AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782882506696
215 pages
Notabilia (01/01/2021)
3.7/5   939 notes
Résumé :
Douze ans plus tôt c’était son père qui s’écroulait terrassé par un AVC, et Clara a géré puisque sa mère en était incapable. Depuis Clara gère tout, très bien : une femme forte qui résiste au stress, aux emplois du temps surchargés, aux réflexions déstabilisantes de sa boss… Mais ce matin-là la voiture refuse de démarrer et c’est Clara qui s’écroule avec tout ce qui fait sa vie. Le burn-out est aussi une histoire de reconstruction mais que c’est difficile de mettre... >Voir plus
Que lire après Ce matin-làVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (225) Voir plus Ajouter une critique
3,7

sur 939 notes
C'est l'histoire d'une chute, d'un effondrement soudain, d'une débâcle intime. Clara ne savait pas qu'elle marchait au bord du gouffre. Elle, la princesse de ce royaume, menton levé, hauts talons qui claquent, tailleur ajusté, et toute cette flopée de certitudes brandie comme un étendard.
Elle travaille dans une entreprise performante, avec un vrai projet et un vrai esprit de corps. Collaboratrice dynamique, solide, qui ne compte pas ses heures… On peut tout vivre dans une entreprise : on peut s'y épanouir, s'y ennuyer à mourir, y pantoufler, ou bien y découvrir l'enfer…
Clara eut bien quelques moments d'incertitudes, de brusque fatigue, mais ces alertes furent vite balayées par ses inébranlables certitudes. Jusqu'à ce mauvais souvenir et cet évènement anodin de la vie quotidienne la contraignant à arrêter cette épuisante course de fond sans point d'arrivée.
Vient alors pour Clara le temps de la grande déchirure. La chute infernale dans un puit noir sans fond. La princesse de ce royaume se transforme en femme hagarde et transparente. « Une invisible égarée dans la foule ».
Esprit vide. Semaine lente. Existence à l'arrêt. « Vie de paramécie ». « Immobilité d'iguane ». La famille, les amis, l'homme qu'elle aime ne comprennent pas ce qui lui arrive. Ils l'aident, la soutiennent, l'engueulent, se retirent désappointés sur la pointe des pieds, reviennent. Rien n'y fait. Clara s'enfonce dans sa nuit, s'enferme dans sa terrifiante immobilité.
Il lui faudra revenir en arrière, loin derrière, presque aux origines, pour retrouver ce carrefour et emprunter cette fois le bon chemin. Puis recommencer à vivre. Tout doucettement.
Un roman âpre, dur, qui fait mal parfois. Un roman difficile à lire parce qu'il nous renvoie à nos propres incertitudes, à nos propres interrogations, à la vacuité de nos existences modernes. À notre marathon intime.
Un roman qui ne s'oublie pas.


Commenter  J’apprécie          1386
Il y a douze ans, Clara assiste presque impuissante à l'effondrement de son père.
Douze ans plus tard, ce matin-là, c'est Clara qui s'effondre.
Gaëlle Josse dédicace ce livre « À tous ceux qui tombent ».

Je suis tombée.
Il y a trois ans.
Effondrée dans ma cage d'escalier. le corps en miettes. L'esprit vidé et aspiré par du trop plein.
Le corps en lambeaux.

Ce matin-là est un roman qui mériterait d'être souligné de long en large tant il n'est que prose et verve.
Mais, effondrés à lécher le sol, avez-vous accès à ces montagnes de prose ?
Je vous réponds en mon âme et conscience : non. Vous n'avez plus accès qu'à un monde en noir et blanc.
Alors pourquoi toutes ces couleurs dans ce livre ? Ces couleurs m'ont sauté aux yeux très vite. Gaëlle Josse décrit tout comme si elle écrivait avec des pinceaux de couleur. du jaune ici, du vert par là, du bleu.
Éblouissant.
Étourdissant.
Évanescent.
Et puis quoi encore ?

