AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2203081481
Éditeur : Casterman (08/01/2014)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Japon, années 1960. Dans la moiteur d’une station balnéaire aux accents de Las Vegas, royaume des faux-semblants et de la corruption, le jeune et irréprochable inspecteur Sata enquête sur le meurtre d’un ingénieur. Lorsque ses pas le mènent sur le lieu de travail de la victime, une entreprise fabriquant des modules pour un mystérieux programme spatial, une secrétaire prend la fuite, attirant sur elle tous les soupçons. Alors que Sata la poursuit, il perd subitement ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Presence
  13 février 2015
Ce tome est le premier d'une histoire complète en 3 tomes, initialement parue en 2012 au Japon. Il s'agit d'un manga, avec une lecture de droite à gauche, en noir & blanc. La présente édition est très soignée car elle comprend la jaquette, 4 pages avec de la couleur rouge, et un page de calque en intercalaire. L'auteur est Atsushi Kaneko qui a tout réalisé : scénario, dessins et encrage.
Dans le prologue, une femme avec un imperméable rouge s'éloigne en faisant claquer ses talons, suivie de près par un homme avec une balafre. Chez lui, l'inspecteur Keiji Sata (26 ans) se prépare son petit-déjeuner avec un oeuf sur le plat, et des rectangles d'algue séchée. L'histoire se déroule à Tatsumi, une ville balnéaire, avec des casinos, en 1966.
L'inspecteur Sata se dépêche de se rendre sur le lieu d'un meurtre : une geisha nue, ligotée sur une chaise et éventrée. le capitaine Mori lui confie la recherche d'indices au bar "Lapins de la Lune". Sata en profite pour placer des avis de recherche pour Kiwako Komiyama, affiches qu'il a reprographiées à ses frais. Son comportement est parfois un peu étrange du fait d'un éclat fiché dans son cerveau, et de son obsession pour la pleine lune, et pour l'image de la Lune avec un obus fiché dans son oeil droit (image tirée d'un des films de Georges Méliès).
Très vite le lecteur prend conscience que la narration d'Atsushi Kaneko joue sur plusieurs niveaux. Il y a donc l'histoire personnelle de l'inspecteur Sata, encore une bleusaille pour ses collègues, pas encore affranchi sur le réel fonctionnement de la police dans ce secteur. Keiji Sata est encore intègre alors que tous les autres en croquent d'une manière ou d'une autre. le lecteur constate qu'il vit seul dans son petit appartement, avec un rituel quotidien pour se préparer son petit déjeuner, pas de distractions, et une obsession (= retrouver Kiwako Komiyama, soupçonnée de meurtre, avec découpage du cadavre).
Le lecteur découvre donc l'évolution de la situation de Sata, les magouilles de ses collègues, leur tentative pour le mouiller avec eux, et la raison pour laquelle ils veulent à tout prix le surveiller. Il constate aussi que le meurtre initial est vite oublié, et que Kiwako Komiyama s'avère des plus insaisissables. Comme dans un bon polar, Keiji Sata entrevoit des gestes qui lui mettent la puce à l'oreille sur les accointances diverses entre la police, la pègre et les parons de boîtes de nuit. Mais, c'est un peu plus compliqué que ça.
Atsushi Kaneko restitue avec habilité l'ambiance de cette station balnéaire par le biais de scènes sur la plage, de vues panoramiques de quelques artères, par la magnifique décoration de la boîte de nuit, un bar accueillant. Il sait aussi montrer des endroits moins pittoresques comme la boutique de bonbons où Sata a ses habitudes (il échange quelques politesses avec Akari, la vendeuse), ou un aquarium, ou encore un bar accueillant. le lecteur prend plaisir à s'immerger dans cette reconstitution qui fleure bon l'authenticité et la familiarité. La boutique de bonbons est vraiment épatante avec sa petite vieille à moitié endormie, et la serveuse plus jeune avec des velléités de féminisme. La boîte de nuit constitue une très grande réussite, entre sa décoration intérieure, son évocation d'un orchestre de jazz, et les tenues olé-olé des danseuses. Mais c'est un peu plus compliqué que ça.
Rapidement le lecteur ressent un malaise s'installer de manière pesante. Il y a bien sûr la cicatrice de Sata, l'éclat de métal fiché dans son cerveau, ses pertes de conscience, ses pertes de mémoire (au point qu'il retourne acheter des bonbons le midi alors qu'il en déjà acheté le matin, ou qu'il se prépare 2 petits déjeuners de suite). Mais pas seulement.
L'auteur prend un malin plaisir à accumuler les bizarreries. Il y a un collègue qui évoque le comportement anormal de sa femme (elle faisait sauter une chaussette dans une poêle à frire, farcie avec une brosse à récurer) sans s'en émouvoir ou s'en inquiéter. Il y a les 2 barmans qui portent un serre-tête avec des oreilles de lapins (vision étrange, absurde). Il y a une case qui s'attarde sur une molaire sur le sol d'une ruelle, sans information supplémentaire sur comment elle est arrivée là, ou à qui elle appartenait (page 159). Il y a beaucoup de personnages au visage un peu difforme, ou avec une tâche lie de vin, ou avec une excroissance de chair dans le cou. Sans devenir une foire aux monstres, les difformités physiques ajoutent à l'inquiétude ambiante, jusqu'à cette danseuse borgne.
Il y a bien sûr la dimension ignoble des meurtres (éventrations, débitage du cadavre), apportant une touche horrifique. Enfin il y a des éléments que le lecteur ne peut pas prendre au pied de la lettre comme des fourmis sortant de l'oreille d'un policier, ou des scientifiques qui ont leur bureau dans un grand tunnel, peut-être un émissaire. le lecteur sent que cette réalité bizarre est sujette à caution, que les éléments montrés ne sont pas fiables, comme s'ils étaient déformés par un esprit un peu déséquilibré (peut-être celui de Keiji Sata).
Sans tomber dans l'exagération, Atsushi Kaneko introduit de petits décalages avec la réalité qui déstabilise le lecteur, au point qu'il ne soit pas en mesure de savoir à qui se fier. Avec l'augmentation croissante d'indices, il ne sait plus ce qui participe vraiment de l'intrigue principale, et ce qui n'apparaît que comme décoration, incapable de faire le tri entre le signal et le bruit.
La lecture s'avère très agréable grâce à l'environnement reconstitué avec soin par Atsushi Kaneko, grâce à la dimension ludique de la lecture (savoir distinguer les indices, reconstituer le puzzle, identifier les schémas), et grâce aux citations graphiques. le plancher des couloirs du club de jazz évoque les motifs des planchers des loges dans Twin Peaks. Les dessins empruntent parois à José Munoz, ou à Keith Giffen quand il imitait lui-même Munoz. Certaines pistes (la disparition de la mère de Sata, l'existence deTamayama, un mystérieux indic) constituent autant d'appâts irrésistibles, déclenchant une envie irrépressible de lire la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Bibeli
  31 mars 2014
Nous sommes au Japon, dans les années 60. Un jeune inspecteur, Sata, est dépêché sur les lieux d'un crime : une geisha a été assassinée. On plonge dans le quotidien de ce policier à la cicatrice frontale si caractéristique. Cicatrice dont il a hérité suite à une course-poursuite pour rattraper une tueuse reconnaissable au grain de beauté qu'elle a sous l'oeil. Depuis, il est obnubilé par cette femme qu'il recherche à coups d'affiches placardées sur tous les murs de la ville, et est sujet à de nombreuses pertes de mémoire et moments d'errance. Parallèlement à cette obsession, tout un mystère est fait autour de la conquête de la lune sans qu'on en comprenne pour le moment les enjeux. Beaucoup de questions se posent : quel est cet objet qui occupe le crâne de Sata et qui lui cause de tels maux ? Quel est le lien entre celui-ci et les futurs voyages lunaires ? Pourquoi intéresse-t-il autant des personnes peu recommandables ?
On retrouve plusieurs similitudes avec la série précédente de l'auteur (Soil) : la même ambiance moite et mystérieuse, des personnages aux expressions horrifiques (sueur qui perle abondamment, sourires exagérés, déformations de visage.) Il y a beaucoup de mystères et de personnages qui cachent leur jeu, le tout sous forme de corruption et de petits arrangements entre amis. Un début prometteur pour ce thriller scotchant, rythmé par la cadence infernale du coeur des personnages tour à tour angoissés et déterminés. Deux autres tomes viendront clôturer l'histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Malise
  02 avril 2019
Envoutant. Envoutant est le maître mot de ce manga qui navigue entre roman noir et fantastique, entre monde réel et monde parallèle.
Nous sommes dans les années soixante, avant les premiers pas de l'homme sur la Lune. Sata est inspecteur de police, il souffre de terribles maux de tête, perd la mémoire et s'obstine à retrouver une meurtrière qui lui a autrefois échappé. Autour de lui rien n'est tout à fait comme il paraît. Ses collègues, son histoire, son enquête et jusqu'à son obsession pour la fugitive ont une face visible mais aussi, tout comme la Lune, une face cachée. "Il n'y a absolument aucune chance pour que les hommes aillent un jour sur la Lune" répète-t-il comme un mantra, sans que l'on sache si ce sont ses interlocuteurs qu'il veut convaincre ou lui-même.
Je n'en dirai pas plus afin de ne pas dévoiler l'intrigue de ce manga magnifiquement scénarisé et dessiné, qui se déroule principalement de nuit, ce qui ne fait qu'accentuer l'atmosphère mystérieuse et envoutante qu'il dégage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
yvantilleuil
  15 mars 2014
Après l'excellente série en onze tomes « Soil », je pouvais difficilement résister à cette enquête policière en trois tomes, signée Atsushi Kaneko (Bambi).
Deuxième moitié des années soixante, alors que la course à la conquête spatiale fait rage entre les Etats-Unis et la Russie, le jeune inspecteur Sata poursuit une étrange enquête dans la station balnéaire japonaise de Tatsumi. de retour après un arrêt maladie dû à un accident de travail alors qu'il poursuivait une femme soupçonnée d'avoir démembré son collègue, Sata est victime d' hallucinations et de pertes mémoires à répétition… sans même parler de son besoin obsessionnel de retrouver la principale suspecte de ce meurtre sordide et des ses visions étranges… de la lune.
Mêlant enquête policière particulièrement sombre et paranoïa, « Wet Moon » invite le lecteur à s'enfoncer dans une réalité pour le moins trouble. Alors que l'humanité cherche à découvrir la face cachée de la lune, Atsushi Kaneko plonge le lecteur dans une intrigue obscure où la logique semble souvent faire défaut. Perdu entre ses hallucinations déroutantes et sa folie grandissante, le personnage principal lève le voile sur ces nombreux mystères, tout en plongeant progressivement dans les coulisses d'une ville qui baigne dans la corruption.
Ce bijou d'ambiance qui s'aventure aux frontière du réel est à nouveau admirablement servi par le graphisme percutant de ce virtuose qui distille une atmosphère oppressante et malsaine tout au long de ce premier volet. Graphiquement, l'auteur se démarque des codes classiques du manga et propose un style assez inhabituel, largement influencé par la culture américaine underground, qui ne manque pas d'évoquer celui de l'inimitable Charles Burns (Black Hole). Outre ce dessin aux allures délicieusement rétro (qui ne plaira pas forcément à tout le monde), il démontre une nouvelle fois tout son talent narratif et sa grande maîtrise de l'art séquentiel en proposant un découpage astucieux, qui confère un rythme prenant à son récit et qui s'installe immédiatement au diapason de l'ambiance oppressante.
Même s'il est encore difficile de deviner où l'auteur désire nous mener, l'envie d'embarquer pour la suite du voyage ne fait plus aucun doute après ce premier volet particulièrement prometteur.
Un manga que vous retrouverez également dans mon Top de l'année !
Lien : http://brusselsboy.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
antihuman
  20 septembre 2017
Agréable policier au graphisme vintage et glamour. Mon seul grief est la multiplicité de ces ellipses qui nuisent à la crédibilité de l'enquête, presque asphyxiée sous tout cela.
Mais le style presque psychédélique est unique et la patte ancienne de l'histoire qui se déroule en 1966 en fait l'intérêt. J'aime bien aussi le fait que cet inspecteur soit quelque peu dérangé voire perturbé et aussi seul contre tous. A noter également : le beau courage des auteurs et éditeurs qui ont su produire une telle oeuvre si particulière.
Ce n'est pas chez nous que ça arriverait !
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (4)
Liberation   29 septembre 2014
Polar paranoïaque et halluciné, la dernière série de l’enlumineur punk Atsushi Kaneko fait voler en éclats le vernis d’une cité balnéaire japonaise des années 60.
Lire la critique sur le site : Liberation
ActuaBD   10 février 2014
Japon, années 1960 : un jeune inspecteur poursuit une mystérieuse femme fatale. Mais un accident et d’étranges maux de tête ensuite font que l’enquête prend une tournure inattendue. Atsushi Kaneko nous revient là avec un polar alléchant et déjà fortement halluciné.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Telerama   05 février 2014
Une impression grisante rendue possible par la science du découpage et des cadrages de Kaneko, qui accomplit, avec ce manga annoncé en trois volumes, une saisissante performance graphique.
Lire la critique sur le site : Telerama
BoDoi   13 janvier 2014
On se souviendra longtemps des néons du Luna Lounge, ce cabaret assourdissant où le mambo cadence les pas d’un Sata en perdition. Tapie dans l’ombre, toujours, la piste du meurtrier démembreur guide chaque séquence, comme autant d’indices d’une enquête échappant à la logique. Et encore loin d’être résolue…
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
PresencePresence   13 février 2015
Le monde traverse des changements dont nous ne soupçonnons pas l'existence et qui ont prise sur notre quotidien paisible. Un beau jour quelque chose volera en éclat et nous prendrons enfin conscience de cette réalité.
Commenter  J’apprécie          80
ColibrilleColibrille   04 juillet 2015
- Alors, t'en penses quoi ?
- Quoi, de Sata ? Faut qu'il se calme. [...]
- Nan, je te parle de l'autre truc.
- Ah...
- C'est b-b-bizarre, non ? On d-d-dirait qu'il s'en est pas rendu compte...
- Ouais, pour le moment... Un déclencheur a retardement... Qu'est-ce que le commandant a bien pu lui fourguer ?
- Chut ! Gardez-le à l’œil, c'est tout.
Commenter  J’apprécie          20
ColibrilleColibrille   04 juillet 2015
- Reste pas plantée là, Komiyama ! Sers-leur le thé !!! Désolé, c'est une véritable godiche.... Aussi froide et muette qu'une tombe ! Ho ! Tu pourrais répondre au moins ! Parfois, je me demande si elle est bien là... Ou si elle est morte ou vivante... Elle pourrait disparaître d'un coup, personne s'en apercevrait...
Commenter  J’apprécie          20
ColibrilleColibrille   04 juillet 2015
- Tu vois, Kinjô... Les hommes doivent surtout pas aller sur la lune. Dans leur arrogance, ils peuvent pas s'empêcher d'aller à l'encontre de la divine providence.
- Ah b-b-bon...
- Convoiter l’inaccessible... rechercher des plaisirs excessifs... Voilà d'où viennent les crimes.
Commenter  J’apprécie          10
ColibrilleColibrille   04 juillet 2015
- Bah, de toute façon... Suffit de s'arranger pour qu'au fameux "moment venu", il soit plus en mesure de cafter... Puisqu’il a les mains propres, on n'a qu'à les lui salir... On va en faire un des nôtres... Vu ?

BANG
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Atsushi Kaneko (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Atsushi Kaneko
MAG#6 Plein d'auteurs dans un seul grand bouquin qui reflète ce qu'est la bande dessinée d'aujourd'hui.
Auteurs : Boulet, Bastien Vivès, Naoki Urasawa, John Cassaday, Frederik Peeters, Emmanuel Lepage, Katsuya Terada, Paul Pope, Taiy? Matsumoto, Bob Fingerman, Atsushi Kaneko, Keiichi Koike, Eddie Campbell
Éditions : Les Humanoïdes associés
2015
autres livres classés : luneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
832 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre