AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Wayne Wang (Préfacier, etc.)Christine Le Boeuf (Traducteur)Marie-Catherine Vacher (Traducteur)
EAN : 9782742711673
370 pages
Actes Sud (04/06/1999)
3.98/5   175 notes
Résumé :
En 1990, Paul Auster publie dans le New York Times un court texte, Le conte de Noël d'Auggie Wren. Le réalisateur Wayne Wang lui propose de l'adapter. Auster sera finalement le scénariste du film, et le tournage de Smoke se prolongera dans celui de Brooklyn Boogie. Un bureau de tabac est au centre de cette fiction où se croisent les personnages les plus pittoresques, tous empruntés à la vie quotidienne de ce que Paul Auster appelle " la grande république populaire d... >Voir plus
Que lire après Smoke - Brooklyn BoogieVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Smoke est le scénario du film éponyme tourné avec Harvey Keitel. Paul Auster raconte la genèse de ce scénario et en livre ensuite le texte. L'action se situe dans un débit de tabac dans le quartier de Brooklyn, lieu de rencontre des divers protagonistes.

La beauté de Smoke est cette petite flamme qui d'un seul coup réunit deux êtres qui se côtoient tous les jours sans se regarder. Il suffit d'un détail, de trois fois rien et le regard sur l'autre change. C'est fantastique !
J'ai adoré ce passage où le client écrivain, fumeur de petits cigares, regarde les photos d'Auggie par politesse, sans vraiment comprendre ce qu'il veut montrer. Car Auggie prend tous les jours, à la même heure, une photo de sa rue. Il en a des pages entières. Mais pour l'oeil averti, ce n'est jamais la même photo. Et subitement, l'écrivain va le comprendre quand il reconnaîtra sa femme (décédée depuis deux ans) sur l'une d'entre elles.
Une petite flamme, une petite étincelle et hop, la vie change, prend d'autres couleurs, celles de l'amitié qui réunira ces deux hommes.

Smoke, c'est aussi l'histoire de ce jeune black, Rachid, pris en charge par l'écrivain qui lui vient en aide.

Smoke c'est encore une ou plusieurs histoires de couples, de musique... Mais c'est avant tout un regard sur les gens, leur vie, leur côté sombre et leur côté lumineux parce que « chacun des personnages de l'histoire a ses forces et ses faiblesses. »

Le deuxième scénario est Brooklyn boogie.
Même si le décor est le même, ce film est une ode au quartier de Brooklyn et à ses habitants. C'est là aussi que vit l'auteur. Ce scénario a plus valeur de documentaire que de film. On y découvre New York, ses habitants venus de tous horizons, ses couples, la musique et surtout la vie, la condition humaine. On y apprend que tout le monde se côtoie à Brooklyn, toutes les races, toutes les religions, toutes les classes sociales.
C'est un quartier avec ses bons et ses mauvais côtés.

J'ai beaucoup aimé la part de l'humain dans les textes de Paul Auster et je continuerai volontiers ma découverte de cet auteur. D'autant plus que j'avais commandé Brooklyn Follies auprès de mon libraire, qui suite à une erreur, m'a délivré ce titre. Mais aucun regret !

Lien : http://mespetitesboites.net
Commenter  J’apprécie          230
SMOKE BROOKLYN BOOGIE-WOOGIE de PAUL AUSTER
SMOKE, tout a commencé avec une nouvelle écrite par Paul Auster pour Noël, « le conte de Noël d'Auggie Wren »que Wayne Wang, réalisateur de films va lire, se renseigner sur Auster qu'il ne connaît pas. Il va lui téléphoner, lui demander s'il peut en faire une adaptation. En voyage au Japon, Wang va rencontrer Isiki, un important producteur qui s'avère partant sur le projet. Auster va écrire un scénario juste après avoir bouclé Léviathan. Après bien des vicissitudes liées aux financements, le film se fera avec un casting incluant Harvey Keitel, William Hurt et Forest Whitaker! le titre du film vient de l'ambiance enfumée du bureau de tabac dans lequel travaille Auggie qui dans les bons jours ressemble à un maître zen et dans les mauvais à un magouilleur grincheux. L'autre héros c'est Rachid, un brave gars un peu voleur, un peu menteur, un vrai petit merdeux.
Brooklyn Boogie, l'ambiance de tournage de SMOKE ayant été agrémentée de soirées très drôles où toute l'équipe s'est amusée, Paul Auster, Wayne Wang et une partie du casting ont décidé de se retrouver pour une sorte de suite à SMOKE reprenant Auggie mais sans scénario et sans répétitions ce qui donnera un résultat bien déglingué.
Ce n'est donc pas un roman qu'a écrit Paul Auster mais l'histoire de deux films pour lesquels il participa grandement à la réalisation. Une aventure intéressante bourrée d'anecdotes.
Commenter  J’apprécie          120
Smoke est l'un des grands films de la fin du 20 éme siécle . Ces histoires qui se télescopent sont de purs moments de bonheur . Il y a ici toute l'intelligence d'Auster , sa science de l'intrigue â facettes , c'est un pur bonheur que ce livre , et le film est aussi beau . Brooklyn boogie est également de haut niveau , mais il est vrai que Smoke a mis le niveau tellement haut qu'il est difficile de voir ces deux textes au méme niveau . En l'ètat on a ici deux textes majeurs de l'un des plus grands auteurs contemporains , et l'on ne peut que conseiller de lire et de voir les films inspirés de ces scènarios . Ce n'est pas La soupe aux choux ou autres inepties françaises , mais deux oeuvres importantes d'un auteur incontournable.
Commenter  J’apprécie          51
Je me suis contentée de lire les deux scénarios, pas le reste (sauf le le début d'entretien pour Smoke et le conte de Noël). Ce fut assez perturbant car c'était comme une pièce de théatre, mais finalement je l'ai lu comme un livre normal, et j'ai adoré. Ou en tout cas, j'ai adoré Smoke, ou on se pose la question de pourquoi il y a un conte de Noël ou plutôt, comment on a pu partir d'un petit conte pour écrire un film pareil. Très perturbant, très beau, et j'ai presque envie de le regarder mais je pense que ça me ferait bizarre. Les personnages étaient insolites, et leur histoire aussi, notamment celle du père de Paul Benjamin ou encore pour Rachid (mon personnage préféré qui était très intéressant). Par contre, du côté de Brooklyn Boogie, c'était plus absurde, complètement fou, et du coup j'ai un peu moins aimé malgré moi...Je sais que ça peut paraître bizarre mais c'est ainsi, c'était tellement absurde que j'ai pas compris grand chose et que je n'ai pas tellement vu d'intérêt... Mais je pense que Paul Auster pourrait être un écrivain intéressant.
Commenter  J’apprécie          00
Paul Auster, a donné avec Smoke et Brooklyn Boogie la pleine mesure de son talent de scénariste. C'est le réalisateur Wayne Wang, séduit par le Conte de Noël d'Auggie Wren, qui poussa l'écrivain américain sur cette voie avec le résultat que l'on sait: deux films généreux, sincères et tourmentés, réalisés par Paul Auster lui-même, situés à Brooklyn, le quartier de New York où il vit. Edités en un seul volume enrichi d'un entretien de Paul Auster avec Annette Insdorf, ces deux scénarios se lisent comme des romans. On y croise des personnages très représentatifs de l'univers de Paul Auster, dont un adolescent noir en quête de son père. Un magnifique hymne aux petites gens et aux exclus de la croissa
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
- "Je suis particulièrement attiré par les réalisateurs qui privilégient le récit par rapport à la technique, qui prennent le temps de laisser leurs personnages se révéler sous nos yeux, d'exister comme des êtres humains à part entière.

- Qui mettriez-vous dans cette catégorie ?

- Renoir, d'abord. Et puis, Ozu, Bresson... Satyajit Ray... toute une série, en fin de compte. Ces réalisateurs ne vous bombardent pas d'images, ils ne sont pas épris de l'image pour l'image. Ils racontent leurs histoires avec autant de soin et de patience que les plus grands romanciers."


(Entretien de Paul Auster avec Annette Insdorf)
Commenter  J’apprécie          90
Pour lire un livre, il faut s'impliquer activement dans ce que disent les mots. Il faut travailler, employer son imagination. Et dès lors que l'imagination est bien éveillée, on entre dans l'univers du livre comme dans celui de sa propre vie. On sent les choses, on les touche, on a des pensées et des intuitions complexes, on se trouve dans un monde à trois dimensions.
Commenter  J’apprécie          112
A l’instant où j’allais lui demander s’il m’avait mené en bateau, je me rendis compte qu’il ne me le dirait jamais. Il avait réussi à me faire croire à son histoire, et rien d’autre ne comptait. Du moment qu’une personne y croit, il n’existe pas d’histoire qui ne puisse être vraie.
Commenter  J’apprécie          100
Du moment qu'une personne y croit, il n'existe pas d'histoire qui ne puisse être vraie.
Commenter  J’apprécie          80
Il ne faut jamais s’accuser publiquement d’un pet. Telle est la loi non écrite, la règle impérieuse de l’étiquette américaine. Les pets ne sont le fait de personne et ne viennent de nulle part ; émanations anonymes, ils appartiennent au groupe dans son ensemble et même lorsque chacun des occupants de la pièce saurait désigner le coupable, la seule attitude sensée est la dénégation.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Paul Auster (46) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Auster
FRANÇOIS PENEAUD - Une Page à la fois (4) : Cité de verre, Paul Karasik & David Mazzucchelli [VIDEO]
>Cinéma, radio, télévision>Cinéma>Scénarios, scripts, critiques (192)
autres livres classés : brooklynVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (443) Voir plus



Quiz Voir plus

Paul Auster

Sous quel pseudonyme a-t-il publié un roman ? (indice : ce pseudonyme est également le nom de certains de ses personnages)

Paul Dupin
Paul Retsua
Paul Benjamin
Paul Palace

10 questions
274 lecteurs ont répondu
Thème : Paul AusterCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..