'eau de la vie.
- Qu'est-ce que ça veut dire ?
- Tu comprendras quand tu seras plus grande. Quand elle les a aspergés de l'eau de la vie qu'elle avait rapportée, ses parents ont recouvré la santé, ainsi que les autres malades. Depuis, Bari vit en nous, elle est avec nous. Elle est en toi comme en moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ssstellassstella   15 avril 2016
Chaque fois que les circonstances m'ont amenée à parler, avec les uns ou les autres, des pays que nous avons quittés, nous avons fini par évoquer la guerre, la famine, la maladie, le pouvoir détenu par des militaires violents et redoutables. Partout dans le monde, aujourd'hui encore, des gens meurent parce qu'ils ont tenté de passer une frontière à la recherche de conditions de vie meilleures.
Commenter  J’apprécie          170
jeunejanejeunejane   22 mai 2016
Mon père avait consenti des efforts pour ses six premières filles. Aussi mes sœurs s'appelaient-elles Jin ( vérité), Son ( beauté), Mi ( beauté), Sook ( pudeur) et Hyun ( sagesse). Evocateurs de vertus jadis prisées, ces six caractères s'harmonisaient parfaitement. Quand, avec ma venue au monde, la famille a hérité d'une nouvelle fille, mon père a estimé que ces beaux caractères si appréciés autrefois, n'avaient plus de sens : il ne leur trouvait plus que des défauts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
littlecatlittlecat   09 juillet 2016
Pour survivre, il fallait pouvoir compter discrètement, comme nous le faisions, sur des provisions soigneusement dissimulées. Nous préparions des soupes de maïs auxquelles nous ajoutions des herbes de la montagne, aster, chénopode ou plantain, que nous allions cueillir avec notre grand-mère. Nous avions droit à un seul bol, pour, à la fois, le petit-déjeuner et le déjeuner, et seulement un peu de riz blanc pour le dîner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
nnbnnb   28 décembre 2013
"Te voilà donc, ma petite Bari !"
"Grand-mère, d'où viens-tu ?"
J'ai avancé pour me jeter dans ses bras, mais elle a prestement bondi en arrière, avec la légèreté des sachets de plastique chassés par le vent. J'ai fait un nouveau pas vers elle, elle a de nouveau reculé.
"Tu m'as tellement manqué, tu ne veux pas me serrer dans tes bras ?"
Elle souriait tout en hochant la tête.
"J'aimerais tant pouvoir le faire... mais nous n'appartenons pas au même monde. Je t'ai appelé parce que je me faisais du souci pour toi. Ecoute-moi bien. Tu vas parcourir plusieurs milliers de lieues sur la mer et sous le ciel. C'est un véritable enfer que tu vas traverser, rempli d'embûches, regorgeant d'esprits malins.Tes membres, ton corps tout entier courent le risque d'être déchirés. Mais ne t'engage jamais dans les chemins aux couleurs malsaines, jaunes, ou verts, prends toujours le chemin blanc. Au terme de ce long voyage, tu ne seras plus la petite Bari, tu seras devenue une grande chamane. Chaque fois que tu seras en peine, je viendrai à ton aide, Chilsong te guidera jusqu'à moi."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : littérature coréenneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Harry Potter (1 à 4) difficile

Qui est le contrôleur du Magicobus ?

Ernie Mcmillan
Stan Rocade
Zacharia Smith
Denis Crivey

15 questions
5456 lecteurs ont répondu
Thème : Harry Potter : Coffret, Tomes 1 à 4 de J. K. RowlingCréer un quiz sur ce livre
.. ..