AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782916355498
256 pages
Éditeur : Editions Intervalles (18/03/2011)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 10 notes)
Résumé :

Lazare, 25 ans, accompagne un groupe de rock dans sa tournée européenne. Mais le projet tourne court à Sarajevo et le jeune homme doit se débrouiller seul pour rentrer en France. Le chemin du retour se révèle plus compliqué que prévu : par distraction, par nonchalance, par curiosité aussi, cet Ulysse maladroit va se perdre dans les Balkans. Découvrant les lois du vagabondage, il affronte des tempêtes, croise des âmes perdues et des compagnons providentie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
miriam
  10 juillet 2017
C'est l'Odyssée de Lazare, routard, à travers les Balkans, qui tente de rentrer chez lui à Paris et dérive jusqu'à Odessa. Lazare, 25 ans, est un roadie : il conduit la camionnette et porte les amplis d'un groupe de rock, les Brutes de Luxe, dans une tournée qui démarre au Festival de Sarajevo et qui devrait les conduire à Zagreb, Budapest, peut être Prague. Une aubaine pour ce chômeur, sans qualification particulière dont la seule ambition est de payer le loyer de sa chambre.
A Sarajevo la camionnette disparaît, volée sans doute. L'autocar vers Paris est complet, l'avion trop cher, Lazare tente le train jusquà la côte dalmate et de là, le ferry pour l'Italie. Dans le train, Gerd , lui raconte les îles aux eaux turquoises de l'Adriatique. Arrivé à la côte "il pouvait prendre le ferry pour l'Italie, un bateau appareillait ce soir, ou un bus pour le nord. Il pouvait aussi rejoindre les îles de Gerd, une petite vedette bleue partait dans vingt minutes".
Plusieurs jours, Lazare vit en Robinson, pêchant des oursins, observant les oiseau du maquis, sentant la présence rugueuse des écorces de pin.
"C'étaient de petites choses infimes mais elles prenaient une importance solennelle. Il aurait fallu les consigner quelque part car les idées se dispersent quand on voyage, on passe de l'une à l'autre, sans cérémonie beaucoup se perdent en route...."
Il lui vient l'idée décrire au dos de la carte de l'Europe, des poèmes adressés à Elena - Penelope restée à Paris - de petits souvenirs qu'il ne veut pas oublier. D'où le titre de Cartographe.
Au hasard des rencontres, Lazare exerce sa profession de roadie : un orchestre campagnard l'embarque à la Fête du Printemps des paysans de l'île où il fait bombance. Il a goûté la vie de nomade et hésite à embarquer sur le ferry qui le ramènera chez lui. Il fait du stop jusqu'au Montenegro se laisse envoûter par la musique des Tsiganes.
"Elles sont là, les choses qu'on doit raconter. a fleur de peau, comme les empreintes digitales..."
Une bande de Serbes l'invite à boire. Trop tard pour le ferry! Il rencontre Nina. le prochain ferry ne part que dans une semaine. le plus court serait de passer par l'Albanie. Au port de Dürres il y a une liaison quotidienne.
Les idées reçues sur l'Albanie : accidents de la routes et vendetta, se vérifient dans les aventure de notre Ulysse ainsi que l'émigration par hors bord vers l'Italie. le pécule que Lazare gardait pour payer son retour s'amenuise. Heureusement, il redevient roadie avec un petit orchestre de Tirana qui anime des mariages. les affaires marchent bien. Et les voilà arrivés en Macédoine... A Skopje, il prendra le car d'Eurolines...dans deux jours il sera à Paris! Sauf qu'il perd son porte-feuille! le voilà avec juste quelques lekë en poche.
En auto-stop il arrive à Sofia, hébergé par Mira...s'enfuie, le périple continue en Roumanie, puis en Ukraine. Ulysse se clochardise, la suite devient franchement glauque....je vous laisse découvrir.
Un livre pour m'accompagner dans les Balkans, lecture facile, peut être un peu trop. Les clichés abondent. Ce roadie vit dans l'univers rock, musique et bière. Ne pas en attendre trop ...
Lien : http://miriampanigel.blog.le..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MarcoPolo85
  10 juin 2014
Lazare n'a pas "la gagne" dans la peau. Ses parents l'ont, d'ailleurs, flanqué à la porte parce qu'il est incapable de faire quoi que ce soit de sa vie.
Vivant de petits boulots, on lui propose d'accompagner Alan et Patrick, un duo de rockeurs, à quelques festivals dans les Balkans.
Mais, les choses ne vont pas tourner rond. A Sarajevo, le public est loin d'être conquis par ces faiseurs de bruit. D'ailleurs, les différents rendez vous programmés tombent à l'eau les uns après les autres. de plus, ce trio se fait chiper sa camionnette. Lazare, accusé de ne pas avoir verrouillé le véhicule, est laissé sur le champ par ses compatriotes.
Et c'est là que démarre l'errance de notre lascar à travers le Sud Est de l'Europe (Croatie, Albanie, Macédoine, Bulgarie, Ukraine...). Il n'arrive pas à se décider à retourner en France.
Attention, Lazare n'est pas plus débrouillard que çà. Certes, il a soif de de changer d'air, mais voyager il ne sait pas faire.
Il va quand même apprendre. Il n'a pas trop le choix. Ses rencontres faites de hasard semblent lui forger un semblant de personnalité. Les personnes qu'il croise ont des vies différentes de la sienne... quoique. Guillaume Jan ne nous emmène pas dans ces détails.
Notre auteur nous jette plutôt sur le route un peu comme celle de Jack London (dans" les vagabonds du rail") dans une fuite qui parait ne jamais s'arrêter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
bizarmand
  09 mai 2011
"Avec un talent de petit oiseau rapace, Guillaume Jan pointe du bec les lièvres du bonheur. Tout en pointe sèche, il trace la carte superbement désorientée d'un jeune homme moderne dans un puzzle balkanique des frontières et des sentiments."
Lien : http://www.lesinfluences.fr/..
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
MarcoPolo85MarcoPolo85   10 juin 2014
Il faudrait prendre le risque de se perdre pour gagner sa liberté. Ne pas avoir peur de l'inconnu, ni de rien. Il faudrait au moins çà pour trouver sa place dans le monde. Et puis écouter son silence, se faire confiance, refuser la soumission. p170
Commenter  J’apprécie          90
MarcoPolo85MarcoPolo85   07 juin 2014
- Tu ne vas pas te plaindre. c'est parce que tu le veux bien que tu es là.
Lazare jura que non : c'était un mauvais concours de circonstance. Il se sentait tellement perdu qu'un vide avait commencé à grandir dans son corps, comme une tumeur.
- Mais tout ce que tu vis, ce sont des choses que tu ne pourras jamais perdre, qu'on ne pourra jamais te prendre. c'est mieux qu'une maison neuve (p137).
Commenter  J’apprécie          30

Video de Guillaume Jan (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guillaume Jan
Entretien avec l'écrivain Guillaume Jan. Dans son nouveau roman, "Traîne Savane", Guillaume Jan tisse une histoire d'amour en pleine forêt congolaise et en profite pour reconstituer le parcours du célèbre docteur Livingstone. Son livre est sélectionné pour le prix Nicolas Bouvier qui sera remis lors du Festival Étonnants voyageurs en juin a Saint-Malo.
autres livres classés : balkansVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
478 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre