AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782226480378
240 pages
Albin Michel (04/01/2023)
3.62/5   49 notes
Résumé :
À l'approche de la retraite, Soizik décide de réaliser le rêve de sa vie : ouvrir une boîte disco dans son village. Aidée par son amie d'enfance et ses deux filles, le fantasme pourrait devenir réalité. Mais lorsqu'elle annonce vouloir faire venir John Travolta pour un revival de Saturday night fever et l'élection de la Disco Queen locale, plus personne n'y croit...

Sous les paillettes, une réflexion sur la quête de légèreté dans un monde où tout devi... >Voir plus
Que lire après Disco queenVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,62

sur 49 notes
5
5 avis
4
6 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
À l'approche de la retraite, Soizik est victime d'un infarctus et diagnostiquée d'une lourde maladie.
Hospitalisée, elle se voit contrainte de vivre dans une bulle. Pour passer le temps, elle écrit. Laissant libre cours à son imagination, elle met en scène ses proches, et rend tangibles ses rêves les plus fous, notamment convertir son hangar en boîte de nuit !
Ses filles et ses amies se prennent au jeu de la fiction et entreprennent la mise en oeuvre du projet …
Deux histoires se suivent donc en parallèle, la vie réelle se superposant par chapitres intercalés, à ce « récit dans le récit »
Autre originalité : chaque chapitre semble inspiré par un « hit » des années disco, de Stayin' alive à Mamma Mia en passant par I'm so excited, She works hard for the money, Ring my bell, And the beat goes on ou encore I will survive : tout est là, en fête !

Un roman en apparence léger, dans lequel les différents acteurs sont tout de même amenés à faire le point sur leurs aspirations profondes, quitte à emprunter un nouveau chemin.

Envie d'une bulle de légèreté ? de strass et de paillettes ?
Vous laisserez-vous entraîner au milieu de la piste ?
Vous y retrouverez Soizik et sa team… et peut-être même un « guest » que vous ne serez pas prêt.e d'oublier !
Commenter  J’apprécie          180
Soizik, professeur d'histoire-géographie, au seuil de la retraite, se retrouve en convalence à l'hôpital. Pour passer le temps, elle décide de mettre sur papier sous la forme d'un roman ses rêves dont celui d'utiliser la cave de sa maison pour en faire une discothèque disco. Mais, elle ne se doute pas que ses filles et toutes les personnes nommées dans son roman vont la prendre au mot..

Une partie de la Bretagne va vivre les transformations avec émoi et dynamisme, mais comment transformer un vieux hangar et une vieille cave en discothèque ? Est-ce que John Travolta serait d'accord pour venir élire la meilleure disco Queen ?

Stéphanie Janicot livre un merveilleux roman qui explore la nécessité de la joie et de la légèreté face aux duretés et aux désillusions de la vie. Deux récits dans un, maitrisés avec grandeur : la vie réelle se superpose à celle imaginé par Soizik en toute simplicité.

Un roman aux multiples facettes, car à la fois émouvant et drôle, pétillant et grave. Les thèmes de la différence, de la vieillesse, des non-choix comme des non dits sont distillés à travers les différents chapitres. Des chapitres quoi ont chacun un titre de chanson, comme une playlist, qui donne envie de danser mais surtout de croire en nos rêves les plus grands.

Une bande filles telle des vraies disco Queen dont on n'a qu'une envie, c'est de partager des week-end avec elle, en se déhanchant sur du disco ! le disco a comme une saveur particulière dans ce roman car c'est une époque différente, une époque de liberté, une époque de grande légèreté.

Un beau roman qui pourrait paraître léger comme l'air mais qui pose énormément de question sur nos choix de vie, sur nos aspirations, sur nos chemins choisis.. "Disco Queen" fait du bien, grâce à la plume de Stéphanie Janicot mais surtout à l'humour de ses personnages, dans une actualité maussade. A découvrir si vous voulez avoir le sourire !
Commenter  J’apprécie          100
Une dame retraitée de l'E.Nat,Soizik, est heureuse de retrouver la banlieue rennaise ; hélas son coeur lui joue des tours , plus une maladie du sang là dessus, et la voilà hospitalisée 9 mois.
Elle en profite pour coucher ses rêves sur le papier : ouvrir une discothèque dans les caves de sa propriété où le disco serait roi. Cela se traduit dans le livre que nous lisons par des polices différentes ; le rêve-la réalité, une dystopie en quelque sorte. Et parce que sa famille , ses amies lisent son ouvrage, ils tenteront de mettre en musique le rêve deSoizik .
C'est gentillet, plein de bons sentiments , S.Janicot s'y efforce depuis plus de 20 ans, et elle avance avec son temps, la transidentité y a toute sa place.
Les paillettes , la boule à facettes, un agréable moment à passer.
Commenter  J’apprécie          120
En tombant sur cette nouveauté à la médiathèque, je ne pouvais que l'emprunter
Par son titre évocateur déjà, puisque ma devise sur ce style de musique c'est : " Disco never die..." mais aussi par le pitch que j'ai trouvé alléchant
L'histoire se situe au village le Breuil, en Bretagne, entre Rennes et Nantes, où Soizik, professeur d'histoire-géo, jeune retraitée de 60 ans, va remettre en question le reste de sa vie, lors d'une convalescence à l'hôpital suite à un infarctus.
Lors de son séjour hospitalier, on lui apprend qu'elle est atteinte de leucémie. A partir de ce moment-là, Soizik n'aura plus qu'une idée en tête pour s'en sortir et combattre sa maladie : ouvrir une boîte de nuit le "Dancing Queen" et inviter à l'inauguration de cette boite disco son idole du film "Saturday night fever" John Travolta
Pour passer le temps à l'hôpital, Soizik va coucher sur papier son projet, en voulant transformer son hangar en boite de nuit, et en mettant en scène ses filles, ses petites filles et ses amis d'enfance, qui l'aideront à la réalisation de celui-ci !
Elle fera lire les pages de son roman à sa fille aînée Chloé, qui va très vite vouloir faire prendre vie au rêve de sa mère et créer la surprise de celle-ci à sa sortie d'hôpital...
Ses filles et ses amies vont très vite se prendre au jeu de la fiction et entreprendre la mise en oeuvre du projet.
Et si le rêve devenait réalité ?
C'est un "récit dans le récit" du fait que le personnage principal écrit un roman sur le rêve qu'elle aimerait réaliser. C'est pour Soizik une sorte de thérapie, pour l'aider à guérir...
C'est un roman qui par son sous-titre "L'indispensable légèreté de l'être", peut paraître léger, mais il en est tout autre. Outre la maladie en toile de fond, ce roman aborde plusieurs thèmes : les liens familiaux, la vieillesse, l'entraide, l'amitié, la transidentité...
On s'attache aux multiples personnages de l'histoire, c'est drôle, cocasse parfois, et chaque chapitre est nommé par un incontournable titre du disco, en passant par les Bee Gees, ABBA, Donna Summer, Gloria Gaynor, Claude François, et tant d'autres encore...
Une chose est sûre, lorsque vous le lirez, vous aurez qu'une envie, c'est de danser sur les rythmes endiablés du disco et une fois le livre terminé, sans doute comme moi vous vous direz qu'il est important de croire en ses rêves, de ne jamais lâcher, jusqu'à possiblement les réaliser
Commenter  J’apprécie          00
Chère Stéphanie,

Est-ce normal qu'après avoir lu ton roman j'ai eu envie de changer le lustre du salon pour une boule à facettes, que l'album des « Greatest Hits » d'ABBA tourne en boucle lorsque je rentre chez moi et que je ne rêve que de pantalons patte d'eph et de chemisiers fluides qui scintillent de mille éclats….

Lâcher-prise et légèreté, cette période Disco revêt une tonalité particulière, une sensation de liberté qui résonne toujours dès que l'on évoque les années 70 et leurs tubes incontournables (merci à toi de me les avoir rappelés...).

On pourrait penser en lisant ces quelques lignes que ton roman est tout en légèreté et facilité alors que pas du tout. C'est d'ailleurs ce qui m'a agréablement surprise. J'étais là, me déhanchant doucement à chaque titre de chapitre énoncé, et progressivement, ton récit m'a absorbée, étonnée, m'emmenant sur des pistes que je n'avais pas soupçonnées. Dans chacun des membres de cette équipe, celle qui oeuvre pour mettre en place un dancing où le disco sera la vedette (et peut être John Travolta…), c'est la preuve du temps qui passe, des familles qui se construisent, qui évoluent, où enfants et parents ont tant à se dire sans parfois savoir comment…C'est chaque être humain qui cherche à être, c'est aussi l'enfant en soi avec ses rêves que l'on perd en chemin, parce que la vie, parce que les autres, parce que les choix, les accidents de parcours et les silences, les blessures que l'on camoufle, les secrets que l'on tait.

Ce roman, tendre et chaleureux invite à s'interroger, à se demander si le chemin que l'on emprunte est bien le nôtre. C'est une invitation à s'élancer sur la piste de danse, à laisser les vibrations de chaque morceau s'insinuer en nous, c'est une pause bienvenue pour écouter le tempo qui s'accordera le mieux à notre propre rythme….

Lien : https://www.instagram.com/p/..
Commenter  J’apprécie          60


critiques presse (3)
LaCroix
13 mars 2023
Une sexagénaire en convalescence rêve d’ouvrir une discothèque, dans son village isolé de Bretagne. Stéphanie Janicot signe un éloge de la légèreté.
Lire la critique sur le site : LaCroix
LeJournaldeQuebec
06 février 2023
Les nostalgiques des boules en miroir, des planchers lumineux, de la musique des Bee Gees et des chorégraphies de John Travolta vont se régaler en lisant le nouveau roman de Stéphanie Janicot, Disco Queen. L’autrice de plusieurs romans à succès s’est inspirée des éléments marquants de cette époque de grande légèreté pour imaginer l’histoire émouvante d’une sexagénaire en convalescence en Bretagne, à qui on prépare une fête surprise.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Bibliobs
16 janvier 2023
Par quelle alchimie pourrait-on transmuer la maladie, la vieillesse ? Hospitalisée pour une crise cardiaque, Soizic, professeure au seuil de la retraite, rêve de métamorphoser sa vie en ouvrant une discothèque dans son village du Breuil en Bretagne.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
On se rend compte trop tard de ce qui aurait été la juste attitude, avec ses parents, avec les hommes, avec ses enfants, avec ses collègues. Lorsque enfin il te semble l’avoir trouvé, tu n’as plus personne avec qui l’appliquer.
Commenter  J’apprécie          40
Elle a fini par attraper une boîte de cartes large format dont le dos était illustré par un ange aux ailes déployées.

— Tiens, choisis-en une de la main gauche, a-t-elle dit en les étalant face contre le lit. Soisik, complaisante et lasse, a pioché en plein milieu.

— Alors? a fait Yanne, excitée, en lui prenant la carte des mains.

Puis, ravie, elle a énoncé :

- “Party time”. Oh, maman, tu as trop de chance. “Party time”, c’est court, c’est précis. Tu vas sortir d’ici et faire la fête. Tu te rends compte?
Commenter  J’apprécie          00
C’est ce que j’adore avec les américains,…, ils savent se réjouir de peu et prodiguer des encouragements.
Commenter  J’apprécie          30
Parfois, certains mots ouvrent une faille dans l’intimité de l’autre,qui de ceux fait , cesse d’être un étrange.
Commenter  J’apprécie          20
Toutes les initiatives sortant de l’ordinaire suscitent des réactions pour les freiner voire les détruire, c’est une loi imparable de l’évolution humaine.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Stéphanie Janicot (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stéphanie Janicot
Avec François Busnel, Pierre Furlan, Stéphanie Janicot & Françoise Nyssen Lecture par Pierre Baux
Russell Banks (1940–2023), deux fois finaliste du prix Pulitzer, était assurément l'un des écrivains majeurs de sa génération et l'un des plus engagés. Il n'a eu de cesse pendant plus de quarante ans de mettre en scène des personnages issus de l'Amérique profonde, confrontés à l'adversité de la vie. Son oeuvre, composée d'une vingtaine de textes de fiction et de non-fiction, a obtenu de nombreuses distinctions internationales. Deux de ses oeuvres ont été adaptées au cinéma : de beaux lendemains (réalisé par Atom Egoyan) et Affliction (réalisé par Paul Schrader). Russell Banks fut également président du Parlement international des écrivains chargé de défendre les écrivains victimes de persécution. Pour l'évoquer ce soir : des témoignages, souvenirs, analyses, extraits de documentaires et moments de lectures.
À lire – Russell Banks, Oh, Canada, éd. Actes Sud, 2022. le reste de son oeuvre est publié aux éditions Actes Sud.
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (113) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3655 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..