AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Ryoko Sekiguchi (Traducteur)Sae Cibot (Traducteur)
EAN : 9782203373877
192 pages
Éditeur : Casterman (08/09/2006)
3.47/5   15 notes
Résumé :
Protectrices ou vengeresses, les sorcières de Daisuké Igarashi prennent autant de famés qu'il existe de magies en ce monde. À Istanbul, la belle Nicole ourdit depuis des décennies une machination destructrice. Son chemin croise celui de la jeune Cirai, fileuse qui créé des tapis singuliers... À l'autre bout du monde, en Amazonie, une jeune sorcière assassinée devient l'esprit protecteur de la forêt, tandis que dans un village d'Asie, un vieillard communique avec sa ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
MarinetteB
  30 mars 2014
Je n'ai pas du tout accroché avec ce tome. La première histoire, qui occupe la plus grande partie de l'ouvrage, est intéressante, mais je l'ai trouvé dérangeante, et surtout, le trait, très sombre, et quelques dessins, torturés, voire cauchemardesques pour moi, m'ont dérangée. Il faut dire que ce n'est pas mon style de manga à la base.
La seconde histoire se déroule dans la forêt amazonienne et traite de déforestation et des Indiens privés de leur terre. L'esprit de la forêt leur vient en aide. Encore une fois, même si je trouve l'histoire intéressante, je n'aime vraiment pas la manière de dessiner et les images très dérangeantes, en plus de trouver le trait brouillon et trop hachuré.
Le recueil se clôt sur le début d'une troisième histoire, qui se poursuit dans le tome 2. Pour le moment, rien de dérangeant en vu ! Mais pour les deux autres histoires, le début du récit restait -à peu près- dans la normalité, pour ensuite tomber dans le fantastique.
J'hésite donc à lire le second tome.
Commenter  J’apprécie          30
louji
  20 juin 2020
(Critique de la série)
Les 2 tomes de « Sorcières » forment un recueil de nouvelles, plus ou moins liées, très disparates et pourtant centrées autour de l'image de « sorcière ». On fait le tour du monde (Moyen-Orient, Asie, Europe, Amérique) pour découvrir les façons dont les cultures se sont appropriées le terme, ce qu'il connote pour elles et la façon dont les êtres qui y sont liés interagissent entre eux.
Je dois avouer avoir beaucoup aimé « le fuseau » et « Petra Genitalix », la première pour ses personnages je pense, la deuxième pour ses enjeux et son ambiance. Mais toutes m'ont plu, j'ai apprécié les thématiques récurrentes (écologie, mystère, technologie, recherche de soi…) et la dose de suspens distillée à bon escient. « La voleuse de chant » était franchement déstabilisante pour la mise en avant des émotions et j'ai beaucoup aimé la façon dont l'auteur explique nos interactions avec notre environnement et les gens. C'était pertinent et l'héroïne est facilement identifiable, on se sent donc concernés par les questionnements soulevés.
J'ai moins accroché à « Kuarupu », qui se déroule en Amazonie (je suppose ??), en raison don côté contemplatif et horreur-fantastique. D'un autre côté, c'est aussi celle qui interroge et remet le plus en question.
Et l'image de la sorcière, dans tout ça ? J'ai apprécié qu'on s'éloigne de l'aspect fantasmé des femmes mystérieuses et solitaires qui pratiquent la magie noire pour emmerder leur voisin qui empiète sur leur jardin. Ici, on met face-à-face des sorcières égoïstement ambitieuses et d'autres humbles avec le sens du devoir, des enfants en apprentissage ou des êtres à peine humains. le côté fantastique n'est pas glamour : quand il est accessible à la compréhension du lecteur, on a affaire à des « pouvoirs » étonnants, parfois indépendants de la volonté de la sorcière, ou juste carrément glauques.
Côté dessin, je découvre Igarashi et je me suis étonnée de son trait, voulu j'imagine, brouillon. Une fois passées quelques pages pour se faire au style, j'ai tout de suite bien accroché. J'aime les paysages denses et divers, sa capacité à plonger aisément dans une culture, les expressions et mouvements des personnages. Puis le style m'a fait penser à celui de Kenji Tsuruta (dessinateur des one-shot sur Emanon, de Forget Me Not…), notamment sur la façon de dessiner les femmes.
Maintenant, il y a encore tout plein d'oeuvres d'Igarashi dans lesquelles je peux me plonger !

Lien : https://littcentcinquante.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lessorcieres
  16 février 2014
Le graphisme est agréable bien que sombre. L'auteur nous emmène aussi bien en ville, qu'en forêt ou en montagne avec autant de souplesse que le trait de ses dessins. Même s'ils peuvent paraître parfois brouillons, ils rendent bien l'aspect mystérieux de ses histoires.
Pour les histoires (au nombre de trois par tome), il y en a pour tous les goûts, mais une chose est sure, c'est que nous ne nous trouvons pas dans le cliché de « la méchante sorcière au nez crochu ».
En bref, c'est deux tomes ont été une agréable découverte. Ils nous ont permis d'explorer un large panel de paysages et d'ambiance sur le thème des Sorcières. Un regard sur la nature et notre responsabilité dans sa sauvegarde, sur la force des éléments, une critique aussi sur la religion: c'est tout cela que l'on trouve dans ces tomes de Sorcières.
Lien : http://memelessorciereslisen..
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
MarinetteBMarinetteB   30 mars 2014
- Depuis maintenant deux mille ans ... quiconque veut conquérir le monde cherche à venir ici ... sur ce petit détroit où Occident et Orient se font face.... C'est une mosaïque de civilisations ... les conquérants sont partis ... mais leurs traces demeurent. Cette ville est construite sur des vestiges... plusieurs strates d'histoire accumulées d'année en année ... telles les pages d'un livre fermé. Et moi ... j'ai trouvé la clé du livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
KmyeKmye   11 juillet 2018
Cette femme était... Affamée. Vraiment. Elle avait perdu quelque chose de tellement important qu'il lui fallait remplir le vide laissé dans son cœur. Pourtant aussi grande une chose soit-elle, elle ne peut pas remplacer ce qu'on a perdu. Ce qu'elle n'entendait pas, c'était sa propre voix. Ce qu'elle ne voyait pas, c'était ses vrais sentiments. Son véritable ennemi, c'était elle-même.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Daisuké Igarashi (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Daisuké Igarashi
Little Forest, film 2018 - Trailer
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
1026 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre