AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782866424886
94 pages
Cahiers du cinéma (08/11/2007)
3.84/5   16 notes
Résumé :
Au milieu des années soixante-dix, Eraserhead fait figure d'ovni dans le paysage cinématographique et marque les débuts fulgurants d'une oeuvre étrange qui se poursuit depuis plus de trente ans, ponctuée de films-cultes comme Blue Velvet, Sailor et Lula, Lost Highway ou, plus récemment, Mulholland Drive, et jusqu'au récent Inland Empire, et d'une série, Twin Peaks, qui surprend et séduit les cinéphiles à l'orée des années quatre-vingt-dix et devient un modèle pour l... >Voir plus
Que lire après David LynchVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Voici un ouvrage qui se lit vite et qui apporte l'essentiel sur le cinéma de David Lynch et son évolution. Chaque chapitre regroupe plusieurs films, cherchant par là à faire coïncider chronologie et thématique (à une exception près, Une histoire vraie). Sont donc abordés tout d'abord Eraserhead, Elephant Man et Dune - ce qui peut paraître tout à la fois logique du point de vue chronologique et étrange d'un point de vue thématique, mais présente une certaine cohérence. Viennent ensuite Blue Velvet, Sailor et Lula et Une histoire vraie, sous la thématique de l'Amérique), puis la série Twin Peaks (série et film) et Lost Highway, sous une thématique féminine. Enfin, l'ouvrage se conclue sur les deux films qui traitent - entre autres - du rêve Hollywoodien : Mullholand Drive et Inland Empire.

Chacun des films est analysé, de façon peut-être un peu trop succincte à mon goût ; certes, le livre est conçu pour être court, appartenant à une série qui a pour but de proposer une première approche du sujet et se veut grand public. Pour autant, on peut être concis et un peu plus précis que l'auteur, qui se complaît parfois dans le flou. On trouve également en début d'ouvrage quelques clichés, comme celui du film qui, forcément, de façon sous-jacente, aurait comme véritable sujet David Lynch cinéaste. Pas très convaincant, à mon avis... Mais je dois reconnaître que l'ensemble des analyses se tiennent tout de même très bien. de plus, on trouve également quelques apartés, notamment des zooms sur des séquences de films (l'accident de la route dans Sailor et Lula, le théâtre Silencio dans Mulllholand Drive), qui complètent très bien le reste de l'essai.

Pour moi qui aime beaucoup David Lynch, mais qui n'avait pas vu ses films depuis assez longtemps et qui n'ai encore jamais visionné Eraserhead et Inland Empire , j'ai trouvé ici un bon moyen de me remettre dans le bain et il ne devrait pas se passer beaucoup de temps avant que je ne me replonge dans le cinéma lynchien.
Commenter  J’apprécie          180
Tour d'horizon de l'oeuvre de David Lynch sans vraiment d'analyse approfondie.
Commenter  J’apprécie          140
Courte monographie bien illustrée sur l'oeuvre d'un plasticien et cinéaste dont les travaux m'ont impressionné durablement : que ce soit la série télévisée Twin Peaks ou les films (surtout Blue velvet et Muholland Drive mes ptéférés) , je trouve son travail très déstabilisant ,d'un érotisme troublant , excitant intellectuellement (ou très ésotérique comme « Inland Empire » ) et parfois d'une beauté foudroyante. L'étude de Thierry Jousse permet de mieux discerner les lignes de force de l'oeuvre et les éventuelles influences .
Commenter  J’apprécie          50
Un rapide survol des films de David Lynch. A sa place dans son fonds de référence d'une bibliothèque personnelle.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Car la force d'Eraserhead tient aussi énormément à son esthétique très singulière. Noir et blanc charbonneux, bande sonore non réaliste, créatures étranges, hybrides, au premier rang desquelles le bébé qui tient davantage de l'animal vagissant que du nouveau-né, séquences d'animation, effets spéciaux artisanaux, goût des métamorphoses, atmosphère oppressante, tout concourt à faire du film de David Lynch une sorte d’objet bizarre sans pour autant se perdre dans la gratuité ou l'originalité pour l’originalité. Eraserhead fait partie de ces films connectés directement à l'inconscient de leurs auteurs comme à celui de leurs spectateurs.

Accouchements, naissances, métamorphoses
Commenter  J’apprécie          160
En réalité, la grande affaire de David Lynch pendant son adolescence, c'est la peinture. Vers l'âge de quatorze ans, le futur cinéaste se prend de passion pour un moyen d’expression qui sera le sien pendant des années et qu'il n'abandonnera jamais totalement, même lorsqu'il fera des films régulièrement et professionnellement.

Accouchements, naissances, métamorphoses
Commenter  J’apprécie          150
L'enfance de David Lynch, c'est la découverte de sensations intimes et notamment cette sensation particulière que sous la surface existent d'autres mondes plus rampants, plus grouillants, plus abstraits, mais c'est aussi les années cinquante et le début d'une fascination pour une époque qui ne se démentira pas quand l'enfant deviendra cinéaste.

Accouchements, naissances, métamorphoses
Commenter  J’apprécie          130
Après Lost Highway et Une histoire vraie, David Lynch entame, avec Mullholand drive, ce qui constitue, jusqu'à nouvel ordre, la dernière partie d'une oeuvre qui demeure très ouverte.
p.71
Commenter  J’apprécie          80
Au fond ce que Lynch avait raté avec Dune , il le réussit avec Twin Peaks , c'est à dire une saga à forte connotation mythologique , sauf que , dans la série,la mythologie s'inscrit dans un univers aux apparences contemporaines dont les contours ésotériques sont plus accessibles , plus séduisants et, finalement, plus fascinants que dans l'adaptation du livre de Frank Herbert.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Thierry Jousse (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thierry Jousse
Les invités du Book Club se penchent avec nous sur le concept ambivalent de musique "populaire".
Thierry Jousse, journaliste et critique de cinéma, publie "Bandes originales. Une histoire illustrée de la musique au cinéma". Il y montre que, si les bandes sons de films ont longtemps occupé une place de second rang, elles font désormais partie prenante de la création cinématographique.
Gérôme Guibert et Guillaume Heuguet, eux, dirigent "Penser les musiques populaires" : un ouvrage qui pose les premiers jalons d'un renouvellement de la recherche francophone sur les formes et les pratiques musicales contemporaines.
#musique #musiquepop #bookclubculture
_____________ Venez participer au Book club, on vous attend par ici https://www.instagram.com/bookclubculture_ Et sur les réseaux sociaux avec le hashtag #bookclubculture
Retrouvez votre rendez-vous littéraire quotidien https://youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrqL4fBA4¤££¤6Du Book Club18¤££¤ ou sur le site https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/bienvenue-au-book-club-part-2
Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture Twitch : https://www.twitch.tv/franceculture
+ Lire la suite
Dans la catégorie : CinémaVoir plus
>Représentations scéniques>Cinéma, radio, télévision>Cinéma (744)
autres livres classés : cinemaVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (51) Voir plus



Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
7075 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre

{* *}