AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782080642813
191 pages
Flammarion (08/01/1992)
3.5/5   11 notes
Résumé :
1914, début de la grande Guerre : rephotographié, recadré, agrandi démesurément, voici pâle, imparfait, et comme surgi du passé le Nain jaune à dix ans au lycée de Bernay. Son regard éperdu, perdu et retrouvé, évoque pour moi Barrès, Giraudoux et, comme le chantait Trenet, la Madelon, un toit de chaume, l'empereur Guillaume...

Mes livres sur mon père, LA GUERRE A NEUF ANS, LE NAIN JAUNE et celui-ci, je n'ai pas pu faire autrement que de les écrire. La... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
bendanco
  25 mars 2016
J'ai prêté attention à la famille Jardin en lisant "Le roman des Jardin" d'Alexandre, l'auteur de Fanfan . Cette famille de dingues m'avait intéressé et j'avais commencé à lire les livres de son père Pascal, dialoguiste entre autres de le Chat avec Gabin et Signoret et membre du trio qui a inspiré César et Rosalie . Des livres sur son père Jean directeur de cabinet de Pierre Laval à Vichy. Qu'il s'agisse de complicité ou de participation directe aux crimes commis par Vichy, l'attitude de Jean Jardin ne mérite pas notre indulgence mais cela n'empêche pas d'être touché par certains aspects de sa vie notamment familiale. de tous les livres consacrés par Pascal Jardin à son père, La bête à Bon Dieu est celui qui m'a le plus touché. Parce que c'est un cri d'amour à l'égard de son père et que ce cri est tout simplement magnifique. le style de Jardin est remarquable, qui use, entre autres du zeugma : « le Nain Jaune (le surnom du père) me soutenant et le bras et le moral » Très belle la lettre du père à son jeune fils : « La jeunesse est un luxe, use, abuse d'elle. Plus tu la fatigueras, plus elle sera immense. » Père et fils vivent des aventures fabuleuses, de la visite en commun chez le proctologue, à l'enterrement de l'ancêtre en passant par la visite à un amour de jeunesse du père au fin fond du pays de Galles. Et cette conclusion magnifique après la mort du père : « L'avenir reconstruit le passé mais n'efface pas la nostalgie. Au contraire, il la multiplie, l'enchante, la désespère. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lecteur_Fouineur
  19 octobre 2020
J'ai lu pour vous le "premier chapitre" afin que vous vous fassiez votre opinion.
Retrouvez cet extrait sonore de quelques minutes afin de l'acheter ou l'emprunter en connaissance de cause.
Lien : https://www.youtube.com/watc..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
flambotteflambotte   21 octobre 2021
- Mais alors, mon chéri, qui écrit quoi et à qui ?
Je ne l'ai jamais su. En quoi est-on l'auteur de ce que l'on écrit ? Pour ma part, des monceaux de notes, témoignages de mes préoccupations sur ce qui se passe dans le monde, remplissent chemises et dossiers. Sont-elles la preuve d'une pensée qui s'ordonne ? Sûrement pas. Je ne suis qu'une éponge gonflée ou séchée par le flux et le reflux des marées qui l'occupent. Les vrais auteurs de ce que j'écris sont d'abord ceux que j'aime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
flambotteflambotte   21 octobre 2021
Au fond, pour les petits cas, nous aimions bien faire en sorte de tomber malades ensemble. Comme lui et moi nous travaillions beaucoup, cela nous faisait des vacances en commun, et des secrets inavouables dont nous parlions ensuite à mots couverts, en pouffant, comme des vieux enfants dissipés qui plaisantent entre eux sur un mal minuscule. Nous nous vaccinions par le rire contre la mort qui est toujours au bout, et contre le cancer qui est souvent probable...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
flambotteflambotte   21 octobre 2021
- Vous avez mal où ?
- Là !
Morant montrait son flanc gauche.
- Alors, vous avez mal là... Oui, oui, je le vois...
Pour confirmer sa voyance, Ribouchet planta deux doigts vengeurs dans le bas-ventre gauche de Paul qui hurla. Victorieux, Ribouchet tonna :
- Vous avez donc mal là...
Puis mon père :
- Il a mal là...
Il se relevait et marchait les mains dans le dos, la cigarette au bec.
- Côlon gauche. Organe malicieux, serpentin de l'angoisse. On ne devrait jamais dire d'une brute : il n'a pas de coeur. On devrait dire de lui : il n'a pas de côlon ! Ah le côlon !... Mon colon !...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
flambotteflambotte   24 octobre 2021
Et aujourd'hui, trente ans plus tard, je me rends compte que, si je n'ai pas aimé enfant mon grand-père sourd commerçant à Bernay, c'est parce que mon père avait oublié de me dire que lui, il l'aimait. Il me manquait une information capitale sur le droit à aimer ou à ne pas aimer.
Commenter  J’apprécie          10
flambotteflambotte   21 octobre 2021
L'homme est fait pour passer dans la nature, et la femme pour y demeurer. Nous violons, nous semons, nous créons. La femme fabrique l'homme, le nourrit et le conserve. Elle est l'être complet. Et ce n'est pas parce que nous avons le pouvoir d'informer la matière pour la transmuer en catastrophe que nous sommes plus forts ou plus hardis que nos femmes, nos mères et nos maîtresses.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Pascal Jardin (3) Voir plusAjouter une vidéo

Pascal Jardin : Guerre après guerre
Olivier BARROT évoque le souvenir de Pascal JARDIN ( "mort trop tôt": 46 ans), dont "Guerre après guerre" reparait chez GRASSET.
autres livres classés : pèreVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1358 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre