AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782081280960
364 pages
Flammarion (11/01/2012)
3.09/5   29 notes
Résumé :


« Elle était si parfaite, comment avais-je pu soudain aimer une autre personne ? Que deux coups de téléphone, un déjeuner, un baiser, un seul baiser et quelques caresses remettent à ce point ma vie, notre vie, en question ?

Qu"est-ce qui m'avait pris de dire aussi vite à Léa : j'ai embrassé une autre femme ? La greffe avait pris, en un baiser. Un baiser qui avait duré plus de deux heures et les mains, les doigts de Marie, sous mon pul... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Nyx
  02 juin 2012
Ce roman m'a intriguée principalement à cause de la phrase d'accroche sur le bandeau de papier : "peut-on aimer deux personnes à la fois ?". Je n'avais aucun a priori sur ma lecture, mais j'étais plutôt curieuse. Qu'allais-je trouver ? comment l'auteur allait-elle traiter le sujet ? Que de questions...
Ce roman parle d'amour, de femmes et d'hommes, mais principalement de l'amour de la narratrice pour Léa, puis pour Marie. Pour éviter tout malentendu, si je n'ai pas apprécié ma lecture ce n'est absolument pas parce que ce roman traite de l'amour entre deux personnes du même sexe. Je préviens pour ceux que cela dérange, ce n'est pas mon cas, et ce n'est pas le sujet ici.
Un petit mot sur l'histoire :
La narratrice a fait une gaffe. Elle a rencontré et gentiment flirté avec Marie. Une jeune femme qui, d'un baiser, lui a fait tourner la tête et est rentrée dans son esprit. Pas moyen de l'en faire sortir. Mais, pour une raison qu'on ne s'explique pas vraiment, elle va avouer à la femme de sa vie - Léa - ce qu'elle a fait. Et ce sera le début de la descente aux enfers. Peut-on continuer à faire comme si de rien était ? Peut-on continuer à se voir ? comment ?
Entre les crises de consciences et de désir, la jalousie, la violence et la peine de Léa, la douleur et le manque, la narratrice semble sombrer. C'est une histoire d'amour où personne ne peut gagner. Où on trouvera des torts des deux côtés.
A propos de ce roman, on m'a fait une remarque intéressante "ça ne m'intéresse pas quelqu'un qui écrit sur "tromper" la personne avec qui on est". Ça m'a fait pas mal réfléchir. Est-ce vraiment sur ça ? Et bien non, l'auteur n'écrit pas sur l'infidélité. Elle écrit plutôt sur cet amour déchirant. Ce coup de foudre qui fait trembler les bases de ce qu'on a mis en place.
Au fur et à mesure des pages, on a d'ailleurs plus l'impression que l'auteur s'écarte pour carrément passé sur un autre sujet : peut-on se mettre avec quelqu'un pour de mauvaise raison ?
C'était de bon thèmes, des thèmes de tout les jours, sur lesquels j'aime me pencher (non que je souhaite tromper mon conjoint, de ce côté là aucun problème). Mais il y a eu quelque chose qui a coincé. Les deux héroïne, la narratrice et Léa, m'ont...énervée, agacée, dès le début du roman. Pas moyen de me mettre plus d'un côté ou de l'autre, de ressentir de la peine ou de la pitié. C'était plus des envie de les secouer. Et l'auteur n'a rien fait pour arranger cette impression de fait en distillant au fil des pages l'impression tenace qu'elles ne sont pas ensemble pour de bonnes raisons.
L'écriture un peu monotone, longue et légèrement soporifique n'a pas réussi à captiver mon interêt et il a fallu que je me force un peu pour finir les dernières pages.
Je ne conseille pas ce roman, qui au final ne sera intéressant sur aucun point. de plus, la narration présente des dialogues qui sont intégrés au texte sans tirets ni guillemets ce qui me perturbe et me coupe toujours un peu. On passe des pensées de la narratrice à un dialogue de son amante et je n'adhère pas à ce style. Mais pour ce point là, c'est une question de goût.
La fin est plutôt curieuse - bien qu'elle ne suffise pas à remonter le niveau général - parce qu'elle se présente sous la forme d'une lettre...et cette lettre se déroule bien après les derniers faits du roman ! Et le plus gênant, ce sera encore qu'il se passe plus de choses dans cet intervalle que durant les centaines de pages précédentes. Certes, la conclusion est légèrement positive, du moins pas totalement négative, mais je ne comprend pas pourquoi l'auteur n'a pas coupé un peu les longueurs du début pour étoffer cette histoire avec les évènements qui sont tus avant la lettre ?
Et qu'on ne vienne pas me dire que c'est du voyeurisme puisque déjà, ce n'en est pas, mais ensuite je répondrai : pas plus que le reste du roman !
Voilà, pour conclure je dirai que c'est une déception a bien des niveaux. Ce n'est pas de la "répulsion" (j'emploie volontairement un terme exagéré), mais simplement je n'ai pas aimé. Je n'ai pas adhéré et j'ai du me forcer à le terminer.
Lien : http://nyx-shadow.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Galirad
  08 février 2015
Brigitte Kernel est écrivain mais pas seulement, elle est également journaliste et coproduit de nombreuses émissions à France Inter. J'avais été particulièrement envoutée par son précédent livre "Fais-moi oublié" qui racontait l'attirance de deux femmes réunies, suite à un drame.
Avec "A cause d'un baiser" j'ai envie de dire qu'elle récidive, pour mon plus grand plaisir, je dois dire !
Sans rien dévoiler pourtant, il s'agit pour elle de nous raconter ce passage tellement particulier, entre deux amours, et elle le fait à merveille.
Comment se passe le délaissement de celui adoré encore il y a quelques mois, aux émois provoqués par a découverte d'un autre, d'une autre ? Car pour complexifier la donne, Brigitte Kernel n'a pas convoqué d'hommes dans ce huit clos, seule la sensibilité féminine y est disséquée. Son récit décrit ce va-et-vient d'amour et de désamour qui se joue entre Marie et Léa pour lesquelles le coeur de la narratrice balance !
L"analyse sur les difficultés d'aimer et de pardonner est d'une finesse impressionnante !
A lire par tous, quelque soit votre orientation sexuelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
FloreTinaire
  05 février 2017
On retrouve la narratrice de Fais-moi oublier en couple avec Léa. Narratrice qui a fait une rencontre, Marie, pour laquelle elle a un coup de foudre qui aboutit à un long baiser. Commence alors le remords d'avoir trompé Léa, Léa toujours hantée par Louise, Léa pour qui elle a tout abandonné, notamment Olivier son mari. Léa qu'elle aime plus que tout, mais il y a Marie, l'aime-t-elle aussi ? Elle décide de tout révéler à Léa.
Le doute, la douleur, la confusion s'emparent alors des coeurs de Léa et de la narratrice. Les sentiments se font et se défont, avec Marie, toujours très présente. Peut-on aimer deux personnes à la fois ? C'est à cette question que les héroïnes tenteront de répondre tout au long de leur reconstruction.
L'écriture de Brigitte Kernel est sobre, fluide, d'une esthétique évidente. Elle nous entraîne avec ces femmes qui se cherchent, qui aiment, qui souffrent, qui doutent. On espère que cet amour va survivre à ce faux-pas, qu'elles vont en ressortir plus fortes.
Commenter  J’apprécie          10
YvPol
  13 mars 2012
Extrêmement bien écrit, d'une finesse et d'une recherche esthétique et littéraire évidentes -et pour ces points, on peut dire objectifs largement atteints- ce roman souffre néanmoins de longueurs et de répétitions. La question posée sur le bandeau : "Peut-on aimer deux personnes à la fois ?" peut sans doute être développée, mais là, 366 pages ce n'est plus du développement mais de la ritournelle, de la resucée voire de la redondance ! Au départ, je ne suis pas amateur de gros romans ; pour qu'ils me plaisent il faut donc qu'il y ait matière à me tenir en éveil au long des pages ; là, il faut bien que j'avoue que ce n'est pas le cas ! le même thème écrit avec autant de qualités mais en plus court, je ne dis pas non !
Commenter  J’apprécie          10
SophieLesBasBleus
  06 décembre 2016
La suite de "Fais-moi oublier" que j'avais tant aimé. Léa et la narratrice vivent un amour total depuis trois ans. Vient le temps des questions et des mises en questions. Vient le temps où l'amour semble parfois illusion, trompe-l'oeil. Par la voix de sa narratrice, Brigitte Kernel expose à voix nue, à voix crue, les affres et délices de l'amour, du désamour, des doutes, du désir. Toutes les nuances des sentiments humains sont évoqués avec subtilité, décortiqués sans lourdeur. Et l'on y reconnait la vie dans ce qu'elle a de toujours incertain.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Actualitte   26 mars 2012
Brigitte Kernel s'accroche bec et ongles aux mots comme instinct de survie. Elle vérifie leur étanchéité, leur fiabilité. Et confirme ce que l'on soupçonne déjà tous : La remise en cause fortifie.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
LynxetteLynxette   21 février 2013
J'ai fini ce livre et voici ma critique. Je ne vais pas être très tendre malheureusement.

Dire que je me suis ennuyée serait un doux euphémisme, trop de questions, de tergiversations avec ou sans fondement d'ailleurs. L'histoire d'un couple (qui n'a d'ailleurs de couple que le nom!!!) bancale à la dérive

« Dites mademoiselle, vous l’aimez ou vous la protégez ? Les deux docteur, pourquoi ? »


C'est exactement ça!!! Moi j'ai du mal à voir l'amour, je vois juste l'envie de protéger au détriment de soi et de son propre bien-être, une sorte de renonciation passive à ses propres aspirations, à son propre bonheur pour favoriser celui de l'autre... Et bien je m'en excuse (ou pas) mais ce n'est pas ma vision du couple: ne pas oser communiquer, ne pas oser échanger sur des sujets qui fâchent et/ou qui blessent. Forcément au bout d'un moment ça explose, ça implose trop prendre sur soi c'est jamais bon, il y a toujours retour de bâton...

C'est le retour du syndrome super héros ou comment confondre amour et protection… Comment les non dits et le manque de communication, l’effacement de l’un des membres du couple au profit du ménagement et de la protection du second mène à la perte pure et simple de qui on est! Ce qu’on est! qui on veut! Et comment on le veut! L’inhibition de ses instincts au sein du couple ne peut mener qu’à sa perte : la perte de soi et surtout la perte du couple.

Je suis heureuse de la fin c'est ce que j'attendais depuis le début du livre. Malgré tous ses efforts la narratrice n'a jamais pu "sauver" Léa, ni même lui faire oublier Louise (titre du premier livre...)

Après comme ma première impression sur "Fais moi oublier" y a des phrases bien senties...
"Il faut savoir se parler même si c'est désagréable sur le moment et si ça amène à une discussion, disons plutôt musclée"


"On est trois dans un couple. L'une et l'autre de ces personnes qui composent le couple, donc deux et le couple lui même trois. Il faut que les trois existent et que les deux premiers puissent s'exprimer à propos du troisième quitte à se disputer, à confronter ses idées et ses opinions à propos du couple."


"Le retrait dans une rupture c'est de la douleur mâtinée d'orgueil et de fierté, il n'y a ni orgueil ni fierté ni protection de soi par soi même en amour!"


"Ce n'est pas en voulant sauver quelqu'un qu'on l'aime "bien", non, c'est le contraire, on l'aime "mal", j'en étais persuadée, à force de faire tout pour que Léa soit heureuse, sans aucune ombre dans son esprit."


"Il y a en nous des enfants qui sommeillent et qui crient parce qu'ils veulent être aimés à la folie, comment résister à quelqu'un qui te lance autant d'amour quand ta femme souvent parait te délaisser, absente, les yeux rivés vers Montmartre ou dans ses scénarios [sic], ces écrits qui lui prennent sa vie, nos heures au moment où nous devrions si bien nous retrouver, à l'instant du coucher, à la minute du lever, dés le matin, ça recommence, elle se lève avant toi, vite se précipite sur son ordinateur, qu'a donc Léa à fuir la vie ainsi?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ETOILEEETOILEE   08 décembre 2012
J'étais celle qui aime et celle qui refuse d'aimer. Mais aussi celle qui espère et celle qui ne veut pas espérer. Celle qui sent des papillons lui envahir l'abdomen et celle qui se contraint à ne pas les ressentir. Celle qui dit et celle qui gronde en silence.
Commenter  J’apprécie          100
LynxetteLynxette   22 février 2013
"On est trois dans un couple. L'une et l'autre de ces personnes qui composent le couple, donc deux et le couple lui même trois. Il faut que les trois existent et que les deux premiers puissent s'exprimer à propos du troisième quitte à se disputer, à confronter ses idées et ses opinions à propos du couple."
Commenter  J’apprécie          50
ETOILEEETOILEE   10 décembre 2012
L'oreille intérieure de nos cœurs est-elle comme le coquillage qui, pour un temps infini, garde jalousement en lui le bruit des vagues ?
Commenter  J’apprécie          110
LynxetteLynxette   21 février 2013
"Il y a en nous des enfants qui sommeillent et qui crient parce qu'ils veulent être aimés à la folie, comment résister à quelqu'un qui te lance autant d'amour quand ta femme souvent parait te délaisser, absente, les yeux rivés vers Montmartre ou dans ses scénarios [sic], ces écrits qui lui prennent sa vie, nos heures au moment où nous devrions si bien nous retrouver, à l'instant du coucher, à la minute du lever, dés le matin, ça recommence, elle se lève avant toi, vite se précipite sur son ordinateur, qu'a donc Léa à fuir la vie ainsi?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Brigitte Kernel (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Brigitte Kernel
Nouvel horaire pour l'émission "Le coup de coeur des libraires" sur les Ondes de Sud Radio. Valérie Expert et Gérard Collard vous donne rendez-vous chaque dimanche à 13h30 pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • Les Papillons noirs de Gabriel Katz aux éditions le Masque • le portrait de Greta G. de Catherine Locandro aux éditions Les Pérégrines https://www.lagriffenoire.com/le-portrait-de-greta-g.html • le Secret Hemingway de Brigitte Kernel aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/le-secret-hemingway-1.html • Jours brûlants à Key West de Brigitte Kernel aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/jours-brulants-a-key-west.html • Un fils de Angelo Arancio aux éditions L'échelle du temps https://www.lagriffenoire.com/un-fils.html • Un profond sommeil de Tiffany Quay Tyson et Héloïse Esquié aux éditions Sonatine https://www.lagriffenoire.com/un-profond-sommeil.html • Étés anglais : La saga des Cazalet de Elizabeth Jane Howard et Cécile Arnaud aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/la-saga-des-cazalet-i-etes-anglais-la-saga-des-cazalet-i.html • À rude épreuve : La saga des Cazalet II de Elizabeth Jane Howard et Cécile Arnaud aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/la-saga-des-cazalet-ii-a-rude-epreuve-la-saga-des-cazalet-2.html • Confusion : La saga des Cazalet III de Elizabeth Jane Howard et Cécile Arnaud aux éditions de la Table Ronde https://www.lagriffenoire.com/confusion-la-saga-des-cazalet-iii.html • Nouveau Départ : La saga des Cazalet IV de Elizabeth Jane Howard et Cécile Arnaud aux éditions de la Table Ronde https://www.lagriffenoire.com/nouveau-depart-la-saga-des-cazalet-iv.html • La fin d'une ère : La saga des Cazalet V de Elizabeth Jane Howard et Cécile Arnaud aux éditions de la Table Ronde https://www.lagriffenoire.com/la-fin-d-une-ere-la-saga-des-cazalet-v.html • Poussière d'homme de David Lelait-Helo aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/poussiere-d-homme.html • Je suis la maman du bourreau de David Lelait-Helo aux éditions Héloïse d'Ormesson https://www.lagriffenoire.com/je-suis-la-maman-du-bourreau.html • Les enfants endormis de Anthony Passeron aux éditions Globe https://www.lagriffenoire.com/les-enfants-endormis.html • Quand je serai grand, je serai Nana Mouskouri de David Lelait-Helo aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/quand-je-serai-grand-je-serai-nana-mouskouri.html • Vivre vite de Brigitte Giraud aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : ruptureVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4776 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre