AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2203098422
Éditeur : Casterman (06/01/2016)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 30 notes)
Résumé :
Qui sème le vent, récolte la tempête... Dans les milieux de la pègre, une nouvelle rumeur commence à prendre de l'ampleur. Une mystérieuse entité, la Guilde, enverrait des Reapers, des assassins costumés chargés de punir les mafieux sans scrupule... Mais la concurrence est rude et lorsque trop de Reapers se retrouvent dans le coup, ça finit en bain de sang. Surtout qu'une mystérieuse fille au look gothique, qui se fait appeler Deathko, vient de débarquer dans l'arèn... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Walktapus
  04 mai 2016
Voilà comment ça s'est passé. J'avais reçu un message de la Guilde. Une mission. Aller prendre la tête de T., un baron du crime qui se prend trop au sérieux.
Donc j'enfile mon costume de pikachu version Reaper. Une grosse boule toute blanche avec des cernes autour des yeux et un bec crochu de tête de vautour mort. C'est un privilège, d'être dessiné par Kaneko. J'emmène ma tronçonneuse, bien sûr. J'enfourche ma trottinette à lames de faux barbelées. Me voilà paré pour la mission.
J'approche de la villa, caché dans le noir. Soil était très blanc, baigné de lumière, avec des gros traits expressifs. Ici, c'est le règne des plages de noir. C'est classe. J'aime surgir à moitié de la pénombre, le bec et la tronçonneuse apparaissant hors de la noirceur, prenant par surprise un des hommes de mains de T.
C'est à partir de là que tout a commencé à dégénérer. Tous les autres reapers en activité avaient l'air d'être sur le coup. le message de la Guilde n'en parlait même pas. En soi ça aurait pu être une bonne nouvelle. Parce qu'il y avait une ribambelle d'hommes de mains, tous armés d'uzis, et pour certains d'armes lourdes. Un peu de renfort était bienvenu.
Mais c'est là que tout a basculé. Une gamine prépubère . Deathko, qu'elle s'appelle. Elle se donne un look, avec sa cape noire, ses cheveux bicolores, ses yeux cernés et ses baudruches. Il semble qu'elle vive dans un manoir gothique plein de toiles d'araignées, de monstres, de pièges et de chauve-souris. Et qu'elle n'aime personne. Vraiment personne. Et on ne sait pas pourquoi.
Et comble de comble, en lisant le manga. Je n'apparais nulle part ! Kaneko ne m'a pas dessiné ! Tous les autres freaks de Reapers y sont, avec leurs costumes bizarres, sauf moi ! Ca fait une ambiance, un style grapique bien particulier, certes, mais sans moi. du coup, pas la peine de vous précipiter. Je vous le déconseille, même. Attendez que je lise le T2.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          368
nebalfr
  15 janvier 2018
Attention, je SPOILE peut-être un tout petit peu, même si rien de bien méchant je crois.
TOUJOURS DES DÉCOUVERTES

Mon inculture en matière de mangas demeure consternante, mais j'ose croire que, petit à petit, les choses s'améliorent tout de même – ou sont un peu moins pires ? Lecture après lecture… C'est audacieux de ma part, tant la route est encore longue. Mais l'important, c'est de découvrir des choses – même bien après tout le monde. Il n'est jamais trop tard !

Quelques guides, çà et là, s'avèrent cependant précieux – comme l'excellente revue Atom, que j'ai découverte avec le numéro 2. J'avais déjà pioché, dans ce numéro précisément, le nom de Furuya Usamaru, ce qui m'a amené à lire Je voudrais être tué par une lycéenne, expérience pas totalement concluante à mes yeux, néanmoins intéressante.

L'auteur suivant, dans ce même numéro, était Kaneko Atsushi – et aussi bien le ton de l'interview que les louanges des critiques et les aperçus de son dessin m'avaient incité à y jeter un oeil de plus près. Il aurait peut-être été plus logique de découvrir le bonhomme avec ses séries les plus plébiscitées et « construites », que sont Soil et Wet Moon, mais je me suis laissé séduire par un titre ultérieur, en cours de publication, et s'affichant plus fun, fou et bisseux : Deathco. Premier tome, donc…

PUNK, CINÉMA ET BD AMÉRICAINE

Quelques mots, peut-être, pour tenter de situer l'auteur – partiellement : je m'en tiens ici à des généralités applicables à Deathco, qui font peut-être moins sens pour d'autres titres, lesquels me demeurent inconnus.

Kaneko Atsushi est semble-t-il perçu comme une sorte d'OVNI dans le milieu du manga : il ne s'y intègre pas forcément, et ses références essentielles (ça compte, car on a pu semble-t-il lui reprocher d'être trop référentiel) empruntent à d'autres univers, d'autres cultures le cas échéant.

Et tout d'abord, le punk. Car c'est semble-t-il essentiel pour Deathco, même si ça s'était déjà senti dans la première série à succès de Kaneko Atsushi, Bambi. Ceci dit, c'est large, le punk… La musique au sens le plus strict y a sa part, mais aussi l'esthétique qui peut y être accolée – dans son interview du numéro 2 d'Atom, Kaneko Atsushi mentionne aussi bien Johnny Rotten raillant son public nippon que Maruo Suehiro, pour expliquer qu'il a découvert le travail de ce dernier à partir de ses illustrations de pochettes de disques. le punk, derrière, c'est aussi, en théorie du moins, une forme de pensée (?), un regard sur le monde – emprunt de nihilisme éventuellement puéril, mais s'assumant comme tel, avec une rage destructrice. Et c'est une dimension semble-t-il importante de Deathco, même si cette série précise, ou biaise, la filiation culturelle : son héroïne, la fillette tueuse à gages Deathko, s'affiche dépressive et violente, et arbore un look gothique davantage évocateur des heures sombres de la musique underground des années 80, death rock et compagnie (avec peut-être aussi un peu de Siouxsie, hein, ouf), que des fantasmes de lolita gogoth si prégnants dans le Japon contemporain : Deathko n'est pas une poupée superficielle bêtement érotisée, mais bien une tueuse complètement cintrée – tenez-vous-le pour dit, Messieurs, et allez baver ailleurs.

Deuxième aspect : le cinéma. Kaneko Atsushi n'en fait pas mystère : à l'origine, il se voyait bien cinéaste… mais ne s'est pourtant pas engagé dans cette voie, pour des raisons pratiques : redoutant la rigidité du système japonais des studios (même si je suppose que la situation aujourd'hui n'est tout de même pas celle des années 1950 ou 1960), il ne se voyait pas faire l'assistant pendant des années avant de pouvoir tourner ses propres films. Dans son interview, il explique en fait que c'est ce qui l'a amené au manga – un moyen de « tourner ses propres films » tout seul ! Quoi qu'il en soit, son travail graphique est visiblement marqué par des influences cinématographiques, ne serait-ce qu'en termes de cadrage : il cite Kubrick, notamment, et son sens de la perspective. Pourtant, ce sont deux autres réalisateurs américains qu'on lui associe le plus fréquemment – devinez qui ? Ben oui, David Lynch, et Quentin Tarantino… Comme souvent, je le crains, la référence au premier ne veut pas dire grand-chose (dès que c'est « bizarre », on dit que c'est « lynchien »), et la référence au second ne veut rien dire du tout (Kaneko Atsushi a en fait son explication, qui fait sens : ce n'est pas qu'il est influencé par Tarantino, mais par les mêmes films qui influencent Tarantino…). Toutefois, dans le cas de Deathco, on est plus que tenté, du fait de cette esthétique façon « gothique bouffon », de citer un autre réalisateur encore : Tim Burton – rassurez-vous, je parle de l'époque où il avait du talent… Beetlejuice, les deux Batman (probablement surtout le deuxième, qui demeure le meilleur, avec ses freaks en pagaille), L'Étrange Noël de monsieur Jack réalisé par Henry Selick… Yep, il y a bien de tout ça, et de manière très réussie. Avec des meurtres en plus.

Enfin, la BD américaine – ou peut-être plus largement non japonaise. le trait de Kaneko Atsushi ne doit pas forcément beaucoup au manga, ses codes viennent essentiellement d'ailleurs, et surtout de la BD américaine plus ou moins underground. Je suppose qu'un retour à l'envoyeur opère, car il est difficile, devant ces pages soigneusement cadrées et où les aplats de noir jouent un rôle essentiel, de ne pas penser à Frank Miller, et tout d'abord à celui de Sin City – or Miller, c'est notoire, a été influencé par le manga, dont il a aidé à la promotion sur le sol américain. Dans une même veine, on pourrait aussi, je suppose, mentionner Mike Mignola, avec ses formes plus « géométriques » : la brève ouverture en (quelques) couleurs de Deathco me paraît clairement jouer dans ce sens, et avec une réussite marquée. Mais les inspirations de Kaneko Atsushi peuvent aussi être davantage « indé » ; je pense à Charles Burns, notamment – mais bien d'autres noms seraient sans doute à citer, ce que mon inculture m'interdit…

Quoi qu'il en soit, tout cela (entendre par-là ces trois influences en même temps, car une ou deux d'entre elles, ce sont des choses que l'on rencontre très fréquemment), tout cela donc explique la place à part qu'occupe Kaneko Atsushi dans le milieu du manga – où il est tantôt célébré pour sa personnalité, tantôt accueilli avec davantage de scepticisme pour toutes ces raisons, et ses tendances citationnelles. le positif semble tout de même largement l'emporter, et l'auteur a reçu quelques récompenses tout à fait notables, outre qu'il s'est bien exporté. Deathco semble cependant différer d'autres titres tels que Soil ou Wet Moon, avec un côté plus frontal et relâché, mais je ne dispose pas des clefs pour en traiter pertinemment.

STRUCTURE ZARB

En tout cas, même avec cette dominante fun, ce premier tome de Deathco est… déstabilisant ? Et tout d'abord en raison de sa structure, fondamentalement déséquilibrée. Il comprend six chapitres, d'une trentaine de pages chacun environ (avec un bref prologue en couleurs), mais qui peuvent être divisés en trois ensembles.

Le premier est de loin le plus long, puisqu'il comprend quatre de ces six chapitres, sous le titre collectif « Les Reapers ». C'est une longue introduction in media res, qui dévoile petit à petit l'univers, sans vraiment s'attacher aux pas de l'héroïne, même si celle-ci est bien présente et a ses morceaux de bravoure – cependant, à ce stade, elle peut encore faire l'effet d'un personnage parmi tant d'autres... Beaucoup, beaucoup d'autres, et c'est bien le propos.

Le chapitre cinq est intitulé « Le Château », et fonctionne comme une sorte d'interlude – en même temps, c'est seulement ici que nous pouvons approcher un peu Deathko et appréhender un chouïa sa psychologie torturée. Pourtant, même dans ce contexte, elle apparaît presque secondaire, le chapitre mettant au moins autant l'accent sur… euh… son « colocataire » obèse ?

Enfin, le chapitre six, « Croisières de rêve »… est une ouverture sur le tome 2 : le premier épisode, isolé par la publication, d'un nouvel arc – autant dire une nouvelle tuerie ; et on s'attarde clairement ici (mais à vrai dire comme au début des « Reapers ») sur les personnages de salauds dont on suppose qu'ils seront les prochaines victimes de Deathko… laquelle n'apparaît qu'à peine, en tout fin d'épisode.

Une structure… « particulière », donc. Et, dois-je dire, un peu frustrante : arrivé au bout de ce premier tome, on n'en sait finalement pas beaucoup sur Deathko ; davantage sur la Guilde, mais sur un mode in media res, donc, qui exclut les tunnels explicatifs (ça, c'est pas plus mal – pour le coup, c'est long, mais vraiment bien pensé). Quant au dernier épisode, il donne l'impression d'un teaser, peut-être…

Pour dire les choses : à ma première lecture, j'étais trop frustré par cette structure déséquilibrée pour pouvoir prétendre avoir été accroché, et je doutais franchement de poursuivre l'expérience. Mais, quelque temps plus tard, je me suis dit que relire la chose avec plus de distance pourrait être profitable – et, oui, sans doute, car j'ai été bien davantage convaincu ; par le dessin et par l'ambiance, surtout – les vrais atouts d'une bande dessinée dont le scénario et les dialogues sont pour l'heure un peu en retrait (même si pas au point des deux premiers tomes de One-Punch Man, dans un genre qui certes n'a à peu près rien à voir).
LE CARNAVAL DES TUEURS

La longue introduction des « Reapers » se déroule dans une riche propriété, lourdement gardée par un régiment entier ou deux ou trois de types plus que louches. Ils sont aux ordres d'un certain Sannomiya, un yakuza particulièrement arriviste et sans scrupules, qui envoie chier le prétendu « code de l'honneur » qu'un vieux truand du nom d'Umegaoka prétend lui imposer, en jouant du privilège supposé de son aînesse. Sannomiya est un connard avec du sang sur les mains (beaucoup, et ailleurs sans doute aussi), mais il a au moins pour lui de ne pas être un hypocrite – il est un malfrat façon Combat sans code d'honneur et le Cimetière de la morale, actualisés pour notre époque qui se cogne plus que jamais de ce genre de mythes invraisemblables au travers desquels de vulgaires criminels prétendaient jouer aux samouraïs.

Toutefois, avant de (faire) massacrer son interlocuteur et sa petite troupe de gardes du corps « à l'ancienne », Sannomiya apprend d'Umegaoka que la Guilde a lancé un contrat sur sa tête. La Guilde, c'est une organisation secrète des plus mystérieuse, qui désigne des cibles à une horde de « reapers », à charge pour ces derniers de massacrer leurs proies sans se poser davantage de questions sur les raisons de ce choix : la Guilde ne communique jamais sous cet angle, elle livre seulement des noms d'hommes à abattre. Point.

Mais les reapers ne sont pas des tueurs à gages lambda : ce sont… des amateurs ! Oui – des gens qui ont leur petite vie normale, untel est poissonnier, tel autre sarariman dans une prestigieuse banque tokyoïte… mais, la nuit, ils revêtent des costumes improbables et entreprennent d'exécuter les contrats de la Guilde, comme des super-héros de seconde zone (enfin, pas tous…), vénaux et qui n'ont absolument aucun scrupule à tuer qui que ce soit.

Or, cette fois, la Guilde a mis le paquet : elle a lancé sur Sannomiya (qui minimise d'abord la menace : qu'a-t-il à craindre d'une bande d'amateurs ?) des dizaines, peut-être même des centaines de reapers ! La bataille sanglante est en même temps un carnaval des tueurs, aux allures les plus improbables – incluant des furries lapinous cyclistes maniant la hache d'arme, ou des pom-pom girls de la mort, victimes du « sourire » de quelque Joker, qui tuent au travers d'acrobaties élaborées.

Beaucoup trop de monde pour un seul contrat… La Guilde voulait-elle épurer un peu les rangs ? En tout cas, le massacre des hommes de Sannomiya se poursuit logiquement en massacre de la concurrence ! Des morts partout, par dizaines !

Mais il y a des reapers plus doués que les autres… Comme cette fillette, ce petit chaperon noir, un ballon en main – et un rictus dément sur le visage, entre deux bulles de chewing-gum…

Un des hommes de Sannomiya (un de ces cons qui rient à leurs propres blagues, aha, les cons, aha) livre un mauvais jeu de mots, devant la tuerie du manoir : c'est la discothèque de la mort, c'est – aha – Deathco !

Alors, quoi : Stayin' Alive ?

Titre approprié, mais, en fait de punk…

Notez, comme l'a dit je ne sais plus qui, mais c'était de bien sages paroles, pourquoi, à la fin des années 1970, aurait-on dû choisir entre le punk et le disco, quand on pouvait avoir les deux ?

La fillette est Deathko – et c'est une tueuse accomplie.

DEATHKO DANS SON CHÂTEAU – ET UNE OUVERTURE

Mais qui est Deathko ? Pour l'heure, nous ne savons rien d'elle. Et, bon, nous n'en apprendrons pas forcément beaucoup plus dans ce premier tome…

Mais l'interlude du chapitre 5 nous livre quand même quelques éléments. Au travers d'un fait particulièrement épique (une livraison de pizzas), nous découvrons sa demeure, qu'elle partage avec un bonhomme obèse d'un caractère visiblement bien éloigné du sien ; oh, et il y a Taram, aussi – une sorte de… chauve-souris ? On parle de gogoths, autant dire de flap-flap dans la batcave... Quoi qu'il en soit, cette demeure, c'est un château gothique tout droit sorti d'un film de la Hammer un peu plus friqué que la moyenne des productions de l'honorable compagnie, d'autant plus poussiéreux et envahi de toiles d'araignées, et débordant ras la gueule de pièges improbables à la façon d'un donjon rôlistique un peu trop enthousiaste.

Et c'est ici que vit Deathko – une fille pas banale, qui parle d'elle à la troisième personne (Nébal ne comprend pas les gens qui font ça) ; une mythomane, par ailleurs, qui (se ?) raconte à haute voix quantité de bobards incompatibles et sans cesse changeants, mais supposés justifier qu'elle broie ainsi du noir – au point du proverbial petit nuage qui la surplombe et la suit dans ses pérégrinations mélancoliques : toute la pluie tombe sur elle. Littéralement.

Deathko déprime, elle s'ennuie. Au fond, et ça nous le comprenons très vite, elle ne vit que pour les contrats de la Guilde – qu'elle prépare avec soin, en bidouillant des jouets tueurs. Mais que le temps est long, entre deux assassinats ! Un contrat la ressuscite, invariablement. Il y a peut-être une raison à cela – si l'on est prêt à commettre la folie de croire ce qu'elle nous raconte :

– À force de te faire des ennemis, tu vas t'attirer des ennuis. Tu dois apprendre à respecter les autres reapers.
– Deathko déteste les reapers.
– Il y a un tas de choses que tu détestes. Et tu es une des leurs, je te signale.
– Deathko se déteste plus que tout. Elle vous déteste. Et Taram aussi. le soleil, la lune… L'eau, l'air, les plantes, les cailloux… Deathko déteste le monde entier.

C'est dit. Cette jeune fille est selon mon coeur.

Et la suite ? le dernier chapitre de ce premier tome nous montre la vilaine combine de deux escrocs qui prétendent offrir à des personnes fuyant quelque chose, quoi que ce soit, la possibilité de disparaître à l'étranger. Sous les boniments souriants du chef de l'opération se cache une réalité plus sinistre : les clients sont bazardés par-dessus bord, pour nourrir les requins. Et il faut croire que la Guilde en a après eux ? En tout cas, Deathko est sur le quai pour la nouvelle croisière… et son mutisme la rend plus terrifiante encore. On verra bien ce que ça donnera – dans le tome 2…

TUERIES MUETTES ET AUTRES FOLIES GRAPHIQUES

D'ici-là, une certitude : si la longue introduction pose habilement un univers, l'intérêt majeur de ce premier tome demeure cependant graphique. La vraie force de Deathco, à ce stade du moins, réside dans le dessin de Kaneko Atsushi.

La question de ses goûts et de ses influences a déjà été abordée. Je suppose qu'il ne faut peut-être pas lui accorder trop d'importance, en même temps – le dessin, ici, conserve quelques traits typiques du manga à l'occasion, il n'y a pas à proprement parler de refus global et obstiné de cette esthétique ; c'est l'impression d'ensemble qui nous ramène à d'autres procédés, d'autres manières de voir et de montrer.

Pour un résultat impressionnant, certes – et qui doit certes beaucoup au cinéma. Kaneko Atsushi soigne son cadrage et son découpage avec la méticulosité d'un story board : au-delà des seuls aplats de noir, même s'ils un rôle essentiel, c'est aussi cela qui peut le rapprocher d'un Frank Miller et surtout de Sin City.

Mais, sur cette base, les scènes les plus marquantes sont aussi, presque systématiquement, des scènes muettes – les dialogues sont hors-sujet, mais parfois aussi le bruitage. le superbe prologue (un peu) coloré, ou encore l'apparition du premier reaper, un bouffon qui fait l'équilibriste à distance des gorilles de Sannomiya, en sont des démonstrations éloquentes, si j'ose dire.

Au-delà, le dessin de Kaneko Atsushi brille à un autre niveau – qui doit là aussi beaucoup à ce sens du découpage et du cadrage, proprement cinématographique : les scènes d'action sont d'une lisibilité peu commune. À titre personnel, moi l'ignare, je me dois de l'avouer – je suis souvent largué par l'action chez les mangakas les plus typiques du genre ; un Kishiro Yukito, parfois, ou peut-être aussi un Murata Yusuke, dans un autre registre, ça peut aller, mais je suis vite largué autrement (et ne me parlez pas de Shirow Masamune). L'art de Kaneko Atsushi me parle beaucoup plus, ici – qui emprunte peut-être, en même temps, à Ôtomo Katsuhiro.

Reste que cette utilisation conjointe de l'image et du son – ou plutôt, souvent, du silence, donc – produit un résultat imparable, vraiment admirable.

Ce qui autorise peut-être toutes les folies ? Cadrages des plus improbables ou acrobaties totalement absurdes… L'impact de l'image prime sur le sens, d'une certaine manière – ainsi, vers la fin de l'arc des « Reapers », quand Deathko, après un saut phénoménal, se pose comme une fleur… sur le canon d'un pistolet-mitrailleur ! Procédé sans doute récurrent dans le manga d'action, mais qui, ici, de la manière dont il est amené, produit pou
Lien : http://nebalestuncon.over-bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Sphilaptere
  22 septembre 2017
Atsuhi Kaneko, le mangaka punk, nourri d'influences diverses, artistiques et cinématographique, est à part dans la production japonaise. Deathco est un bijou noir et déjanté.
Après Wet Moon, très film noir, après Soil qui était construit et préparait savamment son grand chambardement subversif , Deathco, débridé et fantastique, entre à cent à l'heure dans un théâtre de marionnettes macabres. Impression confirmée au moins par les trois premiers tomes (j'en suis là).
Pourquoi lire Deathco ?
1 – A cause du dessin. Grands aplats, contraste, jeux de négatifs, équilibre pur entre noir et blanc, un dessin qui ne doit rien au style des ses confrères mangakas, mais me fait plus à une certaine production américaine, ou sud-américaine.
2 – A cause de Deathko la gamine tueuse et rebelle tendance con (Kaneko doit avoir sans doute un/e ado à la maison pour l'inspirer), avec ses jouets mortels , et qui tire la langue avant de vous charcuter, vit dans un château gothique et raconte des histoires idiotes.
3 – A cause de sa galerie de tueurs costumés, plus fous les uns que les autres, comme une parade de cirque macabre, une nuit d'halloween qui n'en finit pas, qui puise dans les thèmes de la culture populaire.
4 – A cause de sa galerie de « méchants », encore plus fous, pervers, malades. (et qu'on prend plaisir à voir zigouillés)
5 – Parce qu'il n'y a aucun complexe, aucune leçon donnée. du pur plaisir, de l'invention. Une action qui avance sans temps morts, avec une grand lisibilité de la mise en scène.
Et puis quand même une histoire et des mystères avec la guilde, etc. mais ce n'est pas forcément le plus intéressant ici (pour moi).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Luna26275
  09 janvier 2017
Je remercie du fond du coeur Babelio et les éditions Casterman pour m'avoir envoyé cet extraordinaire manga. Je l'ai vraiment adoré, une vrai merveille à mon goût ! ​
​Les dessins étaient tous sublimes, j'ai beaucoup aimé le style particulier d'Atsushi Kaneko qui me rappelle vaguement les comics​. Un auteur que je viens de découvrir et qu'il me tarde de retrouver dans d'autres de ces oeuvres. Il sait toucher le lecteur et nous happer dans son univers à l'ambiance noir et profonde. J'ai adoré les personnages un peu tordus, les personnalités diverses et surtout Deathko, la touche finale qui a su me conquérir. Avec son aspect de jeune ado déprimée, Deathko est en réalité une jeune fille sadique et un peu dérangé aussi forte que déroutante, qui reste dans sa tête, malgré tout une petite fille capricieuse. Un personnage aussi monstrueux que formidable !
Dans un monde ou cohabitent tueurs à gage et mafieux à gogo, Deathko, jeune ado gothique et mélancolique fait régner force et terreur sur son passage. Membre d'une guilde secrète, elle a pour but d'abattre ses victimes désignés. Solitaire, celle-ci ce rend un soir sur les lieux du crime, prête à achever sa cible du moment. Seulement, Deathko n'est plus seule. D'autres Reapers - nom donné aux même membres de la guilde - sont présents pour s'occuper de la victime de Deathko. Mais la jeune fille déteste plus que tout les humains, en bonne misanthrope qu'elle est, elle ne compte pas laisser le champ libre à ses coéquipiers. C'est alors que s'ensuit un bain de sang,un véritable bal des macchabées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Shan_Ze
  02 février 2018
Une histoire complètement déjantée... Ces reapers sont vraiment originaux dans leurs habillements, on a de tout, du solo, des groupes, des acrobates, des rigolos, le but ultime : tuer la personne désignée par la Guilde. Et surtout, dans les reapers, il y a Deathko cette gamine, un peu spéciale, très forte dans tous les domaines mais qui semble cacher quelques faiblesses émotives. Un manga noir qui m'a fasciné par sa mise en place, un mafieux placide qui l'est de moins en moins, ces attaques carnaval des reapers. Les dessins de Atsushi Kaneko sont terribles et donnent une ambiance très particulière ! Ca ne plaira pas à tout le monde mais pour ma part, je suis conquise ! Vite, le tome 2 !
Commenter  J’apprécie          161

critiques presse (4)
Liberation   03 février 2016
Le Japonais Kaneko enrobe une friandise morbide et vicieuse tout en clair-obscur.
Lire la critique sur le site : Liberation
Telerama   20 janvier 2016
Un concentré de sale gosse, une innocente aux mains pleines (de sang !) que l'on ne parvient pas pourtant à détester.
Lire la critique sur le site : Telerama
Sceneario   11 janvier 2016
Les planches sont orchestrées avec une très grande fluidité, servies par un magnifique noir et blanc tout en contraste. Une belle leçon de bande dessinée aux antipodes des archétypes du genre !
Lire la critique sur le site : Sceneario
ActuaBD   08 janvier 2016
L’auteur de Bambi nous plonge cette fois-ci dans un univers macabre et psychédélique dans lequel son trait épais sert magistralement un récit mystérieux et riche en rebondissements.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
EnkiEnki   13 février 2016
Wha ha ha ha !!!
Dansez bande d’enfoirés !!!
C’est le bal des macchabées !!!
La discothèque de la mort !
La « Deathcothèque » !
Wha ha ha ha !!!
Commenter  J’apprécie          90
MurtiebooksMurtiebooks   25 novembre 2016
Alors dis-moi... Pourquoi les gens meurent, à ton avis ? Quand, on crève on ne sait jamais pourquoi.
Commenter  J’apprécie          20
Lire un extrait
Videos de Atsushi Kaneko (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Atsushi Kaneko
MAG#6 Plein d'auteurs dans un seul grand bouquin qui reflète ce qu'est la bande dessinée d'aujourd'hui.
Auteurs : Boulet, Bastien Vivès, Naoki Urasawa, John Cassaday, Frederik Peeters, Emmanuel Lepage, Katsuya Terada, Paul Pope, Taiy? Matsumoto, Bob Fingerman, Atsushi Kaneko, Keiichi Koike, Eddie Campbell
Éditions : Les Humanoïdes associés
2015
autres livres classés : tueur à gagesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
876 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre
.. ..