AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782080810663
186 pages
Flammarion (04/01/1999)
3.93/5   35 notes
Résumé :
Qu'est-ce que l'ironie ? Quelles en sont les formes ? Quels en sont les pièges aussi ? Autant de délicates questions auxquelles l'auteur répond, non sans ironie lui-même, avec l'aide d'une infinité d'exemples qui montrent son immense culture, musicale aussi bien que philosophique.
Sommairement, qu'est-ce que l'ironie, sinon la conscience, mais une bonne conscience joyeuse - ce en quoi elle se distingue de l'hypocrisie ? Pas d'humour sans amour, ni d'ironie sa... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Denis_76
  08 octobre 2020
Dans les années Trente, Janké sort « L'ironie » ; dans les années cinquante, il modifie un peu son livre et sort « L'ironie ou la bonne conscience » : c'est celui que j'ai lu.
L'auteur écrit : « L'ironie, comme Eros, est une créature démonique »
C'est faux puisque l'ironie emmène l'ironisé vers des valeurs positives…. A moins que…
.
L'ironie n'est-elle pas la liberté ?
Ironie / humour / sarcasme / pamphlet / pique / moquerie / persiflage / raillerie / plaisanterie / cynisme / satire : il y a tellement de nuances !
Quel est le rapport entre l'ironie et la conscience ?
Et existe-t-il une bonne et une mauvaise conscience ?
Mais qu'est-ce que l'ironie ? Qu'est-ce que la conscience ?
L'ironie, c'est comme un puzzle démarré, et… à toi, maintenant !
L'ironie, c'est souffler la réflexion par allusions profondément pensées, sur lesquelles on a pris du recul, et qu'on distille avec détachement ;
L'ironie, c'est un psaume de l'ancien testament, un signal qui conduit à un signe si le lecteur réfléchit ;
L'ironie, c'est Socrate buvant la ciguë avec indifférence, et des silences qui en disent long… pour la postérité ;
L'ironie, c'est Robin Williams qui monte sur la table pour montrer aux élèves un autre point de vue, afin qu'ils en tirent leurs propres réflexions, et cassent leurs routines ;
L'ironie, c'est Voltaire qui, par piques et allusions montre aux lecteurs les dégâts de la religion…
Voilà mes pensées propres que je tire de ce livre de Vladimir Jankélévitch.
.
Jankélévitch est « une tête », pas seulement en philosophie, mais aussi en musique. Il est même possible que ce soit un surdoué.
.
MAIS ce livre est difficile à lire. Janké « plane » au-dessus de nous, c'est une superbe analyse, mais où est la synthèse ? Et ça part dans tous les sens. Pour moi, ce livre est une belle recherche, mais n'est pas abouti, si bien que je n'aime pas son style, et je suis d'accord avec COLIMASSON. Qu'ont-ils donc, ces philosophes du XXè siècle à être dans l'entre-soi ?
Et que je te balance des mots en grec ;
Et que je t'utilise des mots qui me sont inconnus comme amphibolie, colligation, hyperesthésie, sorite, parthénogénèse, haeccéité, etc…pédanteries qui méritent les paires de claques, et je pense aux Inconnus dans « le langage hermétique » :
https://www.youtube.com/watch?v=7w2VbOoXE2k
.
De plus, ce livre est rempli de références de Socrate, Pascal, Stelling, Bergson son prof, Schlegen, Gracian, Jean-Paul, Hegel, etc…Brillantes connaissances du cerveau de V. Jankélévitch, qui déborde en outre dans beaucoup de hors sujets ( pourquoi le romantisme ? le chaos ? Eros ? Ulysse ? ). Il y a cinquante pages de trop….MAIS aussi brillant soit-il, le cerveau ne suffit pas pour écrire, et contrairement à Proudhon que tu cites à la fin, où sont tes tripes, Vladimir ?
.
CEPENDANT, cette écriture soporifique est parfois semée d'étoiles brillantes, de belles définitions, d'idées intéressantes, qui me permettent d'élaborer un modèle conceptuel de l'ironie. Je relève plusieurs remarques intéressantes, noyées, bien sûr, au milieu de son langage abscons.
Je ne vais pas vous « présenter le livre », mais vous livrer ce que j'en ai retenu, car, avec ce genre de livre planant, chacun peut interpréter Janké à sa façon.
L'ironie, d'après ce que j'ai compris, est un art de convaincre, en allant d'abord dans le sens du poil de l'autre, avec frivolité pour l'intéresser, puis déconstruire cela, en démontrer l'absurdité afin d'amener l'autre vers la vraie vérité et les valeurs, comme Socrate, avec sa maïeutique, amène Alcibiade à dégonfler son orgueil ; comme Voltaire montre l'absurde
D'abord, il n'y a pas besoin d'ironie au pays des anges. Pourquoi ? Parce qu'il n'y en a pas besoin, il n'y a pas de méchants.
L'ironie, c'est conduire l'esprit de quelqu'un qu'on estime dans l'erreur, en biaisant par la litote pour ne pas le blesser, souffler la réflexion par des allusions pensées sur lesquelles on a pris du recul ;
Ironiser, c'est faire l'avocat du diable, l'antithèse, pour mieux faire éclater l'absurdité dans laquelle s'est enfoncé l'ironisé ;
Ironiser, c'est faire le roseau face au chêne ;
Ironiser, c'est éveiller la conscience ;
Ironiser, c'est, par des allusions, envoyer des signes à l'ironisé pour qu'il poursuive la réflexion et en trouve le sens, c'est la maïeutique de Socrate ;
Mais c'est aussi l'ensemble des piques De Voltaire, qui avec les philosophes des Lumières, font prendre conscience des excès et des suffisances de l'Eglise.
L'ironique essaie de convaincre, le cynique est au-delà car il a perdu toute illusion.
L'ironique est un simulateur, un charmeur, un joueur de flûte ;
Caméléon, il tend des guet-apens sournois.
Mais l'ironique est aussi un funambule, qui peut tomber à tout instant.
.
Bref, malgré ses défauts de pédantisme et de hors sujets, ce livre est intéressant, car l'analyse de l'ironie est très fine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3211
vincentf
  12 mars 2018
L'ironie semble avoir de plus en plus pignon sur rue au fur et à mesure qu'on ne la comprend plus.
Ce livre essaie d'en dessiner la forme, d'en dégager le sens et de nous prévenir contre les pièges qui la traquent.
D'abord, ironie ne signifie pas mensonge. Il ne s'agit pas de tromper l'adversaire, il s'agit d'en mimer les paradoxes pour le remettre sur le droit chemin, qui, grâce à l'ironie, s'égare un peu dans des méandres à qui il ne fait perdre le nord que parce qu'il les prend aux sérieux.
L'ironie, ce n'est pas non plus – et c'est cela en fait qui a pignon sur rue aujourd'hui – le cynisme. L'ironie est bienveillante. Elle se moque, certes, mais pour le bien de l'autre.
Bref, l'ironie, si elle sait ne pas se laisser dévorer par le discours qu'elle imite, permet de lutter contre les dérives de la pensée unique d'une manière à la fois plus efficace et plus joyeuse que la colère, la correction ou la déconstruction savante.
Lien : http://www.lie-tes-ratures.c..
Commenter  J’apprécie          111
zazimuth
  12 janvier 2017
Coup de coeur quand j'étais étudiante pour cette réflexion et ce regard porté sur la société et quelques-uns de ses travers.
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
taktic66taktic66   03 décembre 2016
L'ennui est l'unité ironique, le vertige s'annulant lui-même; éternité d'un après-midi, profondeur superficielle, toujours affamé et toujours dégoûté. Désespérer, c'est ne savoir que devenir ni où aller, mais s'ennuyer, tout à l'opposé, c'est pouvoir aller n'importe où et devenir n'importe quoi. Les extrêmes se rejoignent; et comme on désespère d'être pauvre et seul, on s'ennuie d'être trop riche ou trop heureux. Si tout est permis, rien n'est permis. L'ennuie est le désespoir renversé ... c'est la façon qu'on les riches d'être pauvres. Quelle dérision!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201
KickouKickou   25 janvier 2022
L’ironie est un appel qu’il faut entendre ; un appel qui nous dit : complétez vous-même, rectifiez vous-même, jugez par vous-même. Pour les sceptiques, le partenaire est simplement un adversaire qu’il faut réduire au silence : seule l’ironie socratique a connu l’interlocuteur dans l’amitié du dialogue. Car l’ironie fait parler. L’ironie délie les langues (...)

L’ironie, sous peine de naufrage, doit ainsi louvoyer périlleusement entre la Charybde du jeu et la Scylla du sérieux (...)

Car le but de l’ironie n’était pas de nous laisser macérer dans le vinaigre des sarcasmes ni, ayant massacré tous les fantoches, d’en dresser un autre à la place, mais de restaurer ce sans quoi l’ironie ne serait même pas ironique : un esprit innocent et un cœur inspiré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
PilingPiling   04 juillet 2011
Par la grâce de l'ironie, le lourd devient léger et le léger ridiculement grave. Il y a interversion des poids : Debussy, par exemple, confie aux notes graves du clavier le petit air de Jimbo's Lullaby, la berceuse-plantigrade ; et comme Socrate tantôt badine sur les choses graves, tantôt parle gravement des frivoles, ainsi chez Debussy le lourd devient aérien, tandis que le léger danse le pas bouffon de l'éléphant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
taktic66taktic66   23 mars 2017
Qui a-t-il de plus navrant qu'une ironie qui tombe à plat, faute d'oreilles assez fines pour la saisir ? L'ironie est donc gnostique. (...) l'ironie sollicite l'intellection; elle éveille en l'autre un écho fraternel, compréhensif, intelligent. A jeu agile, ouïe subtile! L'ironie est un appel (...) qui nous dit: complétez vous-mêmes, rectifiez vous-mêmes, jugez par vous-mêmes!
Commenter  J’apprécie          90
PilingPiling   20 juillet 2008
incipit :
Il est une ironie élémentaire qui se confond avec la connaissance et qui est, comme l'art, fille du loisir. L'ironie, assurément, est bien trop morale pour être artiste, comme elle est trop cruelle pour être vraiment comique.
Commenter  J’apprécie          130

Videos de Vladimir Jankélévitch (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Vladimir Jankélévitch
Le philosophe Vladimir Jankélévitch (1903-1985) livre ses impressions face à sa popularité au début des années 1980. La réédition à l'époque de son livre « Le Je-ne-sais-quoi et le Presque-rien ». Sa définition de ces deux concepts. Sa conception de la vertu, du bonheur, de l'amour, de l'humour et de la mort. Son goût pour la musique. Source : Femme d'Aujourd'hui, 12 mai 1980 Journaliste : Françoise Faucher
Dans la catégorie : FranceVoir plus
>Philosophie et disciplines connexes>Philosophie occidentale moderne>France (324)
autres livres classés : philosophieVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
698 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre