AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9791022612418
320 pages
Editions Métailié (03/02/2023)
3.72/5   339 notes
Résumé :


Un chef d’œuvre créé à la Renaissance repose en pièces détachées dans les sous sol du palais du Roi à Copenhague, on décide de confier la reconstruction de l’extraordinaire horloge astronomique à un horloger islandais taciturne et parait-il habile. Le Roi Christian VII s’ennuie et va voir la progression du travail, il questionne cet homme sur sa vie en Islande, il entend une histoire terrible dans laquelle ses représentants appliquent des lois qui po... >Voir plus
Que lire après Le Roi et l'HorlogerVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (79) Voir plus Ajouter une critique
3,72

sur 339 notes
Arnaldur Indridason surprend en s'éloignant totalement de l'univers polar dans lequel il excelle pour proposer un surprenant roman noir historique qui se déroule fin XVIIIème siècle entre le palais de Christianborg à Copenhague et la campagne isolée du fjord Breidafjördur au Nord-Ouest de l'Islande.

Cela commence comme un conte. Jon Sivertsen, simple horloger, en train de restaurer une précieuse horloge dans les sous-sol du palais royal danois, rencontre inopinément le roi Christian VII en personne. Une conversation quasi surréaliste s'engage. Jon lui raconte la tragique histoire de son père islandais et de sa gouvernante tous deux exécutés sur ordre du roi Frédéric V ( père de l'actuel ). Il doit convaincre son roi que la peine était injuste sinon il risque la prison ou pire.

On retrouve dans ce roman les qualités de conteur de l'auteur dont la narration enveloppe le lecteur avec une fluidité remarquable pour passer du passé islandais du père au présent danois de l'horloger. Comme dans ses polars, aucune fioriture, aucun rebondissement superficiel, aucune recherche de spectaculaire. J'ai été surprise d'être aussi prise et intéressée par les passages liés à la restauration de l'horloge, Jon essayant de comprendre son fonctionnement mécanique et partant à la recherche des pièces ( automates ou carillons ) qui ont été dispersés dans Copenhague. D'ailleurs, cette horloge, chef d'oeuvre réalisé par l'horloger suisse Isaac Habrecht en 1572 existe vraiment, visible au palais de Rosenborg.

On retrouve également toutes les obsessions d'Arnaldur Indridason : le questionnement du passé de l'Islande, la volonté de rendre justice aux victimes et la perte d'êtres chers. C'est tout le drame d'une Islande colonisée par le Danemark que raconte Jon comme pour ouvrir les yeux à son roi. Une Islande de misère où les enfant meurent de malnutrition, une Islande rurale broyée par le Stóridómur ( un corpus de lois adoptées en 1564 pour interdire les relations sexuelles hors mariage et lutter contre la prétendue légèreté de moeurs des Islandais ) appliqué iniquement et brutalement par des baillis royaux avides de récupérer les biens des condamnés.

De façon très subtile, l'auteur amène ses deux personnages si dissemblables au départ à se rapprocher et on y croit à cette improbable relation. L'histoire racontée par Jon sème la confusion chez Christian VII, roi fantoche écarté du pouvoir par son propre fils car souffrant de démence. Ce dernier, ridicule au départ, devient de plus en plus humain à mesure que ses failles se révèlent, et au final c'est toute la clique de sa cour qui semble fort risible. Sur la fin, le récit se teinte de mélancolie sur le temps qui passe, devenant méditatif sur la solitude lorsque ceux qu'on aime ne sont que des fantômes qui vous hantent.

Ce roman parle aussi de la liberté d'expression. Jon, le narrateur sorte de Shéhérazade polaire, semble être une métaphore de l'écrivain. Il crée une histoire pour retenir l'attention du roi, sans dire de mensonges mais en inventant ce qu'il n'a pas vu de ses yeux :
« Il avait à coeur de relater l'ensemble des faits dans un souci de justesse et de vérité, sans omettre aucun détail d'importance, même s'il devait en pâtir. Que devait-il laisser de côté ? Qu'est-ce qui comptait le plus ? Quels personnages liés à cette histoire méritaient d'être mentionnés ? Quels éléments allait-il choisir de taire ? Lesquels comptait-il utiliser ? Comment maintenir l'attention du souverain ? Comment éviter de déclencher ses foudres ? Devait-il se borner à dire ce que, selon lui, Sa Majesté avait envie d'entendre ? N'était-ce pas un meilleur choix d'être honnête et de lui faire part du fond de sa pensée ? Ne devait-il pas juste laisser libre cours au récit, quelles que soient les conséquences de ses paroles ? Mais si ses propos le mettaient en mauvaise posture, n'était-il pas préférable de s'abstenir ? L'occasion lui était offerte de façonner les opinions de Sa Majesté le roi Christian VII ? Ne devait-il pas en profiter ? »
Commenter  J’apprécie          11515
Connu pour le succès planétaire de ses romans policiers, Arnaldur Indridason, historien de formation, nous revient avec un roman historique plus que jamais marqué par son thème de prédilection : le passage du temps.


A la fin du XVIIIe siècle, dans les réserves du palais royal de Christiansborg à Copenhague, le vieil horloger Jon Sivertsen travaille à la délicate réparation d'un chef d'oeuvre oublié d'Isaac Habrecht : une réplique, désormais en piteux état, de l'horloge de la cathédrale de Strasbourg. Un soir, guère plus vaillant que les vieux objets abandonnés aux bons soins des souris et de la poussière dans ce coin reculé du château, surgit tel un spectre, échevelé et aviné dans sa robe de chambre, le roi Christian VII que ce que tout le monde nomme sa folie tient enfermé dans ses appartements, loin du pouvoir désormais exercé par sa belle-mère et son beau-frère. Très seul, le monarque « remisé » cherche de la compagnie et prend bientôt l'habitude de ces visites impromptues à l'artisan.


Interrogé par le roi sur ses origines islandaises et sur la vie dans la colonie danoise perdue dans l'océan, si loin au nord, là où entre volcans, tremblements de terre et famines, il paraît que les gens – pauvres diables à l'odeur inhumaine – vivent dans des chaumières enfoncées dans la terre – un calvaire auquel le Danemark, par charité, a même un jour songé à mettre fin en transférant tous les habitants de l'île en métropole –, le vieux Jon surmonte peu à peu sa timidité pour lui confier, au fil de leurs entrevues, l'histoire de ses parents en Islande. Son récit est effectivement terrible, mais pour bien d'autres raisons que l'âpreté de cette terre inhospitalière, l'injuste et tragique sort de ces pauvres gens s'étant en vérité retrouvé scellé par l'application à l'emporte-pièce de lois coloniales en complet décalage avec les moeurs locales.


En évoquant la cruauté de l'administration danoise en Islande, jamais Jon n'aurait imaginé provoquer une telle confusion dans l'esprit déjà perturbé du souverain. Il faut dire que lui aussi ostracisé dans sa famille et dans son royaume pour sa folie supposément à l'origine de ses comportements immoraux et déviants - n'a-t-il pas endossé la paternité des deux enfants nés de l'infidélité de son épouse et, jusqu'à ce que son rival et proche conseiller, le médecin Johann Friedrich Struensee soit exécuté, conservé pour lui son estime et son amitié ? -, Christian VII a toutes les raisons de percevoir de fortes résonances entre son propre destin et celui des Sivertsen...


C'est ainsi que, les souvenirs de l'un libérant la mémoire de l'autre, aux automates cabossés réanimés par la délicate restauration de la complexe horloge, semblent se mêler deux sujets supplémentaires : deux hommes meurtris, parvenus à ce stade de l'existence où la boucle du temps se referme, ne laissant guère à l'avenir que la saveur douce-amère du passé. Une lecture mélancolique et poétique, au charme certain, qu'intrigué par ce roi dont on ignore toujours s'il fut réellement fou ou si ses adversaires usèrent de cet argument pour circonvenir ses réformes éclairées par les Lumières, l'on pourra agréablement prolonger avec l'excellent le médecin personnel du roi d'Enquist Per Olov.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
Commenter  J’apprécie          847
Comment rendre un roman palpitant rien qu'avec l'histoire de la réparation d'une vieille horloge ?
Il suffit que l'auteur soit Arnaldur Indridason pour que tout de suite vous soyez emporté dans cette histoire qui mêle les souvenirs d'un vieil horloger islandais à un certain suspens concernant la possible remise en état d' une horloge astronomique âgée de 200 ans.
L'intrigue se déroule à Copenhague à la fin du 18 ème siècle et met en présence deux hommes, le roi Christian VII, un homme fatigué et malade et un horloger islandais qui va lui raconter sa vie et les souvenirs terribles de sa jeunesse passée en Islande.
Et le drame qui a touché l'horloger va avoir un très fort impact sur le Roi, au point de faire vaciller sa raison.
J'ai été complètement happée par cette histoire, j'ai aimé suivre pas à pas la remise en état de cette horloge fabuleuse, et j'ai aussi beaucoup apprécié le récit que fait le vieil horloger de la vie en Islande à une époque très difficile.
Ce roman est un petit bijou qui se déguste lentement, au rythme des aiguilles de l'horloge qui égrènent les temps, et rendent nos souvenirs douloureux un peu plus supportables à chaque minute qui passent.
Je remercie NetGalley et les éditions Métailié pour cet envoi.
Commenter  J’apprécie          704
On fait la connaissance de Jon Siversten, horloger de son métier, au talent reconnu, qui a décidé de réparer, à ses heures perdues, une horloge très ancienne et qui est abandonnée sous la poussière dans le palais. Un soir, il voit arriver un homme en bonnet de nuit, une bouteille de madère à la main, déjà bien entamée et la « conversation » s'engage.

On assiste à une rencontre surprenante entre cet horloger qui a fui l'Islande, alors colonie danoise, pour se réfugier dans la capitale, fuyant ainsi un drame familial, et un souverain que l'on dit fou, car il a des crises d'agitation alternant avec des périodes de prostration qui ont permis à sa famille de le tenir à distance du pouvoir.

A la demande de Christian VII, Jon raconte son histoire, tout en démontant les pièces de l'horloge, pour les restaurer, retrouver celles qui ont été vendues, restaurer celles qui ont été abimées. Mais, il n'est pas toujours facile de raconter le passé, répondre aux questions d'un monarque qui veut savoir mais n'admet pas vraiment la contestation et ce d'autant plus que la famille royale ne voit pas cela d'un bon oeil.

Cette rencontre permet une réflexion sur le temps, sa nature, ce qu'il signifie, ce qu'il dit de nous, ou encore la vérité, ce qu'on en fait, comment on l'interprète mais aussi sir la vie en général, le roi est-il plus heureux, plus épargné que notre horloger ?

Une nouvelle fois, Arnaldur Indridason nous propose un roman, totalement différent des polars dans lesquels il excelle avec un style bien à lui, lenteur oblige, pour nous parler d'Histoire, de politique, du sort terrible que l'on réservait aux couples adultères, autrefois, avec des sanctions prises par un bailli lui-même débauché, soumis au Roi du Danemark avare en « absolution » …

Ce roman est très intéressant, riche, bien écrit et les talents de conteur de l'auteur m'ont entraînée avec lui dans cette aventure et captivée car j'aime particulièrement ce genre de réflexion existentielle, mêlée d'Histoire… j'ai retrouvé ce qui m'avait plu dans « le livre du roi »

Un grand merci à NetGalley et aux éditions Métailié qui m'ont permis de découvrir ce roman et de retrouver la plume de son auteur qui me plaît toujours autant.

Sortie le 03/02/2023

#LeRoietlhorloger #NetGalleyFrance !
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
Commenter  J’apprécie          510

Arnaldur Indriðason passe avec brio des romans noirs à un roman historique se déroulant à Copenhague et en Islande sous domination danoise, au XVIIIème siècle.

Jon, vieil horloger islandais émigré à Copenhague travaille au palais royal pour réparer une horloge magnifique.
Il raconte au roi Christian VII l'histoire de son père et de sa gouvernante, victimes d'une loi inique instaurée par les Danois pour usurpation d'identité.
Ce récit va engendrer un contrecoup délétère pour le souverain…

Deux histoires s'entrelacent dans ce récit : la rude vie des Islandais soumis aux lois du roi du Danemark et la réparation de l'extraordinaire horloge royale vieille de 200 ans.

C'est un dépaysement historique et géographique très agréable, un voyage dans le temps et l'espace témoignant de la maîtrise du découpage et du rythme de ces deux histoires captivantes.

Le roman distribue astucieusement les deux narrations de manière métronomique, j'aurais juste préféré que l'auteur ne divulgache pas la fin à la page 21.
Il a pris le parti pris de ne pas jouer de l'ingrédient suspens qu'il utilisait dans ses thrillers.

Ces histoires sont enchantées comme un conte qui serait destiné aux adultes, avec son lot de cruautés bien humaines.
Commenter  J’apprécie          472


critiques presse (4)
Le temps de ce livre, sobrement intitulé Le roi et l’horloger, l’écrivain islandais Arnaldur Indridason a mis meurtres et enquêtes de côté pour nous offrir un magnifique roman historique.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LeMonde
20 mars 2023
Ce récit est inspiré de personnages réels et d’un procès pour « usurpation d’identité », qui fit grand bruit au XVIIIe siècle, dans les fjords de l’Ouest.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LeSoir
07 mars 2023
Avec « Le roi et l’horloger », l’auteur de polar islandais délaisse la Reykjavik des XXe et XXIe siècles pour remonter le temps.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Lexpress
27 février 2023
Depuis toujours obsédé par le temps, le chef de file islandais du polar nordique entraîne le lecteur avec "Le Roi et l’Horloger" dans la rude Islande du XVIIIe siècle. Une plongée étourdissante.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (54) Voir plus Ajouter une citation
Plus jamais il ne se réveillerait à l'aube d'un jour nouveau. Plus jamais il ne ressentirait la joie d'une journée riche de travail accompli...
Plus jamais il ne s'attablerait avec les siens, ses fils tant aimés et la femme dont l'image l'accompagnait jusque dans son sommeil.
Ce n'était pas la mort qu'il redoutait, ce qu'il regrettait c'était de devoir faire ses adieux à la vie.
Commenter  J’apprécie          60
- Qu'est-ce donc que le temps ?
Ce serait mentir que d'affirmer que Jon Sivertsen ne s'était jamais penché sur la question, tant il avait passé d'heures de sa vie à explorer les mécanismes destinés à la mesure du temps. Il en avait mis certains en route pour la première fois, il en avait réparé d'autres pour les faire repartir lorsqu'ils s'étaient arrêtés, il en avait réglé d'autres encore qui avançaient ou retardaient, et il en avait démonté certains entièrement avant de les remonter comme il le faisait maintenant avec l'horloge d'Habrecht. Mais c'était une autre affaire , beaucoup plus complexe, de répondre aux interrogations sur la nature même du phénomène, et il était dans l'embarras face à la question que le souverain avait posée comme incidemment, en passant...
Commenter  J’apprécie          20
Et alors qu'il marchait vers chez lui, rempli de ses pensées sur les souvenirs et le progrès, il prit conscience d'une chose à laquelle il n'avait jamais réfléchi. Chaque pas qu'il franchissait devenait aussitôt la proie du temps. Les autres passants le virent s'arrêter subitement sur le trottoir et rester immobile un moment avant de faire résolument un autre pas en avant. Puis il en fit encore un autre, s'arrêta une nouvelle fois, extrêmement pensif, et se remit en route comme si de rien n'était. Il avait alors compris que chaque pas qu'il faisait vers son domicile et vers sa boutique le ramenait un peu plus vers le passé.
Commenter  J’apprécie          00
Son métier lui avait apporté l'apaisement dont il avait besoin. N'avait-il pas justement cherché une consolation en réparant les horloges parce qu'il avait sur elles un pouvoir et qu'il pouvait remettre en état ce qui s'était brisé, cassé en morceaux ? N'avait-il pas passé sa vie entière à réparer les rouages du temps de manière à ce qu'ils puissent à nouveau fonctionner aussi bien que s'ils n'avaient jamais été endommagés ? A rassembler les morceaux pour les reconstituer en un seul objet ?
Commenter  J’apprécie          00
Les propos de ce misérable horloger sur Sa Majesté Frédéric V, son père, censé avoir fait exécuter des innocents, l'avaient tellement interloqué qu'il hésitait à abattre sur la tête de Jon sa bouteille de Madère ou appeler ses gardes pour le faire fouetter sur-le-champ. Jamais de tout son règne il n'avait été témoin de pareille impudence.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Arnaldur Indriðason (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arnaldur Indriðason
Extrait du livre audio « le Roi et l'Horloger » d'Arnaldur Indridason, traduit par Éric Boury, lu par Jérémy Bardeau. Parution numérique le 15 mars et CD le 12 avril 2023.
https://www.audiolib.fr/livre/le-roi-et-lhorloger-9791035413408/
autres livres classés : littérature islandaiseVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (835) Voir plus



Quiz Voir plus

Arnaldur Indridason

Un soir glacial de janvier, un petit garçon asiatique de 12 ans qui rentrait de son école est assassiné au pied d’un immeuble de la banlieue de Reykjavik.

La Cité des jarres (2005)
La Femme en vert (2006)
La Voix (2007)
L'Homme du Lac (2008)
Hiver arctique (2009)
Hypothermie (2010)
La Rivière Noire (2011)
Betty (2011)
La Muraille de lave (2012)
Etrange Rivage (2013)

10 questions
269 lecteurs ont répondu
Thème : Arnaldur IndriðasonCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..