Un petit tour à la mer parce que l'envie de voir l'océan vous prend soudainement ?
Ou un détour chez le fleuriste pour acheter un bouquet de tulipes ?
Vous croyez vraiment qu'effondrés par terre, on ait l'envie d'une escapade à la mer ou de bouger chez le fleuriste ?
Non. C'est comme l'été. Il fait peur quand il arrive. Il fait honte et horreur. Car effondrés par terre, on pleure de ne pouvoir toucher ces gens heureux, de ne pouvoir marcher jusqu'au fleuriste du coin, de ne pas suivre le bonheur léger des vagues au loin berçant l'océan.

J'ai lu ce livre par envie et intérêt personnel. Je n'y ai vu que du talent stylistique et très peu d'humanité.
L'effondrement pour Gaëlle Josse est introspectif, impalpable, silencieux. Et très lyrique, presque chantant, très arc en ciel aussi.

J'ai lu ce livre et je n'ai qu'une envie, crier, hurler. Tout mais pas ça. Pas ces couleurs partout. Pas ces phrases imagées métaphoriques à souhait qui enrobent la souffrance. de la simplicité pour que tous ceux qui tombent s'y retrouvent. Parce que la nuit pour beaucoup est parfois très longue. On n'a pas besoin de tulipes, de mer, de chemises jaunes fleuries. Quelqu'un qui pleure et qui a mal peut être très simple. Elle parle avec son coeur, ses tripes et son corps. le cerveau est verrouillé. Ce matin-là fut trop cérébral et lyrique pour me convaincre.
Commenter  J’apprécie          13536
Juillet 2006. Premier chapitre. Événement banal, un AVC, un renoncement, pourtant tout de suite happée. C'est le nouveau roman de Gaëlle Josse....

8 octobre 2018. Ce matin-là, la voiture ne démarre pas. La goutte d'eau qui fait déborder le vase, Clara trente cinq ans, lâche tout, victime du burn-out, ce nouveau mal du siècle. "Clara la vaillante, vacillante. Une lettre en plus qui dit l'effondrement.
Une lettre qui se faufile au milieu de la vaillance, la coupe en deux, la cisaille , la tranche . Une lettre qui dessine une caverne, un trou où elle tombe, un creux, une lettre qui l'empêche de retrouver celle qu'elle était, entière , debout."
Un trou noir où son énergie vitale est anéantie. Travail, amour, famille, amis, plus rien ne suit, le néant.
Comment retrouver la lumière ? le chemin de la sortie ? Une des questions les plus posées dans notre monde actuel . le psy ? Les pilules pour voir la Vie en rose ? Une main tendue au bon moment ? Seul l'humain peut sauver l'humain , l'amour, l'amitié, la chaleur humaine le remède efficace de tout malheur.

Une histoire universelle de nos sociétés modernes, orchestrée telle une partition musicale sous la plume magnifique de Josse. La minutieuse harmonie secrète de ses mots tout simples, qui s'approche au plus près des sentiments, illumine ce récit émouvant sur l'univers sombre de la dépression, accompagnant son personnage sur son chemin de croix pour tenter d'"appartenir à nouveau au souffle de la vie."
Son dernier livre m'avait déçue, là je suis à nouveau reconquise ! Plus que l'histoire elle-même, ceux sont les petits détails, le miroir de Gazaleh, une photo, les souvenirs, le titre d'un livre entraperçu, la lumière qui danse sur les murs....qui en font un des petits bijoux littéraires de cette rentrée !

"Au fond, aimer sans i devient amer".
Commenter  J’apprécie          12022
En ce soir du 2 juillet 2006, alors qu'elle s'apprête à quitter ses parents pour rentrer chez elle, elle assiste presque à la chute de son père. Sa mère, hébétée, figée sur place, ne fait rien. Clara prend tout en charge. Après le terrible trajet dans le camion des pompiers, l'attente, interminable, dans la salle d'attente de l'hôpital, le diagnostic est posé : un AVC. Dès lors, la jeune femme, qui prévoyait de partir enseigner à l'étranger, décide de rester...
En ce matin du 8 octobre 2018, Clara, apprêtée pour une nouvelle journée de travail, s'engouffre dans sa voiture. Malheureusement, celle-ci ne démarre pas. Rien à faire. La jeune femme s'agite. Pense à tout ce qu'elle a à faire. Les minutes passent. Elle regagne le hall de son immeuble en titubant. Monte machinalement les marches. Et glisse, le dos collé à la porte. Des larmes, des spasmes, des frissons qui durent indéfiniment. Ce matin-là, Clara n'ira pas travailler...

Ce matin-là, Clara n'est plus que l'ombre d'elle-même. Effondrée, physiquement, psychologiquement. Sans raison apparente, si ce n'est cette voiture qui ne voulait pas démarrer. La goutte de trop qui a fait vaciller la jeune femme. Démunie, dans l'incompréhension totale, dans l'incapacité de mettre des mots sur ce qui lui arrive. Une fois le diagnostic posé par son médecin, à savoir un burn-out, il s'agira pour elle d'analyser, de comprendre pour tenter de se retrouver, de trouver son chemin. Gaëlle Josse traite, avec beaucoup de sensibilité et au plus près des émotions et ressentis, du burn-out, maladie malheureusement de plus en plus fréquente de nos jours. Tout en finesse, elle en relate les origines, les syndromes (repli sur soi, perte d'appétit, déconsidération...), les étapes de la lente reconstruction et réussit parfaitement à se glisser dans la peau de Clara. de sa plume, lyrique, poétique, subtile, elle interroge sur les choix de vie (intime, professionnel), les désirs, les frustrations et sur la vie qui, immanquablement, bat toujours...
Commenter  J’apprécie          852
Très investie dans son travail au sein d'une société de crédit, Clara, la trentaine, ne comprend pas ce qui lui arrive quand survient le burn-out. du jour au lendemain incapable de poursuivre le cours de son existence, la jeune femme se retrouve durant des semaines, puis des mois, face au vide, alors que tout, subitement privé de sens, s'effrite autour d'elle. Seule son amie de toujours semble capable de lui prêter main forte...


Gaëlle Josse décrit avec la plus grande clarté la soudaine coupure d'électricité qui empêche soudain le corps de fonctionner, la brutale plongée dans un abîme où plus rien n'a de sens et où tout élan vital semble mort. L'entourage ne comprend pas, s'impatiente et se lasse. Entre médicaments, introspection et long tâtonnement dans une obscurité sans fond, il faut trouver seul la porte de sortie, l'étincelle qui permettra de se réinventer une vie. Peu à peu se dessine la trajectoire d'une vocation manquée, d'un enfermement progressif dans un emploi où la pression croissante rend bientôt insupportable un profond conflit de valeurs.


Si, indéniablement maîtrisé et superbement écrit, le récit rend parfaitement limpide le mécanisme du burn-out, l'on pourra néanmoins regretter un parti-pris narratif très optimiste et lumineux, comme si, soucieuse de ne pas trop plomber un texte construit sur une thématique si sombre et si difficile, l'auteur s'était à la fois gardée d'une trop forte charge émotionnelle et hâtée de regagner au plus vite la rive ensoleillée de l'existence. Intellectuellement séduit par la réflexion de l'écrivain, le lecteur comprend, mais sans la ressentir, une émotion trop prudemment tenue à distance, tandis qu'un certain scepticisme l'envahit quant à la rapidité et à l'évidence du nouveau choix de vie de Clara.


Après mon grand coup de coeur pour Une femme en contre-jour, ce livre intéressant et agréable, où l'on retrouve avec plaisir la jolie plume de l'écrivain, m'a relativement laissée sur ma faim. Si elle ne manque pas de charme, son histoire, un peu trop miraculeuse pour convaincre totalement, reste aussi trop sagement à la lisière de l'émotion pour laisser entrevoir la véritable profondeur du gouffre de la dépression.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
Commenter  J’apprécie          8013


critiques presse (3)
LaPresse
02 février 2021
Un roman à propos d’un burn-out en pleine pandémie, alors que certains d’entre nous cherchent une motivation pour se lever le matin ou du moins, des raisons de rire ? Oui, pourquoi pas ?
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeFigaro
07 janvier 2021
L’auteur saisit avec justesse les instants fragiles d’une vie sur le fil.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Culturebox
07 janvier 2021
Gaëlle Josse s’attaque à un sujet en apparence peu attrayant pour le lecteur en ces temps sombres : le burn out et la dépression d’une jeune salariée. Mais avec ses mots simples, sans pathos, elle en tire un lumineux roman.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (198) Voir plus Ajouter une citation
Elle aime cette activité domestique, mettre en marche le lave-linge. Elle aime ce ronronnement rassurant et se dit qu'il n'y a guère que cela qui tourne rond dans sa vie.
Elle s'assied devant en tailleur et regarde le mouvement circulaire et nonchalant de ses vêtements à travers le hublot (...)
Puis l'odeur du linge propre, essoré. Tout semble remis à neuf, effacé , rincé.Une absolution. Elle aimerait qu'il en soit ainsi de sa vie, et aussi de la terre entière, et que tout tourne ainsi,dans un mouvement orbital parfait et infini.


( p.125)
Commenter  J’apprécie          230
Clara l'a aimé pour cette façon pleine, entière, d'habiter le présent jusque dans ses moindres recoins, d'y laisser entrer une lumière vive, égale, joyeuse.Elle a aimé son regard droit, posé, sa curiosité du monde.

( p.69)
Commenter  J’apprécie          110
Cette femme, à quelques mètres d'elle, elle la regarde longuement.Pas toute jeune.Clara scrute son maquillage appuyé et se demande où cette femme trouve l'énergie, le matin, la patience de passer tout ce temps devant son miroir, à tenter de gommer, d'estomper les traces du temps (...)
La question demeure en elle, alors qu'elle se lève et se met en route pour rentrer, oui, d'où viennent cette force, cette tension, ce tenir-droit, cette vitalité ?
Si elle avait encore droit à un vœu, c'est ça qu'elle demanderait, et seulement ça.

( p.103)
Commenter  J’apprécie          30
Les gens, elle les reconnaît, maintenant, quand elle les voit, les comme elle, ceux qui cèlent un appel loin dans leurs yeux, un point qui raconte la lassitude, qui annonce qu'ils vont bientôt lâcher ; qui dit tenir-bon qui tremble, prêt à céder. Elle le voit, comme si ce matin- là, depuis l'heure de la chute, quelque chose s'était ouvert en elle, un passage, une voie d'accès vers elle-même, et vers tous ceux qui n'en peuvent plus de serrer les dents.

( p.202)
Commenter  J’apprécie          20
S'apprivoiser.La vie serait-elle autre chose qu'éviter les frottements trop rugueux avec autrui ? Et pourtant, parfois, le silex, l'étincelle, le feu...

(Éditions Noir et Blanc, 2021, p.210 )
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Gaëlle Josse (53) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gaëlle Josse
Dans son dernier ouvrage, Gaëlle Josse nous invite à plonger dans les méandres de la nuit intime de chacun. À travers une série de microfictions minutieusement ciselées, elle explore les vicissitudes de l'existence, les petites victoires et les grandes défaites qui marquent nos vies. Dans cet univers littéraire, les personnages prennent vie, chacun portant en lui son lot d'émotions lancinantes.
Que ce soit le père éloigné de sa fille, l'homme solitaire repensant à son amour de jeunesse, ou la femme attendant en vain son compagnon promis, tous ces individus traversent des moments de doute, de désir et de désillusion. Gaëlle Josse capte avec finesse les décalages entre les êtres, leurs espoirs et leurs regrets, offrant ainsi un reflet fidèle de la condition humaine.
Parmi ces protagonistes anonymes ou nommés, il y a le pianiste renommé qui sent son art l'abandonner, le petit garçon témoin des tourments de ses parents, et bien d'autres encore. Chacun est saisi à un instant crucial de son existence, révélant ainsi toute la complexité de l'âme humaine.
À travers les pages de son livre, Gaëlle Josse donne vie à ces personnages, les rendant éclatants dans leur vulnérabilité. Son écriture aérienne, teintée de mélancolie et de lumière, nous transporte dans un univers où se mêlent les voix de Billie Holiday et les mélodies de Bach. "Chacun de nous a sa nuit" se révèle être bien plus qu'un simple recueil de récits ; c'est une ode à l'humanité, à ses luttes et à ses rêves, magnifiquement capturée par une plume sensible et poétique
+ Lire la suite
autres livres classés : burn-outVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (1739) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3650 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